PATRONYME

ÉPIGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Raymond BLOCH, 
  • Jean POUILLOUX
  • , Universalis
  •  • 7 220 mots

Dans le chapitre « Données générales »  : […] Dans les inscriptions de Rome, le simple particulier apparaît avec son nom, le magistrat avec ses titres, l'empereur avec les dénominations dont il est seul à bénéficier. Parmi les qualités que suppose l'étude épigraphique figurent donc la familiarité avec les noms romains, leur formation et leurs caractères, la connaissance de l'administration romaine et de ses rouages, celle enfin des différents […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epigraphie/#i_16438

FILIATION, droit

  • Écrit par 
  • Françoise DEKEUWER-DÉFOSSEZ
  •  • 10 712 mots

Dans le chapitre « L'attribution du nom par filiation »  : […] Le nom porté par chaque individu est celui qui lui a été transmis par ses parents, et en principe par son père, comme l'exprime le vocable de « nom patronymique », que la loi du 4 mars 2002 a décidé de remplacer par « nom de famille ». Pour les enfants légitimes, et jusqu'à la loi du 4 mars 2002, la transmission du nom du père n'était inscrite dans aucun texte, même si elle était absolument indéro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/filiation-droit/#i_16438

LIGNAGE

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET
  •  • 2 483 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le lignage du Moyen Âge »  : […] À la différence des gentes romaines qui établissaient la primauté absolue de la filiation en ligne masculine, l'Occident médiéval donnait à la parenté « un caractère nettement bifide », selon l'expression de Marc Bloch. La structure du lignage incluait aussi bien les parents « du côté de l'épée », que les parents « du côté de la quenouille ». L'existence d'un tel lignage ap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lignage/#i_16438

MARQUE, droit

  • Écrit par 
  • Francine WAGNER
  •  • 11 823 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les marques nominales »  : […] Pour ce qui est des marques nominales, les mots d'usage courant, les mots étrangers et les assemblages de mots peuvent constituer des marques. Toutefois, il peut arriver qu'un mot d'usage courant ne puisse être déposé comme marque lorsqu'il est devenu usuel dans le langage courant ou dans les habitudes loyales et constantes du commerce. Cette hypothèse est relativement proche des problèmes posés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marque-droit/#i_16438

SURNOM

  • Écrit par 
  • François BURDEAU
  •  • 532 mots

À la différence du pseudonyme, le surnom ne résulte pas d'un choix personnel aux fins de dissimuler sa véritable identité au public, mais se trouve assigné à un individu par des tiers pour venir s'adjoindre ou se substituer au nom patronymique. À l'époque de la République romaine, l'identité du citoyen comprenait, outre le prénom et le nom gentilice, un surnom ( cognomen ) qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surnom/#i_16438

TOTEM ET TOTÉMISME

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET
  •  • 4 474 mots

Dans le chapitre « Classification et identification »  : […] Classer, tenter de mettre de l'ordre dans le chaos des phénomènes observables, essayer de placer l'homme au sein du monde, lui concevoir une existence en regard de ce qui vit en dehors de lui, plantes et animaux, enfin représenter la diversité des groupes sociaux et celle des individus et faire en sorte que l'ensemble de ces relations soit logique et cohérent, c'est bien évidemment la tâche de l'e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/totem-et-totemisme/#i_16438