DUBOIS PIERRE (1250 env.-apr. 1321)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Légiste français, Pierre Dubois fit ses études à Paris, où il fut sans doute l'élève de Thomas d'Aquin. Avocat des causes royales pour les affaires ecclésiastiques dans le bailliage de Coutances, il fut, à ce titre, l'un des innombrables hommes de loi chargés de rechercher, de défendre et d'exalter à travers tout le royaume les droits du roi : il soutint Philippe le Bel contre Boniface VIII. Malgré une notoriété due à des écrits dont l'influence demeura fort réduite, Pierre Dubois apparaît comme le type même du serviteur obscur et efficace de la monarchie. Comme nombre de légistes du roi, et des plus illustres, il avait en même temps une clientèle privée : c'est ainsi que la comtesse Mahaut d'Artois en fit son conseiller et, après la mort de Philippe le Bel, son bailli. On connaît une dizaine de mémoires et traités composés par Dubois. Plusieurs sont des œuvres de circonstance : contre Boniface VIII ou contre les Templiers, par exemple. D'autres sont marginales, comme une défense des tournois, que réprouvaient alors le pape et le roi. Les œuvres essentielles, où Dubois cherche à imposer sa vision de la société politique, sont le De abreviatione guerrarum (vers 1300), le De recuperatione Terre Sancte (vers 1305-1307) et le mémoire composé pour inciter Philippe le Bel à se porter candidat à l'Empire (1308). Toute l'œuvre de Pierre Dubois tend à l'établissement d'une hégémonie capétienne sur le monde chrétien, grâce au rétablissement de la paix en Occident, à l'union des énergies pour le succès de la croisade et à la restauration du prestige impérial. De manière souvent artificielle, il fond la politique aristotélicienne, la conception romaniste de l'État et le système patrimonial qui organise l'expansion capétienne.

—  Jean FAVIER

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, directeur général des Archives de France

Classification


Autres références

«  DUBOIS PIERRE (1250 env.-apr. 1321)  » est également traité dans :

NATION - Nation et idéologie

  • Écrit par 
  • Maxime RODINSON
  •  • 7 468 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'idéologie de la nation-État »  : […] Très tôt, cette idéologie subit des tentations totalitaires et impérialistes qu'on traduit souvent par le terme de nationalisme. Ainsi, autour de 1300, Pierre Dubois, légiste au service de Philippe le Bel, préconisait l'abolition du pouvoir papal et ecclésiastique ainsi que l'hégémonie française dans le monde chrétien. Très tôt aussi, le modèle exerce une séduction irrésistible. Dès le xiv e  sièc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nation-nation-et-ideologie/#i_19642

PHILIPPE IV LE BEL (1268-1314) roi de France (1285-1314)

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 5 052 mots

Dans le chapitre « Les fonctionnaires royaux »  : […] Une des causes de l'échec de Philippe le Bel en matière d'impôt est l'impuissance de l'administration à en fixer l'assiette. La monarchie était incapable de connaître le chiffre de la population, la richesse des individus et du pays, de réunir les renseignements indispensables à un gouvernement rationnel. Les gens capables, notamment par leurs compétences juridiques, d'aider la monarchie préfèrent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-iv-le-bel/#i_19642

Pour citer l’article

Jean FAVIER, « DUBOIS PIERRE (1250 env.-apr. 1321) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-dubois/