PHOBIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les phobies infantiles : le petit Hans

L'observation, publiée par Freud en 1909, concernant le symptôme que présentait un jeune garçon de trois ans et demi, est une référence exemplaire et irremplaçable pour la compréhension du phénomène phobique. Hans, fils d'un disciple et ami de Freud, confie à son père qu'il a peur qu'un cheval ne le morde. Une phobie des chevaux se constitue chez lui, qui l'amène à fuir toutes les situations, les lieux et circonstances où l'objet de sa peur se manifesterait à lui. Le père, tentant de comprendre psychanalytiquement la chose (la « bêtise » comme Hans et ses parents nomment cette phobie), entreprend de se faire le psychothérapeute de son petit garçon et transmet au maître ses notations, interventions et interprétations. La reprise de cette observation princeps permet à Freud de confirmer ce qu'il a découvert de la sexualité infantile et du complexe d'Œdipe, et de saisir quelques-uns des ressorts de ce qui spécifie, à son origine, le phénomène phobique.

Selon Freud, la phobie de Hans est liée, dans son surgissement même, à ce qui, du conflit œdipien auquel est voué chaque petit d'homme, s'organise à partir du complexe de castration, lequel est lié lui-même à la différence des sexes. Hans a une petite sœur depuis quelques mois. Il aime déjà de façon masculine sa mère qui est le centre de son monde, encore qu'il interroge les rapports de puissance et d'autorité entre le mari et la femme. En fait, il interroge le monde de réalités et de significations obscures dans lequel il cherche à se situer. Il écoute et vérifie les discours qui sont prononcés autour de lui ou qui s'adressent à lui ; il joue avec les mots, avec les images, avec les comportements des autres. Il joue aussi avec ses rêves et ses phantasmes (et le père interrogateur l'y incite). Mais tout cela se rassemble et se fixe en une question qui concerne le corps, et plus particulièrement le sexe. Décentré de sa position initiale du fait de la naissance d'Anna sa petite sœur, son attention se fixe sur le lieu d'où apparaît la « différence » qu'il veut d'abord méconnaître. Le « [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : ancien chef de clinique à la faculté de médecine de Paris, psychanalyste

Classification


Autres références

«  PHOBIE  » est également traité dans :

ANXIÉTÉ

  • Écrit par 
  • Daniel WIDLÖCHER
  •  • 2 615 mots

C'est seulement au cours de la seconde moitié du xix e siècle que le concept d' anxiété apparaît dans le domaine de la pathologie. Jusqu'alors, les peurs irraisonnées étaient considérées comme une expression, parmi d'autres, des passions tristes ou d'une erreur de jugement proche du délire. Morel, psychiatre parisien, décr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anxiete/#i_13030

ENFANCE (Les connaissances) - Enfant et psychanalyse

  • Écrit par 
  • Colette MISRAHI
  •  • 5 207 mots

Dans le chapitre « Le « petit Hans » »  : […] L'exemple le plus simple et le plus connu, celui du « petit Hans », est exposé par Freud dans les Cinq Psychanalyses. Il faut préciser les circonstances dans lesquelles s'engagea cette analyse très particulière qui vit l'entrée d'un enfant sur la scène psychanalytique. C'est en 1905 que Freud publie à Vienne les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enfance-les-connaissances-enfant-et-psychanalyse/#i_13030

HYSTÉRIE

  • Écrit par 
  • Thérèse LEMPÉRIÈRE
  •  • 7 597 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Hystérie de conversion et hystérie d'angoisse »  : […] Sous le terme hystérie d'angoisse , Freud isola une variété particulière de névrose dont le symptôme central est la phobie  ; il en souligna la similitude structurale avec l' hystérie de conversion . En effet, dans l'un et l'autre cas l'action du refoulement tend essentiellement à séparer l'affect de la représentation. Cependant, Fr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hysterie/#i_13030

NÉVROSE

  • Écrit par 
  • René DIATKINE
  •  • 4 773 mots

Dans le chapitre « Structures spécifiques des symptômes »  : […] Bien que répondant aux caractères généraux qui viennent d'être décrits, les symptômes des différentes névroses ont une organisation spécifique. La conversion hystérique est caractérisée par la valorisation symbolique d'une partie ou de la totalité du corps (dans la crise névropathique). Elle s'accompagne d'un refoulement massif de tout affect pénible, tout en laissant le sujet dans un état de pro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nevrose/#i_13030

PROJECTION, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 1 771 mots

Dans le chapitre « Le concept dans l'œuvre de Freud »  : […] Aux deux mécanismes de défense qu'il avait décrits en 1894, à savoir la conversion (transposition de l'affect désagréable sur le registre somatique, chez l'hystérique) et le déplacement (qui fait qu'une représentation intense, chez l'obsessionnel, est remplacée par une autre plus neutre, en vertu d'un lien associatif), Freud ajoute en 1896 la projection paranoïaque, par laquelle le sujet, au cour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/projection-psychanalyse/#i_13030

PSYCHOLOGIE CLINIQUE DE L'ANXIÉTÉ

  • Écrit par 
  • Alexandre HEEREN
  •  • 995 mots

Dans le chapitre « Les catégories de troubles anxieux  »  : […] Sous l’impulsion de ces travaux, les systèmes internationaux de classification des maladies, dont le Manuel d iagnostique et s tatistique des t roubles m entaux (D.S.M), ont progr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-clinique-de-l-anxiete/#i_13030

REFOULEMENT

  • Écrit par 
  • Pierre FISZLEWICZ
  •  • 3 618 mots

Dans le chapitre « Le refoulement dans les diverses affections »  : […] Dans l' hystérie de conversion, le refoulement est constamment à l'œuvre : « Le contenu représentatif du représentant pulsionnel est radicalement soustrait à la conscience ; comme formation de substitut et, en même temps, comme symptôme, une innervation très forte, somatique dans les cas typiques, de nature tantôt sensorielle, tantôt motrice, soit excitation, soit inhibition. » C'est une innervat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/refoulement/#i_13030

TROUBLE D'ANXIÉTÉ SOCIALE

  • Écrit par 
  • Grazia CESCHI
  •  • 1 175 mots

Dans le chapitre « Historique »  : […] La première description formelle du T.A.S. date du début du xx e siècle. Le trouble entre officiellement dans la nosographie des pathologies mentales définie par l’Association américaine de psychiatrie (A.P.A.) en 1980, lors de la publication de la troisième édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trouble-d-anxiete-sociale/#i_13030

Voir aussi

Pour citer l’article

François PERRIER, « PHOBIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/phobie/