PHÉNOMÉNOLOGIE DE L'ESPRIT, Georg Wilhelm Friedrich HegelFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Vers la réconciliation du sujet et de l'objet

Trop souvent, les présentations et usages scolaires de la Phénoménologie n'ont voulu voir en elle qu'une « collection » de figures autonomes (la certitude sensible, la belle âme, la dialectique du maître et de l'esclave...). Il en résulte une vision « abstraite », séparée, de ce qui fait corps dans un tout non fragmentable, si ce n'est pour des besoins qui en nient le sens. Ces lectures partielles ne sont toutefois pas étrangères à l'œuvre qui les a déjà, d'une certaine façon, comprises en les interprétant comme « fixation » à un moment passé que la conscience naturelle ne veut pas perdre, par désespoir ou par crainte. Ce dogmatisme de la conscience commune n'est critiqué par Hegel que dans la mesure où il conduit à refuser le mouvement, à se fermer sur soi par refus de son autre. La conscience naturelle est déjà dans le vrai, mais elle l'ignore. S'il est possible d'entendre l'œuvre comme une « introduction » au système, il ne faut pas oublier, que, d'une certaine façon, dans l'ignorance de soi la plupart du temps, nous sommes déjà dans la philosophie et participons à l'absolu. Cette conscience en mouvement vers la manifestation totale de soi n'est ni historiciste (ce serait commettre un contresens que de concevoir les diverses « stations » de l'esprit selon un ordre chronologique) ni dogmatique, en ce que la contingence loin d'être ravalée à un rang subalterne est pensée comme constitutive même du système. Le temps est à penser sous la lumière d'une éternité avec laquelle il se réconciliera. Conscience, Conscience de soi (ou Autoconscience), Raison, Esprit, Religion, Savoir absolu – telles sont les étapes d'une véritable odyssée de l'esprit qui fascina des lecteurs aussi différents que Martin Heidegger, Alexandre Kojève, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PHÉNOMÉNOLOGIE DE L'ESPRIT, Georg Wilhelm Friedrich Hegel  » est également traité dans :

ALIÉNATION

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 7 998 mots

Dans le chapitre « De Hegel à Marx »  : […] Ce qui a préparé de loin cette greffe, c'est le caractère éminemment créateur de l'aliénation ; dans le système hégélien, l' Entäusserung , avec sa négativité propre, est un instrument de rationalité ; à tous les niveaux du système elle assure le passage de l'immédiat au médiat ; elle introduit dans l'indivision et la confusion initiales les médiations grâce à quoi les contradictions sont dépassé […] Lire la suite

AUTRUI (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 535 mots

Dans le chapitre « Le conflit des consciences  »  : […] Si Kant est tout près d’écrire une philosophie de l’histoire, il ne franchira pas véritablement le pas, ce que fera quelques années plus tard G. W. H. Hegel (1770-1831). Dans la fresque grandiose que dessine pour la première fois la Phénoménologie de l’esprit (1807), Hegel va décrire par quelles étapes est passée la conscience avant de parvenir à la reconnaissance de l’autre conscience. « La con […] Lire la suite

TRAVAIL/TECHNIQUE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 939 mots

Dans le chapitre « La valeur du travail  »  : […] Approfondissons à présent la dimension positive du travail. Une première caractéristique est mise en évidence par la psychanalyse freudienne. Sigmund Freud (1856-1939) insiste sur la capacité qu’a le travail de nous rendre adultes. Travailler nous arrache à l’enfance, en nous faisant passer du « principe de plaisir » au « principe de réalité » . Alors que le jeune enfant, ignorant la complexité du […] Lire la suite

RELIGION (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 998 mots

Dans le chapitre « La prison du sentiment »  : […] En mettant en œuvre une immense entreprise visant à penser la religion dans sa totalité, Hegel développe l’hypothèse selon laquelle la religion est le travail que mène l’Esprit pour se connaître lui-même. Hegel nomme « Esprit » la puissance spirituelle qui est à la fois le principe du monde et le moteur de l’histoire. Mais, en faisant de l’histoire la dimension dans laquelle l’Esprit cherche à se […] Lire la suite

SUBSTANCE

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 5 343 mots

Dans le chapitre « Hegel »  : […] Le philosophe de l'histoire qu'est Hegel est en effet un philosophe d'abord, et un philosophe de la substance ensuite ou par conséquent. Certes, on ne trouve dans son œuvre que des allusions éparses à la substance : par exemple, la définition (apparemment fort traditionnelle) de ce terme dans l' Encyclopédie des sciences philosophiques , ou bien divers textes de la Phénoménologie de l'esprit , où […] Lire la suite

Pour citer l’article

Francis WYBRANDS, « PHÉNOMÉNOLOGIE DE L'ESPRIT, Georg Wilhelm Friedrich Hegel - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/phenomenologie-de-l-esprit/