PÉTRARQUISME FRANÇAIS

LES AMOURS, Pierre de Ronsard - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yvonne BELLENGER
  •  • 890 mots

Dans le chapitre « Un recueil tripartite »  : […] En 1552, Pierre de Ronsard commence par célébrer Cassandre, figure rêvée autant et plus que réelle, dans un recueil de sonnets décasyllabiques intitulé Les Amours, dont il donne l'année suivante une réédition corrigée, remaniée, augmentée, comme toujours lorsqu'il reprend ses œuvres. En 1555, nouvelle inspiration et nouveau recueil : c'est la Continuation des Amours (c'est-à-dire la « suite » des […] Lire la suite

BELLAY JOACHIM DU (1522-1560)

  • Écrit par 
  • Gilbert GADOFFRE
  •  • 3 527 mots

Dans le chapitre « Du Bellay et ses contemporains »  : […] Situer Du Bellay parmi les contemporains pose aussi des problèmes, car on ne saurait le limiter au statut de brillant second. Et, pourtant, ce n'est pas sans raison que l'ordre des armées distingue habituellement le chef et le porte-drapeau. Au milieu de la « Brigade » que Ronsard a mise sur orbite, il n'y a qu'un seul chef, Ronsard lui-même, qui s'impose par sa puissance créatrice, l'abondance d […] Lire la suite

DÉLIE, Maurice Scève - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yvonne BELLENGER
  •  • 828 mots

Délie objet de plus haute vertu parut en 1544 à Lyon. C'était le premier canzoniere, c'est-à-dire le premier recueil de poèmes amoureux à la manière de Pétrarque publié en France. […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIe s.

  • Écrit par 
  • Frank LESTRINGANT
  •  • 21 216 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La Pléiade »  : […] La Pléiade , d’abord nommée la Brigade, marque une rupture. En 1549 est donc publiée la Défense et illustration de la langue française de Joachim du Bellay , qui souhaite que la France « enfante bientôt un Poète, dont le Luth bien résonnant fasse taire ces enrouées Cornemuses ». Le manifeste de du Bellay instaure la prépondérance des genres non lyriques. En effet, sur dix genres proposés à l’ému […] Lire la suite

PÉTRARQUE

  • Écrit par 
  • Vittore BRANCA, 
  • Françoise JOUKOVSKY
  •  • 5 489 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La diffusion du pétrarquisme en France »  : […] Phénomène européen, le pétrarquisme fait montre en Italie, en France ou en Angleterre d'une même complexité. Il se caractérise d'un côté par un succès qui en fait une mode, et qui impose un renouvellement constant – le pétrarquisme assagi des Rime (1530) de Bembo différant par exemple des recherches sophistiquées des quattrocentistes –, et d'un autre côté par des crises d'antipétrarquisme, dont t […] Lire la suite

PLÉIADE

  • Écrit par 
  • Gilbert GADOFFRE
  •  • 3 483 mots

Dans le chapitre « Du centre à la périphérie »  : […] Ce qui brouille les pistes, c'est le chiffre sept qui ne correspond qu'à un symbole. En regardant de près la structure et le fonctionnement de cette microsociété, on s'aperçoit qu'il existe en son centre un noyau dur, irréductible à tous les changements, et formé de ceux que Claude Binet, après la mort de Ronsard, désigne sous le nom d'« heureux triumvirat » : Ronsard, Baïf et Du Bellay. Ceux-là […] Lire la suite

PONTUS DE TYARD ou THIARD (1521-1605)

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 738 mots

Poète de l'école lyonnaise, ami intime de Maurice Scève, Pontus de Tyard (ou de Thiard) est né dans une riche famille bourguignonne, qui compte plusieurs hauts dignitaires royaux. Destiné dès l'enfance à l'Église — Fernand Mazade écrit « qu'il fut, presque de naissance, chanoine de la cathédrale de Mâcon » —, il commença pourtant de très bonne heure à écrire des poèmes. Ce n'est toutefois qu'en 15 […] Lire la suite

LES REGRETS, Joachim du Bellay - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yvonne BELLENGER
  •  • 848 mots

Dans le chapitre « Regrets, satires et éloges »  : […] Ils se composent de 191 sonnets d'alexandrins et s'ordonnent selon un schéma assez clair : les « regrets » proprement dits – la veine élégiaque – disent le désarroi du poète éloigné de sa terre natale : « Je me promène seul sur la rive latine,/ La France regrettant, et regrettant encor,/ Mes antiques amis, mon plus riche trésor,/ Et le plaisant séjour de ma terre angevine » (sonnet 19). Suivent l […] Lire la suite

RONSARD PIERRE DE (1524-1585)

  • Écrit par 
  • Gilbert GADOFFRE
  •  • 2 913 mots

Dans le chapitre « La création subjuguée par la poésie »  : […] S'il avait pu prévoir ce commentaire tardif, Ronsard y aurait vu la confirmation de la théorie néo-platonicienne des fureurs telle qu'il la résumait dans l' Ode à Michel de l'Hospital , l'année même où son ami Pontus de Tyard la développait dans le Solitaire premier (1552). La fureur poétique passe des Muses au poète et du poète au lecteur, à la manière des forces de l'aimant :    Comme l'aimant […] Lire la suite

SCÈVE MAURICE (1500 env.-env.1560)

  • Écrit par 
  • Ian Dalrymple McFARLANE
  •  • 2 033 mots

Né à Lyon, Maurice Scève appartenait à une famille qui avait joué un rôle honorable dans la vie de la cité ; son existence reste mal connue. Il a dû faire de solides études ; puis, en 1533, on le trouve à Avignon où il est pour quelque chose dans la « découverte » du tombeau de Laure. Il fréquentait les cercles cultivés de Lyon et a connu les milieux néo-latins où s'épanouissait le sodalitium lug […] Lire la suite