PÉTROLEÉconomie pétrolière

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La structure de l'offre mondiale d'énergie au début du XXIe siècle

Au sein de l'O.C.D.E., compte tenu de la durée de mise en place de nouveaux investissements, les jeux sont faits pour l'hydraulique, le nucléaire et le charbon jusqu'à l'horizon 2020 car peu d'investissements ont été lancés depuis les années 1980 en raison de l'opposition que ces sources d'énergie suscitent au nom de la défense de l'environnement ou en raison de comportements de type NIMBY (not in my backyard, signifiant « pas chez moi »). En dehors de l'O.C.D.E., et en particulier dans les B.R.I.C. (Brésil, Russie, Inde et Chine), les investissements se poursuivent mais leur rythme est insuffisant. Dans toutes les régions du monde, la pression monte donc sur le pétrole, encore irremplaçable dans le secteur du transport, et sur le gaz, pour tous les usages fixes y compris la génération électrique

La situation est différente pour la production d'hydrocarbures aux États-Unis car la fin du déclin du prix du gaz au début des années 2000 et sa brutale montée à partir de 2005 ont permis une révolution technologique spectaculaire. Le gaz de schiste piégé dans une roche mère imperméable était connu depuis longtemps mais on n'en attendait pas de miracle. Trois catégories de gaz dit « non conventionnel » (gaz de charbon, gaz des réservoirs compacts et gaz de schiste) étaient effectivement connues et prises en compte dans les prévisions. Leur production, était prévue en hausse jusqu'en 2012-2015, avec une asymptote de 10 milliards de pieds cubes environ, répartie en 1.8 pour le gaz de charbon, 7 pour les réservoirs compacts et 1.2 pour le gaz de schiste) mais cette hausse n'était pas suffisante pour endiguer le déclin des champs conventionnels dont la production reproduisait fidèlement, avec un décalage de vingt-trois ans, le déclin des découvertes des années 1970 et 1980. De nombreux terminaux d'importation de gaz liquéfié furent alors construits aux États-Unis pour compenser la baisse attendue de la production domestique, par exemple celui de Cheniere à Sabine Pass en Louisiane, sur la côte du golfe du Mexique.

Poussés par les prix élevés du gaz américain jusqu'à 2009, les entrepreneurs tentèrent de relancer l'exploration-production des gisements de gaz non conventionnel. L'amélioration de la fracturation hydraulique, technique dans laquelle un mélange d'eau et de produits chimiques est injecté sous pression dans la roche pour ouvrir des drains et les maintenir ouverts, a débloqué le potentiel, d'abord pour le gaz sec (donc sans liquides) lorsque le prix était élevé, ensuite pour le gaz « humide » lorsque la baisse des prix du gaz à partir de 2009 rendit la valorisation des liquides indispensable. Une fois obtenues les autorisations administrative (car il fallait protéger les nappes phréatiques d'éventuelles pollutions causées par la fracturation hydraulique), la production de gaz de schiste bondit, inversant le déclin redouté en une augmentation telle que de nombreux projets sont maintenant proposés pour liquéfier une partie de ce gaz et l'exporter en Asie et Europe.

Évolution du prix du baril depuis 1860

Dessin : Évolution du prix du baril depuis 1860

Après une longue période de stabilité, le prix du pétrole quadruple en 1973-1974 puis triple en 1979-1980, et atteint de nouveaux pics, supérieurs à 100 dollars/baril, à partir de 2008. 1869-1944 : moyenne États-Unis ; 1945-1983 : Arabian light ; 1984-2012 : Brent dated.   

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Comme l'écrivait l'A.I.E. (Agence internationale de l'énergie), basée à Paris, « après la révolution du gaz de schiste, c'est maintenant le tour du pétrole » : effectivement, les États-Unis ont commencé une telle recherche dans les schistes. Appelé shale oil ce pétrole provient de petits niveaux gréseux ou calcaires ennoyés dans les schistes. Il ne faut pas le confondre avec les oil shale, roche mère non mature dont le kérogène ne s'est pas transformé en pétrole, qu'on ne sait toujours pas produire de façon économique. Pour le shale oil, deux gisements sont en production, celui de Bakken dans le Dakota du Nord et celui d'Eagleford dans le sud du Texas. La production a vite crû mais, en dépit des prévisions très optimistes de l'A.I.E., les analyses détaillées de David Hughes suggèrent qu'elle culminera à un niveau relativement modeste aux alentours de 2017 avant de décliner : d'une part, le nombre de sites attractifs non encore forés (bright spots) se réduit rapidement et, d'autre part, leurs productions déclinent rapidement (deux tiers la première année puis un tiers par an chacune des quatre années suivantes).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

Effort d’aide publique au développement (pays de l’O.C.D.E.)  

