PÉDAGOGIELes approches contemporaines

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

1975-1990 : années de pragmatisme

À partir de 1974, en Europe occidentale, diverses tentatives sont perceptibles qui s'essaient à reformuler des stratégies éducatives. Ainsi peut-on constater une nette évolution des esprits en ce qui concerne, par exemple, l'éducation des adultes (cf. B. Schwartz, 1977 ; M. Lesne, 1977 ; P. Dominicé, 1979 ; C. Pantillon, 1983), la formation des enseignants (G. Ferry, 1983) ou la pédagogie universitaire (comme le marque la création, en 1979, d'une Association internationale francophone qui publie la revue Pédagogiques à l'initiative du Québec). Guy Avanzini (1975) a analysé ce phénomène global du début des années 1970 comme l'apogée puis la retombée des « maximalismes ». Les pédagogues « activistes », qu'ils soient libertaires ou technologistes, ont trop demandé au système d'enseignement. Et leurs interlocuteurs, quant à eux, en ont aussi trop attendu. L'itinéraire de l'essayiste américain Neil Postman illustre bien l'évolution qui s'est produite. Avec Weingartner dans la foulée des mouvements contestataires américains de 1967, il s'était fait connaître par son livre Teaching as a Subversive Activity (1969). Il y assignait à l'éducation scolaire la tâche de subvertir la culture reçue du passé. Dix ans après, cet enseignant, qui prétend bien ne pas être devenu un réactionnaire, voit l'avenir de l'école dans une pure et dure résistance à la culture que distillent les mass media et dont il dénonce la perversité éducative. Une dénonciation voisine est perceptible chez un « homme de gauche » comme M. T. Maschino quand, en 1982, il parvient à cette conclusion, dont il fait le titre provocateur d'un essai sur l'enseignement : Vos enfants ne m'intéressent plus.

Bien des éducateurs scolaires ont désormais la conviction qu'un « autrement » de la pédagogie est concevable et souhaitable, mais qu'il faut le chercher « ailleurs ». Ivan Illich (1971) – et, à sa suite, Verne et Dauber (1975) – s'était fait le héraut d'une société déscolarisée où les réseaux éducatifs retrouveraient leur qualité « conviviale ». Certains quitteront ainsi le navire pour explorer de nouvelles formes « alternatives » (dans le sens des free schools ou de l'« école active ») ou pour situer leur action entre formation et thérapie (cf. Max Pagès, Le Travail amoureux, 1978). D'autres encore chercheront, à l'extérieur de l'école, la notoriété littéraire, tel Claude Duneton (Je suis comme une truie qui doute, 1976). On assistera, en même temps, à un certain « exil de l'intérieur » des « saltimbanques » de la pédagogie, non sans désengagement ni attentisme de la part de beaucoup, non sans surcroît d'initiative et d'invention chez d'autres. Ces derniers – en France, par exemple, après 1981 – escomptent des rapports demandés par le nouveau ministère à des pédagogues de haute notoriété (A. de Peretti, B. Schwartz, L. Legrand, A. Prost) une stimulation nouvelle de l'action pédagogique, une meilleure formation initiale et continue des maîtres, et la prise en compte de la « créativité » des praticiens nonobstant la pesanteur de l'appareil administratif et les habitudes du grand nombre. Les « mouvements pédagogiques » reprennent vigueur et espoir (G.F.E.N., C.R.A.P., C.E.M.E.A., C.E.P.I., équipes Freinet...) et tentent, avec des bonheurs divers, de se présenter en interlocuteurs des pouvoirs publics et des instances traditionnelles de la formation et de la recherche. Quoi qu'il en soit, le slogan écologiste de E. F. Schumacher (1978) semble avoir été entendu : « Small is beautiful ». Chercher des lieux modestes où il soit possible, avec d'autres, de faire quelque chose, tel semble le leitmotiv de ceux qui ont vécu le double échec des grands plans rénovateurs imposés et des grands mouvements utopiques « spontanés ».

Une sorte de dénominateur commun semble, dans les années 1980, s'imposer à tous ceux qui veulent « faire quelque chose », concepteurs, décideurs, mais aussi enseignants-chercheurs universitaires ou praticiens de l'éducation scolaire. C'est à mieux comprendre ce que c'est qu'apprendre (cf. O. Reboul, 1980) qu'on a quelque chance de voir se dégager des voies neuves. La tendance est perceptible aussi bien dans les démocraties libérales (États-Unis, Canada, Royaume-Uni, Suisse, Belgique, Italie, France...) que dans les pays de l'Est (R.D.A., Pologne, Roumanie) ou les pays en développement. Partout, on observe [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

  • : professeur honoraire de l'université de Genève
  • : professeur des Universités en sciences de l'éducation à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  PÉDAGOGIE  » est également traité dans :

PÉDAGOGIE - Le statut

  • Écrit par 
  • Daniel HAMELINE
  •  • 5 108 mots

Ainsi que le remarque Pierre Gréco (cf. pédagogie - Les problèmes de l'éducation scolaire), ni l'appel à l'étymologie ni l'inventaire, même méthodique, des multiples emplois du terme « pédagogie » ne sont d'un grand secours pour qui tente d'établir le statut d'un concept et d'une discipline au sujet desquels la seule certitude autorisée, en cette fin du xx […] Lire la suite

