PERSPECTIVE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La perspective géométrique

Étant admis que la projection perspective, en tant que « cas » de la projection centrale, constitue une des méthodes projectives que la géométrie descriptive utilise pour représenter sur un plan, avec une exactitude mathématique, la forme, les dimensions et la position des objets dans l'espace, il importe de bien voir que les éléments nécessaires et suffisants pour une projection sont : le centre de projection, l'objet à représenter, le plan qui reçoit la projection, et de rappeler que la position réciproque de ces divers éléments varie selon la méthode projective choisie. Si le centre de projection est rejeté à l'infini, les rayons demeurent parallèles et la projection s'appelle axonométrie (ou perspective parallèle, dont un des procédés les plus simples est la perspective cavalière, introduite en France au xvie siècle par les ingénieurs militaires et employée en cartographie jusqu'au xixe siècle).

Dans la perspective centrale, au contraire, le centre de projection est à une distance finie du plan de projection, qui coupe la pyramide des rayons rectilignes joignant le centre de projection aux points saillants de l'objet. On a donc le système de référence suivant : le centre de projection (V), appelé point de vue parce que c'est là qu'est situé l'œil de l'observateur, projette les objets sur un plan vertical appelé tableau (q), que l'on suppose élevé sur un plan horizontal auquel on donne le nom de géométral (ou plan de terre). Le tableau et le géométral se coupent selon une droite appelée ligne de terre (). Pour déterminer la position du plan de terre, on indique la hauteur du point de vue sur ce dernier. L'intersection du tableau avec le plan horizontal passant par le point de vue est une droite appelée horizon (o), qui est la projection sur le tableau de ce plan ; à cette dernière droite appartient le point de fuite principal (Vo), c'est-à-dire le pied de la perpendiculaire joignant le point de vue au tableau, et qui est la projection de ce point sur le tableau. En rabattant cette perpendiculaire – qui représente évidemment la distance (d) ou l'éloignement supposé du point de vue au tableau – sur ce dernier, d'une infinité de façons, on dessine un cercle qui est appelé cercle de distance et qui a comme rayon la distance d. On appelle points de distance (D1 et D2) les deux points d'intersection du cercle de distance avec l'horizon ; ces points coïncident avec les points de fuite des deux systèmes de droites parallèles horizontales orientées à 450 du plan du tableau ; le point de fuite principal représente au contraire le point de rencontre à l'infini des droites orthogonales au tableau. Pour bien saisir le concept de point de fuite, il convient de souligner les règles en vigueur dans la construction perspective : la perspective d'un point est un point ; la perspective d'une ligne contient les perspectives de tous les points appartenant à cette ligne ; la perspective d'une droite est une droite, sauf dans le cas de la perpendiculaire menée du point de vue au plan du tableau, qui a comme perspective un point coïncidant avec le point de fuite principal ; les droites parallèles ont des perspectives convergentes, à l'exception des droites parallèles au tableau, dont les perspectives – que ces droites soient verticales, obliques ou horizontales – demeurent aussi parallèles dans la projection graphique. Mis à part ce dernier cas, tout système de droites parallèles, quelle que soit leur orientation et pourvu qu'elles soient incidentes au tableau, a pour image perspective un système de droites passant par un même point, lequel, intersection du tableau et de la parallèle au système menée par le point de vue, constitue le point de fuite du système, ainsi que la représentation perspective du point de convergence à l'infini des droites parallèles infinies du système. Naturellement, infinies sont les orientations que peut prendre un système de droites parallèles par rapport au tableau, et infinis, par conséquent, les points de fuite qui peuvent être contenus dans le tableau. Tous les points de fuite des systèmes de droites parallèles horizontales incidentes au tableau sont situés sur l'horizon ; sur celui-ci convergent au point de fuite principal, comme on l'a vu, les perspectives des droites perpendiculaires au tableau. Il importe aussi de préciser quels sont, dans le système de référence décrit, les éléments variables : il s'agit de la hauteur et de la distance du point de vue, ainsi que de la dimens [...]

