COUBERTIN PIERRE DE (1863-1937)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le pédagogue

Pierre de Coubertin est né le 1er janvier 1863 dans l'hôtel particulier familial situé 20, rue Oudinot, à Paris. Il est le dernier des quatre enfants de Charles Fredy, baron de Coubertin, un peintre à l'inspiration religieuse de quelque talent, membre de la Société des artistes français, et de Marie-Marcelle Gigault de Crisenoy, tous deux catholiques fervents et monarchistes convaincus. Élève des jésuites du collège de la rue de Madrid, à Paris, le jeune Pierre de Coubertin, très marqué par la défaite de 1870 et qui cherche la meilleure façon de servir son pays, est reçu à l'École interarmes de Saint-Cyr. Puis, désormais persuadé que l'Europe va vivre une longue période de paix, il démissionne et s'inscrit à l'École des sciences politiques, où il suit avec assiduité les cours de l'institution de la rue Saint-Guillaume. Allant à contre-courant des idées familiales, il s'enflamme pour la République ; mais, déçu par le sectarisme des partis, il renonce à s'engager en politique.

À vingt ans, il part pour l'Angleterre et découvre à Rugby l'œuvre pédagogique de Thomas Arnold, révélée en 1875 par La Vie de collège de Tom Brown, livre d'un disciple d'Arnold, Thomas Hughes. Coubertin, impressionné par la grandeur de l'Angleterre victorienne, revient persuadé que l'archaïsme du système éducatif français, notamment dans l'enseignement secondaire, est l'un des grands maux dont souffre son pays. Il se rendra également aux États-Unis, où il constatera que les préceptes de Thomas Arnold sont appliqués dans les grandes universités outre-Atlantique. Ses visites dans les public schools britanniques l'ont convaincu que, sous l'expression « sports scolaires », se dissimule un aspect fondamental de la formation morale et sociale des futures élites outre-Manche. Pour lui, transposer en France ces concepts et ce système permettra à la nouvelle génération de prendre conscience de ses forces et de ses responsabilités ; alors, le traumatisme de la défaite de 1870 s'estompera peut-être.

Coubertin e [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Autres références

«  COUBERTIN PIERRE DE (1863-1937)  » est également traité dans :

AMSTERDAM (JEUX OLYMPIQUES D') [1928] - Contexte, organisation, bilan

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 2 072 mots

Quand s'ouvrent les jeux Olympiques d'Amsterdam, cela fait déjà plus de sept ans que le lieu de la célébration des VIII es  jeux Olympiques d'été célébrant la IX e  olympiade de l'ère moderne est connu . En effet, Amsterdam s'est vue désignée ville d'accueil des jeux Olympiques de 1928 le 2 juin 1921 : ce jour-là, lors de la dix-neuvième session du C.I.O. tenue à Lausanne, la ville de Paris fut ch […] Lire la suite

ANVERS (JEUX OLYMPIQUES D') [1920] - Contexte, organisation, bilan

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 2 237 mots

En marge des V es  jeux Olympiques, le C.I.O. tient sa dixième session à Stockholm et, le 27 mai 1912, il désigne Berlin ville d'accueil des Jeux de 1916. En 1909, la capitale du Reich avait renoncé à présenter sa candidature : elle laissait le champ libre à Stockholm et se réservait pour 1916. Bien que cinq autres villes se déclarent intéressées, on ne vote que pour le principe : Berlin avait obt […] Lire la suite

ATHÈNES (JEUX OLYMPIQUES D') [1896] - Contexte, organisation, bilan

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 2 509 mots
  •  • 1 média

Une fois le congrès de la Sorbonne clos dans l'enthousiasme olympique renaissant, le 23 juin 1894, il s'agit de se mettre à la tâche et d'entamer une véritable course contre la montre pour parvenir, en moins de deux ans, à transformer le rêve coubertinien en réalité athénienne. À la Sorbonne, Dimitrios Vikelas a convaincu les congressistes que le berceau des Jeux antiques, la Grèce, devait voir l […] Lire la suite

BERLIN (JEUX OLYMPIQUES DE) [1936] - Les nazis et l'olympisme

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 3 127 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Complicités et naïvetés »  : […] Les nazis ont annexé les Jeux de 1936 pour glorifier leur régime et sont parfaitement parvenus à leurs fins . Leur stratégie, fondée sur la duperie, s'avéra certes très au point, mais le triomphe nazi ne fut possible que grâce à la naïveté – voire à la complicité – des instances sportives internationales et du C.I.O., mais aussi des politiciens. Quand les nazis entament leurs grandes manœuvres en […] Lire la suite

