FRANÇAISE PEINTURE, XXe s. : de 1900 à 1939

ART (Aspects culturels) - L'objet culturel

  • Écrit par 
  • Jean-Louis FERRIER
  •  • 6 281 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Style et accueil des œuvres d'art »  : […] L'évolution des styles littéraires ou poétiques est clairement reconnue. Nul ne songerait sérieusement à soutenir aujourd'hui qu'il n'existe pas de salut possible pour un écrivain en dehors des périodes de Bossuet, ou que la seule forme valide de l'art dramatique soit la tragédie classique en cinq actes et en vers. Même la sécheresse de Robbe-Grillet – encore que certains y voient avec regret l'ex […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-aspects-culturels-l-objet-culturel/#i_2612

BAUCHANT ANDRÉ (1873-1958)

  • Écrit par 
  • Pierre ROBIN
  •  • 197 mots

Paysan de Touraine, André Bauchant n'a commencé à peindre qu'à l'âge de quarante-sept ans ; il expose pour la première fois, en 1921, au Salon d'automne. Très vite, il va occuper une place de premier plan parmi les « maîtres populaires de la réalité » (popularité consacrée par Diaghilev qui lui commande le décor d' Apollon Musagète ). On retrouve, dans la minutie fervente de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-bauchant/#i_2612

BERNARD ÉMILE (1868-1941)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BOUILLON
  •  • 374 mots

Peintre lillois qui vient à Paris en 1881 et fréquente l'atelier de Cormon où il rencontre Van Gogh et Toulouse-Lautrec. Exclu de l'atelier en 1886, Émile Bernard voyage en Normandie et en Bretagne, fait la connaissance de Schuffenecker, puis, lors de son retour à Pont-Aven en 1888, se lie durablement avec Gauguin. Après des débuts impressionnistes et pointillistes, c'est l'élaboration en commun d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-bernard/#i_2612

BESNARD ALBERT (1849-1934)

  • Écrit par 
  • Bruno FOUCART
  •  • 483 mots
  •  • 1 média

Malgré ses réussites officielles (prix de Rome en 1874, il sera directeur de la villa Médicis), Besnard est resté, au milieu des mouvements artistiques de son temps, un indépendant. Par l'enseignement de Jean Bremond, un des plus discrets mais non des moins doués des élèves d'Ingres, il se rattache, certes, à la tradition d'un art construit ; mais son sens de la couleur, sa vitalité le mettent aux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-besnard/#i_2612

BLANCHE JACQUES-ÉMILE (1861-1942)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BOUILLON
  •  • 364 mots
  •  • 1 média

Élève de Gervex et de Humbert, encouragé à ses débuts par Fantin-Latour et par Manet, Blanche est très tôt marqué, comme artiste, par ses origines sociales (il est le fils du célèbre aliéniste Émile-Antoine Blanche) et par son mode de vie : personnalité du Tout-Paris, et tenant salon, il est en relation avec toutes les figures marquantes du milieu artistique parisien, musiciens comme Debussy et St […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-emile-blanche/#i_2612

BOISSONNET EDMOND (1906-1995)

  • Écrit par 
  • Max BOISSONNET, 
  • Françoise GARCIA
  •  • 337 mots

Edmond Boissonnet, né le 20 juillet 1906 à Bordeaux, est un artiste français du xx e  siècle. Son indépendance ne l’empêchera pas de suivre de près les grands courants artistiques de son temps. Après un apprentissage en sculpture sur bois à l’école des Beaux-Arts de Bordeaux, il travaille dans une entreprise de décoration. Il participe en 1929 à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edmond-boissonnet/#i_2612

BOMBOIS CAMILLE (1883-1970)

  • Écrit par 
  • Pierre ROBIN
  •  • 245 mots

Fils d'un batelier, Camille Bombois fut tour à tour gardien de troupeaux, valet de ferme, hercule de foire, terrassier, typographe, avant de pouvoir, à partir de 1922, se consacrer entièrement à la peinture. L'œuvre de ce maître de l'art naïf est l'un des plus authentiquement et des plus savoureusement populaires, même si, la célébrité venue, il a un peu trop cédé à la tentation de se répéter et d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/camille-bombois/#i_2612

BONNARD PIERRE (1867-1947)

  • Écrit par 
  • Gérard BERTRAND
  •  • 3 594 mots

Dans le chapitre « La tentation impressionniste »  : […] À côté des œuvres de caractère intimiste, où la tonalité assourdie de l'ensemble ne fait que mieux ressortir de brusques fusées de couleur franche, le reste de la production des années 1899-1900 annonce sans équivoque un renouvellement et un élargissement de la gamme chromatique. Le choix même des sujets est significatif. Les scènes d'extérieur se multiplient. Et tout naturellement, à travers les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-bonnard/#i_2612

BONNARD. L'ŒUVRE D'ART, UN ARRÊT DU TEMPS (exposition)

  • Écrit par 
  • Jean-Marc HUITOREL
  •  • 982 mots

Au terme de longs mois de travaux, le musée d'Art moderne de la Ville de Paris a choisi de rouvrir ses portes avec une importante exposition consacrée, du 2 février au 7 mai 2006, à Pierre Bonnard (1867-1947). Il faut remonter à 1984 pour trouver rassemblé à Paris un ensemble aussi considérable des œuvres de l'artiste, avec l'exposition organisée par Jean Clair au Musée national d'art moderne-C […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bonnard-l-oeuvre-d-art-un-arret-du-temps/#i_2612

BONNAT LÉON (1833-1922)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 502 mots
  •  • 1 média

Originaire de Bayonne, Bonnat fait ses études de peintre à Madrid où sa famille est installée, et c'est à l'Académie San Fernando qu'il est l'élève de Federico de Madrazo. Bonnat est en contact direct avec la peinture réaliste espagnole, à une époque où des peintres comme Manet, Carolus-Duran, Ribot tournent leurs regards vers Ribera ou Velázquez. Il en gardera, outre un sens profond du naturalism […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leon-bonnat/#i_2612

BOUTET DE MONVEL MAURICE (1851-1913)

  • Écrit par 
  • Laura NOESSER
  •  • 1 098 mots

Né à Orléans dans une famille qui comptait des comédiens et des musiciens, le jeune Maurice n'a pas de difficulté à faire admettre sa vocation de dessinateur et suit les cours de Cabanel et de Boulanger, ce qui explique l'académisme de sa formation où l'accent est mis sur la conception graphique du sujet. Avec Carolus-Duran, dont l'utilisation de la couleur est alors jugée révolutionnaire, il comp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-boutet-de-monvel/#i_2612

BRAQUE GEORGES (1882-1963)

  • Écrit par 
  • Dominique BOZO
  •  • 3 251 mots

Dans le chapitre « Les années de formation »  : […] Georges Braque est né le 13 mai 1882 à Argenteuil où son grand-père et son père dirigeaient une entreprise de peinture en bâtiment, mais s'adonnaient aussi à la peinture, en amateurs. On a souvent souligné que cette naissance sur le lieu de l'impressionnisme, le contact avec le milieu artisanal et l'influence familiale avaient marqué Braque et sans doute contribué à faire de lui et tout naturellem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/braque-georges-1882-1963/#i_2612

CAMOIN CHARLES (1879-1965)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BOUILLON
  •  • 284 mots

Avec Matisse, Rouault et Marquet, Charles Camoin est l'un des élèves illustres de l'atelier de Gustave Moreau. Très lié avec Marquet, dont il a laissé un beau portrait (1904-1905, musée national d'Art moderne, Paris) ; il est impressionné par Cézanne, qu'il rencontre en 1902 et dont l'influence est sensible dans le Portrait de sa mère (1904), et surtout par Matisse avec qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-camoin/#i_2612

