PHYCOMYCÈTES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chytridiomycètes

Morphologie et reproduction

La morphologie du thalle et les particularités de la reproduction sexuelle permettent de diviser les Chytridiomycètes en trois ordres.

Les Chytridiales ont un thalle extrêmement réduit ; les formes les plus simples (Olpidiacées et Synchytriacées = Archimycètes) sont holocarpiques : dépourvu de filaments végétatifs différenciés, le thalle unicellulaire ou plasmodial se transforme entièrement, à maturité, en un sporocyste rempli de zoospores ou de zoogamètes ; plus fréquemment, le thalle est différencié en un système de filaments végétatifs (rhizoïdes ou rhizomycélium) et en un ou plusieurs organes reproducteurs (sporocystes à zoospores ou zoogamètes) ; une telle structure est dite eucarpique monocentrique s'il y a un seul sporocyste, eucarpique polycentrique s'il y a plusieurs sporocystes sur un pseudomycélium simple ou ramifié. La zoospore est généralement pourvue d'un seul globule lipidique volumineux et sa germination est unipolaire.

Les Blastocladiales et les Monoblépharidales diffèrent des Chytridiales à la fois par leur thalle, qui comporte toujours un appareil végétatif bien développé et de nombreux organes reproducteurs, et par la zoospore, à contenu granuleux et germination bipolaire. Les Blastocladiales, illustrées par les Allomyces, sont planogames : la reproduction sexuelle résulte de la conjugaison de deux gamètes mobiles identiques (isogamie) ou de taille inégale (anisogamie) ; sur les siphons mycéliens, ancrés dans le substrat par des rhizoïdes, apparaissent des sporanges à paroi épaisse, mélanisée, qui constituent des organes de résistance. Les Monoblépharidales se reproduisent par une oogamie typique : l'oogone fixé au thalle et contenant une seule oosphère est fécondé par les gamètes mâles flagellés (spermatozoïdes) libérés par l'anthéridie ; l'organe durable est ici constitué par l'oospore enkystée ; le mycélium est toujours grêle et les rhizoïdes peu différenciés.

Habitat et mode de vie

Les espèces de ce groupe se rencontrent sur de multiples substrats et dans des conditions très variables, en saprophytes ou en parasites. L'activité des zoospores flagellées implique la présence d'eau à un stade ou l'autre de leur développement, mais l'existence de formes de résistance enkystées permet à certains de subsister dans le sol ou dans les organes végétaux.

Les Chytridiales, de beaucoup les plus nombreuses (plus de soixante genres) et les plus importantes au point de vue économique, sont pour la plupart aquatiques et vivent en saprophytes sur les débris de plantes ou d'animaux submergés (Cladochytrium) ou en parasites dans les cellules des algues ou d'animalcules aquatiques (Chytridium, Olpidium) ; quelques-unes ont un habitat terrestre, lié aux inclusions végétales et animales du sol (Rhizophlyctis), et certaines s'y comportent en parasites, capables de coloniser les racines et les tubercules, ou même les organes aériens des plantes supérieures. Quelques Chytridiales des sols humides (Rhizophlyctis rosae) sont aptes à décomposer la cellulose, la chitine ou la kératine, et concourent à la décomposition des débris organiques dans le sol. Les espèces parasites des plantes cultivées appartiennent surtout aux genres Olpidium (O. brassicae sur les racines des choux, O. viciae et O. trifolii sur les Légumineuses), Asterocystis (A. radicis, parasite sévère du lin) et Synchytrium (une centaine d'espèces, produisant des galles sur les feuilles ou les tiges de nombreuses plantes supérieures). Le pathogène le plus redoutable est Synchytrium endobioticum, agent de la galle verruqueuse noire de la pomme de terre, mais la position systématique de ce Champignon n'est pas claire.

