PASTORALE, genre littéraire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'Antiquité gréco-latine

Parler de poésie pastorale, c'est nommer d'abord Théocrite et Virgile. Mais ces poètes n'ont pas surgi ex nihilo, et remonter aux origines lointaines du genre n'est pas aisé.

Les origines

Pour la mythologie grecque classique Apollon est le dieu de la lyre, Hermès celui des moutons d'Arcadie. Mais celui-ci, d'après l'Hymne à Hermès, est l'inventeur de la lyre, qu'il offrit à son frère pour prix de ses « vaches immortelles ». Apollon garda les troupeaux de Laomédon (Iliade, XXI, 448) et ceux d'Admète en jouant de la flûte (Alceste d'Euripide). D'autres personnages mythiques sont à la fois pasteurs et musiciens : Pan, le Cyclope Polyphème, les Satyres ou Tityres, le héros Anchise, les jumeaux Amphion et Zéthos... Diverses mythologies présentent semblable rencontre : citons l'Inde avec Krishna. La Bible unit ces caractères chez David (I Sam., xvi) et chez les frères Yabal et Youbal (Gen., iv). Partout existent des légendes, contes, faits de folklore. Et le berger n'est-il pas en tous lieux, de tout temps, le poète et musicien par excellence ? Il l'est toujours, notamment en Sicile, en Sardaigne, en Grèce, au Pays basque. En Grèce antique, Hésiode relate comment les Muses l'appelèrent au milieu de ses agneaux (Théogonies) ; une inscription de Paros raconte la vocation, comparable, d'Archiloque.

La poésie pastorale au sens précis du terme est apparue chez les Alexandrins (ive s.-ier s.). Mais les préoccupations et traits pastoraux de la poésie grecque sont bien antérieurs. Sans parler des Travaux et Jours hésiodiques, poème de la vie des champs, l'épopée homérique par excellence, L'Iliade, présente d'importants aspects pastoraux : les récits du vieux Nestor contant ses premiers exploits (chant XI) dans des luttes consécutives à des razzias de troupeaux, les représentations de la vie pastorale sur le bouclier d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur honoraire à l'université de Paris-IV
  • : ancienne élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-X
  • : docteur ès lettres, professeur de littérature française à l'université de Sassari, Italie
  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification


Autres références

«  PASTORALE, genre littéraire  » est également traité dans :

ABENCÉRAGE L'

  • Écrit par 
  • Charles Vincent AUBRUN
  •  • 785 mots

C'est une courte nouvelle d'aventures galantes et chevaleresques. La meilleure version qui nous en soit parvenue parut sous le titre de El Abencerraje dans un ouvrage de miscellanées littéraires, El Inventario (Medina del Campo, 1565, sous le nom d'Antonio de Villegas). Ce roman pastoral, qui connut partout un grand succès, répandit en Europe l'histoir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-abencerage/#i_9924

L'ASTRÉE, Honoré d'Urfé - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 519 mots

On a, de nos jours, trop tendance à négliger les grands romans des xvi e et xvii e  siècles. On se fie à Cervantès pour repousser les romans de chevalerie, on croit sur parole les Scarron, Sorel et autres Furetière, qui parodient les auteurs d' Amadis , de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-astree/#i_9924

BASQUES

  • Écrit par 
  • Jean HARITSCHELHAR, 
  • Pierre LAFITTE, 
  • Pierre LETAMENDIA, 
  • Maitane OSTOLAZA
  • , Universalis
  •  • 13 370 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La littérature de l'après-guerre »  : […] La renaissance de la littérature basque sera illustrée par la poésie. Nemesio Etxaniz en Guipuzcoa rallume le flambeau, tandis que le bénédictin Iratzeder (R. P. Xavier Diharce) s'inquiète de l'âme basque, de son devenir, de son lien avec Dieu : quête incessante dans une poésie au style fluide. Dans les années 1950, Jon Mirande, Basque né à Paris, fait entrer dans ses poésies un souffle de sensual […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/basques/#i_9924

BION (IIIe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Dominique RICHARD
  •  • 178 mots