CAROLUS-DURAN CHARLES ÉMILE AUGUSTE DURAND dit (1837-1917)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 473 mots

Peintre glorieux de la III e  République, Carolus-Duran expose au Salon, de 1866 à 1889, et termine sa carrière couvert d'honneurs comme directeur de l'académie de France à Rome. Comme peintre officiel, il est surtout le portraitiste de la haute société de son temps, rôle qu'il partage avec Léon Bonnat. Comme lui, il a eu, à Rome puis en Espagne, la révélation de la peintu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carolus-duran/#i_2612

CÉZANNE PAUL (1839-1906)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 3 960 mots
  •  • 4 médias

La popularité de Cézanne n'a probablement jamais été aussi grande qu'un siècle après la première grande exposition que lui consacra son marchand, Ambroise Vollard, en 1895, et qui le révéla véritablement à ses contemporains. La reconnaissance avait été longue à lui venir : elle fut d'abord le fait de jeunes peintres comme Émile Bernard ou Maurice Denis qui virent en lui un maître autant qu'un pré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-cezanne/#i_2612

CHAGALL MARC (1887-1985)

  • Écrit par 
  • Francine-Claire LEGRAND
  •  • 905 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le poids de la religion et du folklore »  : […] Cet enchanteur est né en 1887 à Vitebsk (Russie) dans une modeste famille juive très religieuse et très attachée au folklore. Il reçoit sa première formation artistique à Saint-Pétersbourg. Élève de Léon Bakst, qui s'oppose à tout académisme, Chagall admire les icônes anciennes et s'en imprègne. Il séjourne à Paris de 1910 à 1913. Le poète Blaise Cendrars est son meilleur ami. Il s'inspire d'A […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marc-chagall/#i_2612

CONVERSATIONS AVEC CÉZANNE, Émile Bernard - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Claude FRONTISI
  •  • 987 mots
  •  • 1 média

Deux publications paraissent en 1978, indispensables à la connaissance de Cézanne : l'une, due à John Rewald, rassemble plus de deux cents lettres ; la seconde, Conversations avec Cézanne , se présente comme un emboîtement de textes. D'abord les introductions, notes et notices de l'éditeur, Michael Doran, bibliothécaire au Courtauld Institute of Art de Londres. Puis les relat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conversations-avec-cezanne/#i_2612

CROSS HENRI EDMOND DELACROIX dit HENRI (1856-1910)

  • Écrit par 
  • Antoine TERRASSE
  •  • 308 mots
  •  • 1 média

« Mais n'est-il pas possible d'instituer un tableau de façon précise et consciente ? — M. Georges Seurat en prit l'initiative et en établit les termes dans son tableau Un dimanche à la Grande Jatte (1884-1886). » Félix Fénéon a défini ainsi le départ du néo-impressionnisme, et Henri Cross allait devenir, après sa rencontre avec Seurat et Signac, l'un des principaux adeptes d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cross-henri-edmond-delacroix-dit-henri/#i_2612

CUBISME

  • Écrit par 
  • Georges T. NOSZLOPY, 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 8 445 mots
  •  • 1 média

Le cubisme constitue par son aspect expérimental le mouvement artistique le plus radical du premier quart du xx e  siècle. On considère généralement qu'il est à l'origine de tous les courants abstraits de l'art moderne et qu'il a exercé une influence profonde sur l'architecture et l'esthétique industrielle du xx […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cubisme/#i_2612

LA DANSE II (H. Matisse)

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 197 mots

En tant que panneau décoratif, La Danse II de Matisse (1909-1910) se perçoit difficilement comme un espace illusionniste. D'emblée, sa nature décorative et son format mural l'inscrivent, plus ou moins directement et violemment, dans l'espace réel du spectateur. Les mains disjointes de deux des danseurs révèlent autant leur fougue qu'elles nous invitent, ouvertement, à y pren […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-danse-ii/#i_2612

DE CÉZANNE À PICASSO. CHEFS-D'ŒUVRE DE LA GALERIE VOLLARD (exposition)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 1 152 mots

L'exposition organisée par le Metropolitan Museum of Art de New York, l'Art Institute de Chicago et enfin le musée d'Orsay à Paris, consacrée au marchand et éditeur d'art Ambroise Vollard (1868-1939), était d'un incomparable plaisir pour les yeux ( De Cézanne à Picasso. Chefs-d'œuvre de la galerie Vollard , respectivement du 13 septembre 2006 au 7 janvier 2007, 17 février au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/de-cezanne-a-picasso-chefs-d-oeuvre-de-la-galerie-vollard/#i_2612

DEGAS EDGAR (1834-1917)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 3 813 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La célébrité »  : […] Degas exposa très irrégulièrement après 1886. Or, paradoxalement, sa réputation, qui n'avait cessé de grandir, ira en s'amplifiant : en 1911, le legs du comte Moïse de Camondo fait entrer au Louvre un considérable ensemble de ses peintures et de ses pastels et, un an plus tard, lors de la vente Rouart, ses Danseuses à la barre (1876-1877, The Metropolitan Museum, New York), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edgar-degas/#i_2612

DELAUNAY ROBERT (1885-1941) & SONIA (1885-1979)

  • Écrit par 
  • Étiennette GASSER
  •  • 1 526 mots

Dans le chapitre « Un révolutionnaire de l'avant-garde européenne »  : […] Robert Delaunay est né à Paris en 1885. En 1902, il entre dans un atelier de décors de théâtre et s'adonne à la peinture dès 1904. Il a lu les travaux de Chevreul sur la loi du contraste simultané des couleurs, écouté la leçon du néo-impressionnisme puis celle de Cézanne. Dans le Douanier Rousseau, il voit « le grand-père de la révolution artistique moderne ». Il connaît Picasso, Braque, mais c'e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/delaunay-robert-et-sonia/#i_2612

DEL MARLE FÉLIX (1889-1952)

  • Écrit par 
  • Michel FRIZOT
  •  • 365 mots

La carrière du peintre Félix Del Marle s'organise autour de deux périodes principales, l'une futuriste, l'autre néo-plastique. Del Marle, très intéressé par le Manifeste de Marinetti publié le 20 février 1909 dans Le Figaro , fréquente à Paris les peintres futuristes Boccioni et Severini. Il fait sienne leur théorie mais donne à celle-ci une résonance lo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/felix-del-marle/#i_2612

DENIS MAURICE (1870-1943)

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 1 505 mots

Situé à la charnière du xix e et du xx e  siècle, le peintre Maurice Denis a vu sa place réévaluée dans l'histoire de l'art contemporain depuis les années 1980. Alors qu'on ne connaissait plus de lui que son mot d'ordre dans lequel on lisait à tort une justification précoce de l'art abstrait, « s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-denis/#i_2612

DERAIN ANDRÉ (1880-1954)

  • Écrit par 
  • Michel HOOG
  •  • 1 262 mots

André Derain est un homme plein de contradictions. Auteur de quelques-uns des chefs-d'œuvre les plus importants du fauvisme, il est aussi responsable de tableaux bien dépourvus d'invention ; novateur extrêmement hardi et, en même temps, homme délibérément tourné, et avec une sorte de passion, vers la tradition ; esprit intelligent et cultivé, il affecte en même temps un côté rustre. Derain conquit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-derain/#i_2612

DUCHAMP MARCEL (1887-1968)

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 3 909 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le passage du « rétinien » à la pensée »  : […] Ayant bénéficié à ses débuts des chances que lui a accordées son père, Eugène Duchamp, notaire à Blainville, qui l'a aidé financièrement, de même que ses deux frères aînés : Gaston Duchamp, alias Jacques Villon, peintre, Raymond-Duchamp-Villon, sculpteur, et sa sœur cadette, Suzanne Duchamp, Marcel Duchamp a commencé à peindre à l'âge de quinze ans, en 1902. En 1907, il a marqué sa prédilection p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-duchamp/#i_2612

