PENSÉE

Qu'appelle-t-on penser ?

Le verbe « penser » et le substantif correspondant « pensée » recouvrent une grande variété d'activités, d'événements, de phénomènes ou d'états mentaux. On peut cependant distinguer deux sens principaux de ces termes. Au sens le plus large, une pensée est un certain état mental, dont le contenu représente un certain état de choses. « Il est tombé par terre parce qu'il pensait qu'il y avait une chaise derrière lui. » « J'ai tout de suite pensé que vous étiez Livingstone. » Dans ces contextes, on pourrait remplacer « penser » par « croire », « juger » ou « reconnaître ». « Penser » appartient à la catégorie des verbes que les philosophes appellent, à la suite de Russell, « attitudes propositionnelles » tels que « douter que », « vouloir que », « souhaiter que », par lesquels nous rapportons les contenus (exprimés par les propositions complétives introduites par « que ») des attitudes que nous attribuons à des individus, en particulier quand nous cherchons à expliquer leur comportement.

En ce sens large, où « penser » est plus ou moins synonyme de « croire », une pensée n'est pas nécessairement un acte d'assentiment réfléchi à un contenu mental (le conducteur peut penser qu'il doit tourner à droite sans y réfléchir), bien qu'elle puisse l'être en principe (le conducteur peut concentrer son attention sur le fait qu'il doit tourner à droite). Au sens étroit, une pensée est un acte réfléchi, conscient et délibéré dans lequel on s'engage volontairement : le joueur d'échecs pense qu'il doit avancer sa tour, le cuisinier pense à son menu, le philosophe pense que le néant n'a pas de propriétés. Une pensée est, en ce sens, rarement un acte mental isolé : elle fait partie intégrante d'un raisonnement, d'un calcul ou d'une suite d'autres pensées. Elle est alors un processus discursif, actif et intentionnel, qui dure un certain temps, et dont le résultat peut être un certain nombre de jugements ou un certain nombre d'actions accomplies délibérément.

Quand on se demande ce qu'est la pensée et si o[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : maître de conférences de philosophie, université de Grenoble-II et C.N.R.S

Classification


Autres références

«  PENSÉE  » est également traité dans :

AFFECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Marc RICHIR
  •  • 12 253 mots

Dans le chapitre « La disjonction de l'affect et de la passion : Kant »  : […] » ou la « révolution copernicienne », consiste en sa conception architectonique de la pensée, c'est-à-dire en ce que les termes (concepts) et les choses (Sachen) de la pensée dépendent, dans leur pouvoir de signifier, de l'orientation préliminaire de la pensée au sein du champ symbolique des concepts et de la langue dans et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/affectivite/#i_9

ALAIN ÉMILE CHARTIER, dit (1868-1951)

  • Écrit par 
  • Robert BOURGNE
  •  • 4 551 mots

Dans le chapitre « La rétrogradation philosophique »  : […] abstrait n'arrête que les esprits faibles. « Le relativisme pensé est par là même surmonté. » La partie suffit, autant que chaque partie tient aux autres. Il faudrait donc se guérir de vouloir penser toutes choses, s'exercer à penser une chose sous toutes les idées ou actes par quoi l'esprit ordonne et oppose ses propres déterminations […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alain/

ARCHAÏQUE MENTALITÉ

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 7 026 mots

Dans le chapitre « L'animisme et le rationalisme sociologique »  : […] animisme. Pour l'auteur des Formes élémentaires de la vie religieuse, la pensée archaïque nous donne l'image des premières étapes d'une évolution intellectuelle continue, et elle met en œuvre les principes rationnels d'une manière qui prépare directement la pensée scientifique. Durkheim retrouvait par exemple dans les rituels mimétiques des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mentalite-archaique/

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 833 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Dieu »  : […] mort, caractéristiques pourtant de toute vie « biologique ». Ainsi Dieu peut-il être dit Pensée, mais à la condition de préciser que cette Pensée n'est pas pensée d'autre chose, comme l'est la pensée humaine : car une telle pensée ne passe à l'acte que si un objet lui est donné, et une telle dépendance à l'égard de l'objet est indigne de Dieu. D' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristote/#i_9

ATTENTION

  • Écrit par 
  • Éric SIÉROFF
  •  • 1 924 mots

L’attention a donc pour rôle de contrôler la perception et la pensée en délimitant le contenu cognitif de la conscience. Ainsi, alors que des millions d’objets sont présents à nos sens à un moment donné, seuls quelques-uns vont occuper notre esprit, et l’attention empêchera la distraction par les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/attention/

