PHILIPPE II D'ESPAGNE (1527-1598)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un prince riche de plusieurs royaumes

Fils de Charles de Habsbourg et d'Isabelle de Portugal, le prince Philippe naquit à Valladolid le 21 mai 1527 et fut confié aux soins d'une noble dame portugaise. Lorsqu'il eut atteint l'âge de sept ans, son père lui constitua une maison. Son précepteur, Juan Martínez Siliceo, un ecclésiastique, lui enseigna le latin. Son gouverneur, don Juan de Zúñiga, lui fit pratiquer l'escrime, la chasse et la danse.

Premiers gouvernements (1540-1559)

En 1543, l'empereur quitta l'Espagne pour de longues années et nomma le prince Philippe régent. Philippe épousa sa cousine Marie de Portugal, qui mourut en donnant le jour à don Carlos. Charles Quint lui avait conféré en 1540 l'investiture du duché de Milan, puis lui fit entreprendre en 1548 un voyage en Italie, aux Pays-Bas et en Allemagne, laissant la régence à sa fille Marie et à son gendre Maximilien. Revenu en Espagne en 1551, Philippe s'embarqua en 1554 pour l'Angleterre, muni du titre de roi de Naples, pour épouser la reine Marie Tudor. Aucun héritier n'étant né de cette union, l'empereur rappela son fils à Bruxelles. Peu après, il abdiqua en sa faveur, lui transmettant la souveraineté des Pays-Bas (sept. 1555) puis celle de l'Espagne (janv. 1556).

Il retourna en Castille au moment où les hostilités éclataient en Italie contre Paul IV, soutenu par Henri II. Le duc d'Albe envahit les États pontificaux et empêcha le duc de Guise de conquérir Naples. Philippe II resta aux Pays-Bas d'où ses armées menaçaient directement la France. La victoire de Saint-Quentin ne put être exploitée et fut compensée par la prise de Calais par François de Guise. À la fin, Henri II et Philippe II, à bout de ressources et inquiets des progrès du protestantisme, firent la paix au Cateau-Cambrésis (3 avr. 1559). L'Italie était soumise à l'hégémonie espagnole, la France conservait Calais et les Trois-Évêchés. Veuf de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages






Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Grenoble

Classification


Autres références

«  PHILIPPE II D'ESPAGNE (1527-1598)  » est également traité dans :

ALBE FERNANDO ÁLVAREZ DE TOLEDO duc d' (1507-1582)

  • Écrit par 
  • Marie-France SCHMIDT
  •  • 630 mots

Appartenant à une illustre famille castillane, Fernando Álvarez de Toledo, duc d'Albe, se signale de bonne heure dans les expéditions de Charles Quint sur les champs de bataille d'Europe et d'Afrique : il participe à la bataille de Pavie en 1525, puis à la conquête de Tunis en 1535 et à l'expédition d'Alger contre les Turcs en 1541. La victoire de Mühlberg, qu'il remporte avec son souverain sur le […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Histoire) - Amérique espagnole

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BERTHE
  •  • 21 932 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'empire des mers et le commerce »  : […] C'est dire que l'économie coloniale américaine vit au rythme des flottes et des convois de galions. C'est une gigantesque entreprise que la Carrera de las Indias del mar Océano , et qui met en cause une multitude d'intérêts, souvent mal accordés. Ceux de l'État et du fisc sont représentés par la Casa de la contrataci ón . Derrière le consulat des marchands de Séville, on devine plus d'une fois […] Lire la suite

ATLANTIQUE HISTOIRE DE L'OCÉAN

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT, 
  • Clément THIBAUD
  •  • 13 632 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La lutte pour la maîtrise des routes de l'Atlantique »  : […] Pour les Portugais, la principale route transatlantique est celle qui longe les côtes d'Afrique et qui, par le cap de Bonne-Espérance, mène aux Indes. La route du Brésil n'est pour eux qu'un embranchement. Les Portugais n'établirent que tardivement la distinction entre vaisseaux de guerre et navires de commerce. Ils armèrent de canons leurs caraques et leurs galions afin que ces bâtiments pussen […] Lire la suite

BELGIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS
  •  • 20 605 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Le soulèvement contre Philippe II »  : […] Charles Quint abdiqua à Bruxelles en 1555, laissant les Dix-Sept Provinces à son fils Philippe II. Éduqué en Espagne, ce dernier ne parlait aucune des langues nationales et ne comprenait ni l'esprit tolérant ni l'aversion pour l'absolutisme de ses sujets. Profondément catholique, Philippe II se posait en champion du concile de Trente, du centralisme à outrance et de la persécution des protestants […] Lire la suite