Les Blastocladiales sont surtout des saprophytes du sol, de la boue ou des débris organiques, mais les espèces du genre Coelomomyces sont des parasites obligatoires d'insectes (larves de moustiques), et l'habitat naturel des Blastocladia est l'eau polluée chargée de gaz carbonique. Les espèces du genre Allomyces et leurs hybrides, qui se cultivent aisément, ont fait l'objet d'études cytologiques et génétiques intensives.

Les Monoblépharidales sont représentées par les genres Monoblepharis et Gonapodya, qui se rencontrent au printemps sur les tiges et les fruits submergés, et Monoblepharella, isolé de sols tropicaux ; leur physiologie est encore mal connue.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Zoospores

Zoospores
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Phycomycètes : classification

Phycomycètes : classification
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Reproduction des Trichomycètes

Reproduction des Trichomycètes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S.
  • : sous-directrice du laboratoire de cryptogamie au Muséum national d'histoire naturelle

Classification

Autres références

«  PHYCOMYCÈTES  » est également traité dans :

MICROBIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Corinne DOREL, 
  • Philippe LEJEUNE, 
  • Jean-Michel PANOFF
  •  • 3 884 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les micromycètes »  : […] Les micromycètes sont des micro-organismes eucaryotes non chlorophylliens et généralement non mobiles qui, d'une part, se nourrissent en absorbant les substances organiques présentes dans leur habitat et, d'autre part, produisent des spores. Contrairement aux micro-algues eucaryotes, seul un petit groupe de micromycètes peut être considéré comme partie intégrante des protistes et regroupé dans l' […] Lire la suite

PHÉROMONES

  • Écrit par 
  • Charles DESCOINS
  •  • 5 573 mots

Dans le chapitre « Les phéromones chez les champignons et les algues »  : […] Le rôle des phéromones dans les processus de reproduction sexuée des champignons filamenteux a été clairement mis en évidence. Par exemple, chez l'espèce aquatique Achlya ambisexualis ( phycomycètes), les thalles femelles synthétisent et rejettent dans le milieu une phéromone : l' antheridiol. Celle-ci, détectée à très faible concentration (6 × 10 −12  g/ml) par les thalles mâles, induit la croi […] Lire la suite

THALLE

  • Écrit par 
  • Jean FELDMANN, 
  • Marie-Thérèse L'HARDY-HALOS
  •  • 3 948 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les nématothalles »  : […] Hétérotriches, prostrés ou dressés, les nématothalles de Champignons sont constitués de filaments grêles, ramifiés, cloisonnés ou non, formant le mycélium (cf. champignons , fig. 1 ). Les filaments mycéliens sont siphonés et cœnocytiques chez les Phycomycètes et les Zygomycètes à siphons ; ils sont cloisonnés et formés de cellules uni-ou plurinucléées chez les Ascomycètes et les Basidiomycètes à […] Lire la suite

ZOOGAMÈTES

  • Écrit par 
  • Monique GUERN
  •  • 286 mots

Encore appelés planogamètes (du grec planod = vagabond), ce sont des gamètes mobiles grâce à un appareil locomoteur à un ou plusieurs flagelles ; comme les zoospores, ils sont dépourvus de paroi squelettique. Totalement absents chez les Végétaux supérieurs (Spermaphytes), ils sont, comme chez les animaux, exclusifs du sexe mâle (et portent aussi le nom d'anthérozoïdes) chez tous les Ptéridophytes […] Lire la suite

ZOOSPORES

  • Écrit par 
  • Monique GUERN
  •  • 243 mots

Encore appelées planospores (du grec planod = vagabond), par opposition aux aplanospores, immobiles ou amiboïdes, les zoospores sont des cellules nues (la paroi glucidique caractéristique des Végétaux est absente) et mobiles grâce à un appareil locomoteur à un ou plusieurs flagelles. Ce sont donc, avec les zoogamètes, les cellules végétales les plus proches des Protozoaires. Pour leur forme et le […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Patrick JOLY, Jacqueline NICOT, « PHYCOMYCÈTES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/phycomycetes/