PAYSAGE, peinture, jusqu'au XVe s.

BALDOVINETTI ALESSO ou ALESSIO (1425-1499)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 487 mots

L'art de Baldovinetti constitue un point de rencontre entre les deux tendances qui s'étaient affirmées dans la peinture florentine de la génération précédente, celle des coloristes et celle des dessinateurs. Il se rattache plus profondément au premier groupe, à Domenico Veneziano surtout, qui fut son maître et lui enseigna l'art des tonalités affinées par la lumière, des compositions sereines et l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baldovinetti-alesso-ou-alessio/#i_10817

BELLINI LES

  • Écrit par 
  • Henri PERETZ
  •  • 2 337 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Du décor archéologique à l'espace naturel »  : […] La recherche de Giovanni Bellini va tendre de plus en plus vers un équilibre harmonieux entre le personnage et son milieu. Les lignes perdent peu à peu de leur dureté ; à l'arrondi d'une épaule répond la courbe d'une montagne. Cette évolution va se préciser quand les surfaces et les volumes auront des limites de plus en plus floues et imprécises. Alors apparaît son style propre. Voulant placer l'h […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-bellini/#i_10817

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 353 mots
  •  • 41 médias

Dans le chapitre « Fresque et paysage au lavis sous les Tang »  : […] La dynastie Tang, époque puissante, luxueuse et raffinée, a dû connaître un remarquable épanouissement de la peinture, d'abondants témoignages littéraires en font foi. Mais les œuvres qui subsistent encore aujourd'hui sont rarissimes, douteuses et contradictoires, de sorte que l'étude de la peinture Tang représente dans une large mesure une discussion dans le vide. La plus robuste expression de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-les-arts/#i_10817

DAI JIN [TAI TSIN] (1388-1462) & WU WEI [WOU WEI] (1459-1508)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 1 294 mots

Dans le chapitre « Limites et originalité de la peinture de genre »  : […] Chez Dai Jin, les techniques du pinceau sont évidemment empruntées à Ma Yuan et Xia Gui ; mais, en ce qui regarde la composition du paysage, son art n'est pas moins tributaire des Song du Nord (Fan Kuan, Li Tang) : il s'efforce en fait de traduire dans le langage formel des Song du Sud – écriture abrégée et rapide – la vision ample et globale des Song du Nord. Cette tentative de synthèse des deux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dai-et-wu/#i_10817

DAVID GÉRARD (entre 1450 et 1460-1523)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 1 081 mots

L'un des principaux peintres de Bruges après Memling (mort en 1494), Gérard David est pour tout dire le dernier grand primitif flamand. Reçu franc maître dans la gilde des peintres de Bruges dès 1484, il reste, à l'égal d'un Memling, étroitement lié au renom et à l'histoire de cette ville, au point que sa peinture, sédative et si gravement mûrie, nous paraît typique d'un certain goût brugeois pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gerard-david/#i_10817

DONG YUAN [TONG YUAN] (mort en 962) & JURAN [KIU-JAN] (actif vers 975)

  • Écrit par 
  • Ching-lang HOU
  •  • 1 205 mots

Après la révolution (755) d'An Lushan, la ville de Chang'an qui, depuis le vi e  siècle, était le centre des activités artistiques, se vit destituée de son rôle de capitale. La guerre civile se répandit partout. Seules les régions au sud du fleuve Bleu (Yangzi) et le Sichuan demeurèrent des îlots de calme, favorables à l'apparition de nouveaux thèmes d'inspiration, tels que la peinture d'oiseaux e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dong-et-juran/#i_10817

DÜRER ALBRECHT (1471-1528)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 4 517 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Entre la tradition gothique et l'exemple italien »  : […] Dürer reçut une formation traditionnelle. Il commença par apprendre le métier d'orfèvre, apprentissage qui explique certainement son habileté à manier le burin. Ayant manifesté très tôt le désir de devenir peintre, il fut placé dans l'atelier de Wolgemut, artiste médiocre et tourné vers le passé. En 1490, il part pour Colmar avec l'intention de travailler auprès de Martin Schongauer, que ses grav […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albrecht-durer/#i_10817

GAO KEGONG [KAO K'O-KONG] (1248-?)

