PASSION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La passion, sommet de la subjectivité

« Il est impossible d'exister sans passion », non parce que toute action présuppose une passion, mais parce que seul un intérêt passionné peut vouer le sujet à exister pleinement, c'est-à-dire à pénétrer son existence par la conscience. Il faut donc réfléchir à la signification de l'existence pour le penseur subjectif. Tout d'abord, l'existence ne peut être pensée sans mouvement, et le mouvement ne peut être conçu sub specie aeterni. Il semble, par suite, y avoir une antinomie entre l'existence et la pensée, dans la mesure où cette dernière serait éternelle ; et, à la limite, l'existence peut se définir comme ce qui ne se laisse pas penser. Cependant, celui qui pense existe, et l'on ne saurait esquiver le problème essentiel de la constitution d'une continuité ou éternité autre qu'abstraite.

Il appartient alors, dit Kierkegaard, non à la pensée pure, mais à la passion, d'introduire la continuité « momentanée » dans le mouvement de l'existence, en engendrant la décision et la répétition. Bien plus, la passion à son paroxysme produit l'« éternité concrète », puisqu'elle est « anticipation de l'éternel » dans une existence au sens vrai. L'homme passionné peut alors se rapprocher de l'unique vérité pour un homme existant, c'est-à-dire de la subjectivité.

Toutefois, en tant que la passion signifie une attention aiguë à l'existence, elle ne saurait se dissocier du doute ; « la présupposition de douter, rappelle Kierkegaard dans le Post-scriptum aux miettes philosophiques, devrait requérir toute une vie d'homme », et on ne saurait certes l'évacuer par la simple mention de sa nécessité. Qu'est-ce alors que la passion, sinon l'incertitude, seul mode d'existence d'un penseur authentique ?

Précisons le lieu de cette incertitude. Kierkegaard renouvelle pour ce faire le mythe platonicien du char ailé : attelons à la voiture d'un coche [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PASSION  » est également traité dans :

AFFECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Marc RICHIR
  •  • 12 253 mots

Quoique n'ayant guère plus d'un siècle d'existence, et d'un usage aujourd'hui devenu courant, le terme d'« affectivité », de la même famille qu'« affect » ou « affection », est chargé d'une ambiguïté qui traverse les âges : impliquant plus ou moins une passivité qui échappe à la maîtrise de la raison, l'affectivité est, en tant que « lieu » ou « système » des affects, plus ou moins éloignée ou rap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/affectivite/#i_54

AMOUR

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL, 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 10 164 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Les discours sur l'amour »  : […] L'étude sémantique, la psychophysiologie, l'histoire du sentiment amoureux et la mythographie apportent d'incontestables « documents » pour une réflexion sur l'amour, mais l'obstacle majeur au développement de ces analyses réside, nous l'avons dit, dans l'indétermination du sentiment amoureux, lequel – à la différence de l'amitié, au sens de la ϕιλ́ια antique, par exemple – donne continuellement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amour/#i_54

BONHEUR

  • Écrit par 
  • André COMTE-SPONVILLE
  •  • 7 850 mots

Dans le chapitre « Félicité, béatitude et amour »  : […] Est-ce à dire qu'il n'est de bonheur que pour le sage ? Ce serait faire du bonheur – et d'ailleurs aussi de la sagesse – un absolu qui nous l'interdirait. En vérité, personne n'est sage tout entier, ni fou, et tout bonheur en cela est relatif : on est plus ou moins heureux, et c'est ce qu'on appelle être heureux. Qui voudrait l'être absolument ne le serait jamais, et c'est en quoi le bonheur se d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bonheur/#i_54

OTHELLO, William Shakespeare - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Line COTTEGNIES
  •  • 1 328 mots
  •  • 1 média

Jouée pour la première fois sans doute en 1604 et publiée en 1622, cette tragédie de William Shakespeare (1564-1616) emprunte les éléments principaux de son intrigue à une nouvelle italienne du xvi e  siècle parue à Venise en 1565. Il semble impossible de déterminer si le dramaturge anglais avait eu connaissance de l'original italien, paru dans De gli Ecatommiti de Giambattista Giraldi Cinthio, o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/othello/#i_54

BRITANNICUS, Jean Racine - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 138 mots

