PERVERSIONS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Désaveu de la différence des sexes (Verleugnung) et division du Moi (Spaltung)

C'est à l'une des toutes dernières publications de Freud (sur le fétichisme) que l'on doit une approche véritablement féconde de la perversion. On sait l'importance que la théorie psychanalytique accorde à la découverte, par l'enfant, de la différence des sexes. C'est en fonction de cette différence que s'organise le désir sexuel, l'enfant ayant à y prendre conscience de son identité sexuelle, et de ce que celle-ci lui commande dans son rapport aux autres et singulièrement dans son rapport à ses père et mère. C'est donc à partir de ce savoir nouvellement acquis que l'œdipe prend sa fonction normative en permettant à l'enfant de constituer les idéaux qui ordonneront sa vie sexuelle. Une telle acquisition prend les formes du complexe de castration chez le garçon, de l'envie du pénis (penis-neid) chez la fille.

Freud a montré que, pour le fétichiste, la découverte de la différence des sexes n'était pas frappée de refoulement (comme pour le névrosé), mais que le jeune garçon répudiait la découverte qu'il venait de faire (l'absence de pénis chez sa mère), qu'il désavouait ce qu'il avait découvert et ce que cette découverte impliquait pour lui dans sa position subjective à l'égard du désir. C'est donc ce « désaveu » (Verleugnung) qui constitue l'originalité de la position du fétichiste, amené à se satisfaire de l'érotisation du vêtement (ou sous-vêtement) féminin aperçu sur la route de la découverte rejetée.

La connaissance de la différence des sexes (et de la position subjective que cela implique pour celui qui a acquis une telle connaissance) n'est donc pas à proprement parler frappée de forclusion (Verwerfung) comme dans la psychose. Freud nous dit que tout se passe comme si le fétichiste gardait pour une part l'ancienne croyance infantile concernant l'existence d'un pénis chez la mère, tandis que pour une autre part il se résigne aux conséquences de cette différence des sexes. Ainsi est-il partagé ; son Moi se trouve divisé (Spaltung) entre les deux c [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  PERVERSIONS  » est également traité dans :

COPROPHAGIE, psychopathologie

  • Écrit par 
  • Georges TORRIS
  •  • 277 mots

Manducation des fèces. Le mot a été emprunté par les médecins légistes et par les psychiatres aux entomologistes (Latreille, fin xviii e s.) pour désigner une conduite perverse qui se rencontre dans des circonstances assez diverses, mais se rattache toujours à l'analité. Elle est considérée comme normale chez le petit enfant au stade sadique-anal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coprophagie-psychopathologie/#i_1323

FÉTICHISME, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 690 mots

L'attention portée par Freud à ce phénomène « du plus haut intérêt » qu'est le fétichisme, et qu'attesteront les remaniements successifs apportés aux premiers développements des Trois Essais sur la théorie de la sexualité , trouverait son emblème dans la double orientation du génie de Léonard de Vinci, partagé entre l'exigence du décryptage scientifique et la culture artistiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fetichisme-psychanalyse/#i_1323

KHAN MASUD (1924-1989)

  • Écrit par 
  • Jean-Bertrand PONTALIS
  •  • 1 181 mots

Un personnage d'abord. De grande allure, élégant, beau – toutes choses plutôt rares dans la profession... Prompt dans la répartie souvent cinglante, ce qui lui valut beaucoup d'ennemis, et pourtant fidèle en amitié. Ne s'en laissant pas conter et prodigieux conteur, lui venu des Indes – du Penjab – pour s'établir au Royaume-Uni. Une bibliothèque immense : ce qui importe, disait-il, est moins d'avo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/masud-khan/#i_1323

KRAFFT-EBING RICHARD VON (1840-1902)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 293 mots

Psychiatre allemand. Après des études de psychologie et de médecine en Suisse, puis en Allemagne où il est l'élève de Griensinger, Krafft-Ebing est nommé professeur de psychiatrie, successivement à Strasbourg, à Graz et enfin à Vienne, où il remplace Meynert en 1889. Quoique peu favorable aux premiers travaux de Freud sur les névroses (« Ça ressemble à un conte de fées scientifique », déclare-t-il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-von-krafft-ebing/#i_1323