Référence de la projection

Dessin : Référence de la projection

Système de référence de la projection perspective 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Médias de l’article

Référence de la projection

Référence de la projection
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Réduction d'un parallélépipède

Réduction d'un parallélépipède
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Procédé de réduction

Procédé de réduction
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Les Ambassadeurs, H. Holbein le Jeune

Les Ambassadeurs, H. Holbein le Jeune
Crédits : Bridgeman Images

vidéo

Afficher les 22 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  PERSPECTIVE  » est également traité dans :

ALBERTI LEON BATTISTA (1404-1472)

  • Écrit par 
  • Frédérique LEMERLE
  •  • 3 108 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Humanisme et architecture : le théoricien »  : […] Alberti a défini en théorie le nouvel idéal artistique de la Renaissance : son De pictura , rédigé en latin et traduit en italien par Alberti lui-même, qui le destinait aux artistes (la version italienne est d'ailleurs dédiée à Brunelleschi), exposait la théorie de la perspective qui venait de déclencher une révolution dans la peinture florentine. Dans le De statua , il développa une théorie des p […] Lire la suite

ALTDORFER ALBRECHT (1480 env.-1538)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 2 754 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'art de la couleur »  : […] Ces observations concernent avant tout les dessins d'Altdorfer, la part sans doute la plus originale de sa production. Cependant, la couleur intense et lumineuse de ses peintures a suscité des commentaires analogues. Dans un livre resté célèbre, Otto Benesch, en 1938, la mettait en rapport avec les idées exprimées un peu plus tard par Paracelse. Ce rapprochement, qui continue à faire florès aux Ét […] Lire la suite

ANAMORPHOSE, art

  • Écrit par 
  • Marie-José MONDZAIN-BAUDINET
  •  • 984 mots
  •  • 1 média

Platon disait de la science qu'elle était fille de l'étonnement. Pour le peintre d'anamorphoses, elle devient la mère de l'illusion, à moins que, comme on va le voir, elle ne se charge obliquement de nous dire la vérité. « Maintes fois et avec non moins de plaisir que d'émerveillement, on regarde quelques-uns de ces tableaux ou cartes de perspectives dans lesquels si l'œil de celui qui les voit n' […] Lire la suite

ANAMORPHOSES OU THAUMATURGUS OPTICUS - LES PERSPECTIVES DÉPRAVÉES, Jurgis Baltrušaitis - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Annamaria DUCCI
  •  • 1 396 mots

Le livre paru en 1955 sous le titre d' Anamorphoses ou perspectives curieuses , a été suivi de deux éditions révisées en 1969 et en 1984, la dernière augmentée de chapitres portant sur les miroirs et sur l'interprétation des anamorphoses au xx e  siècle. L'édition de 1984, à laquelle on se réfère, a été publiée sous un titre modifié : Anamorphoses ou Thaumaturgus Opticus – Les perspectives déprav […] Lire la suite

APOLLODORE LE SKIAGRAPHE (fin Ve-déb. IVe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Roland MARTIN
  •  • 250 mots

Peintre athénien. Surnommé le peintre des ombres, Apollodore le Skiagraphe est associé à Zeuxis dans la conquête primordiale qu'effectua à cette époque la peinture grecque, la maîtrise de la lumière. Peu auparavant, Agatharcos avait résolu le problème de l'espace et du rendu des différents plans : il avait, en effet, mis au point les premières tentatives pour traiter les différents plans d'un tabl […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Traitement et interprétation) - La photogrammétrie architecturale

  • Écrit par 
  • Jean-Paul SAINT AUBIN
  •  • 5 210 mots
  •  • 1 média

La photogrammétrie repose sur les principes et l'usage de la vue perspective, renouvelés par l'invention, au milieu du xix e  siècle, de la photographie. La combinaison de plusieurs clichés photographiques permet en effet d'obtenir une vision dite « stéréoscopique », s'inspirant du fonctionnement de la vision naturelle de l'homme : les yeux enregistrent deux images que le cerveau fusionne pour […] Lire la suite

ARCHITECTURE & MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 7 421 mots

Dans le chapitre « Les interférences entre structures sonores et espaces structurés »  : […] C'est à l'acousticien et musicologue allemand Fritz Winckel que l'on doit d'avoir élaboré une histoire plausible – à la fois concrète, précise et raisonnée – des interrelations de l'architecture et de la musique, examinées sous l'angle décoratif et non plus formel. On en résumera ici brièvement les principales étapes. Première remarque : tout ou presque, dans le cours d'une telle histoire, est aff […] Lire la suite

