PATRIMOINE INDUSTRIEL EN AMÉRIQUE LATINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Justus Liebig

Justus Liebig
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Mine de Pachuca

Mine de Pachuca
Crédits : Hulton Getty

photographie


Le domaine hispano-portugais

L'héritage colonial

Une économie de plantation

L'industrialisation latino-américaine trouve ses racines aux premiers temps de la colonisation du Nouveau Monde. Les premiers foyers en ont été le Brésil, d'une part, et les plateaux et chaînes de montagnes qui s'étirent du Mexique aux régions andines, de l'autre.

Par le Brésil est entrée la canne à sucre, au terme d'un long périple qui l'avait conduite de l'océan Indien aux îles Canaries qui, dès l'époque des voyages de découverte, avaient offert une préfiguration de la future économie de la canne aux Amériques. Du Brésil elle a essaimé, par les soins notamment du commerce hollandais, vers les Antilles ; le mode de peuplement par la traite des esclaves africains a ainsi été introduit dans l'aire caraïbe.

Dans cette dernière, si peu dissociable culturellement de la Méso-Amérique, les plantations de canne assorties d'installations de première transformation se sont multipliées dès la seconde moitié du xviie siècle, de la Martinique à Saint-Domingue et à la Jamaïque. Le cycle complet de fabrication du sucre connut au xixe siècle une modernisation technologique radicale, liée à l'usage de la vapeur et aux progrès de la physique ; Cuba a recueilli et formidablement développé l'héritage des îles à sucre françaises, mais la Martinique a également connu une phase d'industrialisation spécialisée à partir du second Empire, se couvrant d'usines dites « centrales » (par rapport aux plantations). Aujourd'hui, l'intérêt est vif pour l'histoire de ces installations anciennes ou modernes à la Jamaïque comme à la Martinique (où se développe un projet de musée technique et industriel dans les anciens ateliers de la rhumerie Clément, adjacente à la superbe habitation où eut lieu un [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages


Écrit par :

  • : directeur d'études honoraire à l'École des hautes études en sciences sociales
  • : historienne, directrice de recherche au CNRS

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Louis BERGERON, Myriam COTTIAS, « PATRIMOINE INDUSTRIEL EN AMÉRIQUE LATINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/patrimoine-industriel-en-amerique-latine/