RICŒUR PAUL (1913-2005)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Un cogito militant et blessé »

L'autobiographie montre l'importance de la triple rupture instauratrice qui commande toute la pensée de l'auteur. C'est à l'école de Roland Dalbiez que cet « esprit curieux et inquiet » avait appris à résister à la prétention à l'immédiateté, à l'adéquation et à l'apodicticité, porteuse de caractères d'universalité et de nécessité absolues, qui marquent le cogito cartésien et le « Je pense » kantien. Encore fallait-il transformer ce réflexe en position philosophique réfléchie, en montrant pourquoi l'immédiateté doit laisser la place à la médiation, en quel sens l'adéquation, qui a sa source dans le jugement, peut être dépassée sans remettre en cause l'idée de vérité, comment enfin l'apodicticité du savoir philosophique peut faire droit à l'expérience du soupçon et inclure le moment de l'attestation.

Ce triple déplacement implique une idée déterminée du cogito que Ricœur définit comme un « cogito militant et blessé ». La conjonction de ces épithètes, qui font rarement bon ménage, ne va pas sans un certain nombre de tensions, à commencer par la tension de la critique et de la conviction, dont un livre d'entretiens, publié à la suite de l'autobiographie, révèle les enjeux.

Bien des aspects de la pensée de Ricœur se laissent comprendre à la lumière de la figure géométrique de l'ellipse à double foyer. Ses pôles furent successivement occupés par différents noms propres : Gabriel Marcel et Edmund Husserl, puis Karl Jaspers, « interlocuteur muet » mais d'autant plus efficace. Le regard rétrospectif sur l'œuvre y découvre une confrontation incessante qui n'élude aucune question critique, comme le montre encore le débat avec Jean-Pierre Changeux au sujet des neurosciences et de l'éthique (La nature et la règle, 1998). Cette ellipse implique un double renoncement : renoncer à construire un système philosophique, en particulier sous la forme hégélienne de la médiation parfaite ; renoncer à une philosophie qui se voudrait libre de toute présupposition. « Qui n'a pas d'abord de sources n'a pas ensuite d'autonomie » : toute l'œuvre ultérieure fait écho à cette conviction du jeune Ricœur dont sa philosophie herméneutique élabore la théorie.

En quel sens peut-on parler d'un « cogito militant », alors que dans sa forme extérieure, l'écriture philosophique de l'auteur ne relève pas du genre littéraire du pamphlet, de la diatribe ou de la « philosophie engagée », telle qu'on l'entend habituellement ? Évoquer le compagnonnage d'Emmanuel Mounier et du mouvement Esprit est certes important, mais insuffisant. Ricœur n'a jamais cessé de militer en faveur d'une idée de la philosophie qui refuse de se couper des débats scientifiques et qui s'intéresse passionnément aux problèmes de la cité et au fonctionnement des institutions politiques, universitaires et juridiques (Histoire et vérité, 1994).

Qu'est-ce qu'un « cogito blessé ? ». Pour découvrir le sens de cette formule, il faut revenir au vaste chantier d'une philosophie de la volonté, telle qu'elle se met en place en 1949 avec Le volontaire et l'involontaire. La description phénoménologique de la sphère du volontaire – allant du projet, du motif, et de la motion au consentement à l'involontaire absolu qui revêt le triple visage du caractère, de la vie et de l'inconscient – se combine avec la dialectique de la maîtrise et du consentement, apprise à l'école de Gabriel Marcel.

Dans sa réflexion sur son itinéraire, Ricœur découvre l'amorce d'une éthique implicite et inexplorée qui ne prendra forme que bien plus tard. La philosophie de la volonté dut d'abord se donner un soubassement ontologique et anthropologique avec les notions de disproportion et de faillibilité. C'est pourquoi elle problématisait les trois thèmes de la fragilité (anthropologie), de la vulnérabilité (mal moral) et de la disproportion (ontologie) qui correspondent à trois zones constitutives de faillibilité. Ces zones sont autant d'indices de médiation imparfaite entre finitude et infinitude : l'imagination au carrefour du perspectivisme de la perception et de la visée infinie du verbe ; le respect à l'intersection de la finitude du caractère et de la visée infinie du bonheur ; enfin, l'affectivité, qui scinde le cœur humain en une intimité presque ineffable du vécu et une amplitude ontologique des affects qui nous font entrer en résonance avec l'univers entier.

La promesse de développer, à la suite de Jaspers, une philosophie de la transcendance qui soit en même temps une poétique de la volonté engagée n'a pas été tenue. Progressivement, la pensée de Ricœur s'est transformée en une « philosophie sans absolu ». Dans les derniers écrits, elle se présente comme une sorte d'« agnosticisme » qui confie à l'écoute d'une autre parole que celle du concept philosophique le discours sur l'absolu, la transcendance ou le Divin. L'effacement de plus en plus accentué d'une notion de transcendance qui aurait pu donner naissance à une philosophie de la religion est compensé (peut-être même « surcompensé ») par la place accordée à la fonction poétique, cernée à travers la double analyse de l'innovation sémantique, qui caractérise la métaphore vive, puis, au plan du récit, de la mise en intrigue narrative. Tout se passe comme si la nature fondamentalement aporétique de la philosophie avait besoin de s'ouvrir de plus en plus aux ressources d'une poétique.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : docteur en philosophie, professeur émérite de la faculté de philosophie de l'Institut catholique de Paris, titulaire de la chaire "Romano Guardini" à l'université Humboldt de Berlin (2009-2012)

