GUYOTAT PIERRE (1940-2020)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La guerre sans nom

Pierre Guyotat est né le 9 janvier 1940 à Bourg-Argental, dans le Haut-Vivarais. La biographie très complète de Catherine Brun, dont l'élaboration fut suivie et approuvée par l'auteur, permet de dégager à grands traits quelques faits marquants d'une vie hors du commun. Élevé chez les Frères des écoles chrétiennes, son apprentissage de la sexualité fut douloureux – il subit plusieurs viols, sa circoncision eut des conséquences désastreuses – et déterminant pour le reste de sa vie. La guerre d'Algérie fut un autre traumatisme majeur : appelé sous les drapeaux en 1960, il fit l'expérience brutale de la prison militaire à la suite de sa condamnation pour complicité de désertion et divulgation de journaux interdits. Avant de frôler, au début des années 1980, le naufrage de la raison, il avait poursuivi auprès du PCF un idéal révolutionnaire dont il s'éloigna plus tard. Très jeune, il avait écrit Sur un cheval (1961) et Ashby (1964), que publia Jean Cayrol et qui furent réédités en 2005.

Pierre Guyotat

Photographie : Pierre Guyotat

Photographie

Par son écriture obsessionnelle et visionnaire, Pierre Guyotat crée des « corps-langages » qui pulvérisent la coutumière  distinction entre oral et écrit. Après Tombeau pour cinq cent mille soldats, Éden, Éden, Éden et Prostitution, il se tournera un temps vers la performance avant de... 

Crédits : Jacques Sassier/ Gallimard/ Opale/ Bridgeman Images

Afficher

Mais c'est en 1967 que ce « clandestin maudit », ennemi irréductible de toute autorité et de toute censure, a fait véritablement irruption sur la scène littéraire, avec les sept chants de Tombeau pour cinq cent mille soldats, qui développait un texte écrit dès 1962 : La Prison. Moins de cinq ans après la fin du conflit algérien, Pierre Guyotat en donne une traduction épique et monstrueuse, dans une langue sauvage qu'on avait oubliée depuis Artaud. Le flux des violences sado-masochistes, l'homosexualité et la prostitution dans Tombeau pour cinq cent mille soldats, dont Antoine Vitez donnera une adaptation pour le théâtre en 1981, désignent un point de non-retour étranger à toute conception chrétienne ou humaniste du Mal. En même temps qu'une lutte contre la censure, s'engageait alors l'aventure d'une écriture : le premier volume des Carnets de bord 1962-1969, publié en 2005 avec la collaboration de Valerian Lallement, reviendra sur le cheminement de cette vie torturée par la langue [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel P. SCHMITT, « GUYOTAT PIERRE - (1940-2020) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-guyotat/