  • Écrit par 
  • Ching-lang HOU
  •  • 393 mots

En Chine, la peinture de paysage dans le style des lettrés connaît son épanouissement pendant la dynastie des Yuan (1280-1368). Les quatre grands maîtres (Huang Gongwang, Wu Zhen, Ni Zan, Wang Meng), considérés à partir de l'époque Ming comme les novateurs du xiv e  siècle, respectaient Gao Kegong et Zhao Mengfu comme des maîtres. Ceux-ci leur apparaissaient en effet à la fois comme les héritiers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gao-kegong-kao-k-o-kong/#i_10817

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 106 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Peinture »  : […] Si, en ce qui concerne le dessin de la figure humaine, la peinture pose des problèmes proches de ceux de la sculpture, elle affronte beaucoup d'autres questions. Tout d'abord, il est contraire à la vérité historique d'opposer la peinture flamande à la peinture toscane, bien qu'elles adoptent très fréquemment des positions différentes. Toutes deux recherchent, de la même façon, un plus grand réali […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/renaissance/#i_10817

GU KAIZHI [KOU K'AI-TCHE] (344 env.-env. 406)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 2 050 mots

Dans le chapitre « L'œuvre »  : […] En son temps déjà, sa peinture valut à Gu Kaizhi une célébrité immense. Son génie s'imposa d'emblée au public de la capitale : dès l'âge de vingt ans, une fresque représentant Vimalakirti, qu'il exécuta dans un temple de Nankin, attira un prodigieux concours de foule. De son activité picturale, outre diverses autres fresques bouddhiques, les catalogues anciens ne mentionnent qu'une soixantaine de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gu-kaizhi-kou-k-ai-tche/#i_10817

GUO XI [KOUO HI] (1020 env.-env. 1100)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 1 342 mots

Après la phase contemplative et statique du paysage classique du x e  siècle, la peinture de Guo Xi amorce une conception dynamique et active de la composition picturale, dont la construction apparaît au spectateur non plus comme un équilibre immobile, mais comme un devenir en expansion illimitée. Le recours à des procédés que l'on pourrait presque qualifier d'illusionnistes, l'ivresse de la forme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guo-xi-kouo-hi/#i_10817

HUANG GONGWANG [HOUANG KONG-WANG] (1269-1354)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 2 044 mots

Huang Gongwang est l'aîné de ces « quatre maîtres de l'époque Yuan » (les trois autres étant Wu Zhen, Ni Zan et Wang Meng) qui donnèrent au paysage Yuan son visage spécifique et exercèrent une influence déterminante sur tout le développement de la peinture des lettrés aux époques Ming et Qing. On peut le considérer comme le représentant le plus puissant et le plus complet du groupe. Sa destinée n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/huang-gongwang-houang-kong-wang/#i_10817

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 364 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « Le yamato-e, peinture nationale »  : […] La japonisation du paysage s'est effectuée au cours du x e  siècle dans les paravents impériaux, œuvres de l' e-dokoro (atelier de peinture fondé au palais avant 868). Le style à la chinoise ou kara-e , dont le Senzui byōbu ( paravent aux Paysages ) du Tō-ji de Kyōto montre un exemple, présente des montagnes étagées creusées de profondes vallées où évoluent des personnages aux costumes Tang. Bie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-les-arts/#i_10817

JING HAO [KING HAO] & GUAN TONG [KOUAN T'ONG] (fin IXe-déb. Xe s.)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 772 mots

La période des Cinq Dynasties a marqué le premier grand épanouissement du paysage chinois : quelques artistes éminents, tout d'abord Jing Hao et son disciple Guan Tong au Nord, et ensuite Dong Yuan et son disciple Juran au Sud, opérèrent la synthèse des expériences Tang en matière de paysage et élaborèrent la formule majestueuse et classique qui devait servir ensuite de canevas fondamental aux pe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jing-et-guan/#i_10817

