MÉDIÉVALES PHILOSOPHIES & THÉOLOGIES, du XIIIe au XVe s.

ABRABANEL (1437-1509)

  • Écrit par 
  • Colette SIRAT
  •  • 909 mots

Abrabanel ou Abarbanel (Isaac ben Juda ou Yzḥaq ben Yehūdah) est considéré comme le dernier philosophe juif d'Espagne. Il fut d'abord un homme d'État et servit la maison royale d'Espagne jusqu'à l'expulsion des Juifs, en 1492. Il se réfugia alors en Italie où il composa ses ouvrages, qui consistent surtout en des commentaires. Ces œuvres sont le reflet de l'époque : par leur étendue d'abord et pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abrabanel/#i_89181

ABULAFIA ABRAHAM BEN SAMUEL (1240-apr. 1291)

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 340 mots

Kabbaliste né à Saragosse, Abulafia voyage dès sa première jeunesse en Palestine, où la guerre des chrétiens contre les musulmans l'arrête à Acre et le force à revenir en Europe. Il se marie en Grèce, puis séjourne quelque temps en Italie, à Capoue, où il étudie sous la direction de Hillel ben Samuel de Vérone et de Baruch Togarmi, auteur d'un commentaire du Sefer Yesira . Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abraham-ben-samuel-abulafia/#i_89181

ALBALAG ISAAC (XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 307 mots

Philosophe et traducteur juif, qui a vécu probablement en Catalogne. Son œuvre principale est la traduction du Magasid al-Falasifa d'al-Ghazali, à laquelle il a joint des notes critiques réunies sous le titre de Tiqqun ha-De‘et (éd. critique G. Vajda, Jérusalem, 1973) et destinées à définir les rôles respectifs de la révélation et de la philosophie dan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albalag-isaac/#i_89181

ALBERT LE GRAND (1193?-1280)

  • Écrit par 
  • Édouard-Henri WÉBER
  •  • 1 724 mots

Dominicain, maître de l'université de Paris (d'où son nom de « Maître Albert »), évêque, savant, philosophe et théologien célèbre du xiii e  siècle, Albert a, de son vivant, joui du titre de « Grand » et, par la suite, de celui de « Docteur universel ». La légende lui a beaucoup prêté. Encombrée d'apocryphes, son œuvre multiforme (elle a acclimaté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-le-grand/#i_89181

ALBERT DE SAXE (1316 env.-1390)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 353 mots

Philosophe scolastique allemand né vers 1316, à Helmstedt en Saxe, mort le 8 juillet 1390 à Halberstadt en Allemagne. Albert de Saxe, aussi connu sous le nom d’Albert de Helmstedt, étudie à Prague, puis à l’université de Paris où il enseigne les arts de 1351 à 1362. Il est nommé recteur en 1353. Il s’agit vraisemblablement d’Albert de Ricmestorp ou de Rückmersdorf, recteur de l’université de Vien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-de-saxe/#i_89181

ALEXANDRE DE HALÈS (1185 env.-1245)

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 943 mots

Originaire de Hayles (Halès en français), dans le comté de Gloucester, Alexandre de Halès, premier franciscain à enseigner à l'Université de Paris, y fut d'abord un des principaux maîtres séculiers. Il était bachelier sententiaire entre 1120 et 1126. Outre ses Questiones disputate antequam esset frater , on connaît sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-de-hales/#i_89181

ANALOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre DELATTRE, 
  • Alain de LIBERA
  • , Universalis
  •  • 10 454 mots

Dans le chapitre « La tradition antique et médiévale »  : […] L'histoire du concept philosophique d'analogie, dont la théorie de l'« analogie de l'être » est un moment essentiel mais non exclusif, peut être aujourd'hui retracée indépendamment des deux modèles de description qui ont longtemps prévalu dans la tradition historiographique de l'«  aristotélisme médiéval » : l'interprétation strictement « aristotélicienne » et l'interprétation « aristotélico- thom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/analogie/#i_89181

ARISTOTÉLISME MÉDIÉVAL

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 4 994 mots
  •  • 1 média

La place de la tradition aristotélicienne dans l'histoire de la pensée médiévale, le sens et la portée de son influence sur la scolastique tardive, le nombre et la nature des innovations qu'elle a sinon toujours directement suscitées, du moins souvent permises ou plus simplement encadrées, bref, l'ensemble des facteurs et des données historiques qui ont contribué à forger l'image d'un Moyen Âge t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristotelisme-medieval/#i_89181

ART (Aspects esthétiques) - Le beau

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD
  •  • 5 570 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Du Beau transcendantal »  : […] Cette relation entre le Beau et le Bien se renforce durant le Moyen Âge. La pensée médiévale est ainsi influencée à la fois par le néo-platonisme et par Aristote. Elle accentue le privilège du Beau-Bien intelligible au détriment de la dimension du vécu et de l'expérience de plaisir. Ce privilège tient aux nombreux penseurs du Moyen Âge qui font du Beau un des transcendantaux – ces propriétés qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-aspects-esthetiques-le-beau/#i_89181

AUGUSTINISME

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN, 
  • Jeannine QUILLET
  •  • 5 573 mots

