PERSE, histoire : de 651 à 1501

‘ABBĀSIDES

  • Écrit par 
  • Maxime RODINSON
  •  • 2 078 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La révolution ‘abbāside »  : […] La dynastie ‘abbāside accéda au pouvoir à l'issue d'une véritable révolution contre les Omeyyades. Ceux-ci, représentants de la vieille aristocratie mecquoise qui avait longtemps combattu Mahomet, étaient depuis 660 environ, en tant que califes, successeurs et lieutenants du Prophète, à la tête d'un empire arabe dont la capitale était Damas. Les Arabes dominaient et exploitaient un immense empire […] Lire la suite

ABBASSIDES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 429 mots

750 Une révolution soutenue par les clients persans de l'empire et par les Alides renverse la dynastie omeyyade de Damas et donne le pouvoir à al-Saffāh, descendant d'al-‘Abbās, oncle de Mahomet : début de la dynastie abbasside. 762 Création d'une nouvelle capitale, la ville Ronde de Madīnat al-Salām (« ville du salut »), aussi appelée Bagdad. 786-809 Règne du célèbre Hārūn al-Rashīd, héros lé […] Lire la suite

ABŪ MUSLIM (mort en 755)

  • Écrit par 
  • Michèle ÉPINETTE
  •  • 302 mots

Chef du mouvement révolutionnaire ‘abbāside qui éclata dans le Khurāsān en 747, Abū Muslim joue un rôle important dans la chute de la dynastie umayyade. Abū Muslim serait un esclave d'origine persane. Il entre au service des Banū ‘Idjl à Kūfa, où il aura son premier contact avec le shī‘isme. Emprisonné quelque temps, il sera libéré par les membres du mouvement ‘abbāside qui utiliseront ses convict […] Lire la suite

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 325 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'invasion des Huns »  : […] Les Huns Hephtalites , qui sont connus aussi sous le surnom de Huns blancs, étaient des hordes turco-mongoles originaires de l'Altaï. Vers la fin du iv e  siècle, ils pénétrèrent dans les steppes de l'Asie centrale et occupèrent la Sogdiane et la Bactriane. Un peu plus tard, ils traversèrent l'Hindou-Kouch et descendirent au Gandhara, où ils ruinèrent la civilisation qui avait donné naissance à l' […] Lire la suite

ASSASSINS, secte

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 474 mots

Membres d'une secte musulmane, célèbre par la manière dont elle se faisait un devoir sacré de mettre à mort les ennemis de la Vérité. Les assassins recherchaient, croit-on, l'extase dans la drogue, ce pourquoi on les appelle en arabe ḥashshāshīn ou ḥashīshiyya , nom qui est communément rapporté au mot ḥashīsh  : herbe séchée, hachisch. Les assassins étaient une branche iranienne des ismā‘īliens qu […] Lire la suite

AVICENNE, arabe IBN SĪNĀ (980-1037)

  • Écrit par 
  • Henry CORBIN
  •  • 8 898 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La vie et l'œuvre »  : […] Avicenne (Abū ‘Alī al-Ḥusayn b. ‘Abd Allāh Ibn Sīnā) est né, au mois d'août 980, près de Boukhara, en Transoxiane, c'est-à-dire à cette extrémité orientale du monde iranien qui, aujourd'hui en dehors des limites politiques de l'État iranien, est souvent désignée comme l'« Iran extérieur ». Quelques coordonnées seront utiles : en Occident latin, la fin du x e siècle et le début du xi e sont plutô […] Lire la suite

BARMAKIDES ou BARMÉCIDES LES

  • Écrit par 
  • Philippe OUANNÈS
  •  • 828 mots
  •  • 1 média

Famille de hauts fonctionnaires dont plusieurs membres occupèrent des postes importants sous les premiers califes ‘abbāsides de Baghdād, puis en devinrent les vizirs et les « maires du palais ». Leur nom, al-Barāmika, ne vient pas de celui d'un ancêtre éponyme, Barmak, mais de celui d'un titre héréditaire : grand prêtre du temple de Nawbahār, près de Balkh, en Iran. La gloire de cette famille atte […] Lire la suite