DUFY RAOUL (1877-1953)

  • Écrit par 
  • Antoine TERRASSE
  •  • 487 mots

« Parce que Fragonard riait, on a eu vite fait de dire que c'était un petit peintre. » Le mot de Renoir pourrait s'appliquer aussi à Raoul Dufy dont l'œuvre, toujours sereine et souvent spirituelle, cache si bien les tourments de l'artiste. Mais Dufy a cherché sans cesse. Ayant d'abord étudié au Havre, sa ville natale, auprès d'un maître qui reçut les leçons de Dominique Ingres, il découvre ensuit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raoul-dufy/#i_2612

DUNOYER DE SEGONZAC ANDRÉ (1884-1974)

  • Écrit par 
  • Cariss BEAUNE
  •  • 429 mots

Peintre, graveur et illustrateur français. Artiste réaliste, il est l'héritier des Le Nain, Courbet et Millet. Peintre indépendant, lié d'amitié avec Apollinaire, Max Jacob, Raoul Dufy, Vlaminck, Dunoyer de Segonzac n'adhéra jamais à aucun des grand mouvements esthétiques du début du siècle. Son style témoigne de l'exigence d'une nouvelle sobriété chromatique et d'une grande rigueur graphique ; sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-dunoyer-de-segonzac/#i_2612

ÉCRITS ET PROPOS SUR L'ART, Henri Matisse - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marianne JAKOBI
  •  • 1 004 mots

Écrits et propos sur l'art d'Henri Matisse (1869-1954) est l'unique ouvrage réunissant la quasi-totalité des textes écrits par l'un des plus grands peintres du xx e  siècle. Ces textes – des propos, des entretiens, des correspondances et des articles de journaux – s'échelonnent sur près d'un demi-siècle, de 1908 à 1953. C'es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecrits-et-propos-sur-l-art/#i_2612

ÉDOUARD VUILLARD, PEINTRE DÉCORATEUR - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 729 mots

1892 Vuillard exécute sa première commande de panneaux décoratifs à Paris, six dessus-de-porte pour Paul Desmarais, un cousin de Thadée Natanson, directeur de la Revue blanche . L'année suivante, il réalise, pour le même commanditaire, un paravent, Les Couturières , où il emploie pour la première fois la peinture à la colle, q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edouard-vuillard-peintre-decorateur-reperes-chronologiques/#i_2612

EXPRESSIONNISME

  • Écrit par 
  • Jérôme BINDÉ, 
  • Lotte H. EISNER, 
  • Lionel RICHARD
  •  • 12 593 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Arts »  : […] En 1919, le marchand de tableaux Daniel-Henry Kahnweiler s'en prend dans la revue Das Kunstblatt , sous le pseudonyme de Daniel Henry, à l'idée de plus en plus répandue en Allemagne que l'expressionnisme, alors prétexte à d'innombrables articles dans la presse allemande, serait d'origine française. Émigré de Stuttgart à Paris en 1907, promoteur de la peinture cubiste, il se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/expressionnisme/#i_2612

FAUTRIER JEAN (1898-1964)

  • Écrit par 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 1 305 mots

Dans le chapitre « La matérialité de la peinture »  : […] Jean Fautrier est né à Paris le 16 mai 1898 ; enfant illégitime, il est élevé par sa grand-mère. En 1908, il rejoint sa mère à Londres, puis entre, à treize ans, à la Royal Academy pour y étudier la peinture, fréquente ensuite la Slade School of Fine Art, et découvre à la Tate Gallery l'art de Turner. Après la Première Guerre mondiale, le jeune artiste se fixe à Paris et y rencontre Jeanne Castel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-fautrier/#i_2612

FAUVISME

  • Écrit par 
  • Michel HOOG
  •  • 4 010 mots
  •  • 1 média

Le mot « fauvisme » dérive d'une boutade du critique Louis Vauxcelles, prononcée à l'occasion du Salon d'automne de 1905. Au milieu de la salle où étaient rassemblées les œuvres de Matisse et de ses amis, trônait une statuette d' Albert Marque dans le style de la Renaissance italienne ; Vauxcelles s'écria : « Donatello chez les fauves ! » Le qualificatif « fauve », qui convenait bien à l'art viol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fauvisme/#i_2612

LE FAUVISME OU L'ÉPREUVE DU FEU. ÉRUPTION DE LA MODERNITÉ EN EUROPE (exposition)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 744 mots

Le musée d'Art moderne de la Ville de Paris a poursuivi par une grande rétrospective consacrée au fauvisme l'ambitieuse politique d'expositions qu'il consacre depuis plusieurs années, à l'initiative de sa directrice, Suzanne Pagé, à l'histoire de l'art du xx e  siècle. Intitulée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-fauvisme-ou-l-epreuve-du-feu-eruption-de-la-modernite-en-europe/#i_2612

FERNAND LÉGER (exposition)

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 1 229 mots

Une « belle machine » comme le Centre Georges-Pompidou était sans doute le cadre idéal d'une exposition consacrée au peintre Fernand Léger (1881-1955). C'est, du moins, ce qu'il ressortait de la rétrospective de son œuvre qui s'y est tenue du 19 mai au 29 septembre 1997, dont la scénographie confrontait sobrement les éléments mécaniques des tableaux aux structures architecturales du musée. Sans ex […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fernand-leger/#i_2612

FORAIN JEAN-LOUIS (1852-1931)

  • Écrit par 
  • Cécile COUTIN, 
  • Nelly FEUERHAHN
  •  • 973 mots
  •  • 1 média

Peintre, dessinateur, graveur, témoin de la Belle Époque comme de la Première Guerre mondiale, Jean-Louis Forain a connu une grande célébrité de son vivant. L'artiste, reconnu dès qu'il intègre la mouvance impressionniste, l'est plus encore par l'esprit caustique des dessins qu'il donne à une presse alors à son apogée. Né à Reims le 23 octobre 1852, Forain manifeste très tôt un goût pour le dessin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-louis-forain/#i_2612

FOUJITA LÉONARD ou FUJITA TSUGUHARU (1886-1968)

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 206 mots

Artiste français d'origine japonaise. Peintre des chats, des petites filles, des jolies femmes, Foujita, ce personnage pittoresque de la bohème de Montparnasse puis du Tout-Paris, converti au catholicisme en grand tapage, a fait plus souvent l'objet de l'attention des échotiers que de celle des critiques d'art. Peintre authentique cependant, il fut un élève très doué de l'École des beaux-arts de T […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/foujita-fujita/#i_2612

FOYERS DE CULTURE

  • Écrit par 
  • Gilbert GADOFFRE
  •  • 9 694 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Modernité et primitivité : le Bateau-Lavoir, les cabarets »  : […] Le Bateau-Lavoir, ce lieu de légende associé à la naissance de la peinture moderne, désignait un bâtiment vétuste, entrepôt de poutres, de planches et de ferrailles rouillées, flanqué d'un groupe d'ateliers d'artistes obscurs et délabrés. C'est là que quelques peintres, après 1904, avaient installé leurs ateliers : Picasso, Juan Gris, Brancusi , Modigliani, suivis par des écrivains tels que Max Ja […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/foyers-de-culture/#i_2612

FRIESZ OTHON (1879-1949)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie MARQUIS
  •  • 296 mots

