PHONÈME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un système d'oppositions

La phonologie, qui s'inscrit à son origine dans la tradition structuraliste, entend décrire le système phonologique de chaque langue, c'est-à-dire l'ensemble des relations entre les unités appelées « phonèmes » : « définir un phonème, c'est indiquer sa place dans le système phonologique, ce qui n'est possible que si l'on tient compte de la structure de ce système », déclare Nicolas Troubetzkoy, l'un des pionniers de la phonologie. Le phonème est la plus petite unité (dépourvue de sens) isolable sur la chaîne parlée, qui permet de constituer des unités significatives et qui est elle-même analysable en traits distinctifs. Dans ses Principes de phonologie (1939), Troubetzkoy explicite la méthode permettant d'identifier les phonèmes d'une langue. On recherche d'abord les oppositions phoniques reconnues par les locuteurs de la langue comme sous-tendant des signes distincts (par exemple, en français, entre « ni » et « nu »), puis le mode de réalisation de cette opposition (ici la position des lèvres, rétractées pour « ni », arrondies pour « nu » : on dira dans ce cas que la labialisation constitue en français un trait distinctif, ou trait pertinent). De proche en proche, c'est l'ensemble des phonèmes de la langue qui, tels le « i » de « ni » et le « u » (noté /y /) de « nu », sont ainsi dégagés.

Chaque langue possède un nombre restreint de phonèmes (de l'ordre de quelques dizaines). Ainsi le système vocalique du français comporte-t-il treize voyelles (dont trois nasales), qui sont analysables en seulement quatre traits distinctifs : la nasalité (opposition entre voyelles nasales et voyelles orales), le point d'articulation (opposition entre voyelles d'avant comme /i / et voyelles d'arrière comme /e /), la labialisation (opposition entre voyelles à lèvres rétractées comme /i / et voyelles à lèvres arrondies comme /y /) et l'aperture (opposition entre voyelles fermées comme /i / et voyelles ouvertes comme /a /). Il s'agit donc bien de la réalisation d'un système en tant que tel : on ne cherche pas à décrire exhaustivement les faits physiques, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PHONÈME  » est également traité dans :

ALEXIES

  • Écrit par 
  • Marie-Pierre de PARTZ
  •  • 1 650 mots

Dans le chapitre « Les pathologies acquises de la lecture »  : […] Selon leur localisation et leur étendue, les lésions cérébrales perturbent différemment les circuits cérébraux qui sous-tendent l’activité de lecture. Les déficits affectant cette dernière prennent des formes diverses qui sont associées ou non à d’autres altérations du langage (comme l’écriture). Ainsi, certains patients présentent un déficit de l’identification des lettres. Dans les cas les plus […] Lire la suite

APPRENTISSAGE DE LA LECTURE

  • Écrit par 
  • Jonathan GRAINGER, 
  • Johannes ZIEGLER
  •  • 1 842 mots

Dans le chapitre « Les mécanismes de l’apprentissage de la lecture »  : […] Pour apprendre à lire, l’enfant dispose de deux mécanismes. Le premier c’est l’apprentissage « par cœur » de la forme visuelle des mots. Ce mécanisme est limité car, dans la majorité des systèmes d’écriture, les mots sont composés d’un petit nombre d’éléments – les lettres dans les systèmes alphabétiques – ce qui rend les mots visuellement peu distincts. Apprendre par cœur nécessiterait la mémoris […] Lire la suite

APPRENTISSAGE DE L'ORTHOGRAPHE

  • Écrit par 
  • Sébastien PACTON
  •  • 1 956 mots

L’apprentissage de tout système d’écriture impose que les enfants comprennent comment le langage écrit représente le langage oral. Dans les systèmes alphabétiques, les phonèmes (unités sonores minimales du langage) sont représentés par des graphèmes (lettre ou groupes de lettres, par exemple o , ou , eau ). Cependant, d’un système à l’autre, les correspondances entre unités orales et écrites sont […] Lire la suite

COMBINATOIRES VARIANTES

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 260 mots

On appelle « variantes combinatoires » les formes différentes que peut prendre une même unité, et qui dépendent nécessairement du contexte où se rencontre l'élément considéré. Les formes ainsi identifiées s'excluent mutuellement dans un environnement donné. Ainsi, en morphologie, on dira que les formes françaises /al/, /i/ et /v/ dans /võ/, /irõ/ et /alõ/ (c'est-à-dire : vont , iront et allons ) […] Lire la suite

DISTRIBUTION COMPLÉMENTAIRE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul MOURLON
  •  • 255 mots

En phonologie, situation dans laquelle deux sons du langage appartenant au même phonème n'apparaissent jamais dans le même contexte. C'est ainsi qu'en français les deux [l] de « lit » et de « balle » sont tout à fait différents ; le [l] sonore de « lit » ne se rencontre qu'avant les voyelles et le [y], alors que le [l] sourd de « balle » n'apparaît que devant toutes les autres consonnes et à la […] Lire la suite

DOUBLE ARTICULATION

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 303 mots

Dans le cadre de la linguistique fonctionnelle d'André Martinet, la double articulation désigne la propriété de tout énoncé linguistique d'être segmenté à deux niveaux : à un premier niveau (la première articulation), en unités ayant à la fois une face formelle ( signifiant , dans la terminologie saussurienne) et une face significative ( signifié , dans la même terminologie) ; ces unités peuvent ê […] Lire la suite

ESSAIS DE LINGUISTIQUE GÉNÉRALE, Roman Jakobson - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Gabriel BERGOUNIOUX
  •  • 898 mots

Dans le chapitre « Du phonème aux traits distinctifs »  : […] « La description comparative des systèmes phonématiques [≈ phonologiques] de langues nombreuses et diverses, et leur confrontation avec l'ordre des acquisitions phonématiques dans l'apprentissage du langage par l'enfant, ainsi qu'avec le démantèlement progressif du langage et du système phonématique dans l'aphasie, nous fournissent d'importantes indications sur l'interrelation et la classification […] Lire la suite

ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LES MALENTENDANTS

  • Écrit par 
  • Jacqueline LEYBAERT
  •  • 2 560 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La langue des signes, structure, et acquisition »  : […] Un pas important dans la reconnaissance de la LS comme un vrai langage a été franchi grâce à l’analyse linguistique de l’American Sign Language (ASL) faite par William Stokoe : la LS possède les équivalents d’une phonologie, d’une morphologie, et d’une syntaxe. La phonologie décrit le niveau d’analyse auquel des unités distinctives du langage (éléments sans signification) se combinent pour forme […] Lire la suite

LINGUISTIQUE - Domaines

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 6 184 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Phonétique et phonologie »  : […] La distinction entre phonétique et phonologie, développée par Roman Jakobson et Nikolaï Troubetzkoy, constitue l'un des apports décisifs du cercle linguistique de Prague. La phonétique a pour objet les sons dans leur réalisation concrète indépendamment de leur fonction linguistique, tandis que la phonologie a pour objet les phonèmes. Le phonème est la plus petite unité phonique distinctive (ainsi […] Lire la suite

OPPOSITION CONCEPT D'

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 18 813 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La linguistique : de l'analyse lexicale à la phonologie de Jakobson »  : […] Les linguistes utilisent aujourd'hui les termes d' opposition et de contraste pour désigner toutes formes de rapports de différence, respectivement sur les axes paradigmatique et syntagmatique – distinction que n'avait pas encore effectuée F. de Saussure. Dans l'étude des unités lexicales, des lexèmes, l'analyse linguistique moderne distingue trois sortes de « contraires », ceux-ci étant définis […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Catherine FUCHS, « PHONÈME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/phoneme/