BÉLOUTCHES ou BALOUTCHES

  • Écrit par 
  • Jean-Charles BLANC
  •  • 645 mots

On trouve des Béloutches (appelés aussi Baloutches) au Pakistan, en Afghanistan, en Iran, dans les républiques d'Asie centrale, en Inde et dans les émirats du golfe arabo-persique. C'est au Béloutchistan pakistanais et iranien que vivent les plus importantes communautés béloutches. La langue est le baloutchi. C'est une langue indo-aryenne qui est apparentée au groupe iranien de l'Est et dont les d […] Lire la suite

BOUYIDES ou BUYIDES LES (935-1055)

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 654 mots

La plus puissante des dynasties qui aient gouverné l'Irān islamisé avant la conquête des Turcs saldjūqides au xi e siècle. Elle tient son nom de Buwayh (ou Būyeh), le père des trois frères fondateurs, ‘Alī, al-Ḥasan et Aḥmad. Ces chefs de guerre, d'origine modeste, sont des montagnards du Daylam (au sud-ouest de la mer Caspienne), qui s'engagent alors massivement dans les armées musulmanes. Ils f […] Lire la suite

CALIFAT ABBASSIDE DE BAGDAD

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 218 mots
  •  • 1 média

Au milieu du viii e  siècle, une révolution s'appuyant sur la province du Khorasān met fin au règne des Omeyyades de Damas, au profit d'un descendant d'al-‘Abbās, oncle du prophète Mahomet. Deuxième souverain de la nouvelle dynastie « abbasside », Al-Mansūr (754-775) choisit de fonder une nouvelle capitale, plus proche des terres persanes : Bagdad. Jusqu'au sac de 1258 par les Mongols et la dispa […] Lire la suite

CHIRĀZ

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 592 mots
  •  • 3 médias

Chef-lieu de la province iranienne du Fārs, Chīrāz est une vaste oasis urbaine située dans un bassin fertile, îlot de résistance sédentaire dans une région de forte nomadisation. Après avoir vu tout d'abord son rôle diminué par l'orientation de la vie économique vers le Khūzistān et l'axe Téhéran-Abadān, cette cité au passé prestigieux a profité du développement de manière moins désordonnée que d' […] Lire la suite

DYNASTIE DES QADJAR

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 230 mots

L'accession au trône d'Aghā Muhammad khān marque l'avènement d'une dynastie qui va voir la Perse entrer dans la modernité. Ce chef de la tribu turkmène des Qadjar a conquis le pouvoir en s'appuyant sur des clans arabes et kurdes épars et sur les tribus de sa région d'origine, le Mazandéran. Après s'être emparé du nord et du centre du royaume et avoir choisi, en 1786, Téhéran pour capitale, Aghā Mu […] Lire la suite

FIRDOUSI (940 env.-env. 1020)

  • Écrit par 
  • Charles-Henri de FOUCHÉCOUR
  •  • 2 167 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une vie difficile sur une terre aimée »  : […] Ce que l'on sait de Firdousi est dans son œuvre, Le Livre des rois (Shāhnāmè ) . Ce poème « de 60 000 distiques », selon sa propre expression, est le travail de sa vie. D'une famille de propriétaires terriens établie dans le district de Ṭūs (Khurāsān), il faisait partie de cette classe aisée que le passage du pays à l'Islam avait peu ébranlée ; elle assurait à sa façon, et pour un moment encore, […] Lire la suite

GHAZNÉVIDES LES (977-1186)

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 821 mots

Répandue depuis le milieu du ix e  siècle surtout à Bagdad, siège du califat, la coutume d'utiliser des régiments d'esclaves turcs ( gholām ) fut adoptée par les Samanides qui espéraient ainsi contrebalancer la puissance militaire de leurs seigneurs ruraux ( dehqān ) iraniens. Ce calcul se révéla faux ; à la mort de l'émir samanide Abd al-Malek en 961, le gholām turc Alp-tegin, commandant des for […] Lire la suite