Dans le chapitre « L'horizon eschatologique de la thématique augustinienne »  : […] L'apparition d'Aristote à l'horizon de la philosophie politique à partir du xiii e  siècle ne fut pas un obstacle à la persistance de l'augustinisme politique : les grands docteurs des xiii e et xiv e  siècles traiteront tous des relations du pou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/augustinisme/#i_89181

AVERROÏSME

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 1 591 mots

Si le terme « averroïsme » doit désigner en principe la doctrine propre à Averroès et à ceux qui s'en réclament, on l'applique d'ordinaire à un courant de pensée qui, dans l'Occident latin, commence au xiii e  siècle pour s'achever vers le xvii e . On s'est demandé si ce nom était bien choisi : la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/averroisme/#i_89181

AVICENNISME LATIN

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 6 636 mots

L'influence d'Avicenne sur la pensée médiévale est telle qu'il est difficile de donner un sens à l'expression d'avicennisme latin sans en réduire en même temps la portée. De fait, comment ramener à l'unité d'un courant isolable la présence multiple et efficace d'une pensée que les auteurs les plus divers ont toujours utilisée comme une source d'information positive, souvent comme un instrument d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/avicennisme-latin/#i_89181

BONAVENTURE saint (1217-1274)

  • Écrit par 
  • Edith WEBER
  •  • 1 294 mots

Jean Fidanza, dit Bonaventure, né à Bagnoregio (près d'Orvieto) en 1217, étudie à la faculté des arts de Paris de 1236 à 1242. En 1243, il entre dans l'ordre des Franciscains à Paris et poursuit ses études de théologie jusqu'en 1248, sous la direction d'Alexandre de Halès. Bachelier biblique de 1248 à 1250, il commente à Paris l'Évangile selon Luc (commentaire sans doute remanié plus tard) et comp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bonaventure/#i_89181

BURIDAN JEAN (1300 env.-apr. 1358)

  • Écrit par 
  • Francis RUELLO
  •  • 454 mots

Recteur de l'université de Paris en 1328 et en 1340, commentateur d'Aristote et logicien. L'enseignement en logique de Jean Buridan ( Summulae logicae ) dépend de celui de Pierre d'Espagne et de celui d'Ockham. S'il reçoit du premier la distinction entre la « signification » d'un nom et sa « valeur de suppléance » ou de « substitution », il estime avec le second que toutes le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-buridan/#i_89181

BURLEIGH WALTER (1275-apr. 1343)

  • Écrit par 
  • Denis COUTAGNE
  •  • 280 mots

Philosophe anglais, l'un des premiers logiciens scolastiques. Walter Burleigh (ou Burley) fit ses études à Oxford, où il connut Guillaume d'Ockham. Il rejoignit ensuite Jean Duns Scot à Paris, où il fut reçu docteur et où il enseigna pendant quelque temps. Revenu en Angleterre, il fut précepteur du prince de Galles, le futur Édouard III, et devint professeur à Oxford. Selon certaines traditions, i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/walter-burleigh/#i_89181

CAJÉTAN TOMMASO DE VIO dit (1469-1534)

  • Écrit par 
  • Bruno PINCHARD
  •  • 1 236 mots

Le plus grand théologien catholique de la Renaissance, Tommaso de Vio, était né à Gaète (d'où le nom qu'on lui donna — Il Caietano), dans une famille noble. Il entra chez les dominicains à Naples en 1484, dans ce même couvent où furent admis, avant lui, Thomas d'Aquin et, après lui, Tommaso Campanella et Giordano Bruno. C'est d'abord dans la dispute philosophique qu'il sut s'imposer. Après des étu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cajetan/#i_89181

CATHARES

  • Écrit par 
  • Christine THOUZELLIER
  •  • 6 768 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le dualisme et les Églises »  : […] Pour les cathares, le problème crucial est celui du mal, qu'on trouve dans l'univers rempli de créatures vaines et corruptibles, et qu'ils ne peuvent imputer à Dieu. Leur foi repose sur la conviction commune que ce monde visible et tout ce qu'il renferme est l'œuvre du diable. Selon le traité de Bartholomé de Carcassonne, « il y a un autre monde formé de créatures incorruptibles et éternelles ». […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cathares/#i_89181

CRESCAS ḤASDAÏ BEN ABRAHAM (1340-1410)

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 520 mots

Haute figure de la pensée juive d'Espagne à la fin du Moyen Âge, Ḥasdaï Crescas fut à la fois lié à la cour du roi d'Aragon et établi dans les fonctions de grand rabbin de la communauté de Saragosse. À l'orée de ce siècle qui allait être celui de l'expulsion des juifs de la péninsule Ibérique, il composa une chronique des massacres dont furent victimes ses coreligionnaires (et parmi eux son propre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hasdai-ben-abraham-crescas/#i_89181

DUNS SCOT JEAN (1266 env.-1308)

  • Écrit par 
  • Maurice de GANDILLAC
  • , Universalis
  •  • 6 225 mots

Le franciscain Duns Scot – le Docteur subtil – attire par une certaine modernité de pensée plus encore qu'il ne rebute par les difficultés ou les finesses de son système. Une des clefs du scotisme est sa réaction contre le primat de l'intellect, lié à une certaine lecture d'Aristote. Plus proche d'Avicenne (980-1037) que d'Averroès (1126-1198), Duns Scot développe une métaphysique des essences. Sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-duns-scot/#i_89181