LÉONARD DE VINCI (1452-1519)

  • Écrit par 
  • André CHASTEL
  •  • 12 068 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La peinture »  : […] Au xix e  siècle, certains auteurs réunissaient hardiment une cinquantaine de tableaux qu'ils donnaient à Léonard ; personne aujourd'hui ne peut être affirmatif pour plus d'une quinzaine d'ouvrages. Il suffit d'un tableau récapitulatif pour établir que la plupart des tableaux de la période de jeunesse sont des récupérations, d'ailleurs souvent acceptables, du xix e  siècle, et que le nombre des o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leonard-de-vinci/#i_10817

LI CHENG [LI TCH'ENG] ET FAN KUAN [FAN K'OUAN] (Xe-XIe s.)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 2 206 mots

L'étude de Li Cheng, cette grande ombre insaisissable qui domine l'âge d'or du paysage chinois classique, est pour les historiens de la peinture chinoise la source des plus vives frustrations. Les auteurs anciens attestent unanimement de l'importance de son œuvre qui, avec celle de Guan Tong et de Fan Kuan, ouvrit la voie du paysage Song en lui donnant d'emblée sa plus haute et plus puissante exp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/li-fan/#i_10817

LI SIXUN [LI SSEU-HIUN] (651-716)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 1 068 mots

L'historiographie traditionnelle assigne à Li Sixun une place très importante dans le développement de la peinture chinoise : on considère qu'il fut le premier à ériger le paysage en genre véritablement autonome. Il faut observer toutefois que s'il a contribué de façon décisive à consacrer le paysage comme une discipline majeure, sa conception restait essentiellement celle d'un art de cour, empesé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/li-sixun-li-sseu-hiun/#i_10817

LI TANG (XIe-XIIe s.) ET MA YUAN (XIIe-XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 1 719 mots

Étudiés isolément dans leurs manifestations les plus caractéristiques, le paysage des Song du Nord et celui des Song du Sud paraissent aux antipodes l'un de l'autre. Le premier est monumental, équilibré, impassible et classique, il cherche à créer un monde complet, saisi dans sa permanence et son universalité ; le représentant par excellence de cet idéal est Fan Kuan. Le second est plus sentimenta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/li-ma/#i_10817

MARINE, genre pictural

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 890 mots
  •  • 1 média

La peinture de marine, en tant que genre indépendant, se définit lentement dans la peinture occidentale, plus tard que le paysage et bien après le portrait ou la nature morte. Elle se développe pourtant à la faveur de la même évolution — naissance du tableau de chevalet, intérêt progressif pour les thèmes profanes — à laquelle s'ajoutent des facteurs spécifiques, de caractères historique, social […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marine-genre-pictural/#i_10817

MI FU [MI FOU] (1051-1107)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 2 130 mots

Dans le chapitre « Une nouvelle conception de la peinture »  : […] Dans sa peinture, Mi Fu renoue donc avec Dong Yuan et Juran, consacrant ainsi de façon définitive leur leçon qui était tombée un moment en déshérence. Mais il réinterprète leur art de manière très personnelle, en le simplifiant et en l'allégeant ; pour lui, en effet, il s'agit d'éliminer de la peinture les éléments spécialisés de « métier » pour la transformer en une pure écriture : il réduit la p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mi-fu-mi-fou/#i_10817

NI ZAN [NI TSAN] (1301-1374)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 1 508 mots

Dans le chapitre « Un art inimitable »  : […] La peinture de Ni Zan, pâle et austère, simple et distante, semble vraiment à l'image de son âme. Il s'était pénétré des leçons des grands paysagistes du x e siècle, Dong Yuan avant tout, le maître du paysage méridional dont s'était réclamée l'école lettrée depuis Mi Fu, et que Zhao Mengfu avait à nouveau proposé comme modèle dès le début de l'époque Yuan ; mais il a également étudié Jing Hao, G […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ni-zan-ni-tsan/#i_10817

