PHAGOTHÉRAPIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Bactériophage infectieux pour les staphylocoques dorés

Bactériophage infectieux pour les staphylocoques dorés
Crédits : Avec l'aimable autorisation de H.-W. Ackermann

photographie

Le Gange, fleuve purificateur et source du choléra

Le Gange, fleuve purificateur et source du choléra
Crédits : N. Cousland/ Shutterstock

photographie


Une énigme scientifique : la phagothérapie est rejetée en Occident mais promue en Union soviétique

Après la Seconde Guerre mondiale, la phagothérapie fut utilisée presque exclusivement dans certains pays du bloc soviétique. Elle devint un symbole idéologique des divisions et des contrastes entre la science occidentale et la science communiste. Cette méthode avait été introduite en Union soviétique par d'Hérelle et George Eliava, l'un de ses plus proches collaborateurs à Paris. Ceux-ci furent invités par le gouvernement à créer des centres pour le développement de la phagothérapie. En 1933, d'Hérelle quitta son poste de professeur à l'université de Yale pour réaliser ce projet. En 1937, Eliava fut arrêté comme « ennemi du peuple » et exécuté. D'Hérelle, déçu et désormais averti des risques, ne retourna plus dans le pays. Malgré cet événement, tragique mais banal dans l'Union soviétique de l'époque, la phagothérapie connut un grand essor au-delà du rideau de fer. La médecine soviétique affirma des résultats significatifs dans le traitement et la prévention de plusieurs maladies infectieuses d'origine bactérienne (fièvre typhoïde, dysenterie bacillaire, staphylococcies, streptococcies, gangrène gazeuse, etc.). Les bactériophages furent administrés, seuls ou avec les antibiotiques. Lors de la guerre d'Afghanistan en particulier, des expériences à grande échelle fournirent des indications positives quant à l'efficacité prophylactique de ces agents biologiques contre le choléra. Toutefois, les travaux publiés dans l'ex-Union soviétique manquent souvent de la rigueur requise en Occident (lieux des essais, groupes de contrôle, etc.). Certains experts expliquent l'absence de ces informations par le fait que la phagothérapie a été étudiée dans le cadre de recherches militaires couvertes par le secret. L'école soviétique d'épidémiologie avait en effet une compétence reconnue. Quoi qu'il en soit, l'application thérapeutique des bactériophages a survécu en Géorgie et en Pologne jusqu'à présent. Aujourd'hui l'Institut Eliava de Tbilissi et l'Institut Hirszfeld de Wroclaw sont réputés dans le monde entier pour le savoir-faire acquis dans ce domaine.

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : docteur en histoire et civilisations à l'École des hautes études en sciences sociales, chercheur en histoire sociale, journaliste

Classification


Autres références

«  PHAGOTHÉRAPIE  » est également traité dans :

HÉRELLE FÉLIX D' (1873-1949)

  • Écrit par 
  • Pierre NICOLLE
  •  • 790 mots

extinction. Il en déduit qu'on doit pouvoir les utiliser comme agents thérapeutiques (curatifs et préventifs). La phagothérapie, préconisée par d'Hérelle et ses élèves, connaît une grande vogue en France et à l'étranger entre 1920 et 1925. Mais la commercialisation du bactériophage ne plaît pas au directeur de l'Institut Pasteur qui congédie son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/felix-d-herelle/#i_54578

Pour citer l’article

Emiliano FRUCIANO, « PHAGOTHÉRAPIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/phagotherapie/