VICTOR PAUL-ÉMILE (1907-1995)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une vie après les pôles

Au début des années 1960, la vie personnelle de P.E.V., qui se remarie en 1965 avec Colette Faure, se réorganise. Bien qu'il ne dirige plus d'expéditions sur le terrain, il reste très actif dans le domaine polaire : direction des E.P.F., poursuite de l'E.G.I.G., séjours fréquents en terre Adélie – où les recherches scientifiques s'intensifient dans la base Dumont d'Urville rénovée –, publication de nombreux ouvrages autobiographiques et de vulgarisation. P.E.V. investit dans l'écologie la légitimité scientifique et la notoriété qu'il a acquises dans le domaine polaire. Devenant un des pionniers de sa diffusion en France, Victor conçoit l'écologie comme une science au service de l'homme. Homme d'action, son engagement est avant tout pratique : travaux de la Commission des loisirs et des sports de plein air, campagnes d'information sur l'eau ou les forêts par le Groupe Paul-Émile Victor pour la défense de l'homme et de son environnement, créé en 1974 avec notamment Alain Bombard, Jacques-Yves Cousteau, Haroun Tazieff, Louis Leprince-Ringuet.

C'est en vieux sage que P.E.V. termine sa vie en polynésie, à Bora Bora, où il s'installe en 1976. Dessinant et peignant beaucoup, écrivant toujours, il n'est pas retiré du monde. La redécouverte de ses notes ethnographiques prises de 1934 à 1937, et leur publication sous le titre La Civilisation du phoque (publié en 1989) lui apportent la reconnaissance scientifique attendue depuis si longtemps. Couvert d'honneurs, P.E.V. meurt en mars 1995 à Bora Bora. En 2000, l'Institut français pour la recherche et les technologies polaires, successeur logistique des E.P.F. depuis 1992, devient l'Institut polaire français Paul-Émile Victor, hommage mérité à l'homme dont l'action a permis l'institutionnalisation de la recherche scientifique française dans les régions polaires.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  VICTOR PAUL-ÉMILE (1907-1995)  » est également traité dans :

CAUNES GEORGES DE (1919-2004)

  • Écrit par 
  • Maryse RAMAMBASON
  •  • 786 mots

Né le 26 avril 1919 à Toulouse, licencié en droit de la faculté de Toulouse, Georges de Caunes entame sa carrière de journaliste à la Radiodiffusion française dès la naissance de celle-ci en 1944. Pionnier de la télévision, il participe à la création du journal télévisé, alors unique et en est le présentateur durant trois ans, de 1963 à 1966. Sa liberté de ton – tel cet enchaînement après un suje […] Lire la suite

GESSAIN ROBERT (1907-1986)

  • Écrit par 
  • Joëlle ROBERT-LAMBLIN
  •  • 1 003 mots

Professeur au Muséum national d'histoire naturelle, ancien directeur du musée de l'Homme, Robert Gessain était à la fois médecin, ethnologue, psychanalyste et explorateur. Ces multiples appartenances ont contribué à la richesse et à l'originalité toute particulière de sa vie et de son œuvre. Né à Clermont-Ferrand, fils de magistrat, il fit ses études de médecine à la faculté de Paris d'où il sorti […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Thierry FOURNIER, « VICTOR PAUL-ÉMILE - (1907-1995) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-emile-victor/