PHÈDRE, PlatonFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La beauté, l'amour et l'art de parler

Comme Le Banquet, l'autre dialogue de Platon où Phèdre apparaît avec quelque importance (pour prononcer le premier éloge d'Éros), le Phèdre traite de l'amour – mais par le biais d'une critique du discours. Phèdre, en effet, rend visite à Socrate pour lui faire partager son admiration du rhéteur Lysias ; après l'avoir entraîné hors de la ville, il lui lit un discours où ce dernier soutient qu'il vaut mieux choisir pour amant celui qui ne vous aime pas que celui qui vous aime. Il met Socrate au défi de produire, sur ce sujet, un meilleur plaidoyer. Ayant invoqué les muses, Socrate se lance dans une improvisation, qui soutient la même thèse paradoxale, mais, selon son habitude, à partir d'une définition : l'amour comme appétit du plaisir. Que cet appétit soit déraisonnable, avec des effets aberrants pour celui qui en est l'objet, justifierait en effet de préférer ne pas être aimé. Mais un « signal divin » oblige Socrate à se reprendre : la folie amoureuse – comme celle de la Sibylle, ou celle des poètes – mérite d'être louée. L'âme (et le Phèdre en risque ici une définition, ce que n'avait pas fait le Phédon : « ce qui se meut toujours », 245c) est comparable à un attelage ailé, dont le cocher serait l'intellect. Engagée dans un cycle d'épreuves et d'incarnations, elle reconnaît dans le délire l'intelligible, qui la transporte vers le haut. C'est folie sans doute que d'être amoureux, mais c'est folie du beau, adoré en la personne de l'aimé.

Lysias ne sait donc pas de quoi il parle. Par les confusions qu'elle entraîne, la rhétorique traditionnelle dont il est le représentant tire les âmes vers le bas, alors que Socrate voudrait élaborer une « psychagogie », capable de les élever. Ce nouvel art de parler, philosophique et non plus sophistique, emprunte à la dialectique (technique platonicienne par [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PHÈDRE, Platon  » est également traité dans :

ART (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 279 mots

Dans le chapitre « « Une folie venue des dieux » »  : […] Platon , lui, abordait la question de l’art d’une manière toute différente. D’une part, deux millénaires avant le romantisme, il mit en évidence la dimension de l’ inspiration . Ne dit-il pas dans le Phèdre que le contact des artistes avec le Beau est comme « une folie venue des dieux » ? D’autre part, en adéquation avec les théoriciens contemporains de l’esthétique, il condamnait la simple imit […] Lire la suite

EXPÉRIENCE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 784 mots

Dans le chapitre « Les empreintes d’Aristote »  : […] La comparaison entre les doctrines de Platon (env. 428-env. 347 av. J.-C.) et d’ Aristote (env. 385-322 av. J.C.), son disciple, avait trouvé l’illustration suivante dans les universités médiévales. On y affirmait que, lorsqu’un platonicien voit un cheval au coin d’une rue, l’image perçue provoque en lui une « réminiscence » : ressurgit dans sa mémoire l’Idée du cheval que son âme a contemplé […] Lire la suite

INSPIRATION (Grèce antique)

  • Écrit par 
  • Luc BRISSON
  •  • 2 323 mots

Dans le chapitre « La folie poétique »  : […] Dans le Phèdre , Platon critique la rhétorique pratiquée à son époque. Pour garder à sa critique une dimension raisonnable, il la fait porter sur un exemple, un discours rédigé par Lysias et que Phèdre lit à Socrate au début du dialogue. Ce discours développe, comme c'était souvent le cas à l'époque, un thème paradoxal : un garçon doit accorder ses faveurs à qui les sollicite, à condition que ce d […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIe s.

  • Écrit par 
  • Frank LESTRINGANT
  •  • 6 834 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La Pléiade »  : […] La Pléiade , d’abord nommée la Brigade, marque une rupture. En 1549 est donc publiée la Défense et illustration de la langue française de Joachim du Bellay , qui souhaite que la France « enfante bientôt un Poète, dont le Luth bien résonnant fasse taire ces enrouées Cornemuses ». Le manifeste de du Bellay instaure la prépondérance des genres non lyriques. En effet, sur dix genres proposés à l’ému […] Lire la suite

Pour citer l’article

François TRÉMOLIÈRES, « PHÈDRE, Platon - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/phedre-platon/