PHILIPPE DE CHAMPAIGNE OU LA PRÉSENCE CACHÉE, Louis MarinFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dieu, le Roi, le Moi

Le paysage compose un désert pour le Moi, quand finalement il voit. Le temps de la contemplation transforme tout tableau en portrait. Portrait secret, portrait portant « cet étrange secret », écrit Marin citant Pascal, « dans lequel Dieu s'est retiré impénétrable à la vue des hommes ». Les portraits, célèbres, de Champaigne, par exemple Arnauld d'Andilly et un Autoportrait connu par une copie (Louvre), sont analysés très en profondeur dans le livre de Marin. Leur défi est en quelque sorte relevé : comment un portrait peut-il rendre compte de la vérité d'un sujet qui n'accède à cette vérité que dans le renoncement à toute particularité, dans l'accès au désert intérieur ? Comment peindre un portrait alors que, comme l'écrivent les moralistes jansénistes proches de Champaigne, seul, à la limite, le crâne d'un homme – un portrait en nature morte – ferait un vrai portrait ? C'est par la voie de cette méditation sur le portrait que Louis Marin parvient à rendre compte des grands tableaux royaux : qu'est-ce que le Moi d'un Roi, le Moi au faîte de sa puissance mondaine, humilié devant Dieu ? Et comment le portrait du roi peut-il construire l'autorité de droit divin du monarque chrétien, si ce portrait atténue les fastes de sa représentation ?

On peut sans doute concevoir l'ampleur esthétique, politique et théologique de l'œuvre de Philippe de Champaigne à travers le tableau conservé au musée de Grenoble, probablement le premier tableau du peintre fréquenté par le jeune Louis Marin, Saint-Jean Baptiste désignant le Christ (1657). Jean-Baptiste le précurseur pointe, à la limite du paysage, l'infime silhouette du Fils de Dieu. L'aventure du regard aux confins du tableau accomplit la venue de Jésus, celui qui est le plus grand et cependant, dans un discret mystère, le presque impercept [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PHILIPPE DE CHAMPAIGNE OU LA PRÉSENCE CACHÉE, Louis Marin  » est également traité dans :

PASCAL ET PORT-ROYAL (L. Marin)

  • Écrit par 
  • Daniel OSTER
  •  • 1 518 mots

Depuis les années 1970, rares sont les œuvres « savantes » qui se présentent aussi comme méditations. Méditation est un mot proprement classique, dont la teneur est tout à la fois philosophique et spirituelle, transitive et intransitive. Il a un sens pour Descartes, pour Pascal plus encore, et il en a un fort voisin pour Louis Marin, dont l'œuvre s'est constituée de réfléchissements sur elle-même […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pascal-et-port-royal/#i_34193

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre-Antoine FABRE, « PHILIPPE DE CHAMPAIGNE OU LA PRÉSENCE CACHÉE, Louis Marin - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-de-champaigne-ou-la-presence-cachee/