AVERROÈS, arabe IBN RUSHD (1126-1198)

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 3 289 mots

Dans le chapitre « Théorie de la connaissance et béatitude intellectualiste »  : […] l'autre éternels, et uniques pour tous les hommes. C'est en eux que s'opère réellement la pensée. Éternelle comme le monde, l'espèce humaine fournit sans défaillance à leur incessante actualité ; bien que les individus meurent, toujours d'autres les remplacent, et si la science vient à manquer en un point de la Terre, on peut être assuré qu'elle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/averroes/#i_9

BION WILFRED R. (1897-1979)

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 4 813 mots

Dans le chapitre « La psychose »  : […] usage normal comme l'origine de l'activité qui deviendra ultérieurement le processus de pensée et qui présuppose le développement de la relation d'empathie avec l'objet, de la communication avec autrui et de la formation des symboles. Dans le registre pathologique, par contre, l'hypertrophie des processus d'identification projective s'accompagne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wilfred-r-bion/

BOVELLES CHARLES DE (1478-1567)

  • Écrit par 
  • Pierre MAGNARD
  •  • 1 166 mots

Naître à Saint-Quentin dans une vieille famille picarde, grandir sous la protection de François et Charles de Hallewin, évêques d'Amiens et de Noyon, être l'élève de Jacques Lefèvre d'Étaples au collège du Cardinal-Lemoine avant d'en devenir l'un des maîtres, vivre dans le commerce des Champier, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-de-bovelles/

CATÉGORIES

  • Écrit par 
  • Fernando GIL
  •  • 6 074 mots

Imprécise dans ses contours, la pensée catégoriale semble participer de la connaissance et du langage, de la logique, de l'ontologie, de la psychologie. Aussi sera-t-on porté à accentuer l'un de ces versants ou un autre. Chez […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/categories/#i_9

CERVEAU HUMAIN

  • Écrit par 
  • André BOURGUIGNON, 
  • Jean-Claude DUPONT, 
  • Cyrille KOUPERNIK, 
  • Pierre-Marie LLEDO, 
  • Bernard MAZOYER, 
  • Jean-Didier VINCENT
  •  • 17 094 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Langage et pensée »  : […] Les langues naturelles humaines, tout comme la pensée – consciente ou inconsciente –, sont fonction de l'activité cérébrale. Nous n'y insisterons pas, pour considérer plutôt le problème langage-pensée, qui a tant préoccupé les grammairiens de Port-Royal et que N. Chomsky a remis à l'ordre du jour, sans que sa prise de position permette d'entrevoir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cerveau-humain/

COGNITION

  • Écrit par 
  • Chrystel BESCHE-RICHARD, 
  • Raymond CAMPAN
  •  • 2 620 mots

Dans le chapitre « Intelligence artificielle et sciences cognitives »  : […] plus spécifiquement en langage scientifique ce que nous nommons habituellement par le terme « pensée ». La cognition se compose ainsi de représentations mentales, de perceptions, de souvenirs, d'images, de croyances et intéresse un grand nombre de disciplines dont le point commun est d'en décrypter le fonctionnement. Sous le nom de sciences de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cognition/

CONDILLAC ÉTIENNE BONNOT DE (1714-1780)

  • Écrit par 
  • Pierre TROTIGNON
  •  • 1 140 mots

Dans le chapitre « La pensée et les signes »  : […] À la suite de Locke, et comme beaucoup de penseurs de son siècle, Condillac distingue les pensées qui viennent directement de nos sensations et celles qui résultent d'une élaboration des premières. Mais sa grande originalité est d'assigner au langage, non la seule fonction d'expression des pensées, mais un rôle déterminant, et pour ainsi dire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/condillac-etienne-bonnot-de/

CONNAISSANCE

  • Écrit par 
  • Michaël FOESSEL, 
  • Yves GINGRAS, 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 9 092 mots
  •  • 1 média

La connaissance désigne un rapport de la pensée à la réalité extérieure et engage la notion de vérité comme adéquation de l'esprit et de la chose. Par extension, le terme connaissance désigne le contenu de la pensée qui correspond à la nature de la chose […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/connaissance/