Né près de Smyrne, Bion passe une partie de sa vie en Sicile. Poète bucolique, probablement disciple immédiat de Théocrite, il chante la vie pastorale et les amours héroïques dans le style de ce grand poète alexandrin qui inspirera Virgile ainsi que les parnassiens du xix e  siècle. Nous possédons de lui un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bion/#i_9924

CERVANTÈS MIGUEL DE (1547-1616)

  • Écrit par 
  • Jean CANAVAGGIO
  •  • 5 492 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les chantiers du prosateur »  : […] En même temps qu'il répondait à l'appel du théâtre, Cervantès, au retour de sa captivité, a exploré, avec La Galathée , les voies de la pastorale, dont la vogue avait été inaugurée, trente ans auparavant, par la Diane de Montemayor. Au fil des six livres dont se compose la première partie du roman, la convention bucolique informe les rapports ambigus qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/miguel-de-cervantes/#i_9924

CRABBE GEORGE (1754-1832)

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 920 mots

Né à Aldeburgh, petit port sur la côte du Suffolk, le jeune George Crabbe écoutait son père, percepteur des taxes sur le sel, lire les poèmes de Milton et de Young à haute voix à la veillée et peut-être prend-il ainsi goût à la poésie dont il doit faire sa vocation. Mais c'est la médecine qui l'attire au départ. Il se fait apprenti chez des praticiens du lieu et tente, sans trop de succès, de s'ét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-crabbe/#i_9924

ÉGLOGUE

  • Écrit par 
  • Daniel DEVOTO
  •  • 117 mots

Court poème pastoral, généralement de forme dialoguée, l'églogue exalte les joies de la vie champêtre et de la société des bergers, loin des corruptions aliénantes de la civilisation. En espagnol, le terme a subi une évolution particulière : il désigne généralement une petite pièce théâtrale, dont les personnages sont naturellement des bergers, mais dont le genre, plus éloigné de la convention pas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglogue/#i_9924

FILLEUL NICOLAS (1537?-apr. 1584)

  • Écrit par 
  • Françoise JOUKOVSKY
  •  • 704 mots

Né à Rouen d'une famille de petite noblesse, Nicolas Filleul est un homme de théâtre. En 1563 il fait représenter au collège d'Harcourt une tragédie intitulée Achille , selon la mode du temps, dans les établissements scolaires. En 1566, le cardinal de Bourbon, archevêque de Rouen et puissant personnage, le charge de composer les Théâtres de Gaillon à l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-filleul/#i_9924

FLORIAN JEAN-PIERRE CLARIS DE (1755-1794)

  • Écrit par 
  • Denise BRAHIMI
  •  • 428 mots

Surtout connu pour ses Fables (1792) qui font de lui un disciple et un imitateur de La Fontaine, plus moralisateur et moins poète. En fait, son œuvre fut en son temps assez riche et variée, même s'il ne s'y trouve point de chef-d'œuvre de premier plan. Né au château de Florian, dans les basses Cévennes, il a même été considéré comme un écrivain languedocien et comme le premi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/florian-jean-pierre-claris-de/#i_9924

GREENE ROBERT (1558 env.-1592)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 548 mots

Robert Greene fut un prosateur anglais de la fin du xvi e  siècle et l’un des plus brillants prédécesseurs de Shakespeare dans le genre de la comédie romanesque en vers « blancs ». Il fut aussi un des premiers écrivains professionnels en Angleterre, et l’un des premiers auteurs anglais à rédiger son autobiographie. Robert Greene naît en juillet 15 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-greene/#i_9924

GUARINI GIOVAN BATTISTA (1538-1612)

  • Écrit par 
  • Jean-Michel GARDAIR
  •  • 430 mots

Jusqu'en 1583 la carrière de courtisan de Giovan Battista Guarini se déroule à la cour de Ferrare, sa ville natale, auprès des ducs d'Este qui lui confient un enseignement de rhétorique et plusieurs missions diplomatiques à Rome, à Turin et en Pologne. C'est également à Ferrare qu'il se lie au Tasse, ami et rival dans la course aux faveurs du Prince. Un différend avec le duc Alfonso II le pousse e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giovan-battista-guarini/#i_9924

IDYLLE, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Georges MOLINIÉ
  •  • 599 mots

