PEINTURE MÉTAPHYSIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'autre côté du réel, ou la quatrième dimension

La peinture métaphysique ne s'accompagne pas d'une structure théorique suffisamment formulée permettant de saisir la profonde originalité des œuvres. Les différents articles publiés sous l'égide de Chirico ne soulignent pas, d'une façon satisfaisante, les mobiles du groupe. Très souvent, la lecture des toiles devient malaisée lorsque l'auteur revient sur sa création picturale pour éclairer le spectateur. Les données littéraires qu'il apporte brisent de façon considérable l'unité du travail et démasquent l'insuffisance de la « justification » idéologique. Ce n'est donc qu'à partir des tableaux qu'il est possible de dégager le sens et surtout les mécanismes ayant permis à cette peinture de conquérir une place déterminante dans l'histoire de l'art du xxe siècle.

Une des toiles les plus significatives de cette période est sans doute La Conquête du philosophe (1914) de Chirico. Elle présente le schème fondamental et résume les caractères spécifiques de la démarche métaphysique. La maîtrise du système figuratif atteinte ici n'a jamais été dépassée. L'emploi systématique d'éléments non complémentaires insérés dans une même perspective délimite un champ visuel devenant le point de référence auquel Carrà et Morandi se rapportèrent lors de leurs propres recherches. Dans ce tableau, un canon et des artichauts sont juxtaposés au premier plan. La perspective arrêtée, presque brisée, par une ligne d'horizon très haute sélectionne les éléments d'un paysage étrange composé de tours, de cheminées d'usines, des mâts d'un voilier, d'une grande horloge, d'un train. Aucun d'eux n'est destiné à entretenir un lien logique avec l'autre, lien pouvant aboutir à l'unité apparente de la représentation. Seul le travail formel relie les différents composants de la scène. Les principales notions inhérentes à la démarche de Chirico deviennent le pivot autour duquel s'organise le choix des images. Notions abstraites ; ainsi celle, présente dans toute la production, d'un temps axé tantôt uniquement sur la nos [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense

Classification


Autres références

«  PEINTURE MÉTAPHYSIQUE  » est également traité dans :

CARRÀ CARLO (1881-1966)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 366 mots

Peintre italien, né le 11 février 1881 à Quargnento, dans le Piémont, mort le 13 avril 1966 à Milan. Autodidacte, Carlo Carrà suit de brèves études de peinture à l'académie Brera à Milan. En 1909, au contact de l'écrivain Filippo Marinetti et de l'artiste Umberto Boccioni, il adhère au futurisme, un mouvement artistique et littéraire exaltant la vitesse, le mouvement, la modernité et le patriotis […] Lire la suite

DE CHIRICO GIORGIO (1888-1978)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 1 728 mots

Dans le chapitre « Les ombres longues »  : […] Né à Volo, en Thessalie, où son père dirigeait la construction de chemins de fer, De Chirico fut initié de bonne heure au dessin et étudia la peinture à Athènes (1899), puis à Munich. Ce second et décisif apprentissage coïncide avec la mort du père (1906), gentilhomme sicilien qui a certainement beaucoup marqué son fils. Moins toutefois que sa mère, la baronne De Chirico, personnalité tyrannique q […] Lire la suite

MORANDI GIORGIO (1890-1964)

  • Écrit par 
  • Charles SALA
  •  • 1 098 mots

Dans le chapitre « L'expérience métaphysique »  : […] Après 1915, Morandi poursuit ses études portant sur la structure élémentaire des objets. Les Nature morte des collections Mattioli et Frua sont intéressantes à cet égard, car elles confirment la persistance d'une profonde recherche formelle. Ces tableaux cependant recèlent une dimension nouvelle, en introduisant le spectateur dans un espace où les objets échappent nettement à leur réalité matérie […] Lire la suite

PERSPECTIVE

  • Écrit par 
  • Marisa DALAI EMILIANI
  •  • 8 113 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Le débat sur la perspective au XXe siècle »  : […] La crise de la perspective dans la culture moderne est à mettre en relation avec la conception nouvelle de l'espace, introduite par les géométries non euclidiennes et dans le domaine scientifique par la théorie de la relativité ; elle coïncide, par ailleurs, avec la crise de la fonction traditionnelle de l'art comme mimesis , à laquelle l'esthétique idéaliste oppose une vision nouvelle de l'art co […] Lire la suite

SURRÉALISME - Surréalisme et art

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 4 884 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'art surréaliste est-il possible ? »  : […] Le point de départ de l'activité artistique au sein du surréalisme est double. Il y eut d'une part le contexte général de l'époque, d'autre part les préoccupations, voire les préférences personnelles, en général avouées comme telles, de Breton. Le contexte de l'époque est dominé par trois phénomènes : la « reconstitution » par le cubisme d'une vision du monde qui se croyait totalement libérée de l […] Lire la suite

Pour citer l’article

Charles SALA, « PEINTURE MÉTAPHYSIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-metaphysique/