CONSCIENCE

  • Écrit par 
  • Henri EY
  •  • 10 466 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une définition opératoire »  : […] d'ailleurs par tant et tant de penseurs et notamment par W. James) : « Consciousness cannot be defined. » C'est dans le sens général de pensée (cogitatio, Denken, mentation pour rappeler des termes d'époques et de langues différentes) que se présente à l'esprit la notion de conscience. Car si c'est le monde de l'étendue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conscience/#i_9

CONTROVERSE

  • Écrit par 
  • Fernando GIL
  •  • 1 066 mots

À l'opposé de ce qui s'est passé en théologie, où l'on cultivait l'art de la controverse (le cardinal Bellarmin occupa, pour l'enseigner, une chaire à Louvain, puis, à partir de 1576, au Collège romain, et il écrivit un traité des Controverses), l'existence de controverses a pu apparaître comme une sorte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/controverse/

DELEUZE GILLES (1925-1995)

  • Écrit par 
  • Bruno PARADIS
  •  • 2 094 mots

Dans le chapitre « Le futur »  : […] En résulte une conséquence remarquable pour la pensée. Elle ne relève pas d'un exercice naturel dans la forme d'un bon sens ou d'un sens commun, mais elle suppose une véritable création. « Penser, c'est créer, il n'y a pas d'autre création, mais créer, c'est d'abord engendrer „penser“ dans la pensée » (Différence et répétition […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gilles-deleuze/#i_9

DESCARTES RENÉ

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 12 478 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La première des certitudes »  : […] possible une philosophie une, et pouvant se dérouler selon l'ordre. Au reste, le doute a pour conséquence immédiate la découverte de la première des vérités : celle du moi pensant. De négation, il devient alors affirmation, affirmation de la pensée qui doute. Car au moment où je doute de tout, et du fait que je doute de tout, je suis assuré de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-descartes/#i_9

DOUTE

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 731 mots

Présent dans les discours les plus divers, le doute n'est pas plus un concept méthodologique qu'un argument pédagogique, à quoi cependant on l'a maintes fois réduit. De Socrate à Descartes, de Montaigne à Lessing et de Kierkegaard à Nietzsche, il transforme le cours d'une réflexion en expérience ; dans un discours en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/doute/#i_9

ENTENDEMENT

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 337 mots

Pour Locke, l'entendement est le « pouvoir de penser » (ou la faculté de comprendre) comme la volonté est la « puissance de vouloir ». Pour Leibniz, entendement est synonyme d'intellection. Malebranche assimile entendement et esprit pur. De son côté, Kant oppose entendement et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/entendement/#i_9

ÉPISTÉMOLOGIE

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 13 083 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Sciences formelles, sciences empiriques »  : […] La philosophie qui s'intéresse en priorité à une théorie des formes de la pensée inductive n'a pas manqué, dans le dernier demi-siècle, de représentants illustres : Carnap, Popper, Hempel, Quine, par exemple, en traitent chacun à sa manière. Les uns proposent une axiomatisation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epistemologie/#i_9

ESPRIT, philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIR, 
  • Universalis
  •  • 2 149 mots

Dans le chapitre « La philosophie orientale »  : […] l'esprit, tout en les disant complémentaires, en tant que formant la nature humaine et constituant une faculté supérieure par opposition à l'infériorité des sensations. Sous le vocable de pensée, on peut trouver, avec l'école meïtiste (iiie av. J.-C.), d'une part, la connaissance (rencontre entre le sujet et l'objet : la pensée et les sens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esprit-philosophie/

ÉTHIQUE, Baruch Spinoza - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 798 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Dieu, substance active »  : […] extériorité et n'est extérieure à rien. C'est en elle qu'il faut chercher les modes, eux-mêmes éternels et infinis, qui l'expriment. Ses attributs, qui sont « ce que l'entendement perçoit d'une substance comme constituant son essence » sont, pour nous, au nombre de deux : l'étendue et la pensée. Distincts les uns des autres, les attributs n' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethique-baruch-spinoza/#i_9

EXPRESSION, philosophie

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 991 mots

Ensemble de données perceptives offertes par un être à un moment donné du temps et qui fonctionnent comme des signes manifestant, révélant ou trahissant les émotions, les sentiments et les intentions de cet être […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/expression-philosophie/#i_9

FOLIE

  • Écrit par 
  • Alphonse DE WAELHENS
  •  • 4 744 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Folie, déraison et société »  : […] a consacré à la folie au moins un texte célèbre. Mais il vise à l'exclure de l'ordre de la raison. Le fou ne peut penser, et la pensée ne peut être folle. La certitude de la pensée, qui repose entièrement sur son immédiate présence à elle-même – verum est index sui, dira Spinoza –, est indubitable. Au mieux, le fou ne peut que feindre de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/folie/#i_9