Le mot eïdullion , dans la poésie alexandrine, indique un poème court, de style moyen et d'écriture vive, à sujet essentiellement descriptif. Ce dernier point a longtemps fait assimiler, chez les lexicographes, l'idylle à un petit tableau verbal. Tout vient, pour notre tradition culturelle, des Idylles de Théocrite. Mais parmi la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/idylle-genre-litteraire/#i_9924

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 8 570 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Cet empire qui va naître »  : […] La mort de Cicéron marque la fin du temps où l' éloquence triomphante était maîtresse de la cité. Désormais, la liberté une fois perdue, les orateurs ne seront plus que des avocats, et non des hommes d'État. Quelques survivants de l'âge précédent, comme Asinius Pollion, compagnon de César, auront beau maintenir quelque temps la tradition républicaine, l'éloquence ne sera bientôt plus qu'une techni […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/latines-langue-et-litterature-la-litterature/#i_9924

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 7 323 mots

Dans le chapitre « La tragi-comédie »  : […] Reste que le genre dramatique le plus célébré et aimé durant ce premier tiers du siècle, c’est la tragi-comédie. D’esprit romanesque, pittoresque et ornementé, libre de régulations, ce genre aux frontières floues, inspiré de la dramaturgie soutenue à l’espagnole, met en scène le plus souvent, avec force déguisements, masques et confusions d’identité, les amours mouvementées de princes et de grand […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xviie-s/#i_9924

LODGE THOMAS (1557-1625)

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 926 mots

Fils du lord-maire de Londres, Thomas Lodge fut éduqué à l'École des marchands tailleurs et à Trinity College (Oxford). Il fit aussi du droit à Lincoln's Inn (1578), mais la littérature l'attira bientôt. Il se lança dans la controverse en 1580 contre un pamphlet de Stephen Gosson, The School of Abuse (1579), qui traitait les poètes et les comédiens de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-lodge/#i_9924

LONGUS ou LONGOS (fin IIe-déb. IIIe s.)

  • Écrit par 
  • Dominique RICHARD
  •  • 300 mots

Ayant probablement vécu dans l'île de Lesbos, Longus est l'auteur de la célèbre pastorale Daphnis et Chloé . Deux enfants abandonnés sont recueillis par des bergers ; ils grandissent au sein d'un décor pastoral et s'éveillent à l'amour. Le dénouement est emprunté à la comédie nouvelle : ils sont reconnus par leurs parents qui sont de riches bourgeois de Mytilène, amis de long […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/longus-longos/#i_9924

MELÉNDEZ VALDÉS JUAN (1754-1817)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 558 mots

Considéré comme le plus important poète lyrique de l'école de Salamanque dans le dernier tiers du xviii e siècle, Juan Meléndez Valdés allie dans son œuvre les courants anacréontiques et pastoraux et les préoccupations de l'humanitarisme philosophique. On lui reconnaît aussi le mérite d'avoir réhabilité le genre du romance , […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-melendez-valdes/#i_9924

MILTON JOHN (1608-1674)

  • Écrit par 
  • Jacques BLONDEL
  •  • 4 052 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Serviteur de la poésie »  : […] Né au cœur de la cité de Londres, John Milton fut élevé selon les traditions les plus rigoureuses de la pédagogie humaniste. Son père, tabellion de haute intégrité, y veilla de bonne heure et le confia à un précepteur puritain ; il aimait lui-même la poésie et jouait de l'orgue. Le jeune homme apprit qu'il ne devait pas gaspiller son talent, tandis qu'il étudiait les lettres classiques et s'enchan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-milton/#i_9924

MONTEMAYOR JORGE DE (1520 env.-1561)

  • Écrit par 
  • Daniel DEVOTO
  •  • 322 mots

Poète et musicien castillan d'origine portugaise. Chanteur à la cour, Jorge de Montemayor passa du service de l'infante doña Maria à celui de son frère, le futur Philippe II, qu'il accompagna lors de son voyage de noces en Angleterre en 1554. Le Cancionero (1554) de Montemayor fut expurgé par l'Inquisition, mais son œuvre capitale est sans conteste la Diana […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jorge-de-montemayor/#i_9924

RUZANTE (1502 env.-1542)