GHAZNĪ, RHAZNĪ ou GHAZNA

  • Écrit par 
  • Jeannine AUBOYER
  •  • 1 011 mots
  •  • 1 média

Située à 145 km au sud-ouest de Kābul ( Afghānistān) et à 2 200 m d'altitude, Ghaznī (ou Ghazna, Rhaznī, Rhazna), aujourd'hui bourgade de 10 000 habitants, fut une capitale brillante et raffinée du x e au xiii e  siècle. Peut-être existait-il en ces lieux, au temps des Grecs, une Alexandrie, capitale de l'Arachosie, et au iv e  siècle de l'ère chrétienne une nouvelle cité, Zābul ou Zābulistān. De […] Lire la suite

GUÈBRES

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 252 mots

Adeptes de la religion zoroastrienne qui forment, aujourd'hui encore, un petit groupe en Iran. Après l'islamisation de ce pays ( viii e siècle), seules quelques petites communautés vivant dans des régions retirées du sud-est de l'Iran réussirent à perpétuer la tradition mazdéenne. Vers le x e siècle, il n'en subsistait plus qu'un très petit nombre dans les provinces de Yazd et de Kerman, où, de […] Lire la suite

HERAT

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 378 mots

Chef-lieu d'une province de l'Afghanistan du même nom (41 561 km 2  ; 1 816 000 hab. en 2013, estim.), métropole de l'ouest, Herat (Harat) est située dans une vaste oasis de piémont irriguée par le Harī Rūd et ses ramifications ainsi que par les traditionnels kariz ou qanāt. Bien connue pour son esprit d'indépendance, cette antique métropole du Khorasan est occupée très tôt par les Aryens. Englob […] Lire la suite

ĪLKHĀN D'IRAN LES

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 528 mots

Descendants de Hülegü (Hūlāgū), frère du grand khān mongol Qubilai [Kūbīlāy] (1260-1294), qui conquièrent et réunifient l'Iran dans la seconde partie du xiii e siècle et s'efforcent de faire renaître la vie économique et culturelle dans l'Orient musulman dévasté par les hordes mongoles. À l'instigation de son frère, le grand khān Möngke (Māngu), Hülegü s'efforce d'abord de reprendre en main les t […] Lire la suite

ISLAM (Histoire) - De Mahomet à la fin de l'Empire ottoman

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 10 444 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le reste du monde musulman »  : […] Cependant, l'Empire ottoman ne saurait faire oublier le reste du monde musulman. En Anatolie orientale et en Iran occidental, à Tamerlan et à ses descendants immédiats ont succédé des dynasties turcomanes, tantôt sunnites, tantôt shī‘ites ; les tenants du shī‘isme l'emportent finalement avec la dynastie séfévide qui, en Iran, a réussi a constituer un État fort face aux Ottomans sunnites et a tent […] Lire la suite

ISPAHAN

  • Écrit par 
  • Jean AUBIN, 
  • Universalis
  •  • 2 727 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'époque seldjoukide »  : […] Dans les premiers siècles de l'Islam, Ispahan connut la vie économique et intellectuelle brillante d'une métropole régionale, mais sans se distinguer d'autres centres provinciaux de l'empire des califes. Avec la résurgence des particularismes locaux qui, au x e  siècle, affaiblissent l'autorité de ceux-ci, commencent ses vicissitudes et ses chances. Elle devient un enjeu de la compétition pour le […] Lire la suite

KERMĀN

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 472 mots
  •  • 2 médias

Ville de l'Iran méridional, Kermān (ou Kirmān) est le chef-lieu de la province homonyme qui s'étend sur 185 675 kilomètres carrés et comptait 2 650 000 habitants en 2006. Autrefois prospère, cette province éloignée est peu développée économiquement ; en effet, le charbon et le minerai de fer de la région sont transportés par voie ferrée au complexe sidérurgique d'Ispahan. Cette province est l'anci […] Lire la suite

KHORĀSĀN ou KHURĀSĀN ou KHORASSAN

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 515 mots
  •  • 1 média

Situé dans l’est de l’Iran, le Khorasan (ou Khurasan) était la plus grande province du pays jusqu’en septembre 2004, où il a été divisé en trois nouvelles provinces lors d’un redécoupage territorial  : le Khorasan e-Shomali (du Nord, 28  434 km 2 et 811  572 hab. au recensement de 2006) dont la capitale est Bojnurd, le Khorazan e-Jonubi (du Sud, 69  555 km 2 et 636  420 hab.) avec Birjand pour c […] Lire la suite