Né au Havre, Othon Friesz fut, en compagnie de Raoul Dufy dont il restera l'ami, élève du peintre local Charles Lhuillier, auprès de qui il prit le goût du dessin. À Paris, il préfère la fréquentation du Louvre aux leçons du peintre académique Léon Bonnat, et adhère rapidement à l'esthétique fauve, qui se manifeste dans ses œuvres peintes à Anvers, puis à La Ciotat, où il se rend en compagnie de G […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/othon-friesz/#i_2612

GEOFFROY HENRI JULES JEAN (1853-1924)

  • Écrit par 
  • Laura NOESSER
  •  • 668 mots

Peintre et illustrateur, né à Marennes, mort à Paris où son épitaphe au cimetière de Pantin précise qu'il était le « peintre des enfants et des humbles ». Humble et laborieux, il l'était lui-même, vivant au milieu des gens du faubourg qui lui servaient de modèles. Après avoir suivi les cours de gravure et de lithographie d'Eugène Levasseur, Geoffroy expose régulièrement aux Salons à partir de 1874 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-jules-jean-geoffroy/#i_2612

GLEIZES ALBERT (1881-1953)

  • Écrit par 
  • Charles SALA
  •  • 735 mots

Initié très jeune à une peinture « classique » par son grand-père et son oncle (grand prix de Rome), Albert Gleizes expose pour la première fois, en 1901, au Salon d'automne. Toutefois, ce n'est qu'en 1909 que le peintre, après avoir rencontré Le Fauconnier, s'oriente vers une analyse de l'espace et de l'objet figuratif inspirée par l'œuvre de Cézanne ( Portrait de Jacques Nayral […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-gleizes/#i_2612

GORIN JEAN (1899-1981)

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 1 223 mots

Mondrian disait de Jean Gorin, de trente ans son cadet, qu'il était « le seul néo-plasticien français ». Mais si ce dernier ne manqua jamais une occasion d'affirmer sa dette à l'égard du maître hollandais, on peut aujourd'hui regretter que la reconnaissance de son œuvre ait quelque peu souffert de ce parrainage. Il faut en effet distinguer entre ses premières toiles néo-plastiques (1926), encore t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-gorin/#i_2612

GROMAIRE MARCEL (1892-1971)

  • Écrit par 
  • Charles SALA
  •  • 454 mots

Peintre et décorateur français, Marcel Gromaire s'est formé aux académies libres de Montmartre. Dès le début, son œuvre trouve sa source dans une iconographie fondée sur la figuration, et ses premières toiles montrent qu'il est déjà en possession de l'essentiel de son style et de son répertoire. Dans un tableau comme Le Faucheur (1924, musée d'Art moderne), le moule sévère d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-gromaire/#i_2612

GRUBER FRANCIS (1912-1948)

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 362 mots

Peintre français, originaire, comme son contemporain Raoul Walch, de l'est de la France, Francis Gruber appartient à ce courant « expressionniste français », dont parle Jean Cassou ( Panorama des arts plastiques contemporains , Paris, 1960), chargé à la fois de pathétique, de vibrations affectives et expressives, ainsi que d'une revendication d'individualisme, propres aux cul […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francis-gruber/#i_2612

GUILLAUMIN ARMAND (1841-1927)

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 328 mots

Peintre français, Guillaumin fut l'un des membres historiques du groupe impressionniste. Il prit part aux principaux épisodes de son histoire : formation à l'Académie suisse, Salon des refusés (1863), la plupart des « expositions impressionnistes » entre 1874 et 1886. Mais, à l'intérieur de ce groupe, il représente, avec ses amis Cézanne et Pissarro, la tendance la plus constructive, celle dont la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armand-guillaumin/#i_2612

HARTUNG HANS (1904-1989)

  • Écrit par 
  • Jean-Clarence LAMBERT
  •  • 699 mots

Né à Leipzig en 1904, Allemand s'étant formé comme artiste sous la République de Weimar, Hans Hartung est venu vivre à Paris dès l'apparition du nazisme. « Je ne voulais pas céder. Je ne pouvais pas céder. J'aurais pu accepter les compromis, les compromissions. Essayer de faire une peinture plus à la mode et revenir en Allemagne, supporter Hitler, Si j'avais cédé, j'aurais cédé sur tout. » À Paris […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-hartung/#i_2612

HÉLION JEAN (1904-1987)

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 1 012 mots

Peintre français, né à Couterne (Orne). Rien ne prédisposait Jean Hélion, élève à l'Institut industriel d'Amiens, où il a étudié la chimie, à devenir peintre. Pourtant, on peut le considérer, avec Fernand Léger, comme l'un des plus grands peintres français du xx e siècle ; le plus dérangeant, aussi. Apprenti dans un bureau d'architecte en 1921, i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-helion/#i_2612

HERBIN AUGUSTE (1882-1960)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 317 mots

Peintre français, Herbin représente l'un des rares cas manifestes de passage du cubisme à la stricte « géométrie ». Il n'a jamais été cubiste au sens historique du terme, car il travailla longtemps en isolé. Ayant débuté, sous l'influence des fauves, par des natures mortes et des paysages aux structures affirmées sous leurs teintes ardentes, il évolue vers l'interprétation du sujet par l'emploi d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/auguste-herbin/#i_2612

HISTOIRE DE L'ART RELIGIEUX, Maurice Denis - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 935 mots

Le gros volume publié par Maurice Denis (1870-1943) à la fin de sa vie n'est pas, à proprement parler, un ouvrage théorique. Au terme de sa carrière, il couronne néanmoins plus d'un demi-siècle de réflexions et de pratique artistique, qui illustre ce qu'il écrivait, dans son Journal en 1886, à seize ans : «  La peinture est un art essentiellement religieux et chrétien. Si ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-de-l-art-religieux/#i_2612

LACOMBE GEORGES (1868-1916)

  • Écrit par 
  • Antoine TERRASSE
  •  • 310 mots

Trois rencontres auront marqué la vie de Georges Lacombe : celles de Sérusier en 1892, de Gauguin un an plus tard, de Théo van Risselberghe en 1904. Lacombe adopta très vite les idées de Paul Sérusier et s'intégra aux nabis. Ses tableaux s'inspirent de la technique des teintes plates cernées de lignes décoratives, dans l'esprit des paysages de Pont-Aven ; il y montre toutefois, surtout dans le des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-lacombe/#i_2612

LA FRESNAYE ROGER DE (1885-1925)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie MARQUIS
  •  • 398 mots

Né au Mans, Roger Noël François André de La Fresnaye, descendant d'une vieille famille normande, mort à quarante ans, a joué un rôle non négligeable dans l'histoire du cubisme français. Élève de l'académie Julian, où il se lie avec Dunoyer de Segonzac, puis de l'académie Ranson, il devient l'élève du nabi Maurice Denis, dont l'influence est évidente sur ses œuvres de jeunesse ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roger-de-la-fresnaye/#i_2612

LANSKOY ANDRÉ (1902-1976)

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 643 mots

Peintre français d'origine russe, Andreï Mikhaliovitch Lanskoy est né à Moscou. Élevé à l'École des pages, il se destine tout d'abord au métier militaire, et lorsque éclate la Révolution de 1917, il s'engage dans l'armée blanche à Kiev, où il s'est réfugié. C'est en arrivant à Paris, en 1921, qu'il décide de se consacrer exclusivement à la peinture. Pratiquement autodidacte, il apprend les rudimen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-lanskoy/#i_2612

LA PATELLIÈRE AMÉDÉE DUBOIS DE (1890-1932)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie MARQUIS
  •  • 245 mots