Classification

Autres références

«  RICOEUR PAUL (1913-2005)  » est également traité dans :

LA MÉMOIRE, L'HISTOIRE, L'OUBLI (P. Ricœur)

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 989 mots

Dans le prolongement de Soi-même comme un autre (1990) le livre de Paul Ricœur La Mémoire, l'histoire, l'oubli (Seuil, Paris, 2000) vient couronner une œuvre commencée en 1950 sous le signe d'une philosophie de la volonté. Cette immense enquête, qui se déploie à travers une patiente description phénoménologique de […] Lire la suite

TEMPS ET RÉCIT, Paul Ricœur - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 882 mots

Temps et Récit (1983-1985) est une monumentale enquête consacrée à la théorie littéraire par le philosophe Paul Ricœur (1913-2005), l'un des introducteurs de la phénoménologie en France, et surtout le promoteur d'une herméneutique. Elle a été conçue en parallèle à La […] Lire la suite

APORIE

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 803 mots

Terme appartenant à la philosophie grecque de l'Antiquité ; c'est la transcription littérale de aporia , dont le sens propre est « impasse », « sans issue », « embarras ». En philosophie, on peut lui donner un sens faible, comme le fait Aristote en insistant sur l'aspect de difficulté à résoudre, notamment lorsqu'il s'agit de la « mise en présence de deux opinions contraires et également raisonnée […] Lire la suite

ÉVÉNEMENT, histoire

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 1 372 mots

Dans le chapitre « Résurrection ? »  : […] Cependant, les héritiers de l'histoire des Annales vont redécouvrir l'événement objet d'histoire à partir de leur intérêt pour les structures de la société. Par sa capacité à refléter la totalité d'un système social, l'événement devient un symptôme révélateur ; sous son apparence exceptionnelle, l'historien va chercher la structure du corps social ou « l'ordinaire de la vie ». Ainsi l'événement […] Lire la suite

HERMÉNEUTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 3 286 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « « Expliquer plus, c'est comprendre mieux » (P. Ricœur) »  : […] Longtemps considérée comme une spécialité exclusivement allemande, l'herméneutique s'acclimate en France grâce aux travaux de Paul Ricœur (1913-2005). À partir de la Symbolique du mal (1960) et jusque dans ses derniers écrits, celui-ci défend une conception originale de l'herméneutique qui oppose à l'ontologie de la compréhension de Heidegger une approche plus indirecte. Pour lui, toute appropr […] Lire la suite

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Sources et méthodes de l'histoire

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 6 221 mots
  •  • 6 médias

Pour comprendre les pratiques des historiens, deux notions clés s'avèrent indispensables. La première, les sources, appartient en propre aux professionnels de l'histoire ; la seconde, la méthode, est la clé de toutes les démarches de l'esprit. Si faire de l'histoire consiste avant tout à rechercher et à critiquer les traces du passé que l'historien constitue en documents, il existe un lien indisso […] Lire la suite

ALTÉRITÉ, philosophie

  • Écrit par 
  • Sylvie COURTINE-DENAMY
  •  • 5 373 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Paul Ricœur : une dialectique du soi et de l'autre »  : […] La construction d'une dialectique unilatérale du Même et de l'Autre s'avérant impossible, aussi bien avec Husserl qui dérive l' alter ego de l' ego , qu'avec Levinas pour qui c'est l'Autre qui assigne le moi à sa responsabilité, Paul Ricœur va alors tenter d'opposer une troisième modalité de l'altérité : « l'être-enjoint en tant que structure de l'ipséité », telle qu'elle puisse se concilier avec […] Lire la suite

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 536 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'herméneutique méthodique »  : […] Certains, opposant à l'œuvre de Gadamer celle de E. Betti ( Teoria generale della interpretatione , 1955 ; Die Hermeneutik als gemeine Methodik der Geisteswissenschaften , 1952), dans lequel ils voient le véritable héritier de Dilthey, développent l'herméneutique dans le sens d'une logique de la preuve ; ainsi E. Hirsch ( Validity in Interpretation , 1969), s'appuyant d'abord sur les Recherches l […] Lire la suite

LE BUISSON ARDENT ET LES LUMIÈRES DE LA RAISON (J. Greisch)

  • Écrit par 
  • Michaël FOESSEL
  •  • 997 mots

La philosophie de la religion a mauvaise presse. Remise en question par la théologie au nom de la distance qu'elle prend avec son objet, elle est soupçonnée par la science religieuse et, plus généralement, les sciences humaines, d'une trop grande proximité avec la foi. C'est sans doute ce qui explique le relatif abandon d'une telle approche au cours de ces dernières décennies du xx e siècle, et c […] Lire la suite

LINGUISTIC TURN, histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 1 841 mots

Dans le chapitre «  L'histoire comme activité purement rhétorique ? »  : […] Le linguistic turn sépare radicalement texte et réalité et considère le langage comme un système fermé et autosuffisant de signes dont le sens est gouverné par leurs relations réciproques, impersonnelles et échappant au contrôle des acteurs sociaux, réduisant ainsi le monde social aux seuls principes qui commandent les discours. Dans ce remue-ménage tonitruant, les travaux de l'historien américai […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean GREISCH, « RICŒUR PAUL - (1913-2005) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-ricoeur/