MALIK SHĀH (1055-1092) sultan seldjoukide (1072-1092)

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 239 mots

Fils et successeur du sultan saldjūkide Alp Arslān, Malik shāh a régné à partir de 1072 et a bénéficié de l'appui du tout-puissant vizir Nizām al-Mulk. Bien que la victoire remportée en 1071 par Alp Arslān sur les Byzantins à Mantzikert ait ouvert aux Turcs la voie de l'Asie Mineure, Malik shāh n'en a pas profité et a laissé le soin de la pénétration dans ce pays à une branche mineure des Saldjūki […] Lire la suite

MANICHÉISME

  • Écrit par 
  • Henri-Charles PUECH
  •  • 15 291 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « En Iran et à l'Est »  : […] À l'Est, la religion manichéenne a connu une fortune tout aussi dramatique, mais différente. Elle s'était, du vivant de l'Apôtre, répandue dans les provinces orientales de l'Empire iranien. Au dire d'al-Nadīm, dont le témoignage n'est pas exempt d'anachronismes, la persécution qui a provoqué et suivi la mort de Mani aurait même amené un certain nombre d'adhérents de la nouvelle foi à passer en Tra […] Lire la suite

MARV

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 392 mots
  •  • 1 média

Ville et oasis du Turkménistan peuplée en majorité de Turkmènes de la tribu Tekke. Dépendante de la rivière Murghāb qui, comme la Harī-rūd, va se perdre dans le désert de Kara-Koum, l'oasis de Marv (également notée Merv, Maur ou Mary) est connue dans les mythologies indiennes et iraniennes comme le berceau des familles aryennes. Satrapie achéménide, elle resta province iranienne (la Margiane) sous […] Lire la suite

MONGOLIE, histoire

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Vadime ELISSEEFF
  •  • 17 559 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « La dislocation de l'Empire »  : […] Hormis en Chine du Sud, l'Empire a désormais atteint ses plus grandes frontières. L'élargissement des possessions au Moyen-Orient a entraîné la création d'un cinquième ulus au bénéfice de Hülegü (1256), qui y établit la dynastie des Ilkhan d'Iran. Et, cependant qu'en Chine Qubilai se fait proclamer grand-khan par ses troupes, sans convoquer de quriltai, et fonde une dynastie chinoise du nom de Y […] Lire la suite

MOUTONS-BLANCS ou AK KOYUNLU

  • Écrit par 
  • Philippe OUANNÈS
  •  • 447 mots

Fédération de tribus turkmènes dont le nom se réfère soit à un totem commun, éponyme, soit au fait que les membres de ces tribus élevaient des moutons blancs. L'un des clans de ces tribus, les Bayundur, donna naissance à des chefs qui prirent le pouvoir et l'initiative d'organiser cette fédération. La première mention historique des Bayundur remonte à la chronique byzantine de 1340, dans laquelle […] Lire la suite

MOUTONS-NOIRS ou KARA KOYUNLU

  • Écrit par 
  • Philippe OUANNÈS
  •  • 529 mots

L'origine du nom de cette fédération de tribus turkmènes est incertaine : peut-être s'agit-il d'un totem, peut-être de la couleur des animaux réellement élevés. C'est Bayram, chef du clan des Bahārlū, qui, vers 1370, réunit différentes tribus turkmènes, tout en se dégageant de l'égide de ses protecteurs, les sultans djalāyirides. Il accroît le territoire et la puissance de la fédération naissante […] Lire la suite

NĪSHĀPŪR

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 338 mots

Antique cité de la province iranienne du Khorāsān, Nīshāpūr, en dépit de catastrophes historiques et naturelles, fut l'une des villes les plus prospères de l'Orient islamique jusqu'à l'époque mongole. Depuis longtemps éclipsée comme capitale régionale par la ville sainte de Meshed, Nīshāpūr (Nichapour, Neyshābūr) conserve une importance économique en raison de ses célèbres mines de turquoise et de […] Lire la suite

NIẒĀM AL-MULK (1018-1092)

