GENNES PIERRE-GILLES DE (1932-2007)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des semi- aux supraconducteurs

Pierre-Gilles de Gennes, né le 24 octobre 1932 à Paris, rapporte lui-même l'originalité de son approche de la science à une scolarité tardive, commencée à douze ans, en raison de sa santé fragile. Auparavant, il avait reçu de sa mère, à Barcelonnette, une éducation qui rappelle celle que propose Rousseau dans l'Émile. Il développera son intérêt initial pour la physique à travers des visites au palais de la Découverte. Il restera toujours fidèle à ce musée de sciences interactives créé par Jean Perrin en 1937, et à la communication scientifique auprès d'un large public, tels ces dizaines de milliers de lycéens qu'il a rencontrés après son prix Nobel. Cet intérêt pour le partage des savoirs a marqué aussi la carrière universitaire de De Gennes, pour qui l'art du conteur, le jeu de scène et la recherche d'images simples accompagnaient toujours la conférence la plus savante, d'où toute prétention était bannie.

La préparation au concours d'entrée à l'École normale supérieure, qu'il effectue dans une section où étaient associées les sciences physiques et les sciences naturelles, fait de lui un naturaliste qui observe et décrit avant d'interpréter. Il a souvent présenté son travail de théoricien comme celui de la reconstruction patiente d'un puzzle plutôt que de l'utilisation d'illuminations soudaines. « Quand je vois un écheveau bien enchevêtré, a-t-il confié, je me dis qu'il serait bien de trouver un fil conducteur. »

Ses études rue d'Ulm (de 1951 à 1955), auprès d'Yves Rocard, lui font connaître l'expérimentation en physique des semi-conducteurs dans le laboratoire de Pierre Aigrain, un autre physicien très intuitif et imaginatif. Mais il ne s'estimait pas très doué pour l'expérimentation, même s'il a toujours, par la suite, mis en avant l'expérience. Il fait une thèse en physique théorique au C.E.A. (Commissariat à l'énergie atomique), auprès d'Anatole [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : directeur honoraire de l'École normale supérieure, Paris

Classification

Autres références

«  GENNES PIERRE-GILLES DE (1932-2007)  » est également traité dans :

MACROMOLÉCULES

  • Écrit par 
  • Michel FONTANILLE, 
  • Yves GNANOU, 
  • Marc LENG
  •  • 13 783 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Interprétation théorique du comportement rhéologique »  : […] Le premier modèle proposé est celui de Rouse (1953). Il représente la chaîne comme un assemblage de perles reliées entre elles par des ressorts. Ces perles sont censées interagir par friction (avec un coefficient f ) avec leur milieu environnant, tandis que les ressorts répondent de façon élastique à une sollicitation. Le milieu visqueux exerçant une force d'entraînement sur la chaîne (force propo […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Étienne GUYON, « GENNES PIERRE-GILLES DE - (1932-2007) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-gilles-de-gennes/