PHOTOGRAPHIEAppareils photographiques argentiques

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les flashs

Le principe du flash électronique consiste à délivrer une forte puissance pendant un très court instant. Son ancêtre, la poudre de magnésium, provoqua de nombreux accidents, et le premier vrai progrès dans ce domaine est venu avec l'ampoule fermée flash bulb dont on enflamme le filament de magnésium avec un courant électrique. Le flash électronique s'imposera définitivement à la fin des années 1940 grâce à l'Américain Harold Edgerton (1903-1990) qui avait travaillé sur le stroboscope pendant plusieurs années auparavant. Sur beaucoup d'appareils, le flash est maintenant intégré et son fonctionnement ne pose plus guère de problème à l'utilisateur.

Flash électronique : grande puissance, petite taille

Dans un flash, et quelle que soit sa puissance, un système d'alimentation – secteur ou batterie – permet de charger des condensateurs. Lors de la synchronisation, les électrons stockés dans ces condensateurs affluent vers le tube. À l'intérieur, ce gaz s'ionise, et le choc des particules devient photoémissif pendant un très court instant. La qualité de cet illuminant dépend des caractéristiques électriques et chimiques du système.

Puissance

La puissance des flashs portables ne s'exprime pas avec des unités électriques mais avec un nombre guide (NG). Celui-ci est calculé pour 100 ISO en fonction de l'ouverture f du diaphragme et de la distance d (exprimée en mètres) : NG = d.f

Les têtes zoom, qui se sont généralisées à la fin des années 1980, ont imposé un nouveau paramètre : la couverture (ou angle de champ). La puissance doit alors être exprimée à couverture égale.

Pour exprimer la puissance des flashs utilisés en studio, on utilise le joule ou, plus couramment, le watt.seconde (Ws). Pour les modèles compacts destinés à être emportés sur site, ces puissances vont de 200 Ws à 1 500 Ws. Les gros générateurs de studio peuvent délivrer jusqu'à 6 000 Ws sur plusieurs sorties, avec une répartition symétrique ou asymétrique de l'énergie.

Du flash intégré au générateur de studio

Les plus petits flashs électroniques sont intégrés aux appareils. Pour gagner de la place et améliorer l'esthétique, ils sont parfois rétractables et, lorsqu'on veut s'en servir, se déplient automatiquement ou sur commande de l'utilisateur. Plus puissant, le flash « cobra » tient son nom de sa forme et de sa position, dressée au-dessus de l'appareil. Il possède sa propre alimentation électrique et, la plupart du temps, une tête orientable pour travailler en lumière indirecte, réfléchie sur un plafond ou un mur, par exemple. Plus puissantes encore, les torches, qui se fixent sous la semelle des appareils photographiques. Elles offrent une autonomie accrue grâce aux accumulateurs logés dans la poignée.

Photographie : flash cobra

Photographie : Photographie : flash cobra

Les flashes cobra se montent sur la griffe porte-accessoire des appareils photographiques. Leur tête zoom leur permet d'adapter l'angle du faisceau à la focale de l'objectif utilisé. 

Crédits : Photo Nikon

Afficher

En studio, il faut de très grandes puissances, que l'on ne peut obtenir qu'en branchant les unités sur le secteur. Il existe deux catégories de flashs de puissance :

– les compacts, parfois appelés monoblocs, qui sont utilisés par les photographes se déplaçant et installant leurs studios sur site ;

– les systèmes à générateur séparé, qui offrent le maximum de puissance et de souplesse.

Modes de fonctionnement

En mode manuel, il suffit d'avoir des abaques pour déterminer la bonne exposition ou de calculer cette exposition en fonction du NG. Le posemètre/flashmètre permet de faire des mesures plus précises avec des éclairages compliqués. Le principe de fonctionnement est le même qu'en lumière ambiante (cf. Mesure de la lumière).

Lorsque le flash possède une cellule photoélectrique, il fonctionne en automatique (ou « au computer »). Cette cellule « regarde » le sujet et commande la coupure de l'éclair lorsque la lumière est suffisante. Les défauts les défauts sont les mêmes qu'en lumière ambiante : pour la cellule qui travaille en lumière réfléchie, tous les sujets sont gris (cf. Mesure de la lumière).

En mode TTL (through the lens), c'est le boîtier qui commande le flash. La cellule est placée derrière l'objectif, et elle « regarde » le film (mesure OTF, off the film). Lorsque la lumière est suffisante, le calculateur coupe l'éclair. La toute première version du TTL, mise au point par Olympus sur l'OM-1n, a beaucoup évolué, notamment avec l'intégration de la lumière continue pour la prise de décision, intégration qui permet la compensation automatique des contre-jours (fill-in).

