IBÉRIQUE PÉNINSULE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Géologie et structure

La péninsule Ibérique se divise géologiquement en un certain nombre de zones structurales. La plus grande partie, au nord du Guadalquivir et à l'ouest d'une ligne nordouest - sud-est joignant Burgos à Albacete, est formée par la Meseta ibérique. Le socle ancien (Protérozoïque, Paléozoïque et roches granitoïdes hercyniennes), arasé aux temps hercyniens, est surmonté par du Mésozoïque (et du Cénozoïque) sur les côtes du Portugal, par des bassins lacustres cénozoïques en Vieille et en Nouvelle-Castille ; il affleure largement partout ailleurs.

Au nord-est, à l'est et au sud, le socle de la Meseta s'enfonce sous du Mésozoïque épicontinental, repris par les plissements alpins. Au sud de la Meseta, il s'agit des cordillères bétiques ; au nord-est, de la chaîne Ibérique. Celle-ci est séparée de l'ensemble des Pyrénées (avec leur prolongement cantabrique) par la dépression de l'Èbre. Enfin, la chaîne catalane, perpendiculaire à ces deux dernières chaînes, introduit un élément de diversité.

Les chaînes cénozoïques

Cordillères bétiques

Orogène large de 150 kilomètres, long de 600 (sans compter le prolongement baléare), les cordillères bétiques se relient par la courbure de Gibraltar à la chaîne alpine littorale de Berbérie, les Maghrébides. Ce système englobe l'essentiel de l'Andalousie, de la province de Murcie et du Levant. La chaîne Bétique montre des resserrements, avec nappes de charriage de plusieurs centaines de kilomètres, à l'image des Alpes. Zones externes, au nord, affrontant la Meseta, et zones internes, au sud, le long de la Méditerranée, sont au contact le long d'un accident complexe – la « faille Cadix-Alicante » –, par l'intermédiaire de zones médianes.

La couverture méridionale de la Meseta est formée par du Mésozoïque néritique ou continental. Vers le sud, celui-ci augmente d'épaisseur, se diversifie et s'enrichit en Paléogène épicontinental. Le tout est plissé et parfois écaillé vers le nord. Ces cisaillements sont bien développés aux Baléares, qui appartiennent toutes à cette zone et montrent, à Minorque, leur substratum paléozoïque. Cette « zone prébétique » s'enfonce vers le sud sous la « nappe subbétique », qui comporte, sur une base plastique de Trias germanique, gypsifère, des panneaux de Jurassique calcaire, avec leur couverture de marnes pélagiques du Crétacé et divers termes nummulitiques. Entre Subbétique charrié et Prébétique parautochtone s'intercalent des unités à faciès intermédiaire, caractérisées par un flysch au sommet du Crétacé inférieur, et par des brèches sous-marines. La tectonique essentielle des zones externes date du Miocène moyen.

Les zones internes, qu'une orogenèse du Miocène supérieur a replissées en «  plis de fond », montrent trois grands ensembles charriés : à la base, les « Névado-Filabrides », avec l'énorme masse des micaschistes noirs de la sierra Nevada et des nappes supérieures, riches en carbonates d'âge mésozoïque discuté, avec des lames de roches basiques et ultrabasiques, ayant subi un métamorphisme de haute pression ; plus haut, les « nappes alpujarrides », avec, à l'ouest, un puissant socle cristallophyllien pénétré par des péridotites du manteau mises en place au Paléogène, et un Permo-Trias puissant, ayant subi un métamorphisme alpin variable suivant les unités ; le Trias moyen-supérieur carbonaté possède un net cachet « austro-alpin » ; au sommet, les «  Malaguides » (avec la « nappe de Málaga » de M. Blumenthal) qui comportent, au-dessus de schistes paléozoïques non ou peu métamorphiques, un Mésozoïque et un Éocène réduits. Métamorphisme polyphasé « alpin » et charriages se placent ici avant le début du Miocène, et vraisemblablement sont d'âge essentiellement éo-oligocène. De considérables déplacements en extension, essentiellement longitudinaux, affecteraient le domaine bétique interne, en relation avec la formation, au Miocène, de la mer d'Alborán.