HEGEL GEORG WILHELM FRIEDRICH

  • Écrit par 
  • Jacques d' HONDT, 
  • Yves SUAUDEAU
  •  • 11 820 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du métaphysique au spéculatif : les aventures de la dialectique »  : […] En présence d'un objet de pensée déjà discerné par la sensibilité, l'enseignement ou la culture, chaque esprit peut adopter d'abord une attitude « abstraite » qui, dans la terminologie de Hegel, relève de « l'entendement » (Verstand). Elle correspond au bon sens commun, à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georg-wilhelm-friedrich-hegel/#i_9

HOBBES THOMAS (1588-1679)

  • Écrit par 
  • Raymond POLIN
  •  • 2 662 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un mécanisme strict »  : […] Les pensées elles-mêmes ne sont donc que des mouvements internes provoqués par des mouvements extérieurs qui « apparaissent » ou « réapparaissent » – encore une application de la théorie du ϕάιυεσθαι – sous la forme de sensations, de phantasmes, d'imaginations, de souvenirs. Par sens, on entendra le jugement que nous […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-hobbes/#i_9

IDÉALISME

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 497 mots

Dans le chapitre « Les éléments de la représentation : le sujet et l'objet »  : […] distingue les divers types de réalité dont les idées sont dotées : matérielle, objective, formelle. Dit des idées, le terme « matériel » les désigne en tant que modes ou façons de la pensée d'un sujet, opérations intellectuelles, modifications de la conscience : la matérialité de l'idée est son étoffe mentale. « Objectif » signifie « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/idealisme/#i_9

IDÉALISME ALLEMAND

  • Écrit par 
  • Jacques d' HONDT
  •  • 7 090 mots

Dans le chapitre « Une généalogie philosophique »  : […] doute de le comparer à des attitudes intellectuelles plus récentes. Et d'abord une formulation classique, presque scolaire : « On entend actuellement par idéalisme la tendance philosophique qui consiste à ramener toute existence à la pensée, au sens le plus large du mot pensée » (A. Lalande, Vocabulaire technique et critique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/idealisme-allemand/#i_9

IDÉATION

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 143 mots

Terme usité en psychologie médicale (psychopathologie, psychopharmacologie) pour désigner le processus de formation et d'enchaînement des idées en tant que représentations mentales appartenant à un individu. Synonyme d'activité intellectuelle ou de pensée, avec une nuance réductrice qui assimile à une telle activité une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ideation/

IMMÉDIAT

  • Écrit par 
  • Dominique LECOURT
  •  • 3 909 mots

Dans le chapitre « La certitude cartésienne et le médiateur transcendant »  : […] cette immédiateté, trompeuse dans l'ordre de la connaissance, est la condition même de la pensée : c'est parce que, par la grâce de Dieu, nos sens sont de « bons moniteurs » dans l'usage de la vie ; c'est parce que notre organisme répond adéquatement et immédiatement aux dangers qui le menacent que nous ne sommes pas, comme les animaux, tout […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/immediat/#i_9

INTELLECT & INTELLIGIBLES

  • Écrit par 
  • Édouard-Henri WÉBER
  •  • 1 724 mots

Du latin intellectus (le terme grec correspondant est nous), l'intellect est le principe de la pensée sous sa forme la plus haute ; à l'époque moderne lui correspondent des termes aux nuances particulières : intelligence, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intellect-et-intelligibles/#i_9

INTELLIGENCE

  • Écrit par 
  • Jean-François RICHARD
  •  • 6 577 mots

Dans le chapitre « Le débat sur l'origine des idées »  : […] sujet d'indiquer, outre la solution, le processus mental qui lui permettait d'aboutir à cette solution. L'objectif était de déterminer si le contenu de l'acte de penser était composé seulement d'images ou s'il y avait quelque chose d'autre, une attitude, une orientation de pensée (Einstellung). En fait, le débat tourna […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intelligence/#i_9

JUGEMENT

  • Écrit par 
  • Noël MOULOUD
  •  • 6 858 mots

Le jugement est l'acte de la pensée qui affirme ou nie, et qui ainsi pose le vrai ; plus largement, c'est le point d'arrêt d'un problème, qui s'achève dans une décision. L'existence du jugement est donc au point de rencontre de multiples approches, celles de la logique, de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jugement/#i_9

