PATRIMOINE INDUSTRIEL (France)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Vue en perspective de la ville de Chaux, C. N. Ledoux

Vue en perspective de la ville de Chaux, C. N. Ledoux
Crédits : AKG

photographie

Pavillon central du Familistère de Guise (Aisne)

Pavillon central du Familistère de Guise (Aisne)
Crédits : Françoise Weyl

photographie

Cour intérieure du pavillon central du Familistère de Guise (Aisne)

Cour intérieure du pavillon central du Familistère de Guise (Aisne)
Crédits : Françoise Weyl

photographie

Haut-fourneau U4 à Uckange, Lorraine

Haut-fourneau U4 à Uckange, Lorraine
Crédits : D.R.

photographie


Des palais industriels privés

Par la suite, à l'instar des rois, certains capitaines d'industrie conçoivent leurs bâtiments industriels comme des œuvres architecturales. Si l'industrie qu'ils hébergeaient a le plus souvent disparu ou bien migré dans des structures plus modernes et opérationnelles, les bâtiments abandonnés demeurent en raison de la majesté et de la qualité de leur construction qui les rend propres à un usage résidentiel, quand ils ne sont pas reconvertis en locaux administratifs ou scolaires. Cependant, comme pour les manufactures d'État, on trouvera dans cette catégorie des industries qui ont tenu à construire leur développement économique en respectant les lieux où elles avaient pris leur essor.

En 1776, le naturaliste Buffon fait construire sur ses terres près de Montbard (Bourgogne) une grande et majestueuse forge, qui comptera jusqu'à 400 ouvriers, pour lesquels des logements sont réalisés. Grâce à ses relations ministérielles, il fait établir des droits sur les fers étrangers, qui favorisent ceux fabriqués en Bourgogne. Buffon, maître de forges, est un digne précurseur des Wendel et des Schneider du xixe siècle. Cet ensemble architectural régional est ouvert à la visite par l'actuelle propriétaire, descendante des derniers ingénieurs sidérurgistes venus s'installer en 1860 à Buffon, les Guenin.

Le xixe siècle va favoriser l'éclosion de sites industriels où des employeurs paternalistes veilleront sur leurs employés à tous les stades de la vie. L'empire industriel du Creusot en Bourgogne est ainsi fondé en 1836, lorsque les frères Schneider rachètent les forges et fonderies royales de Mont-Cenis, fondées en 1782, puis le château de la Verrerie, ex-manufacture des cristaux de la Reine. Au début du xxe siècle, 15 000 ouvriers travaillent sur le site, fabriquant du fer, de l'acier, des locomotives, des canons. Aujourd'hui, les restructurations industrielles ont modifié le visage du site, transformé en un vaste écomusée qui se développe sur plusieurs communes dont le château de la Verrerie est le siège. Malgré [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages




Écrit par :

  • : professeur associé à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense
  • : élève architecte à l'École nationale supérieure d'architecture de Versailles

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Bruno CHANETZ, Laurent CHANETZ, « PATRIMOINE INDUSTRIEL (France) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/patrimoine-industriel-france/