BOSCH JÉRÔME (1450-1460 env.-1516)

  • Écrit par 
  • Claude-Henri ROCQUET
  •  • 8 722 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Fortune de l'œuvre »  : […] Bosch travaillait-il pour le clergé, ou, comme le pense Fraenger, pour la secte des Homines intelligentiae  ? Seule certitude : très tôt, ses peintures figurent chez les princes. Plus qu'aux fidèles, n'est-ce pas à l'humaniste que s'adressent les images et les spectacles de Bosch ? L'autel est moins leur destination que la bibliothèque ou l'oratoire ; ce qui expliquerait en partie certaines variat […] Lire la suite

CARLOS don (1545-1568)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 287 mots
  •  • 1 média

Prince des Asturies, fils de Philippe II, roi d'Espagne, et de Marie de Portugal. Élevé par ses tantes, les infantes doña María et doña Juana, don Carlos ou Charles d'Autriche, à de brèves exceptions près, ne vit pas son père avant l'âge de quatorze ans. En 1554, Philippe II confia son éducation à l'humaniste Honorato Juan, mais sans grand résultat. Don Carlos était en effet un enfant malade, affe […] Lire la suite

CONSEIL DES TROUBLES

  • Écrit par 
  • Pierre GOBERT
  •  • 421 mots

En août 1567, le duc d'Albe fut envoyé aux Pays-Bas comme gouverneur espagnol à la tête d'une forte armée pour rétablir l'ordre troublé par une explosion de violences iconoclastes, dues à un nombre croissant de calvinistes. Partisan d'une répression féroce, il créa le Conseil des troubles (appelé Bloedraad , ou Conseil du sang, par les Néerlandais), comprenant de grands seigneurs néerlandais fidèl […] Lire la suite

DÉFAITE DE L'INVICIBLE ARMADA

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 224 mots
  •  • 1 média

Dans la seconde moitié du xvi e  siècle, les visées anglaises sur l'Amérique espagnole et le conflit religieux entre l'Espagne de Philippe II, champion du catholicisme, et l'Angleterre protestante d'Élisabeth I re , créent une tension entre les deux puissances qu'avive, à partir de 1572, la révolte antiespagnole aux Pays-Bas. Pour éviter l'hégémonie des Habsbourg en Europe et contrer la menace cat […] Lire la suite

EGMONT LAMORAL comte d' (1522-1568)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 430 mots

Membre de la maison d'Egmont originaire des Pays-Bas, Lamoral comte d'Egmont est surtout connu aujourd'hui par le drame que Goethe a écrit sur lui et par l'ouverture et la musique de scène composées par Beethoven pour ce drame. Dans l'histoire des Pays-Bas, il est l'un des premiers à souhaiter soustraire son pays à la tutelle étrangère. Il a servi loyalement l'Espagne au début de sa carrière. Il a […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - De l'unité politique à la guerre civile

  • Écrit par 
  • Henri LAPEYRE
  •  • 14 270 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Échec de la politique espagnole »  : […] L'histoire politique de cette période est surtout celle d'une série de revers. Néanmoins, l'Espagne resta une très grande puissance jusqu'en 1659. Philippe II avait réussi à faire l'unité de la péninsule en ceignant la couronne de Portugal (1580). Les possessions européennes comprenaient la Sardaigne, la Sicile, Naples, le Milanais, la Franche-Comté. La Belgique actuelle, confiée à l'archiduc Alb […] Lire la suite

FARNÈSE ALEXANDRE (1545-1592)

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 410 mots

Homme de guerre italien, au service de l'Espagne, Alexandre Farnèse est le fils d'Octave, duc de Parme et Plaisance. La carrière de ce grand condottiere coïncide avec l'apogée de l'hégémonie espagnole en Europe et, surtout, dans la péninsule italienne. En fait, Alexandre Farnèse, qui passera sa vie à courir les champs de bataille, est beaucoup plus ibérique qu'italien par sa mère, Marguerite d'Aut […] Lire la suite

GRANVELLE ANTOINE PERRENOT DE (1517-1586)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 434 mots

Fils de Nicolas Perrenot ministre de Charles Quint, ancien maréchal impérial à Besançon et conseiller du parlement de Dôle, Antoine de Granvelle se destine à la carrière ecclésiastique et devient évêque d'Arras en 1540. Ayant servi loyalement Charles Quint dont il est l'un des conseillers « bourguignons » tant au concile de Trente que lors de la rédaction du traité entre l'empereur et les protesta […] Lire la suite

GRECO (1541-1614)

