QUIGNARD PASCAL (1948- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La voix perdue

Né en 1948 à Verneuil-sur-Avre, cadet de quatre enfants, Pascal Quignard tient au secret de sa biographie. Il ne livre que quelques éléments d'une enfance « grammaticale, sévère, classique et catholique », passée auprès de parents professeurs de lettres. Il fait ses études primaires dans la ville du Havre encore enfouie sous les décombres. La musique est très présente dans la partie paternelle de sa famille, originaire d'Alsace et du Wurtemberg.

Dans le roman familial tel que son œuvre, par fragments, le laisse lire, deux événements vont sceller son destin de lecteur et d'écrivain. À dix-huit mois, il est bouleversé par le départ de la jeune Allemande qui s'occupait de lui. « Toutes [ses] forces se sont tendues mystérieusement à l'instant de parler tout à fait », et il plonge dans le silence et le refus de la nourriture. Il garde le souvenir de cette jeune femme : « lisant, elle séjournait dans un autre royaume [...] L'attraction qu'exercent sur [lui] les livres est d'une nature qui restera toute [sa] vie plus mystérieuse et plus impérieuse qu'elle peut le sembler à d'autres lecteurs ». Puis, à l'âge de la puberté, sa « voix se brisa. Mais elle demeura étouffée et perdue ». Il se tourne alors vers la pratique instrumentale (orgue, piano, harmonium, violon, alto) et vers l'écriture, « seule façon de parler en se taisant ».

En mai 1968, en rupture avec l'évolution de la pensée dans l'université de Nanterre où il étudie la philosophie avec Emmanuel Lévinas, Pascal Quignard interrompt ses études et écrit un texte remarqué par Louis-René des Forêts, qui publiera ses premiers essais dans la revue L'Éphémère. Il devient, dès 1969, lecteur chez Gallimard puis membre du comité de lecture en 1976. Tout en manifestant une aspiration à la solitude et au silence, faite de replis violents – « je n'ai jamais rameuté que moi-même et pour des Port-Royal intérieurs et prompts » –, Pascal Quignard enseigne (il donnera des cours à l'université de Vincennes, puis à l'École des hautes études) et se conforme au jeu social [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  QUIGNARD PASCAL (1948- )  » est également traité dans :

TERRASSE À ROME (P. Quignard) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 850 mots
  •  • 1 média

Précise, savante, disante, la langue de Pascal Quignard avance par maximes et progresse par sentences. La pluralité des cas particuliers évoquée dans ses œuvres renvoie à un universel mystère, qui se confond avec la trace de notre origine. « Nous transportons avec nous le trouble de notre conception. [...] Il n'est point d'image qui nous […] Lire la suite

VIE SECRÈTE (P. Quignard)

  • Écrit par 
  • Jean ROUDAUT
  •  • 1 446 mots
  •  • 1 média

Étendue et diverse, l'œuvre de Pascal Quignard comprend des romans, des essais, suivant la distinction traditionnelle, et des textes étranges et inclassables comme ceux qui ont été réunis sous le titre de Petits Traités (Maeght, 1990 ; Gallimard, 1997). Vie secrète (Gallimard, 1998), où sont repris certains thè […] Lire la suite

CARUS, Pascal Quignard - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yves LAPLACE
  •  • 1 081 mots
  •  • 1 média

Pascal Quignard (né en 1948) signa, avec Carus (1979), son premier roman. Mais il était déjà l'auteur de trois essais : L'Être du balbutiement (à propos de Sacher Masoