PETIBON PATRICIA (1970- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un répertoire éclectique

Les qualités de Patricia Petibon attirent l’attention de William Christie, claveciniste, chef d’orchestre et fondateur de l’un des meilleurs ensembles baroques (Les Arts florissants), mais aussi, à l’époque, professeur au C.N.S.M. Sous sa direction, elle débute en 1996 à l’Opéra de Paris, au Palais-Garnier, dans une production d’Hippolyte et Aricie de Rameau que met en scène Jean-Marie Villégier ; elle y interprète le rôle de l’Amour, et son physique, son charme, sa personnalité ne passent pas inaperçus. Commence alors, pour elle, une carrière qui est d’abord placée sous le signe de l’éclectisme : Blondchen dans Die Entführung aus dem Serail (Mozart), Zerbinetta d’Ariadne auf Naxos et Sophie du Rosenkavalier (Richard Strauss), Norina de Don Pasquale (Gaetano Donizetti), Olympia des Contes d’Hoffmann (Jacques Offenbach)  qu’elle incarne, entre autres, dans une mise en scène à grand spectacle au Palais omnisports de Paris-Bercy en 2004 , conviennent idéalement à sa voix brillante de soprano colorature, agile dans les vocalises les plus folles, insolente dans l’aigu. Mozart n’est jamais loin ; outre Blondchen (1999), elle aborde les rôles de Serpetta dans La Finta Giardiniera (1999), de Susanna dans Le Nozze di Figaro (2006), de Giunia dans Lucio Silla (2006)  à Vienne sous la baguette de Nikolaus Harnoncourt  et d’Aspasia dans Mitridate (2009) ; elle est également mademoiselle Silberklang dans le désopilant Schauspieldirektor  où elle enchante le festival de Salzbourg 2002. Jamais cette musicienne de haut vol n’abandonne le baroque, puisqu’on l’applaudit aussi bien dans Rameau (Les Indes galantes) que dans Joseph Haydn (Armida) ou Georg Friedrich Haendel (Ariodante). Un éclectisme qui la conduit à pousser brièvement la chansonnette au côté de Florent Pagny.

D’année en année, Patricia Petibon gagne ainsi ses galons de cantatrice. Son talent est reconnu, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  PETIBON PATRICIA (1970- )  » est également traité dans :

LOCKWOOD DIDIER (1956-2018)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 059 mots
  •  • 1 média

Avec un sens aigu de l’improvisation et une volonté insatiable de transmettre au plus grand nombre, Didier Lockwood a donné une place de choix au violon dans le jazz en France au tournant des xx e et xxi e  siècles. Pourtant, cet instrument a longtemps été un intrus dans cet univers musical et, malgré tout leur talent, rares sont les instrumentistes qui – à l’instar de Joe Venuti, Eddie South, St […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel PAROUTY, « PETIBON PATRICIA (1970- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/patricia-petibon/