PÉDAGOGIE - Les problèmes de l'éducation scolaire

  • Écrit par 
  • Pierre GRÉCO
  •  • 3 092 mots

Les variations sur l'étymologie du terme de pédagogie, pas plus qu'un inventaire méthodique des emplois attestés, ne suffiraient à mettre au clair les multiples aspects et les significations diverses d'un concept et d'une discipline qui concernent chacun de nous, quotidiennement, et qui, de ce seul fait peut-être, sont d'un usage aussi commun qu'ambigu. Mieux vaut sans doute se résigner alors à ce […] Lire la suite

PÉDAGOGIE - Pédagogie et pouvoir

  • Écrit par 
  • Jean-Claude PASSERON
  •  • 4 533 mots
  •  • 1 média

En affirmant que «  l'éducation peut tout, puisqu'elle fait danser les ours », Leibniz exprimait une croyance en la toute-puissance de l'éducation que la philosophie des Lumières devait, en Occident, porter à son paroxysme au xviiie siècle, mais dont on trouverait des […] Lire la suite

PÉDAGOGIE - Les courants modernes

  • Écrit par 
  • Antoine LÉON
  •  • 4 233 mots
  •  • 1 média

Dans l'évolution pédagogique, des phases d'intense élaboration doctrinale ou de transformation des institutions alternent avec des phases plus calmes, vouées à la lente diffusion des idées ou à la consolidation des structures scolaires.Les temps forts de l'histoire de l'éducation se situent à différents niveaux de la réalité pédagogique : anticipations […] Lire la suite

ÉDUCATION / INSTRUCTION, notion d'

  • Écrit par 
  • Daniel HAMELINE
  •  • 1 300 mots

On pourrait penser, dans un premier temps, que les rapports entre « éduquer » et « instruire » sont simples à établir. Si l'on se réfère à la définition qu' Emmanuel Kant donne de l'éducation, à la fin du xviii e  siècle, l'instruction apparaît, à côté « des soins, de la discipline et de la formation [ Bildung ] », comme l'un des moyens dont l'espèce humaine dispose pour développer le potentiel d' […] Lire la suite

ARNOLD THOMAS (1795-1842)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 367 mots

Éducateur britannique, headmaster (directeur) de la célèbre public school de Rugby, Thomas Arnold exerça une forte influence sur l'éducation privée en Angleterre. Il était le père du poète et critique Matthew Arnold. Né le 13 juin 1795 à East Cowes, sur l'île de Wight, Thomas Arnold fait ses études à Winchester et au Corpus Christi College d'Oxford, avant de devenir chargé de cours à l'Oriel C […] Lire la suite

ASCHAM ROGER (1515-1568)

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 385 mots

Humaniste anglais du meilleur ton, qui gaspillait parfois son temps à jouer aux dés et qui assistait à des combats de coqs, Ascham était cependant un grave personnage et un grand érudit. Fort en langues classiques dès son admission à St. John's College (Cambridge), il y devint bientôt professeur de grec (1538). Mais il aimait les sports et surtout le tir à l'arc, d'où cet étonnant traité dialogué, […] Lire la suite

ASHTON-WARNER SYLVIA (1908-1984)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 272 mots

La pédagogue et écrivain néo-zélandaise Sylvia Ashton-Warner se fit connaître par son travail innovant consistant à adapter les méthodes traditionnelles d'enseignement de l'anglais aux besoins spécifiques des enfants maoris. Elle visait ainsi à promouvoir la paix et la communication entre deux cultures radicalement différentes. La plupart de ses œuvres, qu'il s'agisse de fictions ou non, s'inspir […] Lire la suite

BASEDOW JOHANN BERNHARD (1724-1790)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 437 mots

Le pédagogue allemand Johann Bernhard Basedow (Basedau) naît le 11 septembre 1724 à Hambourg. Très jeune, il se révolte contre la discipline de fer appliquée dans son école et fugue. Devenu domestique chez un médecin qui le presse de reprendre ses études, il entre à l'université de Leipzig en 1744. Élève brillant mais indiscipliné, il refuse d'étudier, rédigeant cependant les devoirs de ses camar […] Lire la suite

ÉDUCATION - Philosophie de l'éducation

  • Écrit par 
  • Daniel HAMELINE
  •  • 2 340 mots
  •  • 1 média

Dans le dernier quart du xx e siècle, la pensée de l'éducation prend position en fonction d'une triple référence : l'histoire ancienne et moderne des rapports entre éducation et philosophie dans la culture occidentale ; la remise en question théorique et pratique de l'humanisme, liée à la domination contemporaine des sciences humaines et sociales sur la pensée ; l'ardente et triviale obligation – […] Lire la suite

Pour citer l’article

Daniel HAMELINE, Jacques PAIN, « PÉDAGOGIE - Les approches contemporaines », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pedagogie-les-approches-contemporaines/