PHÉOPHYCÉES ou ALGUES BRUNES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écologie et distribution géographique

Certaines Phéophycées, Laminariales et Fucales notamment, jouent dans la végétation marine un rôle comparable à celui des arbres et des forêts dans la végétation terrestre. Les autres ordres ne jouent qu'un rôle secondaire du fait de leur taille plus réduite ou de leur faible peuplement.

Les Laminariales sont surtout localisées dans les mers froides et tempérées. Elles vivent pour la plupart dans l'étage infralittoral ou à la limite inférieure de l'étage médiolittoral, n'émergeant que peu de temps, lors des marées de vive-eau, mais pouvant atteindre 20 ou 30 m de profondeur. Dans l'Atlantique Nord, ce sont surtout les genres Laminaria et Alaria qui dominent depuis l'océan Arctique. Plus au sud, le genre Saccorhiza est caractéristique des côtes européennes et marocaines. Dans le Pacifique Nord, il existe de nombreux genres propres à cette région : Postelsia sur les rochers très battus par les vagues, Nereocystis qui, bien qu'annuel, peut atteindre 40 m de long (son très long stipe se termine par une partie renflée creuse et pleine de gaz qui lui permet de flotter en surface). Les Macrocystis, également de très grande taille (jusqu'à 50 m de long), sont abondants dans les eaux froides de l'hémisphère Sud (Nouvelle-Zélande, Tasmanie, sud de l'Australie, Afrique du Sud, Patagonie) ; ils remontent, grâce au courant froid de Humboldt, le long des côtes du Chili et du Pérou jusqu'à moins de 100 de latitude sud et réapparaissent dans l'hémisphère Nord depuis la Californie jusqu'à l'Alaska. Ces Macrocystis, remarquables par leurs stipes ramifiés portant de larges « folioles » pourvues à leur base d'une vésicule pleine de gaz, forment au-dessus des fonds où ils sont fixés de véritables prairies affleurant à la surface et fréquentées par de nombreux poissons et crustacés.

Laminariales

Dessin : Laminariales

Quelques exemples de Laminariales 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les Fucales sont répandues dans toutes les mers du globe ; beaucoup vivent dans l'étage médiolittoral et elles supportent ainsi des périodes d'émersion régulières, qui semblent nécessaires à certaines d'entre elles. Leur exigence vis-à-vis de la durée d'émersion biquotidienne détermine l'étagement de leurs peuplements. Dans la Manche, les différentes espèces se succèdent depuis le niveau des hautes mers jusqu'à celui des basses mers dans l'ordre suivant : au-dessus du niveau des hautes mers de morte-eau, le Pelvetia canaliculata est l'espèce localisée le plus haut, restant plus des trois quarts de sa vie hors de l'eau ; le Fucus spiralis lui succède jusqu'au niveau de la mi-marée ; puis le Fucus vesiculosus et l'Ascophyllum nodosum forment des peuplements étendus de part et d'autre du niveau de la mi-marée ; plus bas, le Fucus serratus s'étend jusqu'à la limite des basses mers de vive-eau ; d'autres genres, Bifurcaria et Halidrys, vivent surtout au-dessous du niveau des basses mers et ne supportent pas l'émersion.

Fucales : morphologies

Dessin : Fucales : morphologies

Quelques types morphologiques de Fucales 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Dans la Méditerranée, les Fucus font défaut, sauf dans le nord de l'Adriatique où existent des marées de faible amplitude. En revanche, de nombreuses espèces de Cystoseira et de Sargassum sont fréquentes dans l'étage infralittoral.

Le genre Fucus est exclusivement localisé dans l'hémisphère Nord, depuis le Groenland et le Spitzberg jusqu'au Maroc, ainsi que dans le Pacifique Nord. Dans les régions tempérées et froides de l'hémisphère Sud (Australie et Nouvelle-Zélande en particulier) se rencontrent de nombreux genres propres à ces régions, notamment le genre subantarctique Durvillea, abondant aux îles Kerguelen et qui, par sa morphologie, ressemble à une Laminaire (cf. océan austral).

