PEULS, FULBE ou FULANIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dénomination et répartition

Ayant emprunté (et déformé) le nom que leur donnent les Wolofs, les Français dénomment Peuls – jadis orthographié Peulhs – ceux qui s'appellent eux-mêmes Fulbe (singulier : Pullo), que les Anglo-Saxons, après les Haoussas, nomment Fulanis et à propos desquels les auteurs allemands parlent de Fulas et de Ful. À cela s'ajoutent les multiples appellations qu'en donnent les diverses communautés linguistiques africaines avec lesquelles ils se trouvent en contact. Celles-ci sont d'autant plus nombreuses que les Peuls se caractérisent par le fait qu'à de rares exceptions près ils partagent toujours leurs zones de peuplement avec d'autres ethnies, selon des modalités variables de cohabitation. Présents dans tous les États de l'Afrique de l'Ouest ainsi qu'au Tchad, en République centrafricaine et au Soudan, ils n'en constituent jamais le peuplement majoritaire, bien que le nord du Nigeria, la Guinée, le Sénégal, le nord du Cameroun et le Niger en comptent d'importantes communautés. Sur la carte, la répartition des Peuls apparaît axée sur une longue bande longitudinale ne dépassant pas, en général, le 16e degré de latitude nord d'une part et le 8e d'autre part, mais s'étendant d'ouest en est sur plusieurs milliers de kilomètres, au long desquels s'échelonnent en îlots d'importance très variable quelque six millions de Peuls au début des années 1980. Cette distribution rend compte du fait que les Peuls sont fondamentalement des éleveurs de zébus (Bos indicus). Sensibles aux atteintes de la trypanosomose bovine, donc ne pouvant, d'une part, vivre en zone forestière ou à ses abords, ces animaux, d'autre part, ont besoin d'un abreuvement régulier et relativementabondant qui leur interdit de séjourner trop loin de points d'eau suffisants. Ces deux impératifs confin [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales de l'université de Paris-III

Classification


Autres références

«  PEULS, FULBE ou FULANIS  » est également traité dans :

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 433 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Des genres de vie à l'économie mondialisée »  : […] Avant que la colonisation ne vienne bouleverser les rapports ancestraux des sociétés à leur environnement, les populations africaines se répartissaient entre quelques grands types de genres de vie élaborés en symbiose avec la nature. S'ils n'ont pas totalement disparu, ils ont dû composer avec une économie de plus en plus mondialisée. L'Afrique du Nord participe aux systèmes agraires méditerranéen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-structure-et-milieu-geographie-generale/#i_12762

AFRIQUE (Histoire) - De l'entrée dans l'histoire à la période contemporaine

  • Écrit par 
  • Hubert DESCHAMPS, 
  • Jean DEVISSE, 
  • Henri MÉDARD
  •  • 9 664 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les Portugais »  : […] L'unité de leur royaume achevée, les Portugais se lancent à la conquête de territoires africains ; dès 1415, ils prennent Ceuta ; peu à peu, ils transforment l'économie marocaine, affaiblie sous des dynastes évanescents, en satellite de l'économie portugaise . Longeant les côtes vers le sud, ils reprennent des itinéraires que beaucoup d'autres ont jalonnés avant eux, Arabes, Catalans ou même Ital […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-histoire-de-l-entree-dans-l-histoire-a-la-periode-contemporaine/#i_12762

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Langues

  • Écrit par 
  • Emilio BONVINI, 
  • Maurice HOUIS
  •  • 8 269 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le groupe atlantique occidental »  : […] Il rassemble toutes les langues de l'extrême Ouest africain : au Sénégal, le wolof, les parlers sérer, le diola et toutes les langues des minorités de Guinée-Bissau, de Guinée et Sierra Leone . Tous les auteurs sont d'accord pour y joindre le peul. À vrai dire, ce groupe est plutôt géographique que génétique. Aucune étude d'ensemble n'a été entreprise ; seuls le badiaranké, le bedik, le diola, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-culture-et-societe-langues/#i_12762