KÜLPE OSWALD (1862-1915)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 334 mots

Psychologue et philosophe d'origine lettone, Oswald Külpe est censé avoir donné son orientation à la forme d'étude expérimentale des processus de la pensée qui est représentée par l'école de Würzburg. Après un travail sur les impressions sensorielles auprès de Wilhelm Wundt, fondateur de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oswald-kulpe/#i_9

LANGAGE (FONCTIONS DU)

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 1 510 mots

La question des fonctions du langage, sur laquelle se sont penchés philosophes et grammairiens, est ancienne. Deux grandes traditions s'opposent en la matière : pour la première, la fonction fondamentale du langage consiste à permettre la représentation de la pensée ; pour la seconde, elle est d'abord et avant tout d'assurer la communication […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/langage-fonctions-du/#i_9

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 534 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Langage et pensée »  : […] elles ont contribué à placer sous un éclairage nouveau les rapports du langage et de la pensée. Schématiquement, en effet, la « signification » peut être conçue soit à partir des conditions de vérité des énoncés (conformément à ce que suggérait déjà Frege et à la voie ultérieurement adoptée par Davidson) ou bien à partir des conditions de leur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-du-langage/#i_9

LE CERVEAU ET LA PENSÉE (J.-F. Dortier)

  • Écrit par 
  • Jean-Michel BERTHELOT
  •  • 924 mots

La revue Sciences humaines s'efforce avec succès de mettre à la disposition d'un public cultivé les acquis des diverses sciences se réclamant de l'homme et de la société. La tâche n'est pas aussi simple qu'il y paraît. Si les disciplines concernées – philosophie, économie, histoire, sociologie, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-cerveau-et-la-pensee/#i_9

MÉDITATIONS MÉTAPHYSIQUES, René Descartes - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 988 mots

Dans le chapitre « Un exposé de la « philosophie première » »  : […] et qu'il est plus aisé à connaître que le corps), « je suis », puisque je doute. « Mais qu'est-ce donc que je suis ? Une chose qui pense. » L'expérience que j'ai des corps (décrite ici à travers l'exemple du morceau de cire) est en dernière analyse expérience de l'entendement, non de la sensation ni de l'imagination. Ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/meditations-metaphysiques/

MEINONG ALEXIUS VON (1853-1920)

  • Écrit par 
  • Francis JACQUES
  •  • 2 677 mots

Dans le chapitre « Russell, lecteur de Meinong »  : […] pour être connus, ce qui est appréhendé est identique à l'objet, mais ce qui est appréhendé peut être pensé comme tel ou il peut être pensé comme objet. Dans le premier cas, on pense avec l'objet la relation par laquelle le sujet l'appréhende, mais cette relation n'est nullement contenue dans la pensée de l'objet et n' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexius-von-meinong/

MINSKY MARVIN LEE (1927-2016)

  • Écrit par 
  • Michael Aaron DENNIS, 
  • Universalis
  •  • 440 mots

développer ses travaux sur l’utilisation des ordinateurs pour modéliser et comprendre les mécanismes de la pensée humaine. Il fonde en 1959, avec l’informaticien John McCarthy, le MIT Artificial Intelligence Project (qui deviendra le MIT Computer Science and Artificial Intelligence Laboratory), l’un des plus importants […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marvin-lee-minsky/

MOI

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT, 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 12 469 mots

Dans le chapitre « La promotion philosophique du moi »  : […] La promotion philosophique du moi commence avec Descartes avec le « je pense, donc je suis ». Encore n'a-t-on jamais su ce qu'elle signifiait exactement. En effet, deux doutes subsistent, en plus de celui, habilement gradué, qui, par miracle ou enchantement, conduisit Descartes à ne plus douter […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moi/

MOYEN ÂGE - La pensée médiévale

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 22 370 mots

Dans le chapitre « La pensée et le mouvement »  : […] La distinction aristotélicienne d'un principe passif dans l'âme humaine, l'intellect possible « capable de tout devenir », et d'un principe actif, l'intellect agent « capable de tout produire » (De anima, III, 5), a alimenté des dizaines de doctrines de la connaissance abstractive destinées à rendre compte de la manière dont l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-pensee-medievale/#i_9