Effort d’aide publique au développement (pays de l’O.C.D.E.)  
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Corrélation entre les importations nettes americaines et les exportations nettes saoudiennes (millions de barils par jour)

Corrélation entre les importations nettes americaines et les exportations nettes saoudiennes (millions de barils par jour)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Production mondiale de pétrole (millions de barils par jour)

Production mondiale de pétrole (millions de barils par jour)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Évolution du prix du baril depuis 1860

Évolution du prix du baril depuis 1860
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  PÉTROLE  » est également traité dans :

PÉTROLE - Le pétrole brut

  • Écrit par 
  • Bernard TISSOT
  •  • 3 437 mots
  •  • 6 médias

Le pétrole brut est un fluide constitué principalement d'hydrocarbures ; il contient également des composés organiques soufrés, oxygénés et azotés. On le rencontre dans les bassins sédimentaires, où il occupe les vides de roches poreuses appelées réservoirs. Les gisements de pétrole correspondent à une accumulation dans une zone où le réservoir présente des caractéristiques favorables et constitue […] Lire la suite

PÉTROLE - Géographie du pétrole

  • Écrit par 
  • Christophe BÉLORGEOT
  •  • 5 064 mots
  •  • 3 médias

Dans les vingt années qui ont précédé le premier choc pétrolier, de 1953 à 1973, la production mondiale de pétrole brut a plus que quadruplé, progressant de 654 millions de tonnes (Mt) à 2 870 Mt. Sous l'effet de la hausse brutale des prix, initiée en 1973, sa croissance s'est ralentie et, après avoir atteint 3 190 Mt en 1979, le deuxième choc pétrolier a entraîné une baisse de la production, la r […] Lire la suite

PÉTROLE - L'exploration pétrolière

  • Écrit par 
  • Alain PERRODON
  •  • 6 936 mots
  •  • 3 médias

L'exploration (ou prospection) pétrolière a pour but la découverte d'accumulations d'hydrocarbures liquides et gazeux éventuellement solides, techniquement et économiquement exploitables. Ces gisements se rencontrent plus ou moins profondément dans les bassins sédimentaires où ils sont reconnus par des forages. L […] Lire la suite

PÉTROLE - L'exploitation des gisements

  • Écrit par 
  • Yves BARBIER, 
  • Daniel CHAMPLON, 
  • Pierre SIMANDOUX
  •  • 7 214 mots
  •  • 4 médias

S'il incombe aux équipes de prospection de trouver des gisements, le rôle de celles qui sont chargées de la production est d'en tirer le meilleur parti. Essentiellement empirique d'abord, l'extraction des hydrocarbures, pétrole et gaz naturel, est progressivement devenue une technique étayée sur des bases sci […] Lire la suite

PÉTROLE - Le transport

  • Écrit par 
  • Pierre HOUSSIN, 
  • Georges WESSELS
  •  • 6 969 mots
  •  • 8 médias

Malgré les nombreuses et considérables variations de prix qu'il a connues depuis 1973, le pétrole conserve toujours dans le monde une place prépondérante, en tête des différentes sources d'énergie, soit 36,4 p. 100 en 2005, alors que les combustibles solides représentaient 27,8 p. 100 et le gaz naturel 23,5 p. 100. Pour la France, qui a largement dévelop […] Lire la suite

PÉTROLE - La fin du pétrole : mythes et réalités

  • Écrit par 
  • Claude JABLON
  •  • 2 351 mots

La forte augmentation du prix du pétrole depuis le début du xxie siècle, est venue remettre sur le devant de la scène une série de préoccupations concernant le futur énergétique de notre planète : perspective d'un épuisement des ressources pétrolières, exploitation d'énergies renouvelables, risque […] Lire la suite

PÉTROLE - Le raffinage

  • Écrit par 
  • René DAUDIN
  •  • 5 412 mots
  •  • 5 médias

Le raffinage du pétrole est une industrie lourde qui transforme un mélange d'hydrocarbures, appelé pétrole brut, en produits énergétiques, tels que carburant et combustibles, et en produits non énergétiques, tels que matières premières pétrochimiques, lubrifiants, paraffines et bitumes. Les produits sont ensuite acheminés vers le consommateur final, so […] Lire la suite

PÉTROLE - Le stockage

  • Écrit par 
  • André CLERC-RENAUD
  •  • 2 491 mots
  •  • 3 médias

On entendra par pétrole l'ensemble des hydrocarbures, qui, selon leur composition chimique, les conditions de température et de pression où ils se trouvent, ont des aspects physiques divers. Les techniques de stockage visent, tout au long de la chaîne qui va de la production à la consommation, à emmagasiner le plus économiquement possible toutes sortes […] Lire la suite

ALASKA

  • Écrit par 
  • Claire ALIX, 
  • Yvon CSONKA
  •  • 6 022 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Économie et transports »  : […] Le développement de l'Alaska est caractéristique d'une économie encore jeune : à des périodes de croissance explosive ont succédé des temps de stagnation et de reflux. C'est au commerce des fourrures, aux ruées vers l'or, aux dépenses militaires, et enfin à l'exploitation du pétrole que l'on doit ces expansions économiques et démographiques. De 1988 à 2006, l'économie s'est stabilisée et a progre […] Lire la suite

ALCANES

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 3 658 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Craquage et isomérisation »  : […] Portés pendant un temps très court (de 0,5 à 2 s) à une température élevée (700-850  0 C), les alcanes en C 5 -C 9 , qui sont les principaux constituants des coupes de distillation des pétroles appelées naphtas, subissent une série de réactions de fragmentation homolytique et de recombinaison qui les transforment en un mélange de molécules à chaîne plus courte, saturées (alcanes) et insaturées (a […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

8-16 septembre 2005 France. Réaction du gouvernement à l'augmentation du prix des carburants

Dans le même temps, l'accroissement des prix du pétrole et des carburants doit rapporter quelque 300 millions d'euros de taxes à l'État. Le 9, les compagnies Total, B.P. et Esso annoncent une baisse de leurs prix de quelques centimes au litre. Le 12, le Premier ministre Dominique de Villepin estime que l'augmentation du prix du pétrole est durable; il demande aux Français de diminuer leur consommation. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Marie BOURDAIRE, « PÉTROLE - Économie pétrolière  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/petrole-economie-petroliere/