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean DERIVE, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Michel LABAN
  •  • 16 604 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les formes écrites de la littérature traditionnelle »  : […] Les littératures traditionnelles écrites constituent certes un domaine quantitativement marginal, comparé à l'immensité de celui des littératures orales. Elles méritent cependant d'être mentionnées car leur existence permet de mieux comprendre les relations de l'écrit et de l'oral dans les cultures africaines. Ont déjà été évoqués les manuscrits autochtones de l'épopée swahili […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-culture-et-societe-litteratures/#i_12762

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Religions

  • Écrit par 
  • Marc PIAULT
  •  • 9 611 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La guerre sainte des Peul et des Toucouleur (XVIIIe-XIXe s.) »  : […] Les conquêtes musulmanes recommenceront seulement au xviii e  siècle. Dans le Fouta-Toro, les Toucouleur, liés aux confréries Qadriya et Tidjaniya du Maghreb et de Mauritanie, propagent activement la religion et convertissent les Wolof du Sénégal. Leurs voisins, les Peul, fondent à leur tour une confédération religieuse dans le Fouta-Djalon, et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-culture-et-societe-religions/#i_12762

AMADOU (1944- )

  • Écrit par 
  • Philippe BOUCHET
  •  • 773 mots

Né en 1944 à Agniam Thiodaye (Sénégal), Amadou Bâ, élève de Pierre Lods (1921-1988), vit et travaille à Dakar. Sa peinture, pleinement nourrie par la tradition et que l'on pourrait qualifier de « classique » par les sujets traités – bœufs en forme de lyre, pasteurs, bateaux à fond plat sur un fleuve, danseurs – témoigne d'une Afrique nomade et figure des scènes de la vie quotidienne sans céder pou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amadou-ba/#i_12762

AMADOU HAMPATÉ (1901-1991)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis JOUBERT
  •  • 546 mots

Né à Bandiagara (Mali), chef-lieu du pays dogon et ancienne capitale de l'empire toucouleur du Macina (fondé en 1862 par el Hadj Omar), Amadou Hampaté Bâ, qui appartenait à une grande famille de traditionalistes peuls, est devenu un « sage » unanimement respecté dans l'Afrique contemporaine. Après avoir reçu, dans son enfance, la riche éducation traditionnelle, transmise par les cercles familiaux, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amadou-hampate-ba/#i_12762

BÉNIN

  • Écrit par 
  • Richard BANÉGAS
  •  • 8 254 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le pays et les hommes »  : […] Situé entre le géant nigérian et le minuscule Togo, le territoire du Bénin se présente comme un couloir d'environ 700 kilomètres de longueur, avec une étroite façade maritime (125 km) qui s'ouvre au nord sur deux pays sahéliens, le Burkina Faso et le Niger. Avec une superficie de 112 622 kilomètres carrés et 8,7 millions d'habitants en 2009, il s'agit d'un des pays les moins étendus et les moins p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/benin/#i_12762

BORNOU

  • Écrit par 
  • Martin VERLET
  •  • 2 598 mots

Dans le chapitre « Le XIXe siècle »  : […] Les xvii e et xviii e  siècles sont marqués par un affaiblissement de la puissance bornouane. L'activité militaire est réduite : plus de conquêtes, seulement d'épisodiques razzias parmi les populations païennes. Des souverains sans envergure laissent libre cours aux intrigues des courtisans. Les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bornou/#i_12762

BURKINA FASO

  • Écrit par 
  • Michel IZARD, 
  • René OTAYEK, 
  • Jean-Fabien STECK
  •  • 7 345 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les Peuls dans le Burkina »  : […] C'est à partir du xvii e  siècle que les Peuls pénètrent par vagues successives dans la partie sahélienne du territoire du Burkina Faso, y compris dans les parties septentrionales des royaumes moose présahéliens, comme le Yatenga. Les Peuls donneront naissance à deux émirats, le Liptako et le Yagha, et créeront, avec le Jelgoji, une sorte de fédé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/burkina-faso/#i_12762