Dans le chapitre « « Néron jouit de tout » »  : […] Jusqu'ici, les tragédies de Racine s'étaient appliquées au monde grec. En choisissant un épisode célèbre inspiré des Annales de Tacite, l'histoire d'un empereur prenant le pouvoir illégitimement, comme Auguste dans Cinna (1643), qui, au lieu de se sauver par l'exercice du pouvoir, s'enfonce dans la tyrannie, asservi par ses passions, il se plaçait cette fois sur le terrain de Corneille : l’histo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/britannicus/#i_54

DESCARTES RENÉ

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 12 477 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La raison appréciative »  : […] Sur ce point encore, ce sont les demandes d'Élisabeth qui amènent Descartes à écrire sur un sujet que, selon les termes de l' Entretien avec Burman , il ne traite pas volontiers. Voulant aider Élisabeth à vivre, Descartes lui affirme que le bonheur est toujours accessible, qu'il dépend de nous-mêmes, et du « droit usage de notre raison ». Car seule notre raison nous permet « d'examiner la juste v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-descartes/#i_54

ÉPICTÈTE (50 env.-env. 130)

  • Écrit par 
  • Ilsetraut HADOT
  •  • 1 973 mots

Dans le chapitre « La doctrine »  : […] En ce qui concerne la doctrine philosophique d'Épictète, les travaux d'A. Bonhöffer restent fondamentaux. Il a pu démontrer qu'Épictète est resté fidèle aux doctrines de l'Ancienne Stoa. Au centre de toutes les considérations d'Épictète dans les Entretiens , figure le dogme fondamental de la théorie stoïcienne des biens, à savoir que les biens et les maux humains ne peuvent appartenir qu'au domain […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epictete/

FIGURES DE LA PASSION et L'INVENTION DU SENTIMENT (expositions)

  • Écrit par 
  • Alain MÉROT
  •  • 1 063 mots

Les deux expositions organisées par le musée de la Musique à Paris ( Figures de la passion du 23 octobre 2001 au 20 janvier 2002, L'Invention du sentiment du 2 avril au 30 juin 2002) et les manifestations qui les accompagnèrent (colloque international, concerts, conférences...) ont sans nul doute obligé un nombreux public à secouer certaines routines. On sépare en effet d'habitude l'étude des ar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/figures-de-la-passion-l-invention-du-sentiment/#i_54

SENTIMENT

  • Écrit par 
  • Olivier REBOUL
  •  • 3 550 mots

Dans le chapitre « Valeur et vérité du sentiment »  : […] Dans quelle mesure pouvons-nous nous fier à nos sentiments, discerner leur valeur positive ? À l'encontre des psychologues, qui font du sentiment le reflet passif d'ébranlements intellectuels ou corporels, « une image dans une glace », Pierre Janet a voulu donner une interprétation fonctionnelle du sentiment, qu'il définit comme une réaction utile, une conduite secondaire qui vient modifier la co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sentiment/#i_54

GÉOMÉTRIE DES PASSIONS (R. Bodei) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 1 366 mots

Géométrie des passions est la version française d'un essai du philosophe Remo Bodei paru en Italie il y a six ans, en 1991 (traduction de Marilène Raiola, aux Presses universitaires de France). Son sous-titre, Peur, espoir, bonheur  : de la philosophie à l'usage politique , en définit l'espace et les enjeux. L'auteur – né à Cagliari en 1938, enseignant à l'université de Pise ainsi qu'à l'étranger […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geometrie-des-passions/#i_54

LÉVIATHAN, Thomas Hobbes - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 954 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La violence originaire »  : […] Tous les hommes connaissent les mêmes passions (désir, peur, crainte...) même si les objets qu'ils craignent ou convoitent sont différents. La première partie de l'ouvrage traitera donc « De l'homme ». D'emblée, Hobbes refuse la définition traditionnelle de l'homme comme animal politique doué de parole ou de raison. Il choisit de le caractériser par la passion et l'insatisfaction qui le poussent à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leviathan-thomas-hobbes/#i_54

MANON LESCAUT, Abbé Prévost - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Erik LEBORGNE
  •  • 1 167 mots

Dans le chapitre « La passion selon Manon »  : […] Le plaidoyer de des Grieux est très habile, puisqu'il repose sur une idéalisation de sa liaison, traduite selon le code rhétorique classique de la passion tragique. La cavalcade à Saint-Denis avec Manon devient ainsi « l'ascendant de ma destinée qui m'entraînait à ma perte ». Cette fatalité revendiquée, qui se nourrit de discours idéologiques absolument contradictoires (code de l'honneur, liberti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manon-lescaut/#i_54

