PIERCING

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le renversement des codes

Sous l'influence de l'Espagne et de l'Italie, la Renaissance remet à l'honneur les pendants d'oreilles, comme en témoignent les tableaux de l'école de Fontainebleau, où la boucle à l'oreille droite de Gabrielle d'Estrées (1594) signifie que la dame a un amant de sang royal, ou dans les portraits de Henri III, aux oreilles ornées de deux à trois pendentifs. Ces bijoux, accentuant le caractère efféminé des hommes, vont disparaître au cours du xviie siècle.

Le sens symbolique de ces marques va donc de nouveau s'inverser et reprendre une valeur négative dans un contexte de pruderie et de dévotion. Le marin, le pirate, le gitan en contact avec des populations barbares éloignées ou exerçant une activité répréhensible arborent un anneau d'oreille, signe de leur marginalité et de leur proximité avec l'Orient. Cette marque identitaire et sociale prend une dimension exotique et pittoresque dans le théâtre des xviiie et xixe siècles, ou dans les soirées masquées, mais demeure une marque discriminatoire. En revanche, l'anneau peut devenir aussi au xixe siècle un bijou intime et érotique, comme l'anneau de sein porté par les bourgeoises américaines.

Le percement des oreilles se poursuit tout au long du xixe siècle. Pratiqué sur les petites filles très jeunes, il leur permet de porter des dormeuses, l'anneau simple étant toujours réservé aux marginaux ou aux populations exotiques, comme la créole, ce grand anneau d'oreille qui exerce une grande séduction dans un siècle qui aime les brunes andalouses ou orientales. Les bourgeoises portent des dormeuses, des pendants d'or et de pierres précieuses assortis à des colliers et des bracelets, indices de la puissance financière de leur mari. Malgré tout, dans un siècle moral et colonisateur, les oreilles percées peuvent aussi désigner les femmes de mauvaise vie, les gitanes venant d'Europe orientale et les populations d'outre-mer, que l'on vient observer dans les zoos humains aux expositions coloniales.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Dominique PAQUET, « PIERCING », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/piercing/