Sur certains appareils, le flash envoie un pré-éclair pour évaluer et améliorer sa mesure. En TTL-D (D pour distance), la distance au sujet est [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

Photographie : principe d'un appareil photographique

Photographie : principe d'un appareil photographique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Photographie : principe de la visée reflex

Photographie : principe de la visée reflex
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Photographie argentique : appareil reflex bi-objectif

Photographie argentique : appareil reflex bi-objectif
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Photographie argentique : appareil télémétrique

Photographie argentique : appareil télémétrique
Crédits : Photos Leica

photographie

Afficher les 12 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  PHOTOGRAPHIE  » est également traité dans :

PHOTOGRAPHIE - Histoire des procédés photographiques

  • Écrit par 
  • Jean-Paul GANDOLFO
  •  • 7 276 mots
  •  • 3 médias

La chronologie du processus d'invention de la photographie est antérieure de plusieurs siècles à sa période de divulgation. C'est grâce aux avancées significatives de l'optique et de la photochimie, en particulier aux xviie et xviiie siècles, que l'élaboration d […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Procédés argentiques

  • Écrit par 
  • Jean-Paul GANDOLFO
  •  • 9 974 mots
  •  • 7 médias

Les procédés argentiques reposent sur l'exploitation de la photosensibilité de trois halogénures d'argent : le bromure, le chlorure et l'iodure d'argent. Ces trois composés ont accompagné l'évolution de la photographie depuis son invention. Impliqués dans la plupart des techniques développées au cours du xixe siè […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Procédés de prise de vue numérique

  • Écrit par 
  • André CHABANETTE
  •  • 6 044 mots
  •  • 19 médias

Les appareils photographiques numériques ne sont que des clones électroniques des appareils argentiques (tabl. l). Le film et la plupart des éléments mécaniques de ces derniers sont remplacés par des éléments électroniques de plus en plus sophistiqués. L'image, obtenue sous forme d'un signal analogique, est « développée » et « traitée » immédiatement par un ordinateur embarqué dans l'appareil. Cet […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Sensitométrie

  • Écrit par 
  • Bernard LEBLANC
  •  • 8 500 mots
  •  • 4 médias

Une fois passé l'émerveillement d'avoir enfin obtenu les premières photographies, les pionniers entreprirent immédiatement des recherches et des investigations afin d'améliorer les procédés. Une problématique s'imposa d'abord à tous : l'assurance d'obtenir des images correctement exposées. La chose ne devint réaliste qu'avec l'apparition des plaques « sèches » et des films industriels. Les premier […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Appareils photographiques numériques

  • Écrit par 
  • Maxime CHAMPION
  •  • 2 137 mots
  •  • 3 médias

Apparus massivement au début des années 1990, les appareils photographiques numériques ne sont pas de prime abord très différents de leurs homologues qui utilisent du film (cf. Appareils photographiques argentiques 1. Principe). Ce qui change est le support de récupération de l'information, et avec lui tout ce qui concerne le traitement du signal et le stockage de l'information sous forme de fichi […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Optique photographique

  • Écrit par 
  • Pascal MARTIN
  •  • 3 542 mots
  •  • 7 médias

Le principe d'enregistrement d'une image suppose non seulement une surface sensible mais également un système optique nommé objectif. Ce dernier, en fonction de ses caractéristiques intrinsèques, modifie la taille de l'image ainsi que le champ enregistré, c'est-à-dire l'espace photographié.On distingue classiquement les paramètres quantitatifs d'un ob […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Objectifs photographiques

  • Écrit par 
  • Pascal MARTIN
  •  • 5 509 mots
  •  • 10 médias

Pour obtenir une image, quel que soit son mode d'enregistrement (fixe ou animée) ou sa nature (argentique, analogique, numérique), un dispositif opto-mécanique est indispensable : c'est l'objectif. Constitué d'une lentille (appareils prêt-à-photographier) ou – dans la plupart des cas – de plusieurs, celui-ci permet de transposer un objet en trois dime […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Matériels de traitement argentique

  • Écrit par 
  • André CHABANETTE
  •  • 3 727 mots
  •  • 8 médias

Il existe deux marchés bien séparés de la photographie : le marché des photographes amateurs et le marché des photographes professionnels. Les laboratoires, couvrant en partie ou en totalité ces deux marchés, sont utilisateurs depuis de nombreuses années d'équipements, le plus souvent hybrides analogiques-numériques, qui leur permettent de développer les films et d'effectuer des tirages, en corrig […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Matériels de traitement numérique

  • Écrit par 
  • André CHABANETTE
  •  • 4 463 mots
  •  • 11 médias

Les matériels de traitement pré-numérique des images sont apparus avec le premier appareil photographique vidéo-analogique, le Mavica, présenté par Sony en 1981. Cet appareil, considéré à tort comme le premier appareil photographique numérique, était muni d'un capteur CCD (charge coupled device) et enregistrait des images analogiques (et non pas encore numériques) sur un nouvea […] Lire la suite

ALINARI LES

  • Écrit par 
  • Elvire PEREGO
  •  • 1 435 mots
  •  • 2 médias

La révolution du regard et de l'imaginaire engendrée au xix e  siècle par l'invention de la photographie, trouve une illustration éclatante dans l'aventure de la dynastie Alinari. Fondé entre 1852 et 1954, à Florence, l'atelier Alinari constitue un trésor que les historiens de l'art connaissent bien et auquel d'aucuns, parmi les plus grands, apportèrent leur collaboration : John Ruskin, Bernard Be […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Maxime CHAMPION, « PHOTOGRAPHIE - Appareils photographiques argentiques », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-appareils-photographiques-argentiques/