DURAND DE SAINT-POURÇAIN (entre 1270 et 1275-1334)

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 885 mots

Dominicain malmené, pour ses prises de position antithomistes, par son ordre officiellement rangé derrière l'Aquinate, Durand, né à Saint-Pourçain (actuellement Saint-Pourçain-sur-Sioule, Allier), est en 1303 au couvent parisien des Frères prêcheurs. Élève de Jacques de Metz, lui-même dominicain non rallié au thomisme, il commente les Sentences à Paris en 1307 et 1308, comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/durand-de-saint-pourcain/#i_89181

ECKHART MAÎTRE (1260 env.-env. 1327)

  • Écrit par 
  • Louis COGNET
  •  • 2 660 mots

Maître Eckhart occupe une place à part par les problèmes qu'il soulève, par les discussions qu'il a provoquées, par les interprétations auxquelles il a donné lieu, qui lui ont valu d'être rattaché tour à tour à l'idéalisme hégélien ou au racisme pangermanique, cependant que d'éminents théologiens, spécialement des dominicains comme lui, le présen-taient comme un pur thomiste. Comment un seul pers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maitre-eckhart/#i_89181

ÉLÉAZAR DE WORMS (1163-1235)

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 415 mots

Une des figures dominantes du judaïsme allemand au Moyen Âge, Éléazar, né à Mayence, étudie dans les grandes académies talmudiques de France et de la vallée du Rhin. Il appartient à la grande famille des Kalonymides. Son père, Judah ben Kalonymos, lui enseigne la halakah et la théologie ésotérique ; mais, concernant cette dernière, ce fut Judah ben Samuel le Hassid (le Pieux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eleazar-de-worms/#i_89181

EYMERICH ou EIMERIC NICOLAU (1320 env.-1399)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 239 mots

Théologien catholique, Nicolau Eymerich (Nicolas Eymeric) fut l'inquisiteur général de Catalogne, d'Aragon, de Valence et de Majorque et l'un des défenseurs des papes d'Avignon. Né vers 1320 à Gérone, dans le royaume d'Aragon, Nicolau Eymerich entre dans l'ordre des Dominicains en 1334 et se met à écrire sur la théologie et la philosophie. Nommé grand inquisiteur vers 1357, il s'attelle à sa c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eymerich-eimeric/#i_89181

GERSONIDE LÉVI BEN GERSHOM dit (1288-1344)

  • Écrit par 
  • Charles TOUATI
  •  • 2 388 mots

Mathématicien, astronome, médecin, exégète biblique, talmudiste, théologien et philosophe, Gersonide est l'esprit le plus universel du Moyen Âge juif. Il est aussi l'un des plus indépendants, ce qui lui valut d'être attaqué aussi bien par les disciples, de stricte obédience, d'Averroès que par ses coreligionnaires traditionalistes, pour qui, jusqu'à nos jours, il est resté quelque peu suspect. Dan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gersonide-levi-ben-gershom-dit-1288-1344/#i_89181

GODEFROID DE FONTAINES (av. 1250-apr. 1305)

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 640 mots

Né près de Liège, ce clerc séculier fut étudiant à l'université de Paris vers 1270 et assista à la grande querelle entre Thomas d'Aquin, Gérard d'Abbeville et Siger de Brabant. Puis il suivit les leçons d'Henri de Gand et défendit contre lui le thomisme. Régent de théologie à Paris de 1285 à 1304, il était titulaire de la prévôté de Saint-Séverin de Cologne, puis fut chanoine de Liège, Tournai et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/godefroid-de-fontaines/#i_89181

GUILLAUME D'AUVERGNE (apr. 1180-1249)

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 1 044 mots

Sacré, en 1228 par Grégoire IX, évêque de Paris, où il avait été reçu magister theologiae en 1223, Guillaume d'Auvergne a été fortement influencé par les commentaires arabes d'Aristote et se présente à la fois comme le défenseur des ordres mendiants, alors en plein essor, et comme le tenant d'un aristotélisme réinterprété à la lumière de saint Augustin et d'Ibn Gabirol. Il a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-d-auvergne/#i_89181

GUILLAUME D'AUXERRE (1150 env.-1231)

  • Écrit par 
  • Jean RIBAILLIER
  •  • 575 mots

Parfois confondu avec Guillaume de Seignelay, évêque de Paris (mort en 1223), Guillaume d'Auxerre, maître en théologie, enseigne à l'université de Paris ; il porte le titre d'archidiacre de Beauvais, qu'il doit à l'amitié d'un évêque. Par là, il illustre cette fédération canoniale qui, au cœur du royaume capétien, s'étend de Reims à Rouen et d'Amiens à Bourges ; il fera d'ailleurs entrer un autre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-d-auxerre/#i_89181

GUILLAUME DE SHYRESWOOD (mort apr. 1267)

  • Écrit par 
  • Denis COUTAGNE
  •  • 176 mots

L'un de ces philosophes et théologiens anglais qui, tels Alexandre de Halès, Jean de Saint-Gilles, Robert de Lincoln ou Edmond Rich, viennent étudier à Paris, au début du xiii e siècle ; il a pour disciple Pierre d'Espagne, qui devient pape sous le nom de Jean XXI. Chancelier de l'université de Cambridge, Guillaume de Shyreswood commente l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-de-shyreswood/#i_89181

