PHALLUS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De l'Antiquité à l'historiographie moderne

Phallus en promenades solennelles

Si, par sa racine indo-européenne, le substantif grec phallos évoque un gonflement, il désignait, dans son sens le plus ancien, le pénis en érection et, plus souvent, sa représentation. D'autres mots, le grec aïdoïa et le latin pudenda (à la fois « les parties honteuses » et « ce pour quoi on a de la révérence ») signifiaient aussi bien, pour les deux genres, l'organe sexuel anatomique ou figuré. Cela, même si le phallus peut être dans un état de flaccidité, dans le cas de figurations de personnages comiques ou grotesques et sur certaines amulettes magiques.

Attribut faisant corps avec une figure au sexe érigé, ithyphallique comme Pan, Hermès, Priape ou un satyre, le phallus pouvait aussi être isolé de toute anatomie. Il devenait alors l'objet privilégié de certaines cérémonies. C'est dans l'environnement d'un Dionysos rustique, et de ses fêtes d'hiver, qu'Aristophane met en scène un cortège qui promène le phallus en procession. Ces phallophories s'accompagnaient de chants phalliques qu'Aristote imaginait composés par les premiers auteurs de comédies.

Au cours d'un grand cortège dionysiaque offert par Ptolémée II Philadelphe, pour célébrer la fin de la première guerre de Syrie, parmi ces chars géants qui exhibaient les richesses et les merveilles de l'Inde et d'Arabie, se trouvait un énorme phallus en or de cent quatre-vingts pieds de long. À son extrémité était une étoile en or, d'un périmètre de neuf pieds.

Phallus en promenades solennelles, statuettes dont on pouvait articuler, à l'aide de cordes, un membre viril disproportionné, porteurs de phallus déclamant des cantiques, acteurs ithyphalliques portant un masque d'ivrogne ou dansant, toutes ces festivités illustrent, parmi d'autres, les relations fréquentes entre le phallus et Dionysos, maître de la vigne et puissance qui gère les excès de la fête.

C'est à la rancune de Dionysos que certains récits attribuaient l'origine des phallophories. Les Athéniens avaient, en effet, refusé d'honorer les statues du dieu introduites par Pégas[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PHALLUS  » est également traité dans :

CASTRATION, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 696 mots

Bien que la hantise de la castration ait laissé son empreinte sur la Traumdeutung (L'Interprétation des rêves), la notion n'en a été dégagée par Freud qu'à une époque tardive, dans le contexte initial de l'homosexualité et de la phobie infantile. S'agit-il d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/castration-psychanalyse/#i_421

DÉNI, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 820 mots

Terme utilisé en psychanalyse et qui se distingue notamment de celui de négation et de dénégation (Verneinung). Le déni (Verleugnung), ce qu'on peut traduire aussi par « désaveu » ou « répudiation » (cf. le disavowal anglais), est un mode de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/deni-psychanalyse/#i_421

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 798 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Antiquité gréco-romaine »  : […] même idée faisait placer dans les champs, aux carrefours et dans les maisons des termes de l'Hermès arcadien avec indication plastique du phallus. La fonction d'éloigner le mauvais œil, propre au phallus, n'a rien d'érotique, pas plus qu'un autre objet qui avait le même but, l'œil apotropaïque. Les guides mal informés disent qu'il faut voir une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erotisme/#i_421

LACAN JACQUES (1901-1981)

  • Écrit par 
  • Patrick GUYOMARD
  •  • 6 767 mots

Dans le chapitre « L'algorithme et le signifiant »  : […] à être sexué comme homme ou femme et le concept, le signifiant, de ce qui rend ce rapport impossible. Ce nom était, pour Freud, celui du phallus, signifiant de la castration. Lacan fait du phallus un signifiant – c'est-à-dire non une chose ou un organe, mais un symbole qui n'existe que du langage, puisque, seul, l'être parlant rencontre la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-lacan/#i_421

ŒDIPE COMPLEXE D'

  • Écrit par 
  • Claude RABANT
  •  • 5 298 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La castration »  : […] marque, implique un sacrifice : celui qui tient en un seul et même acte avec le choix de son symbole, le phallus. Ce choix est permis de ce que le phallus, soit l'image du pénis, est négativé à sa place dans l'image spéculaire. C'est ce qui prédestine le phallus à donner corps à la jouissance, dans la dialectique du désir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/complexe-d-oedipe/#i_421

PRIAPE

  • Écrit par 
  • Maurice OLENDER
  •  • 967 mots

Étrange est le destin de ce petit dieu nommé Priape, que les auteurs anciens et modernes n'ont cessé de confondre avec d'autres figures de la sexualité, avec Pan ou les satyres, mais aussi avec son père Dionysos ou avec Hermaphrodite. Cela tient sans doute à ce que la marque congénitale de Priape est un membre viril démesuré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/priape/#i_421

PSYCHANALYSE

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 17 217 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une logique de l'impossible »  : […] ici. En ce qui concerne l'homme, on peut écrire que tout homme relève de la fonction phallique, ∀xΦx. Considérons cependant le registre de l'existence ; il existe « au moins » un homme dont la jouissance n'est pas soumise à la limite qu'impose la fonction phallique : le Père. D'où la formulation : ∃x̄Φx. Elle exprime que Φx est, en l'occurrence, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse/#i_421

SEXUALITÉ, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Claude CONTÉ, 
  • Moustapha SAFOUAN
  •  • 4 976 mots

Dans le chapitre « Des pulsions partielles au concept de castration »  : […] fondamental l'image du corps propre, c'est-à-dire l'image narcissique qui intervient ici comme mirage et prend sa valeur fascinante en substituant sa pseudo-totalité à l'absence qui, dans les deux sexes, oriente le désir, à savoir le phallus. (Freud a d'ailleurs toujours tenu à souligner la dimension fondamentalement narcissique de l'amour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sexualite-psychanalyse/#i_421

SUJET

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 3 607 mots

Dans le chapitre « Le signifiant et le désir »  : […] Or, si la psychanalyse donne au phallus une fonction privilégiée dans l'identification du sujet, c'est parce que le phallus, pris comme concept de la jouissance et distingué de toute réalité anatomique, devient le signifiant de la distance qui sépare le désir de son objet, comme il est celui de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sujet/#i_421

Voir aussi

Pour citer l’article

Maurice OLENDER, Claude CONTÉ, Moustapha SAFOUAN, « PHALLUS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/phallus/