PÉTRA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Jordanie : carte administrative

Jordanie : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Pétra: les principaux monuments

Pétra: les principaux monuments
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Triclinium aux Lions, Pétra, Jordanie

Triclinium aux Lions, Pétra, Jordanie
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Le Deir, Pétra, Jordanie

Le Deir, Pétra, Jordanie
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Tous les médias


Découverte et exploration

Les précurseurs

Avant même que le site ne soit visité pour la première fois, en 1812, par le Suisse J. L. Burckhardt, un explorateur allemand, U. J. Seetzen, avait déjà, quelques années plus tôt, suggéré l'identification du site, dont il avait entendu parler par les Arabes sans pouvoir s'y rendre lui-même, avec la Pétra des auteurs anciens. Le premier témoignage véritable reste cependant celui de Burckhardt, qui tenta sans succès, à cause de l'hostilité des Bédouins, de monter au sommet du jebel Hārūn, un massif qui se dresse au sud-ouest du site proprement dit, où une tradition, qui remonte au moins à l'historien juif Flavius Josèphe, place le tombeau du prophète Aaron, le frère de Moïse. Il traversa le site d'est en ouest, prenant au passage des notes qui figurent dans son Travels in Syria and the Holy Land, paru en 1822, à Londres, car il avait été envoyé en Orient par une institution britannique.

Il fut suivi de près, en 1818, par le voyageur anglais W. J. Bankes, dont les archives ont été découvertes en 1994 dans le château familial et dont le rôle dans l'exploration du site est désormais reconnu. Il était accompagné, entre autres, par deux officiers de la marine britannique, C. Irby et J. Mangles, qui publièrent sous leur propre nom le journal quasi inchangé de Bankes. Pour des raisons qui demeurent obscures, ce dernier ne le publia jamais lui-même. On doit notamment à Bankes le premier dessin de la Khazneh, la première copie de la grande inscription nabatéenne du Turkmāniyyeh, mais aussi des remarques pertinentes sur la céramique nabatéenne, sur les bétyles (pierres dressées) ainsi que sur les méthodes de construction des tombeaux rupestres.

Les premiers Français qui visitèrent Pétra, en 1828, furent Léon de Laborde et Maurice-Adolphe Linant de Bellefonds, dont le nom est également associé au percement du canal de Suez. Ils publièrent à Paris, en 1830, dans un volume in-folio intitulé Voyage de l'Arabie Pétrée, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PÉTRA  » est également traité dans :

JORDANIE

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Philippe RONDOT
  •  • 19 640 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Le poids du passé »  : […] Le passé est partout présent sur les deux rives du Jourdain. C'est dans le désert de Ram, où l'on a retrouvé des sites de villages néolithiques (VI e et VII e  millénaires), que l'homme s'est d'abord fixé, menant une vie sédentaire. Au II e  millénaire, autour des points d'eau, au sud-ouest de Maan, il pratique une agricul […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jordanie/#i_20519

PALMYRE

  • Écrit par 
  • André LARONDE
  • , Universalis
  •  • 2 976 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Prospérité de Palmyre »  : […] Si Palmyre jouait déjà un important rôle commercial et militaire, le grand commerce oriental passait surtout par l'intermédiaire des Nabatéens de Pétra. Rome, qui tenait déjà les ports égyptiens de la mer Rouge, donna le coup de grâce à ce trafic en annexant, en 106, le royaume nabatéen. L'éviction de son rival le plus dangereux permit à Palmyre de détourner à son profit une partie du trafic de P […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/palmyre/#i_20519

Voir aussi

Pour citer l’article

Laïla NEHMÉ, « PÉTRA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/petra/