HASSIDISME MÉDIÉVAL

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 459 mots

Courant mystique à tendance ascétique, mouvement social et religieux qui se développa principalement entre 1150 et 1250 dans le judaïsme allemand à partir des villes de Ratisbonne dans le Sud, de Spire, Worms et Mayence en Rhénanie. « Hassidisme » dérive du mot talmudique qui désigne le dévot ( ḥasid ) et qui, dès l'origine, se réfère à la pratique assidue des vertus religieu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hassidisme-medieval/#i_89181

HENRI DE GAND ou GOETHALS (1217?-1293)

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 744 mots

Principalement connu par ses œuvres — une Summa theologica (inachevée), quinze Quodlibeta , des Questions sur la métaphysique , un commentaire de la Physique d'Aristote —, Henri de Gand ( de Gandavo ), maître séculier de l'université de Paris, enseigna la théologie de 1276 à 1292. Il fut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-de-gand-goethals/#i_89181

HENRY DE HARCLAY (1270 env.-1317)

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 385 mots

Étudiant à Oxford, puis à Paris, ordonné prêtre en 1297, Henry de Harclay enseigna la philosophie à l'université d'Oxford, dont il devint chancelier en 1312, et fut ensuite nommé évêque de Lincoln. Toute sa vie, il s'opposa aux Dominicains, mais c'est contre Jean Duns Scot qu'il édifia son œuvre philosophique, encore très mal connue. Ni réaliste, ni nominaliste, Henry s'efforce de critiquer Avicen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henry-de-harclay/#i_89181

IBN GABBAY MEIR BEN EZECHIEL (1480-1540)

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 402 mots

On ne sait que peu de chose concernant l'existence de Meir ben Ezechiel ibn Gabbay, sinon qu'il naquit en Espagne et qu'il en fut expulsé avec ses autres coreligionnaires en 1492, qu'il vécut d'une manière très précaire et, après diverses pérégrinations, qu'il s'établit en Turquie et mourut peut-être en Terre Sainte. Il composa trois ouvrages. Le premier, rédigé en 1507 et intitulé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/meir-ben-ezechiel-ibn-gabbay/#i_89181

IBN SHUAIB JOSHUA (1re moitié XIVe s.)

  • Écrit par 
  • Michel GAREL
  •  • 342 mots

Rabbin et kabbaliste espagnol de la première moitié du xiv e siècle. Joshua ibn Shuaib fut l'élève de Salomon ben Abraham Adret (le RaSHbA) et le maître de Menaḥem ben Aaron ibn Zeraḥ. Il vécut en Navarre, peut-être à Tudèle même. Il doit la notoriété à son œuvre Derashot , qui contient les sermons sur le Pentateuque qu'il d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-shuaib-joshua/#i_89181

JACOB BEN SHESHET (XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 210 mots

Kabbaliste qui vécut en Catalogne et fit partie du cénacle de Gérone, avec Azriel, Ezra ben Salomon et leur condisciple, plus jeune, Moïse ben Naḥman (Naḥmanide), lequel les dépassa tous en célébrité. La diffusion d'un des écrits de Jacob ben Sheshet a été d'ailleurs en partie due à son attribution, erronée, à Naḥmanide ; il s'agit d'un traité sur « la foi et la confiance » ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacob-ben-sheshet/#i_89181

JEAN XXI, PIERRE D'ESPAGNE (1220?-1277) pape (1276-1277)

  • Écrit par 
  • Denis COUTAGNE
  •  • 444 mots

Médecin, théologien, mais surtout logicien, Pierre d'Espagne, né à Lisbonne, fut maître ès arts à Paris avant 1246, date à laquelle il vint enseigner à la faculté de médecine de Sienne. Nommé archevêque de Braga (Portugal) en 1272, il devint l'année suivante cardinal-évêque de Tusculum et médecin du pape Grégoire X. À la mort de celui-ci, deux pontifes lui succédèrent en peu de temps, Innocent V ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-d-jean-xxi/#i_89181

JEAN DE JANDUN (1280 env.-1328)

  • Écrit par 
  • Maurice de GANDILLAC
  •  • 442 mots

Maître ès arts à l'université de Paris, Jean de Jandun fut l'ami de Marsile de Padoue et participa à la lutte politique de Louis de Bavière contre les papes d'Avignon. Mais l'intérêt majeur qu'il présente est la manière radicale dont il a séparé, dans son enseignement, les vérités de foi des conclusions « rationnelles » de la physique et de la philosophie, identifiées à la lecture d'Aristote par A […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-de-jandun/#i_89181

JEAN DE RIPA (XIVe s.)

