PEINTURE DE GENRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les origines d’une catégorie picturale

Les hésitations terminologiques traduisent la genèse d'une catégorie picturale qui, comme les autres genres dits inférieurs, est issue de l'art religieux et de l'art de cour. Les représentations de la vie domestique, du travail et des divertissements semblent avoir constitué un genre autonome dans la peinture antique, mais dans le monde occidental chrétien, elles apparaissent à l'époque médiévale dans les enluminures des manuscrits et sur certains vitraux, comme des détails accessoires et marginaux (parerga) de l'iconographie religieuse. Les thèmes, assez limités, traduisent le plus souvent des intentions symboliques : représentations des métiers, des travaux liés aux cycles du temps, allégories des cinq sens, allégories des vices et des vertus. À l'âge gothique, la société de cour contribue à l'émergence de l'art profane à travers l'illustration des romans courtois et épiques et le développement d'objets de luxe, comme la tapisserie. La représentation d'une vie seigneuriale idéalisée met en scène les bergers de la tradition pastorale héritée de Virgile, le jardin d'amour montrant des couples occupés à des jeux amoureux, ou encore les distractions aristocratiques comme la chasse (les fresques de la chambre de la Garde-Robe du palais des Papes à Avignon, 1343). La thématique des activités quotidiennes rurales et urbaines peut également servir indirectement un discours politique : la grande fresque d'Ambrogio Lorenzetti sur les Effets du bon et du mauvais gouvernement, 1338-1340, exalte le gouvernement municipal de Sienne (Palazzo Pubblico, Sienne), et Jean de Limbourg, illustrant les mois dans les Très Riches Heures du duc de Berry, 1413-1416 (musée Condé, Chantilly), célèbre les fastes de la cour de son commanditaire.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages



Médias de l’article

Intérieur de cuisine, J. Beuckelaer

Intérieur de cuisine, J. Beuckelaer
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Marché aux poissons, J. Beuckelaer

Marché aux poissons, J. Beuckelaer
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La Rixe des musiciens, G. de La Tour

La Rixe des musiciens, G. de La Tour
Crédits : Christie's Images, Bridgeman Images

photographie

La Famille heureuse, les frères Le Nain

La Famille heureuse, les frères Le Nain
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Afficher les 12 médias de l'article





Écrit par :

Classification


Autres références

«  PEINTURE DE GENRE  » est également traité dans :

AERTSEN PIETER (1508-1575)

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 355 mots

Surnommé Lange Pier (Pierre le Long), né à Amsterdam et franc-maître à Anvers, en 1535, dont il devient citoyen en 1542 et où il séjournera jusqu'en 1556 environ, après avoir logé dans ses débuts anversois chez le peintre Jan Mandyn, un suiveur habile de Jérôme Bosch, Pieter Aertsen est l'un des peintres qui assurent le mieux le lien entre l'école néerlandaise et l'école flamande et qui font éclat […] Lire la suite

ALLÉGORIE

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG, 
  • Jean-François GROULIER, 
  • Jacqueline LICHTENSTEIN, 
  • Daniel POIRION, 
  • Daniel RUSSO, 
  • Gilles SAURON
  •  • 11 638 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Du XVIIIe au XXe siècle »  : […] À partir de la fin du xvi e  siècle, la personnification s'éloigne progressivement de l'ambivalence du symbole pour devenir le mode de représentation privilégié de l'allégorie, laquelle se constitue dès lors comme une catégorie à part entière et occupe une place prépondérante dans la hiérarchie des genres artistiques, codifiée par la tradition académique. Celle-ci lui assure un développement inint […] Lire la suite

AVERCAMP HENDRICK (1585-1634)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 633 mots
  •  • 1 média

Un des premiers paysagistes de l'école néerlandaise du xvii e  siècle, Hendrick Avercamp fait la transition entre une conception décorative d'origine flamande et encore archaïque et les nouvelles ambitions réalistes et objectives développées en Hollande avec Esaias van de Velde et Jan van Goyen. Baptisé à Amsterdam en 1585, il a dû passer ses premières années à Kampen, où sa famille s'établit en 1 […] Lire la suite

BAMBOCHADE

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 156 mots

Terme qui désigne les tableaux de genre mis à la mode à Rome dans le second quart du xvii e siècle par le Hollandais Pieter van Laer auquel sa petite taille et son aspect physique avaient valu le surnom de Bamboccio (le petit homme, la poupée). Jusqu'à une époque récente, on attribuait à Bamboccio toute peinture évoquant la vie populaire de Rome, les bas-quartiers de la ville, les activités des t […] Lire la suite

