PÉROVSKITES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Cristal de pérovskite

Cristal de pérovskite
Crédits : Gary Cook/ Visuals Unlimited/ SPL - Science Photo Library/ Biosphoto

photographie

Structure d’un cristal de pérovskite

Structure d’un cristal de pérovskite
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Film de pérovskite

Film de pérovskite
Crédits : Michael Graetzel & al./ EPFL

photographie

Cellule photovoltaïque à pérovskite

Cellule photovoltaïque à pérovskite
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Les pérovskites en minéralogie

La pérovskite est, au sens strict, un titanate de calcium de formule CaTiO3 (Ca pour le calcium, Ti pour le titane et O pour l’oxygène). Elle a été décrite pour la première fois en 1839 par le minéralogiste allemand Gustav Rose, qui l’a dédiée à Lev Alexeïevitch Perovski (1792-1856), homme d’État russe et minéralogiste.

De densité 4, de dureté 5,5 sur l’échelle de Mohs – qui va de 1 à 10 –, ses cristaux sont pseudocubiques mais son système cristallin est orthorhombique. La couleur des cristaux va du noir au brun-rouge ; ces cristaux présentent des faces striées parallèlement aux arêtes. Les plus beaux spécimens ont été trouvés dans la mine Eremeyev, près de Zlatoust dans l’Oural en Russie, où de superbes cristaux brillants, engagés dans la calcite, atteignent 5 centimètres d’arête et, dans les années 1990, au Groenland (gîte de Gardiner), où de magnifiques cristaux gris-noir ont une taille de 8 centimètres d’arête.

Les pérovskites sont des minéraux présents dans des calcaires ayant subi un métamorphisme de contact ou des minéraux primaires de certaines roches basiques. Dans le premier cas, elles apparaissent quand des montées de magma traversent ces calcaires et sont dues au chimisme du magma, à l’élévation de température et à la durée de cette élévation : autour d’un massif intrusif, la zone de métamorphisme de contact est épaisse de quelques mètres à quelques centaines de mètres. Dans le second cas, le plus fréquent, les pérovskites cristallisent au sein même du magma qui donnera par la suite des roches basiques, c’est-à-dire des roches pauvres en quartz (SiO2) – moins de 50 p. 100 – et riches en magnésium (Mg), en fer (Fe) et en calcium (de 20 à 35 p. 100). Les membres du groupe pérovskite cristallisent à de grandes profondeurs dans le manteau. Par exemple, la pérovskite silicatée Al-(Mg,Fe)Si O3 apparaît dans le manteau inférieur à des profondeurs supérieures à 690 kilomètres. Dérivé de l’olivine sous l’effet de température et de pression croissantes, c [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau
  • : docteur en sciences de la Terre, concepteur de la collection La Science au présent à la demande et sous la direction d'Encyclopædia Universalis, rédacteur en chef de 1997 à 2015

Classification


Autres références

«  PÉROVSKITES  » est également traité dans :

MANTEAU TERRESTRE

  • Écrit par 
  • Édouard KAMINSKI
  •  • 3 877 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Changement de phase et structure radiale du manteau »  : […] La limite supérieure du manteau, le Moho, est la plus facile à interpréter, notamment parce qu'on peut l'étudier par observation directe. Le Moho est une limite pétrologique, séparant la croûte, de composition basaltique dans les océans et de composition granito-gneissique dans les continents, du manteau formé d'un assemblage d'olivine (de 60 à 70 p. 100), de pyroxènes (de 20 à 30 p. 100) et d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manteau-terrestre/#i_40344

OXYDES ET HYDROXYDES NATURELS

  • Écrit par 
  • Joseph BOLFA
  •  • 4 165 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Groupe de la pérovskite »  : […] La pérovskite CaTiO 3 , de groupe spatial P  m3m , a une structure cristalline représentée par la figure  c : le centre de la maille cubique est occupé par le calcium, les sommets par le titane et le milieu des arêtes par l'oxygène ; le titane est donc hexacoordonné, tandis que le calcium est entouré par douze oxygènes. Les éléments de la série des lanth […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oxydes-et-hydroxydes-naturels/#i_40344

TITANE

  • Écrit par 
  • Léon SÉRAPHIN
  •  • 1 507 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Minerais »  : […] Le titane est présent en quantité notable dans les minéraux suivants : rutile (TiO 2 ), ilménite (FeO.TiO 2 ), arizonite (Fe 2 Ti 3 O 9 ), perovskite (CaTiO 3 ), sphène (CaTiSiO 5 ), par exemple. Certains minerais de fer sont titanifères (taux de titane inférieur à 4 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/titane/#i_40344

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard PIRE, Yves GAUTIER, « PÉROVSKITES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/perovskites/