NIETZSCHE FRIEDRICH

  • Écrit par 
  • Jean GRANIER
  •  • 9 775 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Culture et hiérarchie »  : […] La réflexion qui a mené Nietzsche jusqu'à l'idée du surhomme a pu, sans doute, être éveillée par le contact avec les thèses évolutionnistes, mais cette idée, dans sa formulation nietzschéenne, est tout autre chose qu'une spéculation biologique, à la remorque du darwinisme ou du lamarckisme. Il ne s'agit pas, en effet, de fabriquer une nouvelle espèce destinée à supplanter l'homme, mais d'éduquer l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-nietzsche/#i_54

LE NOUVEAU MONDE AMOUREUX, Charles Fourier - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 221 mots

Dans le chapitre « Le luxurisme »  : […] Identifier ses désirs, c'est apprendre à déceler au sein du malaise, de l'angoisse, de la maladie et de l'agressivité quelle passion s'y est trouvée engorgée et appelle au secours afin d'être affranchie de ce qui l'opprime et la tourne en son contraire. Fourier aborde le problème à travers le luxurisme qui, partant des passions simples, la vue, l'ouïe, le toucher, le goût et l'odorat, les dévelop […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-nouveau-monde-amoureux/#i_54

LES PASSIONS DE L'ÂME, René Descartes - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 884 mots
  •  • 1 média

Paru en novembre 1649 à Paris et Amsterdam, rédigé directement en français comme le Discours de la méthode (1637), Les Passions de l'âme est le dernier grand ouvrage de René Descartes (1596-1650), installé depuis peu à Stockholm, et le dernier texte publié de son vivant. Il s'agit d'abord, comme le titre l'indique, d'un traité des passions, complément inévitable de la physiologie cartésienne. Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-passions-de-l-ame/#i_54

PERSÉCUTION

  • Écrit par 
  • Georges TORRIS
  •  • 4 143 mots

Dans le chapitre « Les motivations de la persécution »  : […] La persécution est à l'agressivité furieuse (à l' hybris ) ce que la combustion lente est à la déflagration ; de même que le chimiste a découvert la combustion dans la fermentation, le psychologue a décelé la violence et la colère dans les conduites de persécution, mais sous un masque ; elles y sont contenues et répétées. C'est la différence entre la conduite motivée par l'émotion-choc et celle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/persecution/#i_54

PHÈDRE (J. Racine) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 001 mots
  •  • 1 média

Phèdre (1677) est certainement la tragédie la plus célèbre de Jean Racine (1639-1699). Après elle, Racine abandonna le théâtre pour devenir historiographe du roi. Auparavant, il avait dû affronter la querelle qui l'opposa à Pradon, auteur d'une autre Phèdre et Hippolyte (1677). Depuis cette date, presque toutes les grandes comédiennes françaises ont joué Phèdre et ont dû, à proprement parler, i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phedre-fiche-de-lecture/#i_54

PHYSIOGNOMONIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LECOQ
  •  • 8 003 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « D'Aristote à Lavater »  : […] Le texte fondateur de la physiognomonie, les Physiognomonica , fut longtemps attribué à Aristote lui-même et appartient sans doute à son école. Plus tard, trois autres auteurs y puisèrent tout en le complétant : le sophiste grec Polémon ( ii e  s. apr. J.-C.), un anonyme latin parfois identifié à Apulée ( iii e ou iv e  s.) et le médecin et sophiste juif Adamantius ( iv e ou v e  s.). À la base, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physiognomonie/#i_54

PRATIQUE ET PRAXIS

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 6 693 mots

Dans le chapitre « De la conscience historique à la praxis marxiste »  : […] Le discours du philosophe agit en élevant à la conscience ce qui depuis toujours a été l'aspiration la plus profonde des hommes, aspiration que la nature lui a implantée et qui ainsi constitue sa vraie nature ; être libre, il peut sans doute toujours fausser cette nature mais, éduqué par des lois justes et instruit par le philosophe, il peut aussi toujours y retourner. C'est ce passage de l'exigen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pratique-et-praxis/#i_54

TRAGÉDIE

  • Écrit par 
  • Bernard DORT, 
  • Jacques MOREL, 
  • Jean-Pierre VERNANT
  •  • 5 382 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'action tragique »  : […] C'est toujours d'un individu engagé dans une histoire (fût-elle mythique) et obligé à un choix décisif par l'urgence de l'événement qu'il s'agit. La tragédie commence, du Cid à Phèdre , au moment où l'homme, envisagé dans sa condition sociale et politique et dans son individualité propre, est amené à prendre une décision où ses ambitions les plus légitimes et ses intérêts les mieux reconnus se tro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tragedie/#i_54