  • Écrit par 
  • Francis RUELLO
  •  • 1 453 mots

On sait seulement de Jean de Ripa, l'un des penseurs les plus remarquables de Paris dans la seconde moitié du xiv e  siècle, qu'il publia en 1357 son commentaire des Sentences ( Lectura super Primum Sententiarum ) et que ses Determinationes , dans lesquelles il répond à Ascensius d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-de-ripa/#i_89181

KABBALE

  • Écrit par 
  • François SECRET, 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 7 274 mots

Dans le chapitre « Le « Sefer ha-bahir » »  : […] Après un très long silence dans la série des témoignages parvenus jusqu'à nous, une recrudescence des spéculations ésotériques apparaît au xii e siècle, en Europe cette fois, dans plusieurs centres, dont chacun est le foyer d'un courant particulier. L'un des documents les plus importants pour l'évolution de la mystique, et celui dont le transfer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kabbale/#i_89181

KLIBANSKY RAYMOND (1905-2005)

  • Écrit par 
  • Georges LEROUX
  •  • 902 mots

Né en France le 15 octobre 1905, le philosophe Raymond Klibansky est issu d'une famille de commerçants originaire de Francfort. La Première Guerre mondiale contraint la famille à rentrer en Allemagne. Après un court séjour à Hambourg et à Kiel, où il a eu le privilège d'être l'assistant de Ferdinand Tönnies, Raymond Klibansky entreprend ses études doctorales à Heidelberg, auprès du philosophe et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-klibansky/#i_89181

LÉON L'HÉBREU JUDA BEN ISAAC ABRAVANEL dit (1460 env.-env. 1521)

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 245 mots

Médecin, poète et philosophe juif de la Renaissance. Né à Lisbonne, où son père Isaac (Isaac ben Juda, connu sous le nom d'Abrabanel ou Abravanel) était trésorier d'Alfonse V de Portugal, Léon l'Hébreu étudia la médecine et la philosophie juive et arabe ; il gagna l'Espagne en 1483 puis l'Italie après l'expulsion des Juifs d'Espagne. Il enseigna la médecine et l'« astrologie » à l'université de Na […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leon-l-hebreu/#i_89181

LIBERA ALAIN DE (1948- )

  • Écrit par 
  • Jean-Baptiste BRENET
  •  • 1 073 mots
  •  • 1 média

Alain de Libera compte parmi les plus grands historiens de la philosophie du Moyen Âge . Éditeur, traducteur (notamment de Thomas d’Aquin, Averroès, Maître Eckhart, etc.), auteur de monographies savantes, de commentaires, d’essais et de manuels, il est depuis 2013 professeur au Collège de France, titulaire de la chaire d’histoire de la philosophie médiévale. S’il porte sur des objets variés, mais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alain-de-libera/#i_89181

LOGIQUE

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 12 995 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La logique médiévale »  : […] La logique fait partie de l'enseignement dispensé dans les facultés des arts, comme troisième année du trivium . Elle est largement utilisée aussi comme moyen d'argumentation et de discussion dans les facultés supérieures, notamment celles de théologie. La longue querelle des universaux est partiellement commandée par cette division, la théologie officielle favorisant les « r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/logique/#i_89181

LULLE RAYMOND (1233 env.-1316)

  • Écrit par 
  • Louis SALA-MOLINS
  •  • 2 774 mots

Pour les Catalans, Raymond Lulle est le créateur de leur langue. Pour les historiens de la philosophie, il reste un cas. Pour l'Inquisition, il fut un hérétique, mais un saint pour l'école franciscaine, et un géant pour les spécialistes de la littérature mystique. Pour tout le monde, il est l'auteur de l' Ars magna . Quant à lui, il se définit volontiers « procureur des infid […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-lulle/#i_89181

MARSILE DE PADOUE (1275 ou 1280-env. 1343)

  • Écrit par 
  • Jeannine QUILLET
  •  • 1 204 mots

Fils d'un « notaire » de l'université de Padoue, Marsile de Padoue (Marsilius Patavinus) appartient à un milieu de magistrats, d'obédience guelfe, qui a joué un rôle prépondérant dans la cité padouane au xiii e et au xiv e  siècle. Pourtant, son appartenance attestée au parti gibelin le fait s'en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marsile-de-padoue/#i_89181

MOÏSE BEN NAḤMAN (1194-1270)

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 753 mots

Exégète, philosophe et kabbaliste, né à Gérone, Moïse ben Naḥman, plus connu sous le nom de Naḥmanide, de son nom espagnol Bonastrug de Porta, est une figure éminente de la pensée juive médiévale. D'après son disciple Salomon ben Adret, il gagnait sa vie en exerçant la médecine. Naḥmanide était le chef spirituel de la communauté juive de la Catalogne. Il était respecté même par la cour et particip […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moise-ben-nahman/#i_89181

MOYEN ÂGE - Les universités médiévales

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 2 180 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'enseignement traditionnel »  : […] La scolastique est une technique qui fonde sur la compréhension des textes faisant autorité une analyse formelle conduisant à l'énoncé de la vérité et à ses applications. Analyse grammaticale et sémantique, d'abord, qui précise le sens littéral d'où l'on s'élèvera à l'interprétation symbolique et morale. L'enseignement est avant tout une lecture commentée, un essai d'interprétation, de clarificat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-les-universites-medievales/#i_89181

NOMINALISME

  • Écrit par 
  • Paul VIGNAUX
  •  • 3 602 mots

Lorsqu'on envisage une « enquête sur le nominalisme » à travers l'histoire de la philosophie (comme le propose la thèse de Jean Largeault), on se trouve devant une diversité de doctrines entre lesquelles l'assimilation semble purement nominale. Pour faire face à cette difficulté dans les limites d'un court article, on a choisi au Moyen Âge un nominalisme typique : celui de Guillaume d'Ockham, au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nominalisme/#i_89181