Dans les régions tropicales, les genres de Fucales les plus caractéristiques sont les Turbinaria et les Sargassum, dont il existe plusieurs centaines d'espèces : certaines vivent à l'état non fixé, flottant à la surface de la mer grâce à leurs flotteurs pleins de gaz (mer des Sargasses). Il s'agit d'espèces toujours pélagiques, ayant perdu leur aptitude à former des organes reproducteurs sexués et se multipliant végétativement par fragmentation des touffes.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Caractéristiques cytologiques

Caractéristiques cytologiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Structures et types de croissance

Structures et types de croissance
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Ectocarpus : cycles de reproduction

Ectocarpus : cycles de reproduction
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Fucus vesiculorosus : organes reproducteurs

Fucus vesiculorosus : organes reproducteurs
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  PHÉOPHYCÉES ou ALGUES BRUNES  » est également traité dans :

ALGUES

  • Écrit par 
  • Bruno DE REVIERS
  •  • 4 860 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Place des algues aujourd'hui dans le monde vivant  »  : […] Depuis les travaux du biologiste américain Carl Woese dans la seconde moitié du xx e  siècle, on admet aujourd'hui que le vivant est subdivisé en trois domaines : d'une part, les bactéries (Bacteria) et les archées (Archaea), qui sont des organismes formés de cellules procaryotiques (dépourvues de noyau), et, d'autre part, les eucaryotes (Eukaryota), organismes possédant dans chaque cellule un no […] Lire la suite

AQUACULTURE

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER
  •  • 11 431 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La culture de Laminaria japonica »  : […] Comme toutes les Laminariales, l'algue brune Laminaria japonica (fig. 5) présente un cycle de vie digénétique, c'est-à-dire avec la succession d'une génération sporophytique (produisant des spores) très développée – pouvant atteindre plusieurs mètres – et une génération gamétophytique microscopique (produisant des gamètes). Cette espèce, originaire du Japon, est actuellement abondamment cultivé […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement végétal

  • Écrit par 
  • Georges DUCREUX, 
  • Hervé LE GUYADER, 
  • Jean-Claude ROLAND
  •  • 19 209 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Ontogenèse et phylogenèse »  : […] Il n'est pas question de traiter de la diversité de l'ontogenèse chez les végétaux depuis les Thallophytes jusqu'aux Angiospermes. Il est cependant intéressant de situer l'apparition des événements clés du développement de la plante. Les premières tentatives de développement embryonnaire apparaissent chez les algues. On peut en trouver des exemples chez les Phéophycées – ou algues brunes – qui po […] Lire la suite

GAMÈTES

  • Écrit par 
  • Michel FAVRE-DUCHARTRE, 
  • Jacques TESTART
  •  • 4 167 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Gamètes hétérochontés »  : […] Les gamètes hétérochontés, c'est-à-dire à flagelles inégaux, caractérisent les Chromophycophytes, surtout représentés par les Algues brunes ( Fucus , par exemple). Originellement, l'un des flagelles est long et plumeux, l'autre court et lisse, mais la différence entre les deux flagelles peut être telle que le plus petit disparaisse entièrement. Cette transformation en cellule monoflagellée est obs […] Lire la suite

GUADELOUPE

  • Écrit par 
  • Christian GIRAULT
  •  • 2 817 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un archipel au cœur des Petites Antilles »  : […] Les deux îles principales qui composent le territoire de la Guadeloupe sont séparées par un étroit bras de mer appelé Rivière salée et par une zone de mangroves au niveau du Grand Cul-de-sac marin. À l'ouest se situe l'île de la Guadeloupe proprement dite, également appelée Basse Terre, en référence à sa position par rapport à la navigation d'autrefois. C'est une île montagneuse dont la partie su […] Lire la suite

MARTINIQUE

  • Écrit par 
  • Christian GIRAULT
  •  • 3 569 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Des préoccupations sanitaires et environnementales »  : […] Un climat d’inquiétude s’est développé dans cette île, naguère considérée comme un milieu « paradisiaque » et loué par les guides de voyage. En plus des risques naturels liés au volcanisme, à l’activité sismique et aux cyclones, qui exigent des politiques de prévention rigoureuse, l’attention s’est portée plus récemment sur le domaine marin en raison de l’échouage d’algues sargasses ( Sargassum ) […] Lire la suite

PHÉROMONES

  • Écrit par 
  • Charles DESCOINS
  •  • 5 573 mots

Dans le chapitre « Les phéromones chez les champignons et les algues »  : […] Le rôle des phéromones dans les processus de reproduction sexuée des champignons filamenteux a été clairement mis en évidence. Par exemple, chez l'espèce aquatique Achlya ambisexualis ( phycomycètes), les thalles femelles synthétisent et rejettent dans le milieu une phéromone : l' antheridiol. Celle-ci, détectée à très faible concentration (6 × 10 −12  g/ml) par les thalles mâles, induit la croi […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean FELDMANN, « PHÉOPHYCÉES ou ALGUES BRUNES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pheophycees-algues-brunes/