  • Écrit par 
  • Angélique LEVI
  •  • 1 445 mots

Dans le chapitre « Les trois étapes d'une seule œuvre »  : […] On peut envisager dans la production de Ruzante deux ou, si l'on veut, trois étapes dont la deuxième marquerait l'apogée de son génie. Dans ses premières œuvres : la Pastoral , la Betia , l' Anconitania (que la critique aujourd'hui tend à situer entre 1523 et 1526), l'auteur, encore à la recherche d'une forme, sacrifie au goût de s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ruzante/#i_9924

SANNAZARO JACOPO (1457-1530)

  • Écrit par 
  • Gérard MARINO
  •  • 1 268 mots

Célèbre en son temps dans toute l'Europe, imité par Ronsard et les poètes de la Pléiade, par Garcilaso de la Vega, par Leopardi, Jacopo Sannazaro a été élevé au rang d'auteur classique grâce à L'Arcadie , son œuvre la plus connue. Celle-ci considérée comme l'archétype de la pastorale moderne, qui allait connaître une faveur considérable avec la Diana (1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacopo-sannazaro/#i_9924

TASSE LE (1544-1595)

  • Écrit par 
  • Jean-Michel GARDAIR
  •  • 2 996 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la « Gerusalemme liberata » à la « Gerusalemme conquistata » »  : […] Le Tasse est né à Sorrente, dans le royaume de Naples alors sous domination espagnole, le 11 mars 1544. Sa mère, Porzia De' Rossi, est issue d'une riche et noble famille napolitaine ; son père, Bernardo, de noble origine bergamasque, est alors secrétaire du prince de Salerne, Ferrante Sanseverino, avec des fonctions à la fois diplomatiques et militaires. Jusqu'à son établissement à Ferrare, en 156 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-tasse/#i_9924

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Histoire

  • Écrit par 
  • Robert PIGNARRE
  •  • 8 346 mots

Dans le chapitre « Le classicisme français »  : […] Le classicisme apparaît, à sa date, comme un réveil tardif de la poussée vitale qui avait produit la comedia , la commedia dell'arte et le drame élisabéthain. Seulement, au baroque triomphant dans ces trois écoles il oppose un parti pris de stricte économie des moyens. Si cette volonté n'a pas été stérilisante, c'est principalement grâce à l'étonnante co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-histoire/#i_9924

URFÉ HONORÉ D' (1557-1625)

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 567 mots

L'auteur de L'Astrée est né à Marseille ; son père est issu d'une ancienne famille du Forez, sa mère est apparentée à la maison ducale de Savoie, son oncle est gouverneur de la Provence. Honoré d'Urfé est d'abord élevé au château de la Bastie en Forez, puis à Paris au collège de Tournon. Encore tout jeune homme, il prend parti pour la Ligue et demeurera fidèle au duc de Nemo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/honore-d-urfe/#i_9924

VAUQUELIN DE LA FRESNAYE JEAN (1536-? 1607)

  • Écrit par 
  • Françoise JOUKOVSKY
  •  • 683 mots

Ce poète normand, né à Falaise, fait ses études à Paris et en province, notamment à Poitiers, où il publie ses Foresteries (1555). C'est le premier recueil de bucoliques françaises qui corresponde aux principes de la Pléiade. Vauquelin imite en effet Théocrite, Virgile ou Sannazaro, et salue comme des guides Ronsard et Baïf. Il doit au premier le cadre de certains poèmes, un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-vauquelin-de-la-fresnaye/#i_9924

VIRGILE (70-19 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jacques PERRET
  •  • 4 784 mots

Dans le chapitre « Les « Bucoliques », poème social »  : […] L'intérêt du recueil des Bucoliques , tel qu'il paraît en 37, ne se fût guère laissé pressentir dans ce badinage intemporel. La pièce liminaire nous transporte aussitôt dans la brûlante actualité où se débattent les paysans cisalpins, expropriés au bénéfice d'anciens soldats des guerres civiles. Mélibée, plus riche, a été plus atteint : entièrement dépossédé, il part pour l'e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/virgile/#i_9924

Voir aussi

Pour citer l’article

 ETIEMBLE, Jacqueline DUCHEMIN, Daniela DALLA VALLE CARMAGNANI, Charlotte VAUDEVILLE, « PASTORALE, genre littéraire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pastorale-genre-litteraire/