OCKHAM GUILLAUME D' (1290 env.-env. 1349)

  • Écrit par 
  • Maurice de GANDILLAC, 
  • Jeannine QUILLET
  •  • 6 684 mots

À l'époque où naît Ockham, saint Bonaventure et saint Thomas sont morts depuis plus de quinze ans et leur aîné Albert le Grand leur a survécu d'assez peu. Ni Raymond Lulle ni Roger Bacon, l'un largement quinquagénaire, l'autre probablement septuagénaire, n'ont cessé leurs combats, souvent prophétiques mais, dans la perspective de leur temps, plus ou moins marginaux. Si les condamnations de 1277, o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-d-ockham/#i_89181

OLIVI ou OLIEU PIERRE JEAN (1248 env.-env. 1298)

  • Écrit par 
  • Edina BOZOKY
  •  • 318 mots

Frère mineur, de la tendance des « spirituels », né à Sérignan, en Languedoc, mort à Narbonne. Après des études à Paris, Pierre Jean Olivi (ou Olieu) commence à enseigner en 1270 et fait ses débuts dans la littérature théologique par des commentaires sur les quatre livres des Sentences de Pierre Lombard. Il y exprime ses aspirations joachimistes et s'y déclare partisan du re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/olivi-olieu/#i_89181

ORESME NICOLE D' (1325-1382)

  • Écrit par 
  • Francis RUELLO
  •  • 292 mots

Né en Normandie, Oresme suit à Paris, à la faculté des arts, les cours de Jean Buridan dont il est le disciple et l'ami. Maître ès art en 1362, il est nommé évêque de Lisieux en 1377. En philosophie de la nature, Oresme expose avec prédilection sa théorie de la rotation de la Terre et la défend contre des objections tirées de l'expérience et de la raison, sans toutefois apporter des arguments véri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicole-d-oresme/#i_89181

PHILIPPE LE CHANCELIER (1160/80-1236)

  • Écrit par 
  • Michel-Marie DUFEIL
  •  • 361 mots

Maître en théologie de l'université de Paris en 1206, souvent confondu avec son père Philippe de Grève, Philippe devint archidiacre de Noyon en 1211 et chancelier de Notre-Dame en 1218. Pratiquant le cumul des bénéfices et défenseur des privilèges contre les mendiants, il fut mêlé à tous les conflits doctrinaux et administratifs, surtout celui de 1229-1231, et même convoqué alors à Rome pour y ent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-le-chancelier/#i_89181

PIERRE AURIOL (1280-1322)

  • Écrit par 
  • Francis RUELLO
  •  • 671 mots

Théologien franciscain, né près de Gourdon, dans le Quercy. En 1304, Pierre Auriol étudie à l'université de Paris, où il suit peut-être l'enseignement de Jean Duns Scot. En 1312, il enseigne au studium generale des Frères mineurs de Bologne et, en 1314, à celui de Toulouse. Il est licencié en théologie en 1318. De 1318 à 1320, date de son élection à la charge de provincial d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-auriol/#i_89181

PIERRE D'ABANO (1250 env.-env. 1316)

  • Écrit par 
  • Denis COUTAGNE
  •  • 281 mots

Médecin et philosophe qui enseigna à Padoue et qu'on accusa d'avoir rapporté de Paris en Italie la « peste averroïste ». Né près de Padoue, à Abano, Pierre (de Abano, Apono, ou Patavinus) passa plusieurs années à voyager : en Grèce d'abord et peut-être à Constantinople, où il aurait appris le grec ; puis à Paris, où il fréquenta la faculté des arts, sans doute encore sensible aux thèses, mêmes con […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-d-abano/#i_89181

PRÉVOSTIN DE CRÉMONE (fin XIIe-déb. XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Jean RIBAILLIER
  •  • 1 563 mots

L'un des premiers chanceliers à Paris de l'université naissante et l'une des figures maîtresses de la fin du xii e siècle, Prévostin de Crémone est représentatif d'une époque où la société chrétienne est internationale. Issu d'une obscure famille lombarde, il étudie la logique, le droit, peut-être à Bologne, et la théologie sans doute à Paris, so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prevostin-de-cremone/#i_89181

RICHARD DE MEDIAVILLA ou DE MIDDLETON (1249 env.-entre 1300 et 1308)

  • Écrit par 
  • Édouard-Henri WÉBER
  •  • 308 mots

Maître franciscain qui enseignait à Paris durant le dernier quart du xiii e  siècle. Les historiens n'ont pas encore réussi à établir si son origine était française (Menneville, ou Moyenneville) ou anglaise (on connaît un nom de famille Menneville, Middletown). On incline pour l'origine française, car un document relate l'élection de Richard à Met […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-de-mediavilla-de-middleton/#i_89181

ROBERT GROSSETESTE (1175 env.-1253)

  • Écrit par 
  • Édouard-Henri WÉBER
  •  • 227 mots

Savant et théologien anglais, né à Stradbroke (comté de Suffolk). Robert Grosseteste devint chancelier de l'université d'Oxford en 1222, régent de l'école de théologie des Franciscains à Oxford en 1224 et évêque de Lincoln (d'où l'appellation Lincolniensis ) en 1235. Réformateur de son diocèse, il lutta contre les abus issus des coutumes féodales et eut des démêlés avec l'adm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-grosseteste/#i_89181