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 195 mots

Homme d'État iranien qui joue un rôle considérable auprès des premiers sultans grands-saldjūqides comme vizir, c'est-à-dire comme chef de l'administration civile. Né dans une famille du Khurāsān, Niẓām al-Mulk rallie les Saldjūqides vers le milieu du xi e  siècle, devient gouverneur du Khurāsān en 1059 et, à l'avènement du sultan Alp-Arslān, est nommé vizir (1063) ; il administre les affaires inté […] Lire la suite

PERSE - Histoire

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD, 
  • Philippe GIGNOUX
  •  • 8 041 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La domination arabe et la « révolution ‘abbāside » »  : […] Moins bien structuré que son rival byzantin, l'Empire sassanide fut détruit par l'expansion arabe dès les premières décennies du califat ; à l'exception des régions caspiennes et centre-asiatiques, le pays fut contrôlé par les Arabes dans le courant du vii e  siècle. Malgré les exactions commises par certains Arabes et la résistance de quelques aristocrates et des milieux zoroastriens, l'islamisat […] Lire la suite

RASHĪD AL-DĪN (1247-1318)

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN
  •  • 274 mots
  •  • 1 média

Conseiller et historien des Īlkhān, les souverains mongols d'Iran aux xiii e et xiv e siècles, Rashīd al-Dīn est issu d'une famille de médecins juifs d'Hamadan et converti à l'islam orthodoxe ; médecin de la cour mongole, représentant de l'élite cultivée iranienne, il devient, en fait sinon en titre, ministre du souverain le plus brillant de la dynastie, Ghazān-khān, dont le règne se situe entre […] Lire la suite

RAY

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 387 mots

Antique cité iranienne au sud-est de l'agglomération téhéranaise, près de la ville moderne de Shahr-e-Rey, Ray (Rayy chez les géographes arabes, ou encore Rey, ou Rai) est située à l'affleurement d'une abondante nappe phréatique. L'occupation du site remonte au Néolithique (tépé Tshashmè Ali occupé du ~ V e au ~ III e  millénaire). Elle est citée dans l'Avesta, dans l'inscription de Darius à Biso […] Lire la suite

ṢAFFĀRIDES LES (2e moitié IXe s.)

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 224 mots

Dynastie iranienne qui, dans la seconde moitié du ix e siècle, domine le Sīstān puis toute la partie orientale et méridionale de l'Iran. D'origine modeste, les Ṣaffārides tiennent leur nom de leur fondateur Ya‘kūb b. Layth al-Ṣaffār (le « chaudronnier ») natif du Sīstān. Cette région avait servi de refuge à divers mécontents et schismatiques (surtout khāridjites) depuis l'époque umayyade et était […] Lire la suite

SĀMĀNIDES LES (874-999)

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 515 mots

Dynastie qui domina l'Iran oriental (Transoxiane et Khurāsān) durant tout le x e siècle, et qui constitue, après les Bouyides, la plus puissante des dynasties iraniennes au cours de ce que l'on a appelé « l'intermède iranien » précédant la conquête seldjoukide du xi e siècle. Son fondateur, Sāmān-Khodā (819-864), était un propriétaire terrien ( dehqān ) autochtone (soghdien) de la région de Balk […] Lire la suite

SELDJOUKIDES

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 2 837 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Apparition des Seldjoukides »  : […] Le premier chef connu de cette tribu, Dokak, est mentionné dans la seconde moitié du x e  siècle dans la région de la mer d'Aral ; mais c'est son fils, Seldjouk, qui est le premier grand personnage historique. Vers la fin du x e  siècle, les Seldjoukides, alors installés sur la rive gauche du Syr-Darya, émigrèrent vers l'ouest par suite de difficultés avec les Oghouz et gagnèrent la Transoxiane, p […] Lire la suite

SELDJOUKIDES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 328 mots

Fin du x e siècle Seldjouk, chef éponyme de la tribu, est contraint d'émigrer des rives du Syr-Daria vers la Transoxiane et Boukhara. Islamisation des Seldjoukides. 1035 Premier embryon d'un État seldjoukide musulman au nord du Khorasan et du Djurdjan. 1038-1052 Toghroul Beg, petit-fils de Seldjouk, s'empare de l'Afghanistan, de l'Iran, du Tabaristan et du Djurdjan. 1042 Qawurd, fils de Tchag […] Lire la suite