BERCHEM ou BERGHEM NICOLAES PIETERSZ (1620-1683)

  • Écrit par 
  • Françoise HEILBRUN
  •  • 664 mots

Né à Haarlem, Nicolaes Berchem devient membre de la guilde de cette ville en 1642. Il meurt à Amsterdam où il s'était fixé depuis 1677. Il est un des peintres italianisants de la deuxième génération, celle de Both et d'Asselyn, de dix ans ses aînés. Comme ces derniers, il est allé très probablement en Italie, une première fois entre les années 1643 et 1645, puis entre 1653 et 1656. Il est d'abord […] Lire la suite

BEUCKELAER JOACHIM (1535 env.-env. 1574)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 536 mots
  •  • 2 médias

Neveu et élève de Pieter Aertsen (ce dernier épousa en 1542 sa tante Catherine Beuckelaer), Joachim Beuckelaer (ou Bueckelaer) donne un prolongement considérable à l'art, si puissamment réaliste, de ce dernier ; son apport dans la constitution d'une peinture de genre et de nature morte spécifiquement nordique est déterminant. Mort assez jeune, il n'a guère pu se dégager de l'emprise stylistique d […] Lire la suite

BOILLY LOUIS LÉOPOLD (1761-1845)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 435 mots
  •  • 1 média

L'œuvre de ce peintre s'étend sur plus de soixante-dix ans et compte plusieurs milliers de toiles, de dessins et de lithographies, précieux témoignages des mœurs de la société française du règne de Louis XVI à la monarchie de Juillet . Boilly a fait remarquer très jeune ses dons de portraitiste, qui excelle aussi dans les petits tableaux, voire dans la décoration des éventails. N'étant pas membre […] Lire la suite

BOURDON SÉBASTIEN (1616-1671)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 737 mots
  •  • 2 médias

C'est la mobilité qui caractérise le mieux la vie et l'œuvre de Sébastien Bourdon. Il est envoyé très jeune de Montpellier — sa ville natale — à Paris comme apprenti peintre, et son adolescence se passe dans les ateliers de différentes villes, de Bordeaux à Toulouse et à Rome où il arrive en 1634. Ses biographes sont unanimes à vanter sa précoce virtuosité et son génie des pastiches qui le rendent […] Lire la suite

BRION GUSTAVE (1824-1877)

  • Écrit par 
  • Ségolène LE MEN
  •  • 830 mots

Comme Schuler (qui fut d'abord un illustrateur), Brion est un peintre de l'Alsace, dont l'œuvre, après 1870, touche le public du Salon par la fibre patriotique des « provinces perdues ». Né à Rothau dans les Vosges dans une famille où l'on se faisait volontiers pasteur, il était le petit-neveu de Frédérique Brion, l'amie de Goethe. En 1831, sa famille s'installe à Strasbourg, où il reçoit sa forma […] Lire la suite

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 144 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La révolution du sujet et les genres »  : […] L'art romantique ne s'est pas débarrassé des genres et de leur hiérarchie. Delacroix lui-même tenait à son titre de peintre d'histoire ; Ingres plus encore. Mais la révolution du sujet s'est faite de l'intérieur. Pour établir la supériorité de la peinture d'histoire, la théorie académique affirme que ce genre contient tous les autres (paysage dans les fonds, nature morte pour les premiers plans, […] Lire la suite

BROUWER ADRIAEN (1605/06-1638)

  • Écrit par 
  • J. BOUTON
  •  • 974 mots
  •  • 1 média

Peintre de genre, de paysages et de portraits, Adriaen Brouwer est né à Oudenaarde et mort à Anvers. D'abord élève de son père qui faisait des cartons de tapisseries, on le retrouve ensuite en Hollande : à Amsterdam, en 1626, puis à Haarlem, en 1628, dans l'atelier de Frans Hals. Au cours de cette première période, Brouwer a surtout peint des scènes de tavernes ou de tabagie, imprimant un renouvea […] Lire la suite

BRUEGEL JAN, dit BRUEGEL DE VELOURS (1568-1625)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 846 mots

Frère cadet de Pieter II, Jan reçut comme lui un sobriquet, dû à son goût raffiné pour les habits de velours ou à l'extrême finesse veloutée de sa peinture. Plus doué et plus original que son frère, Jan se forma dans un cadre plus large en se rendant, vers 1589, en Italie où il resta jusqu'en 1596 non sans se lier durablement avec le cardinal Federico Borromeo à Milan (d'où la merveilleuse suite d […] Lire la suite