OBJET

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 8 222 mots

Dans le chapitre « Les objets, le langage et la pensée »  : […] Mais il n'est pas nécessaire de se rallier à la doctrine de l'idéalisme transcendantal pour en retenir cette idée de structuration constitutive de l'objet, pour donner au mot objet le sens le plus général de ce qui peut être pensé comme actuellement – ou virtuellement – séparé, et comme structuré ou susceptible de l'être […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/objet/#i_9

ONTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 15 647 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'être de Parménide »  : […] que l'interrogation humaine revient à « il est » et se demande ce que cela veut dire, elle reprend contact avec le sol ontologique de la pensée. Mais Parménide dit aussi : « Penser et être sont le même. » Par cette formule, il propose une détermination double et mutuelle. D'une part, ce qui fait de l'homme un penseur, et non pas seulement un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ontologie/#i_9

OPPOSITION CONCEPT D'

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 18 814 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La psychologie de l'enfant : Wallon et Piaget »  : […] telle qu'elle a été développée par la psychologie contemporaine. Ainsi, pour Henri Wallon, la pensée par couples représente le mode primitif de fonctionnement intellectuel dont dispose l'enfant durant la période que cet auteur qualifie de précatégorielle (de six à neuf ans en principe, bien que ce mode commence à se former dès la deuxième année). […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concept-d-opposition/

PANTHÉISME

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 7 634 mots

Dans le chapitre « Une hiérarchie logique des concepts »  : […] vitalistes et spiritualistes d'origine à la fois platonicienne et aristotélicienne) se comprend par l'Attribut de la Pensée ; une idée se comprend par une idée, et en aucun cas par un mode de l'Étendue. C'est pourquoi l'on peut dire que, d'un point de vue méthodologique, les Attributs valent comme domaines ontiques distincts et incommunicables : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pantheisme/#i_9

PIAGET JEAN (1896-1980)

  • Écrit par 
  • Pierre GRÉCO
  •  • 5 907 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Piaget psychologue »  : […] Aussi n'a-t-on pas manqué de reprocher à Piaget son « intellectualisme » : mais c'est oublier que le propos de Piaget n'est pas de rendre compte des aspects multiples et fluctuants de la vie mentale en ses diverses expressions. Son problème n'a jamais été autre que d'expliquer pourquoi la pensée devient ce qu'elle devient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-piaget/

PLATON

  • Écrit par 
  • Monique DIXSAUT
  •  • 13 742 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les Formes et la participation »  : […] elle devient ainsi un simple concept (noema). Elle se scinde alors en forme (pensée de) et contenu (pensé) : en ce cas, ou bien tout sera fait de pensées (pensantes), donc pensera, ou bien tout ne sera que (contenu) pensé, sans puissance de pensée. Socrate juge préférable de passer à une autre hypothèse : la participation est un rapport de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/platon/#i_9

PSYCHANALYSE & CONCEPT D'OPPOSITION

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 14 034 mots

Dans le chapitre « Le traitement des contraires dans le travail du rêve »  : […] au-delà du seul cadre des faits linguistiques, comme « un trait archaïque général de la pensée humaine ». À propos de cette propriété de structuration binaire caractéristique des formes primitives de pensée, Freud donne son adhésion aux vues du linguiste Abel (1884) ; rappelant que « nos concepts prennent naissance par une comparaison », il le cite […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse-et-concept-d-opposition/

PSYCHOLOGIE HISTOIRE DE LA

  • Écrit par 
  • Serge NICOLAS
  •  • 4 964 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une diversification des approches : l’émergence de nouveaux courants  »  : […] 1953) et Karl Bühler (1879-1963), qui vont s’intéresser à l’étude expérimentale de la pensée en utilisant la méthode d’introspection expérimentale. Cette école déclarait trop étroites les limites de l’associationnisme et affirmait l’existence d’un contenu de pensée irréductible à la sensation, et d’une activité psychique plus complexe que le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-de-la-psychologie/#i_9

PSYCHOLOGIE DE LA CRÉATIVITÉ

  • Écrit par 
  • Maud BESANÇON, 
  • Todd LUBART
  •  • 1 264 mots

Dans le chapitre « Processus de création »  : […] par rapport à la problématique initiale. Dans ce processus de création, deux types de pensée se succèdent : d’une part, la pensée divergente-exploratoire, qui est la capacité à produire de nombreuses idées à partir d’un stimulus ; et, d’autre part, la pensée convergente-intégrative, qui est la capacité à associer, combiner et synthétiser […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-de-la-creativite/#i_9

PSYCHOPHYSIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Michel MEULDERS
  •  • 5 410 mots

Dans le chapitre « Approche phylogénétique »  : […] du xxe siècle, puisque, pour eux, « la pensée conceptuelle ne serait pas un simple résultat de l'expérience sensible, mais elle dégagerait les formes abstraites, les Universaux, de la gangue sensible qui les enveloppe » (P. Ricœur). Par conséquent, si le propre de l'homme, grâce au niveau mental noétique qu'il a atteint […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychophysiologie/#i_9

RAISON

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 13 167 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Hegel et la raison sans extériorité »  : […] de la réalité même, qui se dit dans le discours de la raison, se dit elle-même, puisqu'un être qui ne serait pas pensé, une pensée qui ne serait pas pensée de ce qui est, qui ne serait pas dans l'Être et de l'Être, seraient autant d'impossibilités. Le philosophe n'invente rien, il n'apporte rien, il assiste simplement à un développement, au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raison/#i_9

RATIONALISME

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 7 618 mots

Dans le chapitre « Le rationalisme de l'Antiquité classique »  : […] En second lieu, l'attitude rationaliste se manifeste chez les Anciens par la thèse commune que la réalité du monde est connaissable par une pensée réglée, non subjective, du moins dans les limites imposées par le hasard ou par le destin. Pour les uns (Platon), cette réalité nous est d'abord masquée par les apparences […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rationalisme/

RÉALISME, philosophie

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 6 966 mots

Dans le chapitre « Historique »  : […] devant lui les ruines de la scolastique et se demande comment construire le nouveau savoir sur des bases sûres. Il prend la pensée pour évidence fondamentale et cherche à en déduire la réalité du monde extérieur. Son modèle est la science mathématique, dont on dit qu'elle procède de l'essence vers l'existence. Mais on ne peut pas, sauf par des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/realisme-philosophie/#i_9

RÉALITÉ CONCEPT DE

  • Écrit par 
  • Jean HAMBURGER
  •  • 4 338 mots

Dans le chapitre « Césures »  : […] Voyez le spectacle que nous offrent aujourd'hui les débats sur les rapports entre le cerveau et la pensée. Les uns espèrent que les études sur la biologie du cerveau finiront par donner toutes les clés de notre comportement, de nos attitudes spirituelles, de nos décisions. Les autres jugent que notre pensée, notre conduite ne sont nullement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concept-de-realite/

RÉFLEXIVE ANALYSE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 266 mots

À la suite de Jules Lagneau, disciple de Lachelier, on appelle « analyse réflexive » l'analyse qui consiste à réfléchir sur n'importe quelle pensée en vue de dégager les conditions de toute pensée, de découvrir les caractères essentiels de la pensée ; remontant de condition en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/analyse-reflexive/#i_9

REPRÉSENTATIONS COLLECTIVES

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe MARCEL
  •  • 1 140 mots

Dans le chapitre « Définition »  : […] La pensée logique par exemple, qui est au fondement du raisonnement scientifique, est faite de concepts qui nous aident à comprendre les lois de fonctionnement du monde. « Penser logiquement, en effet, c'est toujours, en quelque sorte, penser d'une manière impersonnelle [...] Impersonnalité, stabilité, telles sont les deux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/representations-collectives/

ROYCE JOSIAH (1855-1916)

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 592 mots

S'inscrivant, avec Francis Herbert Bradley et Bernard Bosanquet dans la ligne de l'« idéalisme » hégélien — étiquette que les intéressés récusent néanmoins —, Josiah Royce reprend, pour l'essentiel de son apport philosophique, le problème que posait le premier de ces trois penseurs anglo-saxons au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/josiah-royce/

RUMINATIONS MENTALES, psychologie

  • Écrit par 
  • Céline BAEYENS
  •  • 982 mots

Dans le chapitre « Différents modes de rumination »  : […] les conséquences, positives ou négatives, des ruminations dépendent du mode de pensée qui sous-tend les ruminations. Certaines ruminations sont sous-tendues par un mode concret de pensée. Dans ce mode, l’attention est centrée sur l’instant présent et sur la manière dont les choses se déroulent moment par moment (en se posant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ruminations-mentales-psychologie/#i_9