OPPOSITION CONCEPT D'

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 18 813 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Fichte »  : […] Fichte et son disciple puis adversaire Schelling sont les inventeurs, dans une forme encore enrobée de gangue métaphysique, de catégories essentielles dont il est impossible de ne pas percevoir le destin historique lointain, compte tenu des transpositions indispensables, dans la genèse de certains des instruments de la pensée métapsychologique de Freud, ainsi que, d'ailleurs, de la psychologie mod […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concept-d-opposition/#i_1323

PÉDOPHILIE

  • Écrit par 
  • André CIAVALDINI
  •  • 2 416 mots

Dans le chapitre « Pédophilie et psychiatrie »  : […] Au xix e  siècle, l'enfant apparaît comme la première victime des agressions sexuelles et, sous le poids de la demande judiciaire, il échoit à la psychiatrie d'intervenir dans la régulation de ces pratiques sexuelles déviantes. La première étude sur les attentats aux mœurs et les maltraitances sur enfant en France date de 1867, sous la forme d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pedophilie/#i_1323

PSYCHANALYSE & CONCEPT D'OPPOSITION

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 14 034 mots

Dans le chapitre « Les couples opposés de pulsions partielles »  : […] En fait, le terme de Gegensatzpaar est quasi exclusivement réservé par Freud à la description des couples de pulsions partielles ou perverses : le sadisme et le masochisme, le voyeurisme et l' exhibitionnisme. Une première analyse en est donnée dans les Trois Essais sur la théorie de la sexualité (1905), qui comporte d'ailleurs de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse-et-concept-d-opposition/#i_1323

PSYCHOPATHIA SEXUALIS, Richard von Krafft-Ebing - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Alfred SPRINGER
  •  • 871 mots

Publié au cours de l'année 1886, Psychopathia Sexualis est devenu immédiatement un best-seller de la littérature psychiatrique, traduit très vite en plusieurs langues. Avec cette étude médico-légale d'une sélection de cas exemplaires, Richard Freiherr von Krafft-Ebing (1840-1902) étendait au domaine de la sexualité son travail de classification des maladies mentales basé s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychopathia-sexualis/#i_1323

PULSIONS PARTIELLES

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 537 mots

Dans la psychanalyse freudienne, l'expression de pulsion partielle ( Partialtrieb ) désigne les pulsions en tant que spécifiées par leur but et par leur source organique. C'est dans les Trois Essais sur la théorie de la sexualité (1905) que Freud introduit cette notion : « Ce qui distingue les pulsions les unes des autres et les marque d'un caractère sp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pulsions-partielles/#i_1323

SADISME ET MASOCHISME

  • Écrit par 
  • Dominique JAMEUX
  •  • 3 940 mots

« Le désir de faire souffrir l'objet sexuel – ou le sentiment opposé, le désir de se faire souffrir soi-même – est la forme de perversion la plus fréquente et la plus importante de toutes. » Par cette phrase, apparue tôt dans son œuvre (1905), Freud attirait l'attention sur un ensemble de comportements érotiques d'une importance considérable tant pour l'étiologie et la thérapeutique des névroses q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sadisme-et-masochisme/#i_1323

TRANSSEXUALISME

  • Écrit par 
  • Sylvie SESÉ-LÉGER
  •  • 4 175 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Naissance d'une entité pathologique »  : […] Des troubles s'apparentant au transsexualisme existaient certainement déjà dans l'Antiquité, mais ils n'entraient pas dans le champ médical, car, jusqu'au xix e siècle, les comportements déviants et notamment sexuellement déviants relevaient de la compétence des juristes et des hommes d'Église. C'est, sans doute, Jean Esquirol qui décrit en 1838 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/transsexualisme/#i_1323

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean CLAVREUL, « PERVERSIONS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/perversions/