RACINE JEAN

  • Écrit par 
  • Paul BÉNICHOU
  •  • 4 340 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Racine psychologue »  : […] Ce Racine cruel, découvert si tardivement par les critiques, a été d'abord, à leurs yeux, un Racine psychologue. Délaissant les considérations éthiques ou esthétiques qui avaient prévalu jusque-là dans l'étude du théâtre racinien, on a surtout fait gloire à Racine d'avoir pénétré les secrets de la vie passionnelle, d'avoir dévoilé les vérités de notre nature les plus scandaleuses selon la morale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-racine/#i_54

SACHER-MASOCH LEOPOLD VON (1836-1895)

  • Écrit par 
  • Claude RABANT
  •  • 2 319 mots

Dans le chapitre « La femme et l'histoire »  : […] « L'amour, c'est la guerre des sexes », l'homme et la femme sont des ennemis, oubliant parfois leur lutte dans un instant de vertige et d'illusion. En amour, un seul choix : être le marteau ou l'enclume, fouetter ou être fouettée » car « qui ne sait soumettre l'autre à sa loi sentira bientôt sur sa nuque un pied prêt à l'écraser ». Dialectique du maître et de l'esclave (dans La Vénus à la fourrur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leopold-von-sacher-masoch/#i_54

SOUFFRANCE

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 4 420 mots

Dans le chapitre « Niveaux de profondeur de la souffrance »  : […] À la différence du déplaisir, qui consiste dans la simple conscience d'une augmentation de tension, la souffrance ne se réduit jamais à l'affect. Conjointement à la décharge motrice et à la conscience de sa valeur pathique, celle-ci suppose, en effet, l'investissement d'une représentation. L'attention se concentre sur la zone du corps douloureuse ou bien prend pour pôle l'objet d'une nostalgie na […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/souffrance/#i_54

SPINOZA BARUCH (1632-1677)

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 12 184 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'homme comme désir »  : […] Puisque les attributs expriment tous à leur façon une seule et même réalité, puisque la pensée et l'étendue expriment la même et unique Substance, l'homme est un être singulier (un mode), unitaire et non pas double. Il n'est pas, comme dans la tradition classique, la juxtaposition d'une âme et d'un corps, mais l'unité corps-esprit. L'âme, ou plutôt l'esprit ( mens ), n'est pas une autre chose, mai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baruch-spinoza/#i_54

TRISTAN ET ISEULT (anonyme) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 1 101 mots

Dans le chapitre « Le mythe de l'amour impossible »  : […] Tristan et Iseult est d'abord un creuset qui mêle différentes traditions littéraires. Lorsque Tristan tue le géant Morholt ou lorsqu'il terrasse le dragon en Irlande, son personnage se situe dans la continuité des héros de chansons de geste, qui accomplissent des exploits relatés sur un mode épique. De même, les motifs de la forêt épaisse et mystérieuse ou du philtre magique doivent beaucoup aux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tristan-et-iseult/#i_54

TRISTAN ET YSEUT

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 2 011 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Variations sur le « vin herbé » »  : […] Cette passion fatale est différemment vécue par les héros de Béroul et de Thomas. Très marqué d'affectivité, faisant appel à la sympathie complice de son public, le fragment de Béroul multiplie les obstacles concrets inventés par une société féodale hostile (les trois barons perfides, jaloux de Tristan, et secondés par le nain Frocin) et par un roi Marc hésitant entre tendresse et fureur, et mani […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tristan-et-yseut/#i_54

ANDROMAQUE, Jean Racine - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 991 mots

Dans le chapitre « L'enchaînement des passions »  : […] Pyrrhus, roi d'Épire et fils d'Achille, revient de la guerre de Troie avec Andromaque, veuve d'Hector, pour captive. Il est amoureux d'elle au point de repousser son mariage avec Hermione et veut l'obliger à lui céder sa main sous peine de tuer Astyanax, son fils. Oreste est envoyé par les Grecs, inquiets, pour s'emparer de l'enfant. Lui-même, amoureux d'Hermione, espère que Pyrrhus ne cédera pas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andromaque/#i_54

Voir aussi

Pour citer l’article

Baldine SAINT GIRONS, « PASSION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/passion/