SCIENCES - Science et philosophie

  • Écrit par 
  • Alain BOUTOT
  •  • 17 644 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Science et ontologie »  : […] fondamentalement inaccessible. Heidegger montre par là à la fois les limites de la pensée scientifique et la nécessité d'adopter une autre attitude, de déployer une autre manière de penser, ce qu'il appelle la pensée méditative, pour approcher cet indépassable qui se dérobe au regard de la pensée calculante et qui, bien qu'ininterrogé, est le plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-science-et-philosophie/#i_9

SUJET

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 3 607 mots

Dans le chapitre « Cartésianisme et psychanalyse »  : […] pourtant le peu d'ampleur : même si le malin génie me trompe, je pense, donc je suis ; et « la proposition je suis, j'existe est nécessairement vraie, toutes les fois que je la prononce, ou que je la conçois en mon esprit ». Autrement dit, le sujet du cogito n'est que sous la condition contingente que je le pense. « Peut-être […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sujet/

SYNTHÈSE, philosophie

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 343 mots

Pour présenter la synthèse, on s'inspirera plus particulièrement de deux philosophes qui ont fait d'elle un moment essentiel de la pensée : Kant et Hegel. Kant introduit la distinction entre les jugements analytiques, qui élucident et expliquent un concept sans communiquer d'information nouvelle (par exemple : « Tous les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/synthese-philosophie/#i_9

TOTALITÉ

  • Écrit par 
  • Emmanuel LÉVINAS
  •  • 3 269 mots

Mais la pensée conçoit des totalités au-delà de totalités accessibles à l'intuition, jusqu'au tout embrassant toutes choses. L'acte intellectuel s'élève de la perception, où le tout se montre dans les limites du « visible », c'est-à-dire déjà comme partie, à la pensée proprement dite. Celle-ci n'est pas seulement une vision […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/totalite/#i_9

UNIVERSAUX, linguistique

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 4 975 mots

Dans le chapitre « L'approche cognitive  »  : […] pas prétendre que le langage constituerait une condition nécessaire à l'exercice de la pensée (car il existe une pensée sans langage), en revanche, il paraît désormais difficile de soutenir que la pensée serait communicable indépendamment du moyen de transmission, et donc des langues dans leur diversité. Divers travaux expérimentaux ont en effet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/universaux-linguistique/#i_9

VÉRITÉ

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Antonia SOULEZ
  •  • 10 663 mots

Dans le chapitre « De la distinction entre le vrai dans l'être et le vrai dans la pensée à la critique de la vérité comme adéquation »  : […] jamais vu le jour si le parricide perpétré par Platon envers le philosophe d'Élée n'avait pas ouvert la voie à l'approche discursive de la pensée inaugurée dans Le Sophiste. Il se peut que l'herméneutique doive plus qu'elle ne le croit au thème « logique » de la signification des phrases fausses sur lequel se penche l'Étranger, dans ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/verite/

VYGOTSKI LEV SEMENOVITCH (1896-1934)

  • Écrit par 
  • Jean-François RICHARD
  •  • 280 mots

Professeur à l'institut de psychologie de l'université de Moscou, L. S. Vygotski s'est consacré à l'étude du développement des fonctions mentales supérieures. Du fait de la brièveté de sa carrière scientifique et du retard avec lequel son œuvre fut connue en dehors de l'Union soviétique (son ouvrage principal fut traduit seulement en 1956 sous le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lev-semenovitch-vygotski/#i_9

WHITEHEAD ALFRED NORTH (1861-1947)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY, 
  • Jean WAHL
  •  • 2 204 mots

Dans le chapitre « La négation de la bifurcation cartésienne »  : […] Descartes. Cette pensée se présente d'abord comme une négation de la bifurcation entre la chose pensante et la chose étendue, que l'auteur regarde comme étant profondément unies. La bifurcation cartésienne, affirme-t-il, a eu pour conséquence le fait qu'on a eu, d'un côté, des objets sans sujets et, de l'autre, des sujets sans objets. On comprend […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-north-whitehead/#i_9

WITTGENSTEIN LUDWIG

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 4 203 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Jeux de langage »  : […] t-il pas à décrire des actes ou des processus de pensée, qui ne sont pour lui que des accompagnements d'un « calcul » portant sur les mots. « Pour éclairer le sens du mot « penser », écrit-il, nous nous regardons penser : ce que nous observons alors, voilà ce que le mot signifie ! Mais le concept de penser n'est pas utilisé de cette manière. C' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ludwig-wittgenstein/

Voir aussi

Pour citer l’article

Pascal ENGEL, « PENSÉE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pensee/