PHÉOPHYCÉES ou ALGUES BRUNES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Caractères généraux

Cytologie

Les cellules des Phéophycées sont généralement uninucléées, le noyau étant situé au centre de la cellule et maintenu en place par de nombreux tractus cytoplasmiques anastomosés. Les cellules possèdent un ou plusieurs plastes généralement discoïdes ou bilobés, pourvus de chlorophylle a et de chlorophylle c associées à des caroténoïdes variés dont certains leur sont propres (fucoxanthine). L'ultrastructure des plastes rappelle celle des Chromophytes ; les saccules aplatis renfermant les pigments (thylacoïdes), au lieu d'être isolés les uns des autres au sein du stroma comme chez les Rhodophycées, sont groupés généralement par deux ou trois. Les plastes de beaucoup de Phéophycées possèdent des pyrénoïdes en forme de poire faisant saillie à l'extérieur du plaste, tout en restant entourés par la membrane plastidiale : ils sont généralement de structure homogène et, contrairement à ceux des Chlorophycées, toujours dépourvus d'une enveloppe d'amidon. Les pyrénoïdes n'existent que dans les formes peu évoluées (Ectocarpales, Chordariales, Dictyosiphonales) et font défaut dans les formes plus évoluées (Dictyotales, Laminariales). Toutefois, la microscopie électronique a clairement mis en évidence un pyrénoïde dans les plastes des Sphacélariales ainsi que dans ceux des oosphères de certaines Fucales où ils étaient passés inaperçus au microscope photonique.

Caractéristiques cytologiques

Diaporama : Caractéristiques cytologiques

Caractéristiques cytologiques des Phéophycées 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les cellules de Phéophycées, toujours dépourvues d'amidon, renferment comme produit de la photosynthèse un polyholoside donnant du glucose par hydrolyse (laminarine) et un polyalcool à six atomes de carbone (mannitol). Enfin, leur cytoplasme, surtout autour du noyau, possède de petits corps réfringents incolores mais facilement teintés par les colorants vitaux, les physodes, considérés comme des vacuoles spécialisées ; ils contiennent des substances diphénoliques voisines des tannoïdes (phloroglucinol).

Les cellules reproductrices flagellées, zoogamètes ou zoospores, que l'on qualifie indistinctement de zoïdes, sont caractérisées par leurs flagelles hétérocontés, insérés latéralement et dirigés l'un vers l'avant, l'autre vers l'arrière de la cellule. Le flagelle antérieur, plus long (sauf chez les Fucales), est seul pourvu de mastigonèmes.

Morphologie

Il n'existe pas de Phéophycées unicellulaires. Les formes les plus simples se présentent sous l'aspect de filaments ramifiés formés de files de cellules toutes semblables ou souvent amincies à leur extrémité en formant des pseudo-poils (Ectocarpales). Ces filaments peuvent parfois différencier des rameaux courts latéraux (pleuridies) ou s'associer en faisceaux pour former des cladomes multiaxiaux (Chordariales).

Dans les formes relativement simples (Ectocarpales), les cellules des filaments axiaux ne sont capables que de divisions transversales et la structure est dite haplostique. Ailleurs, les cellules axiales se divisent par des cloisons longitudinales, donc perpendiculaires aux cloisons transversales (Sphacélariales, etc.) ; la structure de l'axe est alors polystique .

Structures et types de croissance

Dessin : Structures et types de croissance

Structures et types de croissance des Phéophycées. Les cellules en voie de division active sont indiquées en vert foncé. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La croissance des filaments peut être intercalaire (Ectocarpales) : certaines cellules se divisent activement par des cloisons transversales, pour donner à la fois dans les deux directions opposées de nouvelles cellules axiales semblables. Parfois, cette croissance intercalaire se localise vers le sommet des filaments axiaux : les cellules formées vers le bas constituent le filament axial et portent des pleuridies ou des axes secondaires ; tandis que, vers le haut, les cellules formées, plus minces, s'allongent en un poil terminal qui se détruit progressivement à son extrémité distale : la croissance est alors trichothallique (Chordariales). Enfin, la croissance peut être terminale, grâce à une cellule initiale qui donne naissance aux divers tissus du thalle (Dictyotales, Sphacélariales, Fucales).