Né à Vallet, dans la région nantaise, Amédée Dubois de La Patellière passe son enfance à la campagne, qui sera l'une des sources d'inspiration de son œuvre. Après avoir préparé l'École navale, il entre en 1910 à l'Académie Julian à Paris, et, au retour de la guerre en 1919, passe quelque temps en Tunisie d'où il rapportera de lumineuses esquisses. Installé à Paris, il y résidera assez régulièremen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-patelliere-amedee-dubois-de/#i_2612

LAURENCIN MARIE (1883-1956)

  • Écrit par 
  • Daniel MARCHESSEAU
  •  • 1 183 mots
  •  • 1 média

Artiste peintre, Marie Laurencin s'imposa dès 1907, au Salon des indépendants où elle expose pour la première fois, auprès de son amant Guillaume Apollinaire et au sein de la « bande à Picasso ». Elle fut chère dès ses débuts à Georges Braque, son condisciple à l'académie Humbert en 1904, comme elle le sera à Jean Cocteau, futur librettiste du ballet Les Biches en 1924. Parm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-laurencin/#i_2612

LEBOURG ALBERT (1849-1928)

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 321 mots

Peintre français. Les conflits parfois dramatiques de l'avant-garde et de la tradition, dans le dernier quart du xix e siècle, risquent de cacher l'accord qui exista parfois entre l'impressionnisme et certains tempéraments d'artistes, rebutés par la production académique, mais plus sensibles qu'audacieux. C'est ce que prouve l'œuvre de Lebourg, q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-lebourg/#i_2612

LE CORBUSIER (1887-1965)

  • Écrit par 
  • Guillemette MOREL JOURNEL
  •  • 3 466 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Théorisation et médiatisation de l’architecture moderne »  : […] C’est à Paris qu’il fallait s’installer. Les premiers temps furent difficiles : sans commande, Le Corbusier s’improvisa entrepreneur et ses affaires ne furent guère florissantes. Mais il rencontra rapidement celui qui allait infléchir sa vie et son œuvre : le peintre Amédée Ozenfant (1886-1966). Bien qu’il n’ait qu’un an de plus que le Suisse, il jouera un rôle de mentor décisif pour ce dernier. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-corbusier/#i_2612

LE DERNIER MONET (expositions)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 959 mots

L'installation de Monet à Giverny, dans l'Eure, en 1883, aurait pu n'être que temporaire, mais elle devint définitive avec l'achat de sa maison, en 1890, dont il agrandit le jardin, à partir de 1893, par un bassin aux nymphéas. Il lui restait plus de trente ans à vivre (il meurt en 1926), mais, curieusement, cette période où il va « au-delà de l'impressionnisme » n'avait pas vraiment fait l'objet, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-dernier-monet/#i_2612

LE FAUCONNIER HENRI (1881-1946)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 246 mots

Peintre passablement oublié aujourd'hui, bien qu'il ait joué un rôle important dans la diffusion du cubisme naissant. Passé par l'académie Julian, admirateur des nabis, Henri Le Fauconnier, dès 1908, peint des paysages de Bretagne extrêmement simplifiés ; peu après, en 1909, l'un de ses portraits, celui du poète Pierre-Jean Jouve (musée national d'Art moderne, Paris), aura une grande influence sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-le-fauconnier/#i_2612

LÉGER FERNAND (1881-1955)

  • Écrit par 
  • Arnauld PIERRE
  •  • 3 696 mots

La place de Fernand Léger dans son siècle s'est définie avec plus de lenteur que pour certains de ses grands contemporains. Lenteur sans doute à l'image du personnage et de sa légendaire silhouette de paysan normand, à l'image aussi de l'artiste au cheminement régulier et obstiné, qui construit son œuvre avec la certitude de l'objectif visé et la confiance en ses capacités à l'atteindre. Rien n'es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leger-fernand-1881-1955/#i_2612

LHOTE ANDRÉ (1885-1962)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie MARQUIS
  •  • 263 mots

Peintre d'origine bordelaise, André Lhote a joué un rôle important dans l'histoire du cubisme français, surtout par son enseignement. Après avoir appris la sculpture sur bois, il décide, à l'âge de vingt et un ans, de se consacrer exclusivement à la peinture, fortement impressionné par l'art de Gauguin. Sa palette est alors celle d'un peintre fauve. En 1910, à Paris, il découvre Cézanne, ce qui l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-lhote/#i_2612

LUCE MAXIMILIEN (1858-1941)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BOUILLON
  •  • 403 mots

« Maximilien Luce. Un nouveau venu, un brutal et un loyal au talent fruste et musculeux. Dans des mansardes sans femmes, un ouvrier nu-torse se débarbouille, un autre trempe une croûte dans un bol. Les plus lépreux abords des fortifications, il les peint... » En prenant ces quelques notes à la troisième exposition de la Société des artistes indépendants, en 1887, Félix Fénéon définissait avec la j […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maximilien-luce/#i_2612

MAHN BERTHOLD (1881-1975)

  • Écrit par 
  • Madeleine BARBIN
  •  • 721 mots

Le peintre, dessinateur et graveur français, Charles Berthold Mahn est né à Paris. Fils d'un artisan silésien, il travaille en usine tout en suivant le soir les cours de dessin d'Edmond Valton à l'école Germain-Pilon. À vingt ans, il décide de se consacrer à l'art et travaille pour la décoration de théâtre avec Jean-Marie Valton, fils de son professeur. Pendant son service militaire à Amiens, il s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/berthold-mahn/#i_2612

MANGUIN HENRI CHARLES (1874-1949)

  • Écrit par 
  • Antoine TERRASSE
  •  • 303 mots

De tous les artistes qui exposèrent ensemble au Salon d'automne de 1905 et furent appelés les fauves, sans aucun doute Henri Manguin est-il demeuré le plus fidèle à cette facture vive, éclatante, immédiatement expressive. « L'expression, disait Matisse, vient de la surface colorée que le spectateur saisit en son entier. » Franche, vigoureuse, directe, telle aura toujours été la peinture de Manguin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-charles-manguin/#i_2612

MARCOUSSIS LOUIS CASIMIR LADISLAS MARKOUS dit (1878-1941)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie MARQUIS
  •  • 414 mots

Né dans une riche famille bourgeoise cultivée de Varsovie, Louis Markous préfère le dessin aux études de droit : il part en 1901 étudier la peinture à l'Académie des beaux-arts de Cracovie, où la vie artistique est très ouverte à la culture française. Puis il vient s'installer à Paris en 1903, où il fréquente quelques mois l'académie Julian. D'abord attiré par l'impressionnisme et intéressé par le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcoussis/#i_2612

MARE ANDRÉ (1885-1932)

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 262 mots

Peintre et décorateur français. Mare est peintre avant d'être décorateur, et son goût pour les valeurs traditionnelles et la qualité du travail influencera ses conceptions. Il commence par dessiner des reliures aussi bien que des meubles. Le point de départ de son succès date de son association avec le peintre et architecte Louis Süe (1875-1968) et de la fondation en 1919 de la Compagnie des arts […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-mare/#i_2612

MARQUET ALBERT (1875-1947)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 296 mots

Le plus sage des fauves ne doit peut-être qu'à son amitié avec Matisse et Manguin, ses condisciples dans l'atelier de Gustave Moreau, d'avoir été « enrégimenté » par eux. Si Albert Marquet participa au fameux Salon d'automne de 1905, il fit rapidement figure d'isolé. À partir de 1920, il ne quittera plus guère son atelier du quai Saint-Michel que pour des voyages réguliers (surtout à Alger où il r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-marquet/#i_2612

MASSON ANDRÉ (1896-1987)

