PATRIMOINE INDUSTRIEL (France)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Vue en perspective de la ville de Chaux, C. N. Ledoux

Vue en perspective de la ville de Chaux, C. N. Ledoux
Crédits : AKG

photographie

Pavillon central du Familistère de Guise (Aisne)

Pavillon central du Familistère de Guise (Aisne)
Crédits : Françoise Weyl

photographie

Cour intérieure du pavillon central du Familistère de Guise (Aisne)

Cour intérieure du pavillon central du Familistère de Guise (Aisne)
Crédits : Françoise Weyl

photographie

Haut-fourneau U4 à Uckange, Lorraine

Haut-fourneau U4 à Uckange, Lorraine
Crédits : D.R.

photographie


Les manufactures d'État

Tant dans le domaine civil que militaire, la monarchie absolue va en effet doter la France de bâtiments industriels prestigieux, dont l'architecture empruntée aux palais des princes magnifie le pouvoir royal. Aux xviie et xviiie siècles, la France se couvre ainsi d'un blanc manteau de manufactures et d'arsenaux, propageant jusqu'aux confins du royaume la gloire de la dynastie qui en avait ordonné l'exécution. Les gouvernements du xixe siècle poursuivront à leur tour cette politique. Ces manufactures d'État vont constituer des lieux privilégiés de conservation du patrimoine industriel. Celles des Gobelins à Paris ou de Sèvres sont les fleurons d'une industrie encore à l'abri des contraintes économiques. En les maintenant hors du secteur concurrentiel, le régime d'exception dont elles bénéficient leur permet de sauvegarder leurs savoir-faire traditionnels tout en innovant. Pour les industries qui ont cessé leurs activités, l'importance du site architectural a parfois permis de préserver les bâtiments d'une destruction totale.

Les Salines royales d'Arc-et-Senans (Doubs) fournissent l'exemple le plus accompli de cette architecture de grande ampleur. Ces salines sont exploitées dès le ve siècle pour la transformation des saumures et l'extraction du sel. Au xviiie siècle, la Ferme Générale, consortium privé qui faisait l'avance des impôts au roi et percevait ensuite la gabelle en son nom, fait édifier entre 1774 et 1779 par Claude Nicolas Ledoux un ensemble de onze bâtiments en arc de cercle décrivant la course du soleil. Cet ensemble prestigieux, œuvre d'un architecte visionnaire et conçu pour permettre une organisation rationnelle et hiérarchisée du travail, est aussi le reflet de préoccupations industrielles, le mode de distribution par pavillons convenablement séparés ayant par exemple pour but d'éviter la propagation d'éventuels incendies. L'édifice, qui abrite un mu [...]

Vue en perspective de la ville de Chaux, C. N. Ledoux

Vue en perspective de la ville de Chaux, C. N. Ledoux

Photographie

«Vue en perspective de la ville de Chaux», 1804. La ville idéale selon Claude Nicolas Ledoux a été construite de 1774 à 1779 autour d'un noyau industriel formé par la Saline royale d'Arc-et-Senans. Gravure sur cuivre. 

Crédits : AKG

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages


Écrit par :

  • : professeur associé à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense
  • : élève architecte à l'École nationale supérieure d'architecture de Versailles

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Bruno CHANETZ, Laurent CHANETZ, « PATRIMOINE INDUSTRIEL (France) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/patrimoine-industriel-france/