CAMEROUN

  • Écrit par 
  • Maurice ENGUELEGUELE, 
  • Jean-Claude FROELICH, 
  • Roland POURTIER
  •  • 12 061 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les civilisations traditionnelles »  : […] Pendant longtemps le Sud, couvert de forêts, fut hostile à l'homme et ne permit pas l'éclosion de vraies civilisations ; en revanche, les pays des savanes participèrent aux vicissitudes historiques des peuples soudanais riverains du lac Tchad. Un peuple légendaire, les Sao, aurait vécu au bord du Logone, dès le xiii e ou le xiv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cameroun/#i_12762

CENTRAFRICAINE RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Apolline GAGLIARDI, 
  • Jean-Claude GAUTRON, 
  • Jean KOKIDE, 
  • Jean-Pierre MAGNANT, 
  • Roland POURTIER
  •  • 10 224 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Milieux naturels et population »  : […] La République centrafricaine est constituée de plateaux de 600 à 700 mètres d'altitude dont le bombement central, la « dorsale centrafricaine », d'orientation est-nord-est à ouest-sud-ouest forme la ligne de partage des eaux entre les bassins du Congo et du Chari. Aux deux extrémités, des reliefs montagneux dépassent les 1 000 mètres : les massifs de Dar Challa au nord-est, près de la frontière so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-centrafricaine/#i_12762

FOUTA-DJALON

  • Écrit par 
  • Marie-Christine AUBIN
  •  • 628 mots

Ensemble de hauts plateaux situés en Guinée, le Fouta-Djalon, souvent appelé le « château-d'eau de l'Afrique de l'Ouest » couvre environ 80 000 kilomètres carrés. Cet ensemble est composé de couches épaisses de grès et de basaltes, relevées vers le sud-est. Le Fouta-Djalon s'élève au-dessus de la plaine côtière à l'ouest et au nord par une série de gradins ; à l'est, la retombée sur la plaine est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fouta-djalon/#i_12762

GUINÉE

  • Écrit par 
  • Monique BERTRAND, 
  • Bernard CHARLES, 
  • Agnès LAINÉ
  • , Universalis
  •  • 19 483 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Révolution sociale »  : […] La révolution politique a entraîné une certaine révolution dans les structures sociales ainsi que dans les comportements et les mentalités. En Afrique, au sud du Sahara, la plupart des nouveaux États, faute d'avoir pu surgir de nations, se sont donné pour objectif l'intégration des populations que la colonisation avait circonscrites à l'intérieur des frontières. Cette intégration est trop souvent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guinee/#i_12762

GUINÉE-BISSAU

  • Écrit par 
  • Francis SIMONIS
  •  • 3 629 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L’État mandingue du Gabu (xiiie-xixe siècles) »  : […] L’État mandingue du Gabu, situé à l’est du pays, naît de l’avancée, au xiii e  siècle, des Malinké menés par Tiramagan Traoré, principal lieutenant de Soundiata (ou Sunjata) Keita, fondateur de l’empire du Mali. Les provinces occidentales de l’empire Malinké, à l’origine simples colonies de peuplement, entrent en contact avec les Portugais dès le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guinee-bissau/#i_12762

HAOUSSA ROYAUMES (XIVe-XVe s.)

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 505 mots

Quoique obscurcie par la légende, l'histoire des États haoussa, qui occupaient le nord-est du Nigeria actuel, est connue depuis le xii e  siècle. Il y aurait eu sept États « légitimes » (Biram, Daoura, Kano, Gobir, Katsena, Rano et Zaria) et sept États « bâtards », pays peut-être passés sous la domination haoussa. Mais c'est surtout à partir du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/haoussa-royaumes/#i_12762

KANO

  • Écrit par 
  • Pierre VENNETIER
  •  • 333 mots
  •  • 2 médias

Ville du Nigeria et capitale de l'État homonyme, Kano est l'une des plus anciennes villes caravanières du pays : dès le xii e siècle, elle était fortifiée et pratiquait avec la Libye un commerce actif. Capitale d'un royaume haoussa, elle passa au xix e siècle sous la domination des Peuls. Haouss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kano/#i_12762

