ROTH PHILIP (1933-2018)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une scène primitive

Philip Roth est né le 19 mars 1933 à Newark, une ville industrielle du xixe siècle située dans la grande banlieue de New York, mais de l'autre côté de l'Hudson, là où commence un autre monde. La génération de ses grands-parents a fait partie de la vague d'immigration juive venue de Galicie vers 1900. Là, dans le « Vieux Pays », son grand-père se destinait au rabbinat ; une fois en Amérique, il devient ouvrier dans une fabrique de chapeaux. Son père, Herman Roth, est courtier en assurances, puis responsable d'une agence. Philip Roth a un « grand frère », Sandy (né en 1927), qui deviendra chirurgien à Chicago. Il grandit sous F. D. Roosevelt, connaît une enfance heureuse, patriote et démocrate, dans l'enclos du quartier de Weequahik. Un temps, il songe à devenir avocat, puis fait des études de lettres. En 1955, il part enseigner la littérature à Chicago – où il rencontre puis épouse une femme « ensorcelante », un peu plus âgée que lui, divorcée, mère de deux enfants, d'un milieu ouvrier du Michigan. C'est le début d'une longue saga « conjugale » en plusieurs épisodes dont les romans se feront plus que l'écho.

Philip Roth a lu Thomas Wolfe. Comme cet affamé d'Amérique, il veut échapper au petit monde provincial et familial où il a vécu jusqu'alors, et trouver son propre chemin dans le vaste monde. En 1959, il publie un recueil de nouvelles, Goodbye Columbus, qui fait scandale, du moins dans les milieux juifs bien-pensants, dont il devient l'ennemi public numéro un. Philip Roth est déjà le voyou qui a trahi sa famille. Mais si c'est le cas, cela ne va pas sans tourment pour lui. Le tiraillement entre pulsion et interdit, transgression et culpabilité, restera le centre de l'œuvre – tout comme la dialectique entre libération et trahison.

Dix ans plus tard – parenthèse pendant laquelle, après son précoce premier début, Roth est retourné faire ses classes d'écriture à l'école de Henry James – Portnoy's Complaint devient une sorte de totem pour les tumultueuses années 1960 [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

  • : professeur de littérature américaine à l'université de Paris-IV-Sorbonne et à l'École normale supérieure

Classification


Autres références

«  ROTH PHILIP (1933-2018)  » est également traité dans :

LA CONTREVIE, Philip Roth - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves PÉTILLON
  •  • 1 256 mots
  •  • 1 média

Dans le Portnoy et son complexe (1969), confession parodique, vaudeville œdipien, Philip Roth, dans le sillage du comédien Lenny Bruce, prince du monologue, avait poussé le one-man-show jusqu'à une limite difficile à dépasser. L'époque était à l'exorbitant et à l'hyperbolique. Dans les rues de New York, le Bread and Puppet Theatre faisai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-contrevie/#i_80325

POURQUOI ÉCRIRE ? (P. Roth) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Liliane KERJAN
  •  • 1 115 mots

Conçu par Philip Roth à la manière d’un testament littéraire et publié en 2017 aux États-Unis, Pourquoi écrire ? (trad. de L. Bitoun, M. et P. Jaworski et J. Kamoun, Folio, Gallimard, 2019) rassemble ses analyses et confidences d’écrivain, débarrassées « des déguisements et des inventions et des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pourquoi-ecrire/#i_80325

LE RABAISSEMENT (P. Roth) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Liliane KERJAN
  •  • 976 mots

À l'ouverture du roman de Philip Roth, Le Rabaissement (trad. M. C. Pasquier, Gallimard, 2011), la magie s'est éteinte et le déclin s'installe : comédien de grand renom, Simon Axler est en panne de jeu. Non qu'il ne soit plus sollicité – on le presse d'accepter le rôle tourmenté de Tyrone dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-rabaissement-p-roth/#i_80325

LA TACHE (P. Roth) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • André BLEIKASTEN
  •  • 961 mots
  •  • 1 média

Publié aux États-Unis en 2000, La Tache est le dernier volet de la trilogie « américaine » commencée par Philip Roth en 1997. Le premier, Pastorale américaine, évoquait les années 1960, la guerre au Vietnam, la contestation parfois violente d'une jeunesse rebelle. Puis, en 1999, ce fut J'ai épousé un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-tache/#i_80325

LE THÉÂTRE DE SABBATH (P. Roth)

  • Écrit par 
  • André BLEIKASTEN
  •  • 1 272 mots

De L'Écrivain des ombres (1979) à La Contrevie (1987), Philip Roth s'était mis en scène sous le masque tour à tour bouffon et pathétique de l'écrivain Nathan Zuckerman. Sans renoncer tout à fait aux équivoques de la fiction, il avait ensuite écrit trois textes d'inspiration plus ouvertement autobiographique : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-theatre-de-sabbath/#i_80325

SHOAH LITTÉRATURE DE LA

  • Écrit par 
  • Rachel ERTEL
  •  • 12 488 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Réverbérations au loin »  : […] Face au séisme qui ébranle la littérature européenne, celle des États-Unis, où s'affirment des romanciers juifs, ne peut qu'en subir les contrecoups. Ainsi, Edward Lewis Wallant fait de Sol Nazerman, son Prêteur sur gages (1961), un rescapé de Dachau et de Bergen-Belsen, un membre de cette société secrète qui passe ses nuits à combattre les fantômes surgis du passé. Cependant, pour la plupart de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-de-la-shoah/#i_80325

Pour citer l’article

Pierre-Yves PÉTILLON, « ROTH PHILIP - (1933-2018) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/philip-roth/