PIÈCES DE GUERRE, Edward BondFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un théâtre de cataclysme

La première des trois pièces, Rouge noir et ignorant (Red Black and Ignorant), est placée sous le signe du théâtre d'agit-prop, théâtre d'agitation et de propagande, apparu en U.R.S.S. et en Allemagne après 1917. Faisant office de prologue, elle se compose d'une série de tableaux qui sont autant d'épisodes de l'existence virtuelle et tronquée d'un Monstre brûlé par le feu des bombes : « Mon sang pue : flaques sur sols d'usine : acide/ Mes bandages sont brûlés par l'acide/ Les mots arrachent mes dents : les souches de vieux arbres/ Elles s'entrechoquent dans ma bouche : jeu de dés/ Je les crache et compte : la fin du monde ! »

La Furie des nantis (The Tin Can People) se déroule dans un désert postnucléaire, au sein d'une communauté de survivants persuadés, parce qu'il leur reste de quoi subvenir à leurs besoins pour des siècles et qu'ils n'ont donc pas à travailler, de jouir d'un état paradisiaque, avant que l'arrivée d'un étranger ne coïncide avec le déclenchement d'une épidémie qui les décime.

La troisième pièce, Grande Paix (Great Peace), relate le calvaire d'une femme traînant dans le même désert un baluchon qu'elle chérit comme son enfant. Son errance fait suite au crime fratricide accompli par son fils, à qui l'armée, pour cause de pénurie, avait intimé l'ordre de supprimer un nouveau-né de son voisinage.

Une série d'éléments (le désert postatomique, la présence de certains personnages) contribue à assurer une continuité entre la deuxième et la troisième partie de la trilogie, même si le début de l'action de Grande Paix se situe dans un temps antérieur à celui de La Furie des nantis. Le développement des deux pièces s'articule autour du moment non représenté de l'explosion atomique, événement destructeur, sur le plan thématique, de tout édifice social, politique ou institutionnel, mais dramaturgiquement fondateur. Le cataclysme devient le point d'appui de la fiction bondienne, légèrement anticipatrice, et lui permet de montrer sur la scène la constitution ex nihilo d'une société humaine.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : écrivain, metteur en scène, maître de conférences à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  PIÈCES DE GUERRE, Edward Bond  » est également traité dans :

BOND EDWARD (1934- )

  • Écrit par 
  • David LESCOT
  •  • 1 243 mots

Dans le chapitre « Un théâtre du cataclysme »  : […] Edward Bond est né en 1934 à Holloway. Lié dans un premier temps au Royal Court Theatre de Londres, connu comme un laboratoire d'avant-garde, Bond fut associé au Royal Court Writer's Group. Il y acquit, au contact de metteurs en scène comme William Gaskill ou George Devine, une expérience concrète de la scène et du jeu théâtral, dimension qu'il développera par la suite au cours de nombreux atelie […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

France. Rapport final sur la spoliation des juifs. 17 avril 2000

milliards de francs, le reste étant constitué des sommes confisquées aux personnes internées dans les camps français. La mission Mattéoli estime qu'au moins 90 p. 100 des sommes spoliées ont été remboursées depuis la fin de la guerre. Les juifs ont aussi été victimes de pillages effectués […] Lire la suite

Israël. Acquittement de John Ivan Demjanjuk par la Cour suprême. 29 juillet 1993

Après l'examen de nouvelles pièces d'archives et en raison de la fragilité de certains témoignages humains, la Cour suprême acquitte au bénéfice du doute John Ivan Demjanjuk, apatride d'origine ukrainienne, condamné à mort en avril 1988 pour crimes contre l'humanité, crimes contre le peuple juif […] Lire la suite

Pour citer l’article

David LESCOT, « PIÈCES DE GUERRE, Edward Bond - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pieces-de-guerre/