PÉLITES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Terminologie

De même que l'opinion des auteurs diverge sur l'attribution du mot « pélite » à des lutites consolidées ou non, de même il existe des nuances concernant la limite granulométrique supérieure à leur attribuer (50 ou 64 μm). On appelle « microgrès » les roches intermédiaires entre les pélites et les grès. Le terme « pélite » a, par ailleurs, divers synonymes. C'est ainsi que l'on appelle parfois les roches fines consolidées des « aleurolites », les roches meubles correspondantes étant nommées des « aleurites » (aleuros, poussière). Les auteurs anglo-saxons introduisent une distinction en appelant « silt-stones » les pélites à grains de la classe des silts (diamètre compris entre 50 et 2 μm) et « claystones » ou « mudstones » celles à grains de la classe des poudres (< 2 μm), pour lesquelles les auteurs français emploient aussi le mot « argilite » (qu'il ne faut pas confondre avec le terme anglais « argillite », pélite non seulement durcie mais déjà schisteuse). Lorsque les pélites présentent un litage dû à la sédimentation (et non à un début de métamorphisme comme chez les argillites), on utilise parfois le terme anglais « shale », recommandé par G. Millot ; lorsque le feuilletage est très net et que la roche est fissile, il est préférable de parler de schiste ou d'ardoise.

Malgré son imprécision, le terme « pélite » est commode, comme vont le montrer les exemples qui suivent, pour désigner de nombreuses roches ayant comme caractères communs d'être plus ou moins consolidées (il y a tous les intermédiaires entre une molasse tendre et un microquartzite) et formées d'éléments fins, disposés sans ordre ou lités, sans prétendre toutefois à la schistosité.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des sciences, université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification

Autres références

«  PÉLITES  » est également traité dans :

GRANULOMÉTRIE

  • Écrit par 
  • Fernand VERGER
  •  • 2 948 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Classifications granulométriques »  : […] De très nombreuses classifications granulométriques ont été proposées, notamment par A. Atterberg, F. Rinne, J. Bourcart. Les limites entre les catégories distinguées correspondent en général à des changements des propriétés mécaniques et physiques des grains. La plupart des auteurs admettent la limite de 2 mm, et celles de 1 μm, 2 μm, 20 μm, 40 μm, 50 μm, 200 μm, 2 cm, 20 cm, 100 cm apparaissent […] Lire la suite

MARNES

  • Écrit par 
  • Charles POMEROL
  •  • 988 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Caractères et typologie »  : […] Les marnes sont intermédiaires entre les calcaires et les argiles, et le terme « marne » ne désigne pas une espèce pétrographique bien définie. On passe ainsi des calcaires marneux, qui ne contiennent que 5 à 35 p. 100 d'argile, aux marnes argileuses (de 65 à 95 p. 100 d'argile) par l'intermédiaire des marnes sensu stricto (de 35 à 65 p. 100). Comme les argiles, les marnes sont tendres, finement […] Lire la suite

PLOMB

  • Écrit par 
  • Claude FOUASSIER, 
  • Michel PÉREYRE, 
  • Michel RABINOVITCH, 
  • Jean-Louis VIGNES
  •  • 6 741 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les gisements sans relation directe avec le volcanisme dans un environnement sédimentaire chimico-pélitique fin »  : […] Il s'agit de ce type de gisements que l'on nomme couramment dans la littérature géologique actuelle « sédimentaire-exhalatif » (ou sedex ). Cette dénomination a l'inconvénient de présumer de la genèse du gisement, et les hypothèses génétiques changent vite. On y a fait entrer des minéralisations très diverses : amas lenticulaires de plomb-zinc dans les calcaires dolomitiques de Navan, gisements za […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Charles POMEROL, « PÉLITES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pelites/