PAYSAGE, peinture

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI
  •  • 6 547 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Histoire du paysage pictural »  : […] L'origine du paysage (origine permanente dans la mesure où le phénomène s'est répété plusieurs fois) se trouve dans le développement et la coordination naturaliste d'éléments symboliques suggérant une ambiance, c'est-à-dire dans la présentation d'une architecture ou d'une partie d'architecture (une porte, une chambre), des arbres, des jardins, exceptionnellement des fleuves, des montagnes, le tout […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paysage-peinture/#i_10817

PEINTURE - Les catégories

  • Écrit par 
  • Antoine SCHNAPPER
  •  • 4 716 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La distinction des genres »  : […] On sait, notamment par Pline ( Histoire naturelle , livre XXXV), que la distinction des genres était connue dans l' Antiquité. Il remarque qu'un certain Piraïkos, qui vivait, semble-t-il, vers la fin du iv e  siècle et était spécialisé dans la représentation de « boutiques de barbiers et de cordonniers, des ânes, des provisions de cuisine et autres choses semblables », vendait ses tableaux plus ch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-les-categories/#i_10817

PÉRUGIN (1448-1523)

  • Écrit par 
  • Noëlle de LA BLANCHARDIÈRE
  •  • 1 276 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Peintre ombrien ou peintre de l'Ombrie ? »  : […] Pérugin est né en Ombrie à Città della Pieve. Pérouse, la capitale, lui donne le surnom sous lequel il est connu. C'est là qu'il a son premier atelier ; il peint pour les nobles et les marchands de la ville, pour les moines de Saint-Pierre et ceux de Saint-Augustin ; les magistrats le chargent de la décoration du Collegio del cambio ; les dernières années de sa vie s'écoulent dans sa petite patrie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perugin/#i_10817

QIAN XUAN [TS'IEN SIUAN] (1235 env.-1301)

  • Écrit par 
  • Caroline GYSS
  •  • 1 378 mots

Dans le chapitre « Un peintre à la charnière de deux époques »  : […] Qian Xuan (env. 1235 - après 1301), souvent mentionné sous son prénom officiel Shunju, est originaire du Zhejiang. Il reçut une formation classique couronnée dans les années 1260 par sa réussite au concours de jinshi , sorte de doctorat. Vivant à Wuxing (Jiangsu) après la chute de la dynastie Song du Sud (1127-1279), il devint, avec son ami Zhao Mengfu, membre d'un groupe de lettrés distingués dè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/qian-xuan-ts-ien-siuan/#i_10817

SHEN ZHOU [CHEN TCHEOU] (1427-1509)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 1 454 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Imitation et création »  : […] La plus grande partie de sa jeunesse fut sans doute consacrée aux études littéraires (Shen Zhou est un excellent poète) ; sa formation de peintre, lente et approfondie, fut peut-être plus tardive (la plus ancienne œuvre datée que nous connaissions de lui fut peinte à l'âge de trente-sept ans). Initié à la peinture par son père et par son oncle, il étudia d'abord les œuvres des Anciens (Tang, Cinq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shen-zhou-chen-tcheou/#i_10817

SHŪBUN TENSHŌ (XVe s.)

  • Écrit par 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  •  • 1 270 mots

Dans le chapitre « Les shigajiku »  : […] L'art académique des Song du Sud apparut alors à Kyōto avec les paysages monochromes de Li Tang, Ma Yuan et Xia Gui. Les moines-peintres s'étaient accoutumés à la technique du lavis ( suiboku ), en imitant les images pieuses venues de Chine, mais ils eurent quelque difficulté à rendre l'impression de profondeur par l'agencement d'une succession de plans et par l'emploi des valeurs aériennes. En c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shubun-tensho/#i_10817