C.I.O. (Comité international olympique)

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 10 239 mots

Dans le chapitre « Histoire d'une institution incontournable »  : […] Le C.I.O. naît donc le 23 juin 1894 à la Sorbonne à Paris. Il compte alors treize membres : Pierre de Coubertin et Ernest Callot (France), Dimitrios Vikelas (Grèce), lord Ampthill et Charles Herbert (Grande-Bretagne), William Milligan Sloane (États-Unis), José Benjamín Zubiaur (Argentine), Leonard Albert Cuff (Nouvelle-Zélande), Jirí Guth (Bohême), Ferenc Kemény (Hongrie), Viktor Balck (Suède), Al […] Lire la suite

JEUX OLYMPIQUES

  • Écrit par 
  • Jean DURRY, 
  • Pierre LAGRUE, 
  • Alain LUNZENFICHTER
  • , Universalis
  •  • 15 081 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Pierre de Coubertin et son œuvre »  : […] Tous les quatre ans, le nom de Pierre de Coubertin revient sous le feu des projecteurs. On se réfère à son exemple, on cite, en la lui attribuant imperturbablement, la phrase qui n'est pas sienne, « l'important, c'est de participer » (citation qui, en outre, déforme la phrase exacte : « L'important, c'est moins de gagner que de prendre part », prononcée par l'évêque de Pennsylvanie lors de son se […] Lire la suite

JEUX OLYMPIQUES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 864 mots

16-23 juin 1894 Tenue à la Sorbonne à Paris du Congrès international pour le rétablissement des jeux Olympiques ; sous l'impulsion de Pierre de Coubertin, la naissance des jeux Olympiques de l'ère moderne est entérinée. 6-16 avril 1896 I ers  jeux Olympiques de l'ère moderne à Athènes. 14 juillet 1920 À Anvers, le drapeau olympique est hissé pour la première fois ; l'escrimeur belge Victor Boin […] Lire la suite

ATHÈNES JEUX OLYMPIQUES D' (1896)

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 193 mots

La volonté de Pierre de Coubertin a permis la « rénovation » des jeux Olympiques, dont la première édition de l'ère moderne se tient à Athènes. Si seulement 311 athlètes (dont 230 Grecs) participent aux I ers  jeux Olympiques de l'ère moderne, cet événement n'en marque pas moins un pas décisif vers l'unification du mouvement sportif. Au fil des olympiades, le succès des Jeux va grandir. Ils vont p […] Lire la suite

JEUX OLYMPIQUES - La notion d'amateurisme

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 3 099 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La rigidité originelle du C.I.O.  »  : […] Dès la rénovation olympique, la question de l'amateurisme se trouve au cœur du projet. En effet, lors du congrès fondateur de la Sorbonne, tenu du 16 au 23 juin 1894 et organisé à l'initiative de Pierre de Coubertin par l'Union des sociétés françaises de sports athlétiques, deux sujets sont à l'ordre du jour : « Amateurisme, professionnalisme et unification des règlements » ; « Rétablissement des […] Lire la suite

JEUX OLYMPIQUES - La renaissance des Jeux

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 5 065 mots

Évoquer la renaissance des jeux Olympiques, c'est aussitôt convoquer Pierre de Coubertin. Faire revivre les Jeux de l'Antiquité grecque fut en effet le grand combat de Pierre Fredi, baron de Coubertin. Humaniste et pédagogue, Coubertin souhaitait intégrer le sport dans une réforme pédagogique profonde, instaurer la pratique sportive au sein des établissements scolaires français ; par ailleurs, il […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

États-Unis. Désignation d'Atlanta pour les jeux Olympiques d'été de 1996. 18 septembre 1990

Le Comité international olympique (C.I.O.) décide d'organiser à Atlanta (États-Unis) les jeux Olympiques d'été de 1996. Tandis que la joie éclate à Atlanta, la déception est vive à Athènes, pourtant favorite pour recevoir les jeux commémorant le centenaire de leur restauration par Pierre de Coubertin. […] Lire la suite

France. Annonce de la candidature de Raymond Barre à la présidentielle et début de la campagne au sein de la majorité. 8-27 février 1988

avoir présenté, le 6, son « projet pour la France » intitulé « la décennie du renouveau » et tenu ses premières réunions publiques, à Versailles le 6 au soir, puis à Paris, au stade Pierre-de-Coubertin, le 9, rend public, le 16, son « bilan gouvernemental », qu'il juge bon. Le 19, alors que Jacques […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « COUBERTIN PIERRE DE - (1863-1937) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-de-coubertin/