AXONOMÉTRIE

  • Écrit par 
  • Daniel RABREAU
  •  • 143 mots

Technique de représentation graphique des objets à l'aide de projections effectuées sur des plans perpendiculaires aux trois directions principales, orthogonales, de ces objets (dont l'une est verticale), l'axonométrie est un procédé particulièrement utilisé en architecture, car il offre l'avantage de représenter, sur un même dessin, les trois dimensions d'un édifice, en donnant l'illusion de l'es […] Lire la suite

BIBIENA LES GALLI dits

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 322 mots

Pendant un siècle environ, la famille Galli Bibiena a régné avec une autorité incontestée sur les scènes de théâtre de toute l'Europe. Les Galli, dits Bibiena, sont originaires de la région de Bologne, et se présentent comme les dépositaires de cette grande tradition des Quadraturisti , les peintres spécialistes des architectures feintes qui étaient devenues une spécialité bolonaise dès le milieu […] Lire la suite

BORROMINI (1599-1667)

  • Écrit par 
  • Claude MIGNOT
  •  • 3 546 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Je ne suis pas né pour être copiste » »  : […] En 1720-1725, au moment où le succès européen de l'esthétique rococo favorise à Rome une sorte de revival borrominesque, Sebastiano Giannini entreprend de publier son œuvre complet : la Sapience ( Opera del Cavaliere Borromini , Rome, 1720), l'oratoire des Philippins avec le commentaire de V. Spada ( Opus architectonicum , Rome, 1725), et Saint-Charles, dont il n'existe qu'un exemplaire. Le corpus […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

24 janvier-11 février 2022 Suisse. Procès des militants de la ZAD du Mormont.

« Un vent de fraîcheur est vivement attendu », conclut-elle dans la perspective de la prochaine fin de mandat d’Éric Cottier, « ancien du Parti radical » qu’elle accuse de s’être «  contenté pendant son règne de poursuivre une politique répressive : enquêter et enfermer ! » Le 31, Éric Cottier adresse un courrier à l’ensemble des membres du Grand Conseil vaudois pour dénoncer une violation du principe de la séparation des pouvoirs et défendre son action. […] Lire la suite

2 février 2022 Union européenne. Classement controversé du gaz et du nucléaire comme activités « durables ».

La Commission européenne publie un décret sur la taxonomie – la classification – des activités profitables à la transition écologique et susceptibles d’attirer des investissements privés qualifiés de « durables », dans la perspective de l’engagement européen à atteindre la neutralité carbone en 2050. La présence dans cette liste, sous certaines conditions, des secteurs du gaz et du nucléaire pousse les commissaires européens autrichien, espagnol et portugais à voter contre, et plusieurs autres à exprimer leurs réserves. […] Lire la suite

29 janvier 2022 Italie. Réélection de Sergio Mattarella à la présidence.

La perspective d’élections législatives anticipées, dans le cas où le président du Conseil Mario Draghi – qui faisait figure de favori – aurait été élu au Quirinal, est l’une des raisons de cette décision par défaut.  […] Lire la suite

11 janvier 2022 Suisse. Acquittement en appel de l'ancien conseiller d'État genevois Pierre Maudet.

La Chambre pénale reconnaît que Pierre Maudet a « incontestablement accepté un avantage indu », mais estime qu’il ne l’a pas fait dans la perspective d’être redevable à la couronne d’Abu Dhabi. Magid Khoury et Antoine Daher sont acquittés de l’accusation d’octroi d’un avantage en raison de leur rôle indirect dans l’affaire.  […] Lire la suite

26 octobre 2021 Allemagne. Élection de Bärbel Bas à la présidence du Bundestag.

Le candidat favori à ce poste, le chef du groupe social-démocrate Rolf Mützenich, a accepté de s’effacer au profit de Bärbel Bas afin que les principaux postes de responsabilité à la tête de l’État ne soient pas tous occupés par des hommes, dans la perspective d’un gouvernement dirigé par Olaf Scholz. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marisa DALAI EMILIANI, « PERSPECTIVE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/perspective/