  • Écrit par 
  • Françoise LEVAILLANT
  •  • 1 501 mots

D' André Masson , on connaît d'abord les liens avec le surréalisme, son amitié avec Georges Bataille ou encore l'influence qu'il exerça dans l'évolution de l'expressionnisme abstrait américain ? Sait-on qu'il fut, outre un prodigieux illustrateur de livres (et notamment ceux de Bataille), un graveur des plus inventifs, un sculpteur à ses heures, un homme de théâtre passionné par la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-masson/#i_2612

MATISSE HENRI (1869-1954)

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 3 015 mots

Face à la vie et à l'œuvre d'Henri Matisse, l'histoire de l'art a forgé le cliché durable d'un artiste ambivalent. D'abord, au début du xx e  siècle, le révolutionnaire, instigateur du fauvisme, initialement méprisé en France ; ensuite, le peintre d'un bonheur de vivre douceâtre servant, après les premières avant-gardes abstraites des années 1910, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-matisse/#i_2612

MAUFRA MAXIME (1861-1918)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BOUILLON
  •  • 224 mots

Lancé par un article d'Octave Mirbeau après une exposition chez Le Barc de Bouteville (1894), Maufra a d'abord fait partie, avec des peintres comme Moret et Chamaillard, du groupe le moins bien connu de l'école de Pont-Aven, plus lié à Émile Bernard qu'à Gauguin qu'il ne suit d'ailleurs pas au Pouldu. Après avoir ainsi souscrit à l'esthétique de la peinture « symboliste et synthétiste », il l'aban […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maxime-maufra/#i_2612

METZINGER JEAN (1883-1956)

  • Écrit par 
  • Charles SALA
  •  • 582 mots

Le 30 septembre 1911 s'ouvrait le Salon d'automne où étaient exposés, parmi d'autres œuvres, des tableaux de Jean Metzinger qui provoquèrent de vives réactions et des discussions violentes. L'accueil du public fut d'ailleurs hostile. Pourtant, depuis 1907, le réalisme avait été mis en question par Les Demoiselles d'Avignon de Picasso, la grande brèche ouverte dans la figurat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-metzinger/#i_2612

MICHAUX HENRI (1899-1984)

  • Écrit par 
  • Robert BRECHON, 
  • Pierre ROBIN
  •  • 3 506 mots

Dans le chapitre « Le peintre »  : […] Il est particulièrement difficile de « donner à voir », à l'aide des mots, ce que Michaux , contre les mots, invente, de traduire sa vision au moyen d'un langage qu'il a voulu, justement, fuir dans l'image. Et il ne saurait être question de retracer, en quelques lignes, un itinéraire aussi sinueux que le sien, à travers tant de techniques diverses : huile, lavis, gouache, aquarelle, dessin, encre, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-michaux/#i_2612

MOLINIER PIERRE (1900-1976)

  • Écrit par 
  • Jean-François POIRIER
  •  • 1 110 mots

Pierre Molinier est de ces figures insurgées et provocatrices qui font corps avec une ville natale de province, en l'occurrence Bordeaux, nourrissant à leur égard une solide incompréhension mêlée d'indignation. Cette situation semble avoir été aussi insupportable à Molinier que nécessaire à son activité artistique. Il naquit à Bordeaux un Vendredi saint, 13 avril de surcroît, et il s'y suicida le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-molinier/#i_2612

MONET CLAUDE (1840-1926)

  • Écrit par 
  • Françoise CACHIN
  •  • 2 113 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Un nouvel art du paysage »  : […] Claude Monet, bien que né à Paris, passe sa jeunesse et son enfance au Havre où ses parents tiennent une épicerie. Il manifeste très tôt de grand dons pour le dessin, en particulier pour la caricature. C'est Eugène Boudin qui encourage le jeune homme à peindre et l'emmène « sur le motif », en plein air (« Ce fut tout à coup comme un voile qui se déchire. J'avais saisi ce que pouvait être la pein […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-monet/#i_2612

MONET IN THE 20th CENTURY et MONET, LE CYCLE DES NYMPHÉAS (expositions)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 962 mots

L'installation de Monet à Giverny, dans l'Eure, en 1883, aurait pu n'être que temporaire, mais elle devint définitive avec l'achat de sa maison, en 1890, dont il agrandit le jardin, à partir de 1893, par un bassin aux nymphéas. Il lui restait plus de trente ans à vivre (il meurt en 1926), mais, curieusement, cette période où il va « au-delà de l'impressionnisme » n'avait pas vraiment fait l'objet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monet-in-the-20th-century-monet-le-cycle-des-nympheas/#i_2612

ODILON REDON. PRINCE DU RÊVE (exposition)

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 965 mots

Il n'y avait pas eu d'exposition monographique consacrée à Odilon Redon à Paris depuis 1956. Il faut donc saluer l'initiative de la Réunion des musées nationaux qui, sous la direction de Rodolphe Rapetti, donne à cet artiste singulier une place prépondérante dans l'histoire de la création de la fin du xix e  siècle. Un très important catalogue acc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/odilon-redon-prince-du-reve-exposition/#i_2612

OZENFANT AMÉDÉE (1886-1966)

  • Écrit par 
  • Michel FRIZOT
  •  • 268 mots

Après avoir suivi les cours de l'école de dessin de Saint-Quentin, Ozenfant vient à Paris pour y apprendre l'architecture. Il fonde avec Max Jacob et Apollinaire la revue L'Élan pour établir une liaison avec les artistes et le front (1915-1917). En 1917, il rencontre Charles-Édouard Jeanneret, le futur Le Corbusier. Ils publient en commun, en 1918, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amedee-ozenfant/#i_2612

PASCIN JULIUS PINKAS dit JULES (1885-1930)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 501 mots

De tous les artistes du Montparnasse des années vingt, il n'en est peut-être pas un qui traîne derrière lui une légende aussi encombrante. Voir en Pascin, comme on le faisait encore il y a quelques années, « la dernière incarnation du Juif errant », sous prétexte que, né en Bulgarie d'un Israélite espagnol et d'une Italienne, il avait une évidente tendance au vagabondage, est à la fois absurde et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pascin-julius-pinkas-dit-jules/#i_2612

BATEAU-LAVOIR LE

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 706 mots

Situé sur une petite place, au niveau du numéro 13 de la rue de Ravignan à Paris, constitué par un amas hétéroclite de poutres, de planches et de verrières, qu'aucune compagnie ne consentit jamais à assurer contre les risques d'incendie, cet étrange ensemble d'ateliers vétustes et obscurs appartient à l'histoire de l'art moderne. En effet, à partir de 1904, Picasso, Van Dongen, Juan Gris, Constant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-bateau-lavoir/#i_2612

PICABIA FRANCIS (1879-1953)

  • Écrit par 
  • Arnauld PIERRE
  •  • 4 881 mots

Dans le chapitre « Un art dévoyé »  : […] Contradictions et paradoxes sont d'ailleurs symboliquement présents aux sources mêmes de la vocation de Picabia, dans les deux récits originaires qu'il en a laissé accréditer. Picabia est né à Paris en 1879 de Francisco Vicente Martinez y Picabia, attaché à l'ambassade de Cuba, et de Marie-Cécile Davanne, fille d'Alphonse Davanne, haute figure patriarcale, président de la Société française de phot […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francis-picabia/#i_2612

PURISME, mouvement artistique

  • Écrit par 
  • Arnauld PIERRE
  •  • 3 262 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La peinture puriste »  : […] La solidarité avec l'esprit moderne, l'empathie avec l'âge de la machine n'impliquent pas que le peintre puriste soit tributaire de sujets modernes. Représenter des machines conserverait l'art dans une sorte de contingence nuisible à la recherche du général et du permanent. La peinture puriste, comme la peinture cubiste avant elle, sera essentiellement une peinture d'objets quotidiens, une peintu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/purisme-mouvement-artistique/#i_2612

PUY JEAN (1876-1960)