Un cas particulier de croissance intercalaire est celui des Laminariales, où il existe une zone de croissance méristématique située à la jonction du stipe cylindrique et de la lame. Le fonctionnement de ce méristème stipo-frondal détermine, d'une part, la croissance et l'élargissement de la lame qui se détruit à sa partie distale soit progressivement soit à chaque reprise de la végétation au printemps (cf. algues, pl. hors texte : Laminaria hyperborea).

La croissance peut également être marginale grâce à l'activité synchrone de filaments à croissance trichothallique soudés latéralement (Cutlériales) ou de cellules initiales terminales (Padina).

Reproduction

La nature des organes reproducteurs permet de distinguer parmi les Phéophycées deux grandes sous-classes, les Phéosporées et les Cyclosporées.

Chez les Phéosporées, il existe deux sortes d'organes reproducteurs (zoïdocystes) produisant des cellules reproductrices flagellées : zoospores ou zoogamètes, que l'on confond généralement sous le nom de zoïdes. Les zoïdocystes uniloculaires, de forme ovoïde ou subsphérique, renferment de nombreux zoïdes entassés « comme des noix dans un sac », tandis que, dans les zoïdocystes pluriloculaires, la cellule mère du zoïdocyste se divise par des cloisonnements successifs en de nombreuses petites logettes dont chacune renferme un seul zoïde.

Ectocarpus : cycles de reproduction

Dessin : Ectocarpus : cycles de reproduction

Schéma des divers cycles de reproduction des Ectocarpus 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

C'est dans les zoïdocystes uniloculaires que s'effectue la méiose ; les zoïdes produits sont donc en principe haploïdes. Il n'y a, par contre, jamais de méiose lors de la formation des zoïdocystes pluriloculaires, dont les zoïdes ont le même nombre de chromosomes (haploïde ou diploïde) que l'individu qui les produit. Ces zoïdes se comportent soit comme des spores, soit comme des gamètes. Dans ce dernier cas, il y a tantôt isogamie, les gamètes étant produits dans des zoïdocystes tous semblables, tantôt anisogamie plus ou moins prononcée, les gamètes mâles étant alors produits dans des zoïdocystes à petites logettes et les gamètes femelles dans des zoïdocystes à grandes logettes. Parfois aussi, il y a oogamie et les gamétocystes femelles ne renferment qu'un seul gamète.

Chez les Cyclosporées (Fucales), la reproduction est toujours oogame ; les gamètes femelles immobiles (oosphères) se forment dans des oogones et les gamètes mâles (anthérozoïdes) dans des spermatocystes. Ces deux types d'organes sont inclus dans des conceptacles creusés dans des parties différenciées de la fronde (réceptacles).

Fucus vesiculorosus : organes reproducteurs

Dessin : Fucus vesiculorosus : organes reproducteurs

Organes reproducteurs de Fucus vesiculosus. Structure d'un conceptacle femelle ; localisation des gamétocystes et libération des gamètes (d'après Thuret). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Cycles d'alternance de générations

Chez les Phéosporées, le cycle est, en principe, digénétique, diplohaplophasique, avec alternance d'un gamétophyte haploïde et d'un sporophyte diploïde. Dans les formes les moins évoluées (Ectocarpales), gamétophyte et sporophyte sont morphologiquement identiques ; parfois aussi, il existe entre les deux générations un dimorphisme très net (Cutlériales), mais, dans tous les cas, le gamétophyte présente une s [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Caractéristiques cytologiques

Caractéristiques cytologiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Structures et types de croissance

Structures et types de croissance
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Ectocarpus : cycles de reproduction

Ectocarpus : cycles de reproduction
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Fucus vesiculorosus : organes reproducteurs

Fucus vesiculorosus : organes reproducteurs
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  PHÉOPHYCÉES ou ALGUES BRUNES  » est également traité dans :

