PATRIMOINE INDUSTRIEL (France)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des industries de tradition

Pays de vieille industrie, la France est riche des vestiges de ses activités traditionnelles aux limites de l'artisanat, comme les papeteries, parfumeries, tissages, verreries, taillanderies et distilleries. Ce patrimoine proto-industriel est encore bien représenté. Les industries artisanales employaient et emploient toujours peu de personnes, car la production est minime, les produits fabriqués étant réalisés manuellement ou avec des moyens rudimentaires. De ce fait, les structures architecturales qui les abritent sont souvent de taille modeste. Le développement du tourisme et l'attrait pour les productions traditionnelles ont permis de sauvegarder quelques-unes de ces petites industries artisanales en pérennisant une activité économique au sein de structures surannées. D'autres bâtiments délaissés par l'industrie doivent leur survie à leurs qualités architecturales, tels les moulins, ou à leur reconversion, le plus souvent en musée. Tous témoignent de la vitalité de la France proto-industrielle.

La culture technique de la France est encore peu développée au xive siècle. D'innombrables techniques employées jusqu'alors provenaient de l'Orient méditerranéen en transitant par l'Italie, alors pays précurseur de l'industrie en Europe. Ainsi, c'est d'Italie que vient la technique du moulin à papier, le premier ayant été implanté à Carpentras lorsque les souverains pontifes se transférèrent en Avignon. Au xve siècle, Vallis Clausa devient le centre de papeterie le plus important de Provence. Le moulin de Vallis Clausa continue de fabriquer du papier à l'ancienne dans ce site où la résurgence de la Sorgue attire de nombreux touristes. C'est la même activité, la fabrication de papier pur chiffon, qui fait vivre le moulin Richard-de-Bas en Auvergne (xve siècle), qualifié de « premier musée vivant de France » avec la fabrication journalière de 200 feuilles de papier. La force des moulins à e [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Médias de l’article

Vue en perspective de la ville de Chaux, C. N. Ledoux

Vue en perspective de la ville de Chaux, C. N. Ledoux
Crédits : AKG

photographie

Pavillon central du Familistère de Guise (Aisne)

Pavillon central du Familistère de Guise (Aisne)
Crédits : Françoise Weyl

photographie

Cour intérieure du pavillon central du Familistère de Guise (Aisne)

Cour intérieure du pavillon central du Familistère de Guise (Aisne)
Crédits : Françoise Weyl

photographie

Haut-fourneau U4 à Uckange, Lorraine

Haut-fourneau U4 à Uckange, Lorraine
Crédits : D.R.

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : élève architecte à l'École nationale supérieure d'architecture de Versailles
  • : professeur associé à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

25-28 novembre 1991 France. Changement de mains pour Le Printemps et Perrier

Le 25, François Pinault annonce que son groupe prend le contrôle de 40,6 p. 100 du capital du Printemps S.A., détenu depuis vingt ans par les familles suisses Maus et Nordmann qui connaissent des difficultés financières aux États-Unis avec leur filiale Bergner. L'homme d'affaires breton complétera cette opération, d'un coût de 3,3 milliards de francs […] Lire la suite

Pour citer l’article

Laurent CHANETZ, Bruno CHANETZ, « PATRIMOINE INDUSTRIEL (France) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/patrimoine-industriel-france/