  • Écrit par 
  • Antoine TERRASSE
  •  • 300 mots

Très vite, Jean Puy, ce peintre au caractère vif, aime les couleurs franches. À vingt-quatre ans, il se met à fréquenter l'académie Carrière, où l'on peut peindre « suivant son propre désir et son propre tempérament ». Il y rencontre notamment Laprade, Derain et Matisse et il est tout de suite intéressé par les recherches et par la personnalité de ce dernier. « Matisse, qui avait dépassé la trenti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-puy/#i_2612

REDON ODILON (1840-1916)

  • Écrit par 
  • Klaus BERGER
  •  • 1 435 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Couleur et imagination »  : […] Alors qu'il est âgé de près de soixante ans, une nouvelle période créatrice commence pour Redon. Il se tourne vers l'extérieur, voyage en Bretagne, sur la côte d'Azur, en Hollande, en Angleterre, en Suisse et en Italie, et participe aux expositions. Il recourt à la peinture et au pastel, et y déploie un sens admirable de l'orchestration chromatique. Dans son œuvre graphique, il était parvenu à pé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/odilon-redon/#i_2612

RIBEMONT-DESSAIGNES GEORGES (1884-1974)

  • Écrit par 
  • Marc BLOCH
  •  • 951 mots

Né à Montpellier dans une famille bourgeoise, Georges Ribemont-Dessaignes fit le désespoir des siens par ses conceptions artistiques d'avant-garde. Peintre, musicien, romancier, poète et dramaturge, il fut un des précurseurs du mouvement dada en France. Sans lui pas de théâtre dada, pas de musique dada (son Pas de la chicorée frisée et Le Nombril interlope […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-ribemont-dessaignes/#i_2612

ROUAULT GEORGES (1871-1958)

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 2 670 mots

Dans le chapitre « Origines et formation »  : […] Georges Rouault est né le 27 mai 1871 dans une cave de Belleville, dernier bastion de la Commune, sous la canonnade des Versaillais. L'idée qu'il devait se faire par la suite des circonstances de sa propre naissance ne pouvait que marquer sa vision du monde, à jamais dramatique, et éclairer d'un jour particulier le sens de sa destinée : « Je crois [...], au milieu des massacres, des incendies et d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-rouault/#i_2612

ROUSSEAU HENRI (1844-1910)

  • Écrit par 
  • Dora VALLIER
  •  • 1 736 mots
  •  • 6 médias

Définir la place d' Henri Rousseau, le Douanier, l'ancêtre des peintres naïfs, dans l'histoire de l'art moderne est impossible, puisque sa peinture ne relève ni de la tradition ni de son contraire, l'avant-garde. Rousseau est tout simplement un autodidacte de génie, sans culture ni métier : d'où son originalité. C'est cette originalité, du reste, qui l'a rendu célèbre après sa mort, faisant de lui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-rousseau/#i_2612

ROUSSEL KERR-XAVIER (1867-1944)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BOUILLON
  •  • 322 mots

Au moment où il faisait ses études à Paris au lycée Condorcet, Roussel a connu Vuillard, Maurice Denis et Lugné-Poe. Après un passage à l'école des Beaux-Arts, il fréquente l'académie Julian où il retrouve les futurs nabis. Il participe tout naturellement à leur première exposition chez Le Barc de Boutteville, en 1891. Son œuvre se distingue alors assez peu de celle de ses amis Seguin, Bonnard, ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kerr-xavier-roussel/#i_2612

ROUX GASTON-LOUIS (1904-1988)

  • Écrit par 
  • Philippe PIGUET
  •  • 549 mots

Le peintre Gaston-Louis Roux est né à Provins en 1904. Élève de Maurice Denis et de Paul Sérusier à la célèbre académie Ranson de 1919 à 1922, il débuta dans la carrière sur le mode décoratif, en travaillant dans l'atelier de Raoul Dufy, puis il fut chargé par André Malraux d'illustrer une série d'œuvres littéraires, dont celles de Stendhal, de Mérimée et d'Apollinaire. Mais l'événement marquant f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaston-louis-roux/#i_2612

SÉRAPHINE SÉRAPHINE LOUIS dite (1864-1942)

  • Écrit par 
  • Pierre ROBIN
  •  • 150 mots

Femme de ménage de Senlis dont l'œuvre occupe une place tout à fait à part dans l'art naïf : Séraphine se situe à peu près à mi-chemin entre la peinture naïve proprement dite, et celle (si fascinante et si diverse) des aliénés. Une étrange ferveur l'habite, où se mêlent exaltation et tourment. Elle ne travaille jamais d'après nature, mais se borne à reproduire son rêve intérieur. Elle ne connaît g […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/seraphine-seraphine/#i_2612

SÉRUSIER PAUL (1863-1927)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BOUILLON
  •  • 445 mots
  •  • 2 médias

Sérusier, le « nabi à la barbe rutilante », selon la dénomination des nabis eux-mêmes, est avant tout, avec Maurice Denis, le théoricien et l'« intellectuel » du mouvement. Après des études brillantes il avait été massier à l'académie Julian, où il avait retrouvé Denis, Bonnard, Ranson, Ibels. En 1888, il se rend à Pont-Aven : Gauguin le convertit à la peinture « symboliste et synthétiste » et lui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-serusier/#i_2612

SIGNAC PAUL (1863-1935)

  • Écrit par 
  • Charles SALA
  •  • 555 mots
  •  • 2 médias

Peintre français, né à Paris. Débutant sous l'influence de Monet, Paul Signac est, en 1884, à l'âge de vingt et un ans, parmi les fondateurs de la Société des artistes indépendants, où il connaît Georges Seurat. C'est en étroite collaboration avec ce dernier que Signac va jeter les bases théoriques du néo-impressionnisme, mouvement charnière qui relie les tendances les plus avancées du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-signac/#i_2612

MARCEL DUCHAMP. LA PEINTURE, MÊME (exposition)

  • Écrit par 
  • Thierry DAVILA
  •  • 1 042 mots

Présentée au Centre Georges-Pompidou à Paris du 24 septembre 2014 au 5 janvier 2015, l’exposition Marcel Duchamp - La peinture, même , a choisi de se focaliser, comme son titre l’indique, sur la production picturale de Duchamp (1887-1968) . À travers ce titre emblématique, qui reprend, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-duchamp-la-peinture-meme/#i_2612

SPILLIAERT LÉON (1881-1946)

  • Écrit par 
  • Jean-François POIRIER
  •  • 1 857 mots

Lorsque Léon Spilliaert naît en 1881 à Ostende, Puvis de Chavannes peint Le Pauvre Pêcheur qui marque un jalon important du symbolisme français. Celui-ci n'atteignit jamais à la pureté et à l'authenticité du symbolisme belge dont Spilliaert fut un des plus illustres représentants pour la peinture, tandis que Maurice Maeterlinck le portait à sa plus haute expression dans l'o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leon-spilliaert/#i_2612

SZENES ARPAD (1897-1985)

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 759 mots

Le peintre Arpad Szenes est mort à Paris à l'âge de quatre-vingt-sept ans ; il n'a connu la consécration officielle que dans ses dernières années (1974, rétrospective au musée d'Art moderne de la Ville de Paris ; 1978, Prix national des arts...), mais sa carrière s'est déroulée au sein d'une élite qui l'a entouré de sa ferveur. À Budapest, où il était né en 1897, il avait vécu dans un milieu raffi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arpad-szenes/#i_2612

TANGUY YVES (1900-1955)