CABANEL ALEXANDRE (1823-1889)

  • Écrit par 
  • Arnauld BREJON DE LAVERGNÉE
  •  • 1 119 mots

Faut-il adopter vis-à-vis du peintre Alexandre Cabanel l'attitude de « juste mesure » que réclamait Lafenestre dans son livre, La Tradition dans la peinture française  : « [Le peintre n'est pas à] placer aussi haut que l'ont pu rêver un instant ses admiratrices des deux mondes, ni aussi bas que le voudraient voir précipiter les sectateurs violents d'un réalisme exclusif » ? L'inquiétude de Lafenes […] Lire la suite

CALVAERT DENYS (1540 env.-1619)

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 213 mots

Né à Anvers, Denys Calvaert est, en 1556, inscrit chez Cerstian van Queckborne, peintre dont on sait uniquement qu'il était paysagiste. Vers 1562, il se rend en Italie et se fixe à Bologne où se déroulera toute sa carrière, si l'on excepte un court voyage à Rome en 1572. Il y devient l'élève puis le collaborateur de Prospero Fontana et de Lorenzo Sabatini. On peut suivre sa carrière à travers des […] Lire la suite

CARAVAGE (vers 1571-1610)

  • Écrit par 
  • Arnauld BREJON DE LAVERGNÉE, 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 4 799 mots
  •  • 7 médias

Si tout le xvii e  siècle garde l'empreinte des Bolonais (Carrache, Reni, Dominiquin), force nous est de reconnaître que les plus grands peintres de cette époque – à l'exception de Nicolas Poussin – bénéficient sous une forme ou sous une autre de l'exemple de Caravage : Velázquez et Zurbarán en Espagne, Rubens, Rembrandt et Vermeer dans le nord de l'Europe. La vie de Caravage est rythmée par de no […] Lire la suite

CRITIQUE D'ART EN FRANCE AU XIXe SIÈCLE

  • Écrit par 
  • Christine PELTRE
  •  • 6 626 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « « Partiale, passionnée, politique » »  : […] Savante, la critique a en effet pour but essentiel d'exprimer un engagement sur l'art vivant dont Baudelaire a résumé la force : une conception « partiale, passionnée, politique » répond seule à l'« à quoi bon ? » formulé au début du Salon de 1846. On a souvent opposé à cette pugnacité l'« empathie » de Gautier, qui souhaite comprendre plus que juger l'art de son temps. Mais comme l'a montré une […] Lire la suite

DAI JIN [TAI TSIN] (1388-1462) & WU WEI [WOU WEI] (1459-1508)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 1 294 mots

Dans le chapitre « Limites et originalité de la peinture de genre »  : […] Chez Dai Jin, les techniques du pinceau sont évidemment empruntées à Ma Yuan et Xia Gui ; mais, en ce qui regarde la composition du paysage, son art n'est pas moins tributaire des Song du Nord (Fan Kuan, Li Tang) : il s'efforce en fait de traduire dans le langage formel des Song du Sud – écriture abrégée et rapide – la vision ample et globale des Song du Nord. Cette tentative de synthèse des deux […] Lire la suite

DECAMPS ALEXANDRE (1803-1860)

  • Écrit par 
  • Arnauld BREJON DE LAVERGNÉE
  •  • 1 178 mots

Dans une lettre autobiographique adressée en 1854 au docteur Véron ( Les Mémoires d'un bourgeois de Paris ), Alexandre Decamps nous apprend qu'il est né à Paris, dans une famille d'origine picarde. Une vague formation chez le peintre d'architecture Étienne Bouhot, puis chez Abel de Pujol, n'influence pas le peintre autodidacte qui hésite un moment entre Ingres, qu'il admire sincèrement, et Delacro […] Lire la suite

DELL'ABATE ou DELL'ABBATE NICCOLÒ (1509-1571)

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 292 mots
  •  • 1 média

Italien originaire de Modène, Nicolò Dell'Abate, formé par le sculpteur Antonio Begarelli, puis élève et collaborateur d'Alberto Fontana (boucheries et Palais public de Modène), s'impose vite en Émilie par ses décorations dans la région de Modène (Rocca di Scandiano) puis à Bologne (palais Torfanini et Poggi). Ses premières œuvres témoignent d'une intelligente assimilation des exemples vénitiens o […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Anne le PAS de SÉCHEVAL, « PEINTURE DE GENRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-de-genre/