Les zones médianes comportent deux unités principales. L'une frange au nord les Malaguides : c'est la « dorsale bétique », marge externe du domaine précédent, à matériel mésozoïque diversifié transversalement. Plus externes, mais localisés entre Grenade et Algésiras (Campo de Gibraltar), se placent les flyschs allochtones (Crétacé et Nummulitique), en grandes nappes de décollement, que l'on s'accorde pour enraciner à la limite entre zones internes et externes. Elles en auraient été expulsées à la fin du Miocène inférieur, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université Paul-Sabatier, Toulouse, correspondant de l'Académie des sciences

Classification

Autres références

«  IBÉRIQUE PÉNINSULE  » est également traité dans :

ANDALOUSIE

  • Écrit par 
  • Michel DRAIN, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  •  • 10 392 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Situation actuelle »  : […] La communauté autonome d'Andalousie est une des plus vastes d'Espagne (87 268 km 2 , presque le Portugal) et c'est la plus peuplée (7,9 millions d'habitants en 2006). Mais elle est peu développée et les inégalités sociales y sont fortes. Al-Andalus, le territoire de l'Espagne musulmane, a fini par être identifié aux terres reconquises à partir du début du xiii e siècle qui constituèrent plusieurs […] Lire la suite

CATALOGNE

  • Écrit par 
  • Mathilde BENSOUSSAN, 
  • Christian CAMPS, 
  • John COROMINAS, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Robert FERRAS, 
  • Jean MOLAS, 
  • Jean-Paul VOLLE
  •  • 22 415 mots
  •  • 7 médias

Région historique de l'Espagne , ancienne province romaine appelée ensuite Gothalonia par les Wisigoths qui en firent la conquête, la Communauté autonome de Catalogne (Catalunya en catalan, Cataluña en castillan) comprend les quatre provinces de Gérone (Gerona), Tarragone (Tarragona), Lérida (Lleida) et de la capitale Barcelone. Située au nord-est de la péninsule Ibérique, elle s'étend sur quelq […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Michel DRAIN
  •  • 9 612 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les traits majeurs du milieu physique »  : […] Comparée à la forme effilée de l'Italie ou à l'importance de la Grèce insulaire, la péninsule Ibérique (Espagne et Portugal) fait figure de (petit) continent. En outre, avec un relief où les hautes plaines évoquent les cuvettes africaines et avec un climat où la sécheresse sévère du sud-est rappelle la proximité géographique du désert saharien, la péninsule Ibérique, dont l'Espagne occupe plus de […] Lire la suite

EUROPE - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Pierre RAT
  •  • 10 015 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les chaînes alpines »  : […] Les chaînes alpines d'Europe forment deux ensembles : l'un, principal, est lié à la collision de l'Europe et de l'Afrique ayant cicatrisé la Téthys ; l'autre est l'ensemble pyrénéo-provençal. L'ensemble principal est à double déversement, avec : une branche alpidique , en marge du continent européen, déversée vers celui-ci, allant de Gibraltar à l'Asie Mineure par les cordillères Bétiques, les […] Lire la suite

EUROPE - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Catherine LEFORT, 
  • Pierre-Jean THUMERELLE
  •  • 16 360 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'Europe alpino-méditerranéenne »  : […] La quatrième zone de relief européen s'étend au sud des Pyrénées, à l'est et au sud-est des arcs alpins et carpatiques ; elle englobe également les monts du Caucase. Dans cette région, les plaines ne sont que l'exception, toujours étroitement encadrées et délimitées par de puissants bourrelets montagneux. Les chaînes, au contraire, sont élevées avec des sommets hardis et majestueux ; les neiges é […] Lire la suite