SIENNOISE ÉCOLE

  • Écrit par 
  • Enzo CARLI
  •  • 4 016 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Ambrogio Lorenzetti »  : […] La première œuvre qui subsiste d'Ambrogio Lorenzetti est la Vierge datée de 1319 et autrefois à Vico l'Abate, près de Florence ; on n'y trouve pas de réminiscence de Duccio, mais l'influence de Giotto, qui n'aboutit pas tant à exalter, comme chez Pietro, la plastique moyennant des effets de contraste par le clair-obscur qu'à définir la structuration de l'image par la vigoureuse scansion des conto […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-siennoise/#i_10817

WANG MENG (1308 env.-1385)

  • Écrit par 
  • Caroline GYSS
  •  • 1 500 mots

Dans le chapitre « Wang Meng, héritier du style Dong-Ju et de Zhao Mengfu »  : […] Les textes traditionnels s'accordent pour situer Wang Meng, ainsi que les trois autres « grands maîtres Yuan », dans la lignée des grands paysagistes méridionaux du x e  siècle : Dong Yuan et son élève, Juran. Les œuvres les plus anciennes de Wang Meng attestent en effet cette dette, ainsi que celle qu'il garde envers son célèbre aïeul, Zhao Mengfu. Parmi les compositions datées de Wang Meng, les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wang-meng-1308-env-1385/#i_10817

WANG WEI (699 env.-env. 759)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Ching-lang HOU
  •  • 1 817 mots

Dans le chapitre « Toute peinture est poésie »  : […] Au viii e  siècle, au moment où la peinture chinoise de personnages et d'animaux atteint son apogée, le paysage commence à prendre son essor. Wang Wei, qui fut apprécié par ses contemporains pour sa poésie et ses talents de musicien, dut attendre plusieurs siècles pour être reconnu comme un des plus grands peintres chinois ; on lui décerna alors le titre de « Patriarche des paysagistes de l'école […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wang-wei-699-env-env-759/#i_10817

WU ZHEN [WOU TCHEN] (1280-1354)

  • Écrit par 
  • Caroline GYSS
  •  • 1 488 mots

Dans le chapitre « Le peintre de paysage »  : […] La peinture des Cinq Dynasties (907-960) et des Song du Nord (960-1127) eut, à travers les styles Dong-Ju et Li-Guo, une influence essentielle sur le renouvellement et la synthèse artistique de la période Yuan. Loin de pratiquer exclusivement l'un ou l'autre style comme on l'a cru souvent, les artistes Yuan eurent recours aux motifs hérités de différents styles anciens pour élaborer leur vocabula […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wu-zhen-wou-tchen/#i_10817

XIA GUI [HIA KOUEI] (actif vers 1190-1225)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 1 443 mots

Dans le chapitre « Hangzhou et l'Académie des Song du Sud »  : […] Son activité s'exerça dans un milieu de rêve, à une époque paradoxale. Milieu de rêve : Hangzhou avec ses collines et son lac, ville fastueuse qui unissait tous les raffinements de la vie urbaine aux charmes d'un site exquis. Époque paradoxale, où l'humiliation nationale se doublait d'une prospérité sans précédent, où l'impuissance politique s'accompagnait d'un superbe épanouissement culturel. Sou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/xia-gui-hia-kouei/#i_10817

ZHAO MENGFU [TCHAO MONG-FOU] (1254-1322)

  • Écrit par 
  • Caroline GYSS
  •  • 1 470 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le fondateur du paysage Yuan »  : […] C'est dans le paysage que la contribution de Zhao sera la plus éclatante. Il poursuit d'abord une recherche archaïsante analogue à celle de Qian Xuan, dont témoigne le Paysage intérieur de Xie Youyu (C. C. Wang, New York), inspiré de l'art des Six dynasties et des styles linéaire et « Vert et Bleu » Tang. Trois compositions postérieures au voyage en Chine du Nord illustrent une évolution profonde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zhao-mengfu-tchao-mong-fou/#i_10817