PERMÉABILITÉ SÉLECTIVE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les membranes biologiques ne laissent passer que certaines molécules ou ions, et pas à la même vitesse. Cette perméabilité sélective est la résultante d'une perméabilité passive différentielle, qui limite plus ou moins la traversée des particules mues par les forces osmotiques et électrostatiques, et d'une perméabilité biologique ou perméation, qui assure les transports actifs par des mécanismes enzymatiques.

Les membranes biologiques sont beaucoup plus perméables à l'eau qu'aux particules dissoutes, ce qui entraîne l'osmose et ses conséquences. Le transfert de l'eau est vraisemblablement passif et la perméabilité à l'eau ne dépend que de la structure de la membrane (abondance de pores et protéines hydrophiles, plus ou moins grande cohésion des polypeptides reliés par des ponts hydrogène ou disulfure). Elle varie sous l'influence des facteurs physiques (température), chimiques (médicaments), ou physiologiques (hormones, comme la neurohypophysaire des Mammifères ou l'auxine des Végétaux). Le calcium, qui s'adsorbe sur les sites électronégatifs des membranes, réduit leur perméabilité.

Pour dégager la composante passive de la perméabilité aux ions, on procède à des analyses cinétiques d'influx et d'efflux (traceurs radioactifs) et on les compare à celles que prévoit la thermodynamique pour les transferts passifs dans les mêmes conditions de concentrations et de potentiels électriques. En règle générale, les efflux sont passifs, à l'exception du sodium dont l'exclusion des cellules est due à une pompe endergonique ; les influx d'anions sont actifs ; ceux de cations, actifs ou passifs selon les cas.

La perméabilité passive à un ion dépend en premier lieu de sa taille, mais le diamètre qui intervient est celui de l'ion hydraté. Or plus l'ion est en lui-même petit, plus le champ qu'il crée à son voisinage est grand, et plus il attire de molécules d'eau, un divalent en attirant plus qu'un monovalent. Pour K+, Na+, Ca2+ et Mg2+, dont les rayons ioniques sont respectivement 0,133, 0,098, 0,117 et 0,089 nanomètres, le nombre moyen de molécules d'eau retenues [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur honoraire de physiologie végétale à l'université de Paris-VII, membre de l'Académie d'agriculture

Classification


Autres références

«  PERMÉABILITÉ SÉLECTIVE  » est également traité dans :

ABSORPTION VÉGÉTALE

  • Écrit par 
  • René HELLER, 
  • Jean-Pierre RONA
  •  • 4 470 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La diffusion »  : […] La diffusion est un mouvement spontané (sans dépense d'énergie métabolique) des ions dans le sens de leur gradient de potentiel électrochimique Δ μ (gradients de concentration et de potentiel électrique membranaire). La diffusion tend à annuler le gradient de potentiel électrochimique des ions entre deux compartiments séparés par une membrane biologique (par exemple, le plasmalemme – membrane pl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/absorption-vegetale/#i_80605

AQUAPORINES

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 2 340 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Structure et fonction de l'aquaporine-1 »  : […] Sans entrer davantage dans les détails, la protéine AQP1 s'ancre dans les membranes cellulaires par six pieux, formés principalement d'hélices α, placées grosso modo en parallèle, perpendiculairement à la surface de la membrane. De plus, la structure de cette AQP1, en sa disposition membranaire, ménage un pore suivant l'axe. La forme d'ensemble de cette cavité la fit qualifier d'emblée de « sabli […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aquaporines/#i_80605

CANAUX IONIQUES

  • Écrit par 
  • Laurent COUNILLON, 
  • Mallorie POËT
  •  • 4 294 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les mécanismes moléculaires du fonctionnement des canaux ioniques ; le cas du canal potassique KcsA »  : […] Pour transporter les ions à des vitesses impressionnantes (de l'ordre de la centaine de millions d'ions par seconde et par canal), les canaux doivent être capables de leur proposer un cheminement où la barrière énergétique due à l'hydrophobicité des phospholipides membranaires est fortement abaissée. Parallèlement, les canaux sont capables d'être très sélectifs pour les ions qu'ils transportent. I […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/canaux-ioniques/#i_80605

CELLULE - L'organisation

  • Écrit par 
  • Pierre FAVARD
  •  • 11 007 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Échanges de substances »  : […] La membrane plasmique est perméable de façon sélective à certains ions et à certaines molécules qui sont transportés de l'extérieur de la cellule vers le cytosol ou dans le sens contraire. Les transports d'ions maintiennent le pH et la composition ionique dans d'étroites limites afin que le milieu intracellulaire soit le plus favorable aux activités enzymatiques. Les transports de molécules per […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cellule-l-organisation/#i_80605

HISTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élodie BOUCHERON, 
  • Dominique CHRIQUI, 
  • Anne GUIVARC'H, 
  • Jacques POIRIER
  •  • 5 320 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Modes de sélectivité et applications thérapeutiques »  : […] Les grosses molécules ne passent pas la BHE, alors que les petites molécules très liposolubles (comme les barbituriques et l'alcool) la franchissent. Les transporteurs membranaires assurent la sélectivité de la BHE. C'est ainsi que sont captés préférentiellement dans le sang et transportés vers le tissu nerveux différents peptides, des acides aminés et le glucose. Le cerveau d'un homme adulte con […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histologie/#i_80605

IONOPHORES

  • Écrit par 
  • René HELLER
  •  • 419 mots

On nomme ionophores des substances qui perméabilisent les membranes cellulaires vis-à-vis du passage des ions. C'est le cas notamment de certains antibiotiques qui perturbent le fonctionnement des mitochondries, rendant leur membrane perméable aux ions alcalins et découplant les phosphorylations des oxydoréductions respiratoires auxquelles elles sont normalement conjuguées. Alors que les ions alca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ionophores/#i_80605

NERVEUX (SYSTÈME) - Neurobiologie

  • Écrit par 
  • Jean-Marc GOAILLARD, 
  • Michel HAMON, 
  • André NIEOULLON, 
  • Henri SCHMITT
  •  • 13 735 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les récepteurs postsynaptiques »  : […] L' utilisation de techniques biochimiques, pharmacologiques et neuroanatomiques très fines a permis de préciser la nature et la localisation des récepteurs aux neuromédiateurs qui font aujourd'hui l'objet d'études considérables au niveau de la biologie moléculaire. Les résultats montrent une pluralité de sites d'action membranaires pour un seul neuromédiateur. Ces sites de reconnaissance membranai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nerveux-systeme-neurobiologie/#i_80605

OSMORÉGULATION

  • Écrit par 
  • Brahim LAHLOU
  •  • 3 306 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Perméabilité des membranes biologiques »  : […] Les échanges osmorégulateurs sont assurés chez les organismes vivants par des organes perméables spécialisés : tégument, branchies, tube digestif, poumons, reins, etc., constitués par des épithéliums simples ou pluristratifiés, que l'on qualifie indistinctement de membranes biologiques (ce terme englobant en fait, également, les membranes cellulaires). On ne peut entrer ic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/osmoregulation/#i_80605

Pour citer l’article

René HELLER, « PERMÉABILITÉ SÉLECTIVE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/permeabilite-selective/