ROGER BACON (1212/1220-1292)

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 1 837 mots

Polémiste infatigable, philosophe hardi, mathématicien, logicien, grammairien et expérimentateur accompli, Roger Bacon est la figure la plus originale de la pensée franciscaine du xiii e  siècle. Se disant lui-même « très savant en toutes sciences » et lecteur d'Aristote « plus qu'aucun autre » avant lui, il est à la fois le premier promoteur de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roger-bacon/#i_89181

ROGER MARSTON (mort en 1303)

  • Écrit par 
  • Denis COUTAGNE
  •  • 410 mots

Franciscain, disciple de saint Bonaventure et de Jean Peckham, farouche défenseur de l'augustinisme contre saint Thomas d'Aquin. Roger Marston fit ses études à Paris, en 1270 environ, et enseigna à Oxford, puis à Cambridge. De 1292 à 1298, il fut ministre de la province franciscaine d'Angleterre. On a de lui, outre un De anima , des Quaestiones disputatae […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roger-marston/#i_89181

SCIENCES HUMAINES

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 10 244 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  L'étude des humanités »  : […] Le latin humanitas , lorsqu'il traduit le grec païdeia , signifie « culture », « éducation », « civilisation ». L' humanisme est issu d'une double tradition, hellénistique (ou gréco-latine) et judéo-chrétienne (hébraïque et grecque), l'humanisme a transformé l'idée même de tradition. La conception médiévale de celle-ci était d'ordre ecclésiastique ou j […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-humaines/#i_89181

SCOLASTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 2 983 mots

Dans son emploi usuel, et qu'il soit nom générique ou adjectif, le mot « scolastique » fait naître l'idée de répétition ou commentaire du déjà-dit, de subtilité pédantesque, par opposition à l'originalité, à l'esprit de découverte par enquête sur les choses mêmes. Cette acception résume une part des critiques dirigées, depuis la Renaissance, contre le régime de pensée et d'enseignement qui caracté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scolastique/#i_89181

SEFER HA-BAHIR

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 359 mots

Traité anonyme, le premier à adopter le langage et les idées symboliques caractéristiques de la littérature kabbalistique qui s'étend du xiii e au xvi e siècle. Il est attribué à une autorité connue du Talmud, Rabbi Nehunya ben ha-Kana. Sa forme littéraire est celle d'un midraš […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sefer-ha-bahir/#i_89181

SEFER ḤASSIDIM

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 446 mots

C'est l'œuvre la plus importante qui ait été produite dans le domaine de l'éthique individuelle et sociale par le judaïsme médiéval allemand. Il reflète les conceptions du mouvement des hassidim rhénans au xii e et au xiii e  siècle. On connaît deux versions de l'ouvrage : l'une imprimée à Bologn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sefer-hassidim/#i_89181

SÉMIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Julia KRISTEVA
  •  • 5 451 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les controverses médiévales »  : […] La théorie médiévale de la signification révèle, déploie et accentue la théologie immanente à la conception stoïcienne du sens : celui-ci est une transcendance (divine ou subjective), une constance normative qui sous-tend toute manifestation verbale. Dieu en est le support essentiel qui focalise l'enchaînement diversifié de symboles (« tout est symbole de symboles ») enveloppant un univers qui ai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/semiologie/#i_89181

SIGER DE BRABANT (entre 1235 et 1240-entre 1281 et 1284)

  • Écrit par 
  • Édouard-Henri WÉBER
  •  • 349 mots

Maître de la faculté des arts (lettres et philosophie) de Paris dans la seconde moitié du xiii e  siècle. Né en Brabant (wallon sans doute), il devient chanoine de Saint-Paul à Liège. Après avoir étudié dès 1255 à Paris, où il obtient la maîtrise vers 1260-1265, Siger domine le groupe des aristotélisants hétérodoxes et apparaît comme l'auteur des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/siger-de-brabant/#i_89181

SOMME THÉOLOGIQUE

  • Écrit par 
  • Gilbert GIANNONI
  •  • 995 mots

Au cœur du Moyen Âge latin, la somme théologique marque le triomphe de l'esprit de synthèse pour l'exploration organique des propositions de la foi. Cette confiance traduit une nouvelle vision du monde ( ordinata collectio creaturarum ) selon laquelle l'harmonie, l'ordre scellent les épousailles de la raison et de la religion. Il ne s'agit pas d'une génération spontanée. Déjà […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/somme-theologique/#i_89181

SOMME DE THÉOLOGIE, Thomas d'Aquin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Charles CHAUVIN
  •  • 965 mots
  •  • 1 média

C'est vers la fin de sa courte vie que Thomas d'Aquin (1224 ou 1225-1274) a rédigé une Somme de théologie ( Summa theologiae ), à l'instar d'une vingtaine de théologiens qui composèrent au cours du xii e et du xiii e  siècle le même type d'ouvrage, gen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/somme-de-theologie/#i_89181

THIERRY DE FREIBERG (1250 env.-env. 1310)