NIGER

  • Écrit par 
  • Mamoudou GAZIBO, 
  • Sadou GAZIBO, 
  • Emmanuel GRÉGOIRE
  • , Universalis
  •  • 7 487 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les formations politiques précoloniales »  : […] À l'ouest, la période précoloniale est surtout marquée par l'affirmation de l'empire Songhay dont le berceau se trouve au Mali actuel. Deux importants mouvements de migrations vont accroître la présence songhay dans l'ouest du Niger et le nord du Bénin actuel : le premier après l'éviction de la dynastie des Soni par les Askai en 1493, et le second à la suite de la défaite de ces derniers face aux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/niger/#i_12762

NIGERIA

  • Écrit par 
  • Daniel C. BACH
  •  • 11 716 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Le peuplement »  : […] Le Nigeria est l'État le plus peuplé du continent et l'un de ceux dont le taux d' urbanisation est le plus élevé (47,8 p. 100 en 2015). Les statistiques démographiques disponibles ne fournissent qu'une image imprécise de cette réalité du fait de la politisation des enjeux des quatre recensements (1962-1963, 1973, 1991 et 2006) organisés depuis l'indépendance. Afin de tenter d'atténuer le caractè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nigeria/#i_12762

NUPÉ ou NUPECIZI

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 365 mots

Les Nupé (ou Nupe), peuple du Nigeria, s'appellent eux-mêmes Nupecizi (pluriel ; singulier Nupeci). Les Yoruba les appellent Takpa ; les Hausa les appellent Nufawa (pluriel ; singulier Banufe). L'histoire du royaume du Nupé, situé entre le Niger et la Kaduna, est liée à un héros mythique, Tsoedé, qui aurait délivré ses congénères du tribut dû aux Atta de Igala et qui aurait construit la capitale, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nupe-nupecizi/#i_12762

OUSMAN DAN FODIO (1752 env.-1816)

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 296 mots

Né à Marata (Gobir) dans une famille peul très pieuse, Ousman (ou Othman) Dan Fodio fait des études coraniques, puis s'installe à Degel pour prêcher l'islam. Le sarkin (roi) du Gobir lui demande d'être le précepteur de ses enfants ; il s'ensuit de nombreuses conversions dans toute cette région. Mais le nouveau sarkin qui monte sur le trône en 1801 est tout à fait hostile à l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ousman-dan-fodio/#i_12762

POLYGAMIE

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 9 887 mots

Dans le chapitre « Coexistence du lévirat et du sororat »  : […] Là où le lévirat et le sororat existent côte à côte, on peut noter des évolutions différentes pour l'une et pour l'autre de ces deux coutumes ; chez les Peuls, le lévirat continue à dominer et même à élargir son domaine, alors que le sororat a presque disparu des mœurs actuelles. Ailleurs, c'est le lévirat, au contraire, qui tend à disparaître. Bien souvent, là où il existe, il n'agit plus comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/polygamie/#i_12762

SOUSSOU ou SUSU

  • Écrit par 
  • Roger MEUNIER
  •  • 203 mots

Habitant au xiii e  siècle le haut Sénégal, les Soussou (on écrit aussi Susu) se dirigent par la suite vers le Fouta-Djalon, le haut Niger, la région de Diguiraye et du Sankaran, d'où ils seront chassés au xv e et au xvi e  siècle. Au début du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/soussou-susu/#i_12762

‘UMAR ou OMAR SAÏDOU TALL dit EL HADJ ‘UMAR (1797 env.-1864)

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 418 mots

Né dans le Fouta-Toro, en pays toucouleur, el Hadj Omar (al-Ḥādjdj ‘Umar) se signale très tôt par son intelligence et par sa ferveur religieuse. À vingt-trois ans, il entreprend le pèlerinage de La Mecque, où il est nommé par ses coreligionnaires calife de la Tidjāniyya pour le Soudan occidental. La confrérie de la Tidjāniyya insiste sur l'adhésion religieuse individuelle, sur les vertus de frater […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/umar-omar-saidou-tall/#i_12762

Pour citer l’article

Pierre Francis LACROIX, « PEULS, FULBE ou FULANIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/peuls-fulbe-fulanis/