ALGUES

  • Écrit par 
  • Bruno DE REVIERS
  •  • 4 860 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Place des algues aujourd'hui dans le monde vivant  »  : […] Depuis les travaux du biologiste américain Carl Woese dans la seconde moitié du xx e  siècle, on admet aujourd'hui que le vivant est subdivisé en trois domaines : d'une part, les bactéries (Bacteria) et les archées (Archaea), qui sont des organismes formés de cellules procaryotiques (dépourvues de noyau), et, d'autre part, les eucaryotes (Eukaryota), organismes possédant dans chaque cellule un no […] Lire la suite

AQUACULTURE

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER
  •  • 11 431 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La culture de Laminaria japonica »  : […] Comme toutes les Laminariales, l'algue brune Laminaria japonica (fig. 5) présente un cycle de vie digénétique, c'est-à-dire avec la succession d'une génération sporophytique (produisant des spores) très développée – pouvant atteindre plusieurs mètres – et une génération gamétophytique microscopique (produisant des gamètes). Cette espèce, originaire du Japon, est actuellement abondamment cultivé […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement végétal

  • Écrit par 
  • Georges DUCREUX, 
  • Hervé LE GUYADER, 
  • Jean-Claude ROLAND
  •  • 19 209 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Ontogenèse et phylogenèse »  : […] Il n'est pas question de traiter de la diversité de l'ontogenèse chez les végétaux depuis les Thallophytes jusqu'aux Angiospermes. Il est cependant intéressant de situer l'apparition des événements clés du développement de la plante. Les premières tentatives de développement embryonnaire apparaissent chez les algues. On peut en trouver des exemples chez les Phéophycées – ou algues brunes – qui po […] Lire la suite

GAMÈTES

  • Écrit par 
  • Michel FAVRE-DUCHARTRE, 
  • Jacques TESTART
  •  • 4 167 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Gamètes hétérochontés »  : […] Les gamètes hétérochontés, c'est-à-dire à flagelles inégaux, caractérisent les Chromophycophytes, surtout représentés par les Algues brunes ( Fucus , par exemple). Originellement, l'un des flagelles est long et plumeux, l'autre court et lisse, mais la différence entre les deux flagelles peut être telle que le plus petit disparaisse entièrement. Cette transformation en cellule monoflagellée est obs […] Lire la suite

GUADELOUPE

  • Écrit par 
  • Christian GIRAULT
  •  • 2 817 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un archipel au cœur des Petites Antilles »  : […] Les deux îles principales qui composent le territoire de la Guadeloupe sont séparées par un étroit bras de mer appelé Rivière salée et par une zone de mangroves au niveau du Grand Cul-de-sac marin. À l'ouest se situe l'île de la Guadeloupe proprement dite, également appelée Basse Terre, en référence à sa position par rapport à la navigation d'autrefois. C'est une île montagneuse dont la partie su […] Lire la suite

MARTINIQUE

  • Écrit par 
  • Christian GIRAULT
  •  • 3 569 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Des préoccupations sanitaires et environnementales »  : […] Un climat d’inquiétude s’est développé dans cette île, naguère considérée comme un milieu « paradisiaque » et loué par les guides de voyage. En plus des risques naturels liés au volcanisme, à l’activité sismique et aux cyclones, qui exigent des politiques de prévention rigoureuse, l’attention s’est portée plus récemment sur le domaine marin en raison de l’échouage d’algues sargasses ( Sargassum ) […] Lire la suite

PHÉROMONES

  • Écrit par 
  • Charles DESCOINS
  •  • 5 573 mots

Dans le chapitre « Les phéromones chez les champignons et les algues »  : […] Le rôle des phéromones dans les processus de reproduction sexuée des champignons filamenteux a été clairement mis en évidence. Par exemple, chez l'espèce aquatique Achlya ambisexualis ( phycomycètes), les thalles femelles synthétisent et rejettent dans le milieu une phéromone : l' antheridiol. Celle-ci, détectée à très faible concentration (6 × 10 −12  g/ml) par les thalles mâles, induit la croi […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean FELDMANN, « PHÉOPHYCÉES ou ALGUES BRUNES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pheophycees-algues-brunes/