FOZ CÔA, site rupestre paléolithique

  • Écrit par 
  • Denis VIALOU
  •  • 910 mots
  •  • 1 média

La découverte scientifique, en décembre 1994, des gravures sur rochers (rupestres) repérées dès 1992 dans la vallée du Côa , bouleversa la conception que l'on avait de l'art monumental paléolithique : elle montrait que, en Europe occidentale, cet art n'était pas seulement pariétal (sur paroi) comme dans les quelque deux cent cinquante grottes et deux à trois dizaines d'abris-sous-roche connus mais […] Lire la suite

IBÈRES

  • Écrit par 
  • Pierre ROUILLARD
  •  • 3 349 mots
  •  • 1 média

Le mot « ibère », communément utilisé aujourd'hui sous la forme de l'adjectif « ibérique » pour qualifier l'ensemble des terres situées au sud des Pyrénées, a une longue histoire. Les noms, grécisés, d' Ibèr et d' Ibèria dérivent probablement d'un mot indigène iber , qui désigne un fleuve ou tout fleuve et que l'on retrouve dans le nom de l'Èbre. Au vi e  siècle avant notre ère les navigateurs g […] Lire la suite

PORTUGAL

  • Écrit par 
  • Roger BISMUT, 
  • Cristina CLIMACO, 
  • Michel DRAIN, 
  • José-Augusto FRANÇA, 
  • Michel LABAN, 
  • Jorge MORAÏS-BARBOSA, 
  • Eduardo PRADO COELHO
  •  • 40 050 mots
  •  • 27 médias

Situé à l'extrémité occidentale de l'Europe, le Portugal est bordé à l'ouest et au sud par l'océan Atlantique, et au nord et à l’est par l'Espagne, pays avec lequel il partage 1 215 kilomètres de frontière terrestre. Sa localisation privilégiée le place au carrefour des routes maritimes qui relient l’Europe à l’Afrique et à l’Amérique. Outre le territoire continental, le pays comprend deux régio […] Lire la suite

PYRÉNÉES

  • Écrit par 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Raymond MIROUSE, 
  • Georges VIERS
  •  • 6 908 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Modèles rendant compte de la formation des Pyrénées »  : […] À l'issue d'une brève présentation des caractéristiques géologiques de la chaîne des Pyrénées, il convient de s'interroger, dans la perspective générale de la mobilité des plaques de lithosphère, sur les modèles qui peuvent être élaborés pour rendre compte au mieux de l'histoire de cet édifice montagneux. Ces modèles doivent évidemment prendre en compte ce qui est connu de la géologie pyrénéenne […] Lire la suite

TAGE

  • Écrit par 
  • Suzanne DAVEAU
  •  • 297 mots

Des quatre grands fleuves du versant atlantique de la péninsule Ibérique, le Tage est le plus long (1 007 km). Son bassin, limité au nord par la cordillère centrale, au sud par les monts de Tolède, est relativement peu étendu (81 600 km 2 ). Né à 150 kilomètres de la Méditerranée, le fleuve coule vers l'ouest à travers le bassin tertiaire de la Nouvelle-Castille, le socle hercynien de la Meseta, p […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

15-30 janvier 1987 États-Unis – C.E.E. Conclusion d'un accord européen sur les céréales pour éviter les représailles américaines

100 à partir du 1er février un certain nombre de produits importés, comme le gin, le cognac, certains vins blancs et fromages, si la Communauté maintient son intention de réduire les importations américaines de maïs dans la péninsule Ibérique à la suite de l'adhésion de l'Espagne et du Portugal à la C.E.E. Le 26, les ministres des Affaires étrangères des Douze, réunis à Bruxelles, décident de céder aux pressions américaines pour éviter un conflit commercial avec les États-Unis : ces derniers pourront continuer d'alimenter en céréales les deux tiers du marché espagnol pendant quatre ans. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel DURAND-DELGA, « IBÉRIQUE PÉNINSULE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/peninsule-iberique/