TABRĪZ

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 448 mots
  •  • 1 média

Chef-lieu de la province iranienne de l'Azerbaïdjan oriental (45 650 km 2  ; 3 603 456 habitants lors du recensement de 2006), Tabrīz se trouve au carrefour des routes et des voies ferrées reliant le plateau iranien à la mer Noire et aux pays du Caucase. Dans le long couloir orienté du sud-est au nord-ouest de la vallée de l'Adji Tchay, entre les édifices volcaniques et montagneux du Sahand au sud […] Lire la suite

ṬĀHIRIDES LES (821-873)

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 246 mots

Première principauté iranienne qui se forme au sein de l'empire ‘abbāsside. Son fondateur, Ṭāhir b. al-Ḥusayn, un mawla (client) persan, a aidé le calife al-Ma‘mūn à s'emparer du pouvoir à Baghdād. Celui-ci le nomme gouverneur du Khurāsān. Peu avant sa mort (822), Ṭāhir omet de faire prononcer le nom du calife dans le sermon ( khuṭba ) du vendredi ; c'est alors une façon d'affirmer son indépendanc […] Lire la suite

TA'ZIYÈ, théâtre religieux persan

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 1 591 mots

Substantif verbal féminin d'origine arabe, le mot ta'ziyè signifie tout d'abord témoignage de condoléances. Pour les shī'ites, ce vocable est essentiellement lié aux commémorations du drame de Karbalā qui, au cours du temps, donnèrent naissance à une sorte de jeu de la Passion ; représenté de diverses manières durant les dix premiers jours du moharram (premier mois de l'année hégirienne lunaire) […] Lire la suite

TÉHÉRAN

  • Écrit par 
  • Bernard HOURCADE
  •  • 3 102 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Téhéran capitale bicentenaire »  : […] Située sur un vaste glacis au sud de l'Alborz (ou Elbourz), la ville est séparée du désert tout proche par les riches plaines agricoles de Karaj, Rey et Varāmin. Les différences biogéographiques entre le nord de la ville (1 500-1 700 m d'altitude), frais, arboré, riche en ressources en eau, lieu de villégiature estival, et le sud (1 200-1 000 m) très chaud en été, proche du désert, où se trouvent […] Lire la suite

TIMURIDES ou TIMOURIDES LES (1370-1506)

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 445 mots
  •  • 1 média

Avant sa mort, Tamerlan (1336-1405) avait divisé les restes de son vaste empire entre ses fils et ses petits-fils. Une fois disparue la crainte que leur inspirait sa terrible présence, ses premiers successeurs ne furent le plus souvent que des princes locaux au Khorāsān et en Transoxiane. C'est seulement après des années de luttes que son fils cadet Shāh Rokh (1405-1447) parvint à s'affirmer comme […] Lire la suite

VICTOIRE DU KHAREZM SUR LES SELDJOUKIDES D'IRAN

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 198 mots

Tekish, issu d'une dynastie turque, est devenu shah du Kharezm ou Khwarazm (au sud de la mer d'Aral) en 1172, avec l'appui des Qara-Kitai du Turkestan oriental. Au début de 1194, il annexe le Khorasan et s'attaque aussitôt au dernier sultan seldjoukide d'Iran, Toghroul III, vaincu et tué le 19 mars près de Rey. Il se trouve alors à la tête d'un empire allant du Tigre au Syr-Daria et comprenant la […] Lire la suite

ZIYĀRIDES LES (927-env. 1090)

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 241 mots

Dynastie iranienne qui domine les régions sud-caspiennes et, de manière éphémère, une partie du plateau iranien dans le second quart du x e  siècle. Son fondateur, Mardāvīdj b. Ziyār (927-935) est l'un des plus cruels chefs de guerre des montagnes du Daylam (du sud-ouest de la mer Caspienne), région qui fournit de nombreux mercenaires au califat ‘abbāside et aux amīr . Sa puissance s'étend jusqu'à […] Lire la suite