  • Écrit par 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 1 417 mots

Dans le chapitre « Révélations et rencontres »  : […] Fils d'un capitaine au long cours, Yves Tanguy est né au ministère de la Marine, à Paris. Pilotin à dix-huit ans, il compromet définitivement sa carrière en se liant avec Jacques Prévert, en 1920, à la caserne de Lunéville. Libérés en 1922, les deux hommes écument les librairies parisiennes et découvrent chez Adrienne Monnier Les Chants de Maldoror de Lautréamont, puis la re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yves-tanguy/#i_2612

UTRILLO MAURICE (1883-1955)

  • Écrit par 
  • Gérard BERTRAND
  •  • 1 254 mots

De Maurice Utrillo, peintre paysagiste français de l'école de Paris, la légende populaire et quelques biographes trop zélés ont fait un peintre maudit. En sacrifiant à la description d'une vie que la peinture sauva de la pire déchéance, on risque de ne pas accorder toute l'attention qu'elle mérite à une œuvre extrêmement abondante, limitée dans son propos, mais d'une incontestable originalité pen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-utrillo/#i_2612

VAN DONGEN CORNELIS THEODORUS MARIE dit KEES (1877-1968)

  • Écrit par 
  • Charles SALA
  •  • 471 mots

Parmi les peintres du groupe fauve, un certain nombre d'artistes font figure d'isolés. Le plus intéressant d'entre eux est le Hollandais Van Dongen, par l'ampleur de son œuvre et par sa personnalité. Né près de Rotterdam, Van Dongen arrive à Paris en 1897. Sans ressources, il va exercer divers métiers avant de s'installer à Montmartre au Bateau-Lavoir. Le marchand Vollard lui organise en 1904 une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/van-dongen-cornelis-theodorus-marie-dit-kees/#i_2612

VILLON JACQUES (1875-1963)

  • Écrit par 
  • Michel MELOT
  •  • 1 260 mots

L'importance de l'œuvre de Villon n'a guère été reconnue que depuis 1950, alors que l'artiste avait déjà, au cours d'une carrière de plus de cinquante ans, exécuté sept à huit cents toiles et près de cinq cents gravures, dans différentes manières qui toutes, dès 1910, furent riches de nouveautés. La raison de cette reconnaissance tardive réside en partie dans la discrétion de l'artiste qui poursui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-villon/#i_2612

VLAMINCK MAURICE DE (1876-1958)

  • Écrit par 
  • Charles SALA
  •  • 626 mots
  •  • 1 média

Issu d'une famille d'origine flamande, Maurice de Vlaminck vint à la peinture sans passer par les écoles ni par les académies. Aîné de cinq enfants, élevé dans un milieu de mélomanes et de bohèmes, il chercha longtemps sa voie dans la musique avant de s'intéresser aux arts plastiques. Il avait une douzaine d'années lorsqu'il commença à peindre des paysages représentant les bords de la Seine, mais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-de-vlaminck/#i_2612

VUILLARD ÉDOUARD (1868-1940)

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 1 741 mots

Les premières œuvres connues de Vuillard, après des académies qu'il signe « Vuillard, élève de M. Gérôme », datent des années héroïques, entre 1888 et 1890, où se forme le futur groupe des nabis. Son art, comme celui de Bonnard et de Roussel à la même époque, reste traditionnel et révèle l'attrait qu'exercent sur lui Chardin, les Hollandais, Corot. L'observation est fidèle et précise, la couleur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edouard-vuillard/#i_2612

WILLETTE ADOLPHE (1857-1926)

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 722 mots

De tous les caricaturistes de son temps, Willette a été sans doute celui qui a connu l'activité la plus variée : décorations pour le Chat-Noir et l'auberge du Clou, verrière du cabaret le Veau d'or, peintures murales de la salle des Communications de l'Hôtel de Ville de Paris et, bien entendu, activités graphiques pour différents journaux dont le plus célèbre demeure […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adolphe-willette/#i_2612

ZIEM FÉLIX FRANÇOIS GEORGES (1821-1911)

  • Écrit par 
  • Bruno FOUCART
  •  • 364 mots

Pour beaucoup, le nom de Félix Ziem se confond avec une manière et avec des sujets invariables : des rues de Venise ou de Constantinople, un faire situé quelque part entre Canaletto et Turner, le tout impavidement recommencé pendant une carrière prolongée. Certes, le peintre n'est pas très varié, certes, il a trop produit, mais on ne saurait plus sous-estimer un talent aussi réel et méconnaître le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/felix-francois-georges-ziem/#i_2612


Affichage 

Auguste Renoir

photographie

Le peintre Auguste Renoir (1841-1919) avec un de ses modèles, dans son atelier des Collettes à Cagnes-sur-Mer vers 1915 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Danseuses bleues, E. Degas

photographie

Danseuses bleues, pastel sur papier du Français Edgar Degas (1824-1917) Musée Pouchkine, Moscou 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Fleurs dans un vase à long col, O. Redon

photographie

Odilon Redon (1840-1916), Fleurs dans un vase à long col, pastel Musée d'Orsay, Paris 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

Forêt tropicale avec singes et serpent, H. Rousseau

photographie

Henri Rousseau, «Forêt tropicale avec singes et serpent», 1910 Huile sur toile, 129,5 cm × 162,5 cm John Hay Collection, National Gallery of Art, Washington 

Crédits : AKG

Afficher

Jeune Fille à la poupée, H. Rousseau

photographie

Henri Rousseau, «Jeune Fille à la poupée», 1905 Huile sur toile, 67 cm × 52 cm Collection Jean Walter-Paul Guillaume, Bruxelles 

Crédits : AKG

Afficher

La liberté, H. Rousseau

photographie

Henri Rousseau (1844-1910), La Liberté invitant les artistes à prendre part à la 22e exposition des artistes indépendants, 1905 Huile sur toile (H 1,75 m ; L 1,19 m) Musée national d'art moderne, Tokyo 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Le Château des Papes, P. Signac

photographie

Paul Signac (1863- 1935), Le Château des Papes, 1900 Musée d'Orsay, Paris 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Les Grandes Baigneuses, P. Cézanne

photographie

Paul Cézanne, Les Grandes Baigneuses, 1906 Huile sur toile, 208,3 cm X 251,5 cm The Philadelphia Museum of Art, Philadelphie 

Crédits : AKG

Afficher

Marie Laurencin

photographie

Marie Laurencin dans son studio-atelier, 1948 

Crédits : G. Milli/ Time&Life Pictures/ Getty

Afficher

Paul Durand-Ruel, A. Renoir

photographie

Par ses expositions et ses ventes d'œuvres impressionnistes, le marchand de tableaux Paul Durand-Ruel a permis à ces artistes de vivre de leur art Ami proche de certains, il les a également soutenus en leur passant des commandes, comme ici un portrait peint par Auguste Renoir 1910 Huile sur... 

Crédits : Archives Durand-Ruel/ Durand-Ruel & Cie

Afficher

Sacré-Cœur, O. Redon

photographie

Odilon Redon (1840-1916), Sacré-Cœur, pastel, vers 1906 Musée d'Orsay, Paris 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

Auguste Renoir
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Danseuses bleues, E. Degas
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Fleurs dans un vase à long col, O. Redon
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Forêt tropicale avec singes et serpent, H. Rousseau
Crédits : AKG

photographie

Jeune Fille à la poupée, H. Rousseau
Crédits : AKG

photographie

La liberté, H. Rousseau
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Le Château des Papes, P. Signac
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Les Grandes Baigneuses, P. Cézanne
Crédits : AKG

photographie

Marie Laurencin
Crédits : G. Milli/ Time&Life Pictures/ Getty

photographie

Paul Durand-Ruel, A. Renoir
Crédits : Archives Durand-Ruel/ Durand-Ruel & Cie

photographie

Sacré-Cœur, O. Redon
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie