SELLARS PETER (1957- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Critique, parodie, transgression

Après la comédie musicale, c'est logiquement l'opéra qui l'attire et auquel il se consacre en priorité dans la seconde moitié des années 1980 : dans cette « espèce d'espoir artistique pour le théâtre », il décèle un creuset plus propice à l'accomplissement de la distanciation brechtienne et à l'exploration du monde secret des émotions. Il se tourne à égalité vers les œuvres modernes (Lighthouse de Peter Maxwell Davies en 1984, Saint François d'Assise de Messiaen en 1992, Mathis der Maler de Hindemith en 1995, Le Grand Macabre de Ligeti en 1997, L'Amour de loin de Kaija Saariaho en 2000), et vers le répertoire classique, de Mozart à Wagner en passant par Haendel (Orlando en 1982, Jules César en 1985, Theodora en 1996). Et même quand il revient au théâtre, Peter Sellars porte ses mises en scène aux dimensions de l'opéra, tantôt en empruntant aux autres arts du spectacle (le cinéma, la danse), tantôt en élaborant un véritable paysage sonore à partir d'une partition de circonstance et/ou de l'amplification des voix.

Mais, que ce soit à l'opéra ou au théâtre, la même tactique de transposition est à l'œuvre, ou plutôt la même élaboration d'un contrepoint visuel qui, loin d'attenter à la musique et aux paroles, les sertit dans un cadre américain contemporain, à force de correspondances dont on a parfois regretté le manque de justification dramaturgique et critiqué le potentiel de distraction. Plaisir de l'anachronisme ou promesse de l'universalité ? Pour Peter Sellars, il s'agit bien moins d'assurer la survie des classiques que de les ériger en cadre de vie, comme une maison dont on aurait hérité et qu'il faudrait aménager au goût moderne, selon sa propre métaphore. Faute d'œuvrer toujours dans la collusion, les styles hétéroclites entrent en collision et, avec la multiplicité des références, offrent un prisme à la réflexion ainsi que, le plus souvent, une prise à la dénonciation. Derrière l'humour de l'inattendu et du pittoresque, la volonté de profondeur.

Ainsi, la transplantation de Così fan tutte dans un petit restaurant en bordure d'autoroute (1986), de Don Giovanni devant un immeuble délabré dans le Spanish Harlem de New York (1987) et des Noces de Figaro dans la Trump Tower sur la Cinquième Avenue (1988) réfléchit la permanence des injustices sociales. Le xviiie siècle est un alibi qui sert à parler du présent – à moins que ce ne soit le présent qui fasse comprendre l'ancrage populaire de ces œuvres au xviiie siècle : l'éclairage est réciproque. Ou bien, c'est le Périclès de Shakespeare qui est dépeint sous les traits d'un sans-abri de l'ère Reagan après qu'il a perdu sa famille et ses biens (1983), le Xerxès des Perses qui est calqué sur Saddam Hussein comme par un lien de lointaine filiation (1992). La mise en scène de la pièce d'Eschyle découvre l'envers de la guerre du Golfe, en adoptant le point de vue des vaincus et en opposant à la débauche des images partiales de C.N.N. la nudité du plateau. Une approche qui sera reprise dans Les Enfants d'Héraklès (2002), d'après Euripide. Sur le pouvoir à la fois abusif et réducteur des médias, Peter Sellars est du reste souvent revenu, non seulement sous forme parodique comme dans Tannhauser, qui avait pour toile de fond les scandales sexuels provoqués par un « télévangéliste » (1988), mais aussi de façon plus sérieusement polémique comme dans Le Marchand de Venise de Shakespeare, qu'il transposait en 1994 dans les communautés noire, hispanique et asiatique de Los Angeles pour souligner les racines économiques du racisme. Ici les émeutes de 1992, ailleurs les écoutes du Watergate (Saül de Haendel en 1981) et les aberrations de la politique du Pentagone en Amérique latine (Ajax de Sophocle en 1986), ou encore la situation des Hispaniques en Californie (Les Paravents d'après Genet en 1998) : chaque fois, le regard se porte sur l'histoire récente, sur ses zones d'ombre et ses mystifications, afin que « les gens puissent commencer à comprendre comment elle est fabriquée », ainsi qu'il le déclarait à propos de l'opéra Nixon in China (1987). Son œuvre de metteur en scène se situe entre la facétie et la colère, entre la surprise et le sens : la culture lui est un formidable instrument pour révéler l'immédiateté du passé et lutter contre les dérives du présent – violence, censure et mensonges compris. Et pour ébranler en profondeur la conscience du spectateu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, maître de conférences à l'université de Caen