  • Écrit par 
  • Véronique GERARD-POWELL
  •  • 2 518 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Greco et Philippe II »  : […] Le premier but du peintre, en arrivant en Espagne, était en effet d'obtenir la faveur du roi, amateur passionné de Titien. Commande royale, peut-être – ou morceau de bravoure –, L'Allégorie de la Sainte Ligue , qui rend hommage à Philippe II et à son demi-frère don Juan d'Autriche, fut appréciée du souverain et dut assurer à Greco la commande du Martyre de saint Maurice (1580-1582, Escorial) des […] Lire la suite

GUEUX LES

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 945 mots
  •  • 1 média

Né de l'opposition sociale, politique et religieuse à l'autorité de Philippe II dans les Flandres et les Pays-Bas du xvi e siècle, le mouvement des « gueux » exprime à la fois le mécontentement populaire, responsable de la flambée d'iconoclasme, et les revendications des nobles et des notables calvinistes. Écrasée dans les provinces du Sud, la guérilla se développera, au nord, en une guerre de li […] Lire la suite

GUILLAUME LE TACITURNE (1533-1584)

  • Écrit par 
  • Maurice BRAURE, 
  • Universalis
  •  • 1 416 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Sous la protection de Charles Quint »  : […] Né à Dillenburg (actuel État de Hesse), le 24 avril 1533, Guillaume est l'aîné des cinq fils de Guillaume, comte de Nassau-Dillenburg, et de sa seconde femme Juliana, comtesse de Stolberg-Wernigerode, tous deux gagnés au luthéranisme. Héritier, à onze ans, de René de Chalon, son cousin, mort en 1544 sans enfant – la célèbre devise : « Je maintiendrai » est de Chalon –, il reçoit les possessions de […] Lire la suite

HERRERA JUAN DE (1530-1597)

  • Écrit par 
  • Catherine WILKINSON-ZERNER
  •  • 4 877 mots
  •  • 4 médias

Tout pays compte quelques architectes parmi ses héros. Comme Michel-Ange ou Palladio en Italie ou Pierre Lescot en France, Juan de Herrera joue en Espagne le rôle du brillant fondateur de la tradition nationale en architecture. Ce mythe s'est imposé au cours des siècles à partir de faits bien réels : Herrera fut l'architecte principal de Philippe II pendant une trentaine d'années (env. 1567-1590) […] Lire la suite

HORNES ou HOORN PHILIPPE II DE MONTMORENCY-NIVELLE comte de (1524 env.-1568)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 250 mots

Fils de Joseph de Montmorency-Nivelle et d'Anne d'Egmont, le comte de Hornes, qui a hérité de son beau-père, le second mari de sa mère, le comté de Hornes et porte son nom, appartient à la riche noblesse des Pays-Bas, et il sert loyalement l'Espagne au cours de la majeure partie de sa carrière. Nommé successivement grand veneur, chevalier de la Toison d'or, chef du Conseil d'État des Pays-Bas, cha […] Lire la suite

INSURRECTION ANTI-ESPAGNOLE EN HOLLANDE

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 224 mots
  •  • 1 média

Depuis les années 1530, la politique habsbourgeoise de réduction des libertés locales et la persécution antiprotestante créent un fort mécontentement dans les dix-sept provinces des Pays-Bas. En 1564, une première opposition, menée par de grands seigneurs catholiques (comte d'Egmont, Guillaume d'Orange) obtient le départ du cardinal Granvelle, relais du centralisme espagnol. Mais, débordée par une […] Lire la suite

ISABELLE D'AUTRICHE (1566-1633)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 203 mots

Fille du roi Philippe II d'Espagne et de sa troisième femme Élisabeth de Valois, Isabelle fut proposée sans succès, par son père, comme héritière catholique au trône d'Angleterre après l'exécution, en 1587, de Marie Stuart et, par sa mère, comme prétendante au trône de France après l'assassinat de son oncle Henri III en 1589. En épousant Albert, archiduc d'Autriche, elle reçut en dot la souveraine […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

31 juillet - 9 août 1993 • Belgique • Mort du roi Baudouin I<sup>er</sup> et accession au trône du prince Albert de Liège.

Le 31, le roi Baudouin Ier meurt d'une crise cardiaque à Motril, en Espagne, où il passait ses vacances. Âgé de soixante-deux ans, il régnait depuis juillet 1951. Tous les partis politiques, à l'exception des extrémistes flamands, lui rendent hommage. Le 1er [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Henri LAPEYRE, « PHILIPPE II D'ESPAGNE (1527-1598) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-ii-d-espagne/