e siècle"/ >

PATRIMOINE PORTUAIRE EN EUROPE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Port de Hambourg

Port de Hambourg
Crédits : I. Pompe/ LOOK/ Getty

photographie

Port de Monte-Carlo

Port de Monte-Carlo
Crédits : Education Images/ UIG/ Getty Images

photographie

Clippers

Clippers
Crédits : London Stereoscopic Company/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie


Quelques exemples

Marseille

La vérité oblige à reconnaître que le patrimoine industriel et technique des grands ports nés de la révolution industrielle n'a rien à envier à celui des usines classiques quant à l'indifférence au milieu de laquelle il s'est bien souvent trouvé englouti et anéanti. En Amérique du Nord les grands ports historiques de Baltimore ou de Boston ont su préserver des éléments authentiques au milieu d'opérations d'urbanisme tournant résolument le dos au passé – et, au Canada, Montréal paraît brusquement se repentir des destructions engagées depuis des décennies dans la partie historique de son port.

En France, c'est le patrimoine du port de Marseille qui cristallise les inquiétudes des « préservationnistes » attachés à la sauvegarde des éléments les plus significatifs de chaque type d'activité ou de chaque étape dans la brève histoire de l'industrialisation. En effet c'est ici que le second Empire, servi par les ingénieurs à la fois les plus qualifiés et les plus visionnaires de leur temps, a implanté le modèle britannique du port moderne ; et c'est ici, plus que sur sa façade atlantique, que la France s'est ouverte sur le monde à la faveur d'une expansion coloniale à son apogée. C'est ici, enfin, que la « mutation irréversible » s'est accomplie de la façon la plus dramatique quand la désintégration du système des échanges coloniaux s'est doublée de la révolution technique du transport maritime (le passage aux conteneurs) et de l'émigration hors de Marseille de tous les trafics lourds spécialisés, en direction de Berre et de Fos. Or, paradoxalement, la reconversion s'est faite à Marseille particulièrement menaçante pour le patrimoine du xixe siècle. Le projet fondamental de faire place nette et de récupérer les surfaces « ramenées à zéro » en vue d'un re-développement axé sur une intensification du trafic passagers et notamment des ferries longue distance a d'ores et déjà gagné la partie. Heureusement, un fort symbole architectural a été préservé et réhabilité : celui que constitue le grand entrepôt de la C [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : directeur d'études honoraire à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  PATRIMOINE PORTUAIRE EN EUROPE  » est également traité dans :

PATRIMOINE INDUSTRIEL EN SCANDINAVIE

  • Écrit par 
  • Louis BERGERON
  •  • 3 014 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le patrimoine des moyens de transport »  : […] Une des originalités archéologiques du Danemark est d'avoir protégé une quarantaine de gares, à la suite d'un inventaire mené par les chemins de fer eux-mêmes, inventaire dont à vrai dire les critères sont essentiellement stylistiques. Mais, bien sûr, l'originalité physique des trois pays passés ici en revue est d'être des pays de côtes, de fjords et d'îles : l'unité des communications y dépend d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/patrimoine-industriel-en-scandinavie/#i_32033

Voir aussi

Pour citer l’article

Louis BERGERON, « PATRIMOINE PORTUAIRE EN EUROPE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/patrimoine-portuaire-en-europe/