Classification

Autres références

«  SELLARS PETER (1957- )  » est également traité dans :

PEONY PAVILION (mise en scène P. Sellars)

  • Écrit par 
  • Frédéric MAURIN
  •  • 1 089 mots

Deux versions de l'un des plus célèbres opéras chinois, Le Pavillon aux pivoines (1598) de Tang Xianzu, devaient être présentées en France à l'occasion du festival d'Automne 1998. Le gouvernement chinois a finalement interdit que la mise en scène de l'œuvre dans sa version intégrale, par Chen Shi-Zheng, soit montrée. Restait Peony Pavilion (MC93 Bobigny), le […] Lire la suite

ADAMS JOHN (1947- )

  • Écrit par 
  • Patrick WIKLACZ
  •  • 1 979 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La tentation du théâtre lyrique »  : […] L'œuvre la plus connue de John Adams est l'opéra Nixon in China (créé au Houston Grand Opera le 22 octobre 1987) . Minimaliste et parfois proche de Stravinski, l'ouvrage a bénéficié de la collaboration du metteur en scène Peter Sellars et de l'écriture d'Alice Goodman. De cet opéra relatant un épisode de l'histoire contemporaine – la visite de Nixon en Chine en février 1972 –, Adams a tiré des […] Lire la suite

CINÉMA ET OPÉRA

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe FERRARI
  •  • 3 258 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'image animée à l'opéra »  : […] Mais les allers-retours entre cinéma et opéra ne s'arrêtent pas aux mises en scène d'opéra par des cinéastes. Ils fonctionnent dans les deux sens puisque, aujourd'hui, les metteurs en scène d'opéra font appel au cinéma et à la vidéo. Krzysztof Warlikowski, par exemple, convoque, sur les scènes lyriques, une pléthore de références cinématographiques. Sa mise en scène d' Iphigénie en Tauride de Glu […] Lire la suite

SALONEN ESA-PEKKA (1958- )

  • Écrit par 
  • Charles TRUMBULL
  • , Universalis
  •  • 1 001 mots

Dans le chapitre « Un chef au service de la musique de son temps »  : […] Esa-Pekka Salonen fait ses débuts à la direction en 1979, avec l’Orchestre symphonique de la Radio finlandaise. Les nombreux engagements qu’il obtient ensuite en Scandinavie sont notamment marqués par la production de Wozzeck d’Alban Berg à l’Opéra de Stockholm. En 1983, il dirige au pied levé le Philharmonia Orchestra de Londres dans la Troisième Symphonie de Mahler, une brillante prestation qu […] Lire la suite

SCÉNOGRAPHIE LYRIQUE

  • Écrit par 
  • Alain PERROUX, 
  • Alain SATGÉ
  •  • 7 228 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les « transpositeurs » »  : […] L'un des aspects les plus significatifs de leur travail, et notamment du Ring de Chéreau, est leur manière de poser la question du lieu et du temps où se déroulent les événements représentés. Renonçant aux peaux de bêtes qui tenaient lieu de costumes dans la tradition wagnérienne, Chéreau situe l'action de L'Anneau du Nibelung à l'époque de la révolution industrielle. Smokings et barrages de bét […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Le mélange des genres

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 6 550 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La scène et les écrans »  : […] Depuis l'apparition du septième art, l'influence du cinéma au théâtre s'est manifestée de différentes manières : intégration d'images projetées sur la scène, contribution à l'évolution de la construction et au rythme de la mise en scène, implication constitutive dans l'écriture dramatique. Historiquement, la référence principale à la première de ces manifestations se situe en 1923, avec la mise e […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Frédéric MAURIN, « SELLARS PETER (1957- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/peter-sellars/