  • Écrit par 
  • Denis COUTAGNE
  •  • 547 mots

Maître dominicain qui, au xiii e  siècle, en dépit de l'entrée d'Aristote dans les universités, se montre fidèle au néo-platonisme. Reçu dans l'ordre des Frères prêcheurs, Thierry de Freiberg gagna Paris en 1285, où il devint maître en théologie en 1297. Malgré les fonctions qu'il remplit dans son ordre, il écrivit de nombreux ouvrages portant sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thierry-de-freiberg/#i_89181

THOMAS D'AQUIN saint (1224 ou 1225-1274)

  • Écrit par 
  • Marie-Dominique CHENU
  •  • 4 372 mots
  •  • 1 média

Thomas d'Aquin, ainsi appelé du nom de la petite ville d'Aquino, sur la route de Naples à Rome, où ses parents détenaient dans le premier quart du xiii e  siècle un très modeste pouvoir féodal, ne peut être enfermé dans le crédit que lui accorde depuis sept siècles l'Église catholique ; il est le haut témoin de la novation culturelle qui, dans la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-d-aquin/#i_89181

THOMAS D'ERFURT (fin XIIIe-déb. XIVe s.)

  • Écrit par 
  • Henri-Jacques STIKER
  •  • 984 mots

Auteur d'un traité, rédigé aux alentours de 1300 et intitulé Grammatica speculativa ou De modis significandi , qui figurait jusqu'en 1921 dans les œuvres de Jean Duns Scot (éd. Vivès, Paris, 1891). Lorsque M. Grabmann corrigea cette erreur d'attribution, Heidegger venait de faire sa thèse d'habilitation sur le texte de Thomas. Cette découverte fit conna […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-d-erfurt/#i_89181

THOMISME

  • Écrit par 
  • Édouard-Henri WÉBER
  •  • 5 228 mots
  •  • 1 média

Corps doctrinal à la fois philosophique et théologique que caractérisent une forte cohérence et des perspectives critiques, le thomisme s'est rapidement imposé à l'attention. Du vivant même de son auteur, l'accueil et les oppositions ne lui ont pas manqué. Le thomisme est pourtant une entreprise irénique par son double souci de rejeter le dogmatisme hors du domaine où règne la raison et de présent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomisme/#i_89181

TRAITÉ DES MONNAIES, Nicolas Oresme - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 993 mots

Dans le chapitre « L'ouvrage d'un scolastique »  : […] Oresme est un scolastique, il exerce d'ailleurs dans sa vie des responsabilités universitaires à la tête du collège de Navarre, et son domaine de réflexion est vaste puisqu'il publie des écrits mathématiques qui font de lui le premier théoricien moderne de la notion de division. Il s'exprime suivant les modalités et la présentation de l'époque qui exigent que l'on enchaîne les citations d'Aristote […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-des-monnaies/#i_89181

UNIVERSAUX, philosophie

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 840 mots

La question des universaux est posée (mais non résolue, par dessein exprès de l'auteur) dans l' Introduction ( Eisagogè ) de Porphyre ( iii e  s.) à la Logique d'Aristote : les genres et les espèces existent-ils réellement ou sont-ils de pures conceptions de l'esprit ? Par le biai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/universaux-philosophie/#i_89181

VITAL DU FOUR (1260 env.-1327)

  • Écrit par 
  • Denis COUTAGNE
  •  • 499 mots

Né à Bazas dans la province d'Auch en Gascogne, Jean du Four prit, en entrant dans l'ordre des Frères mineurs, le nom de Vital. Envoyé en 1285 au studium generale de Paris, il commenta les Sentences . Après un temps de régence à l'université, autour de 1292-1294, il gagna Montpellier, où il fut lecteur et où il s'initia à la médecine. Il vint ensuite en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vital-du-four/#i_89181

WYCLIFF JOHN (1330-1384)

  • Écrit par 
  • Michel ARNAUD
  •  • 1 546 mots

Théologien anglais dont les écrits, plusieurs fois condamnés par l'Église, ont inspiré la pensée des hérétiques lollards et hussites, longtemps considéré comme un précurseur de la réforme luthérienne, Wycliff est aussi l'héritier de très anciens courants spirituels antipontificaux, voire anticléricaux (fraticelles, joachimites), et de la pensée gibeline (Marsile de Padoue), renforcés par les circo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-wycliff/#i_89181


Affichage 

Alain de Libera, un autre regard sur la pensée médiévale

photographie

Professeur au Collège de France depuis 2013, il a contribué par ses essais comme par ses traductions de Maître Eckhart ou de Thomas d'Aquin à renouveler notre approche de la philosophie au Moyen Âge 

Crédits : The British Academy

Afficher

Églises cathares aux XIIe et XIIIe siècles

carte

Les Églises cathares aux XIIe et XIIIe siècles et leur appartenance aux « ordres » (F Sanjek, « Les Chrétiens bosniaques et le mouvement cathare, XIIe-XVe siècle », Bruxelles-Paris, 1976) 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Saint Thomas d'Aquin, Juste de Gand

photographie

JUSTE DE GAND, Saint Thomas d'Aquin, huile sur bois Musée du Louvre, Paris 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Alain de Libera, un autre regard sur la pensée médiévale
Crédits : The British Academy

photographie

Églises cathares aux XIIe et XIIIe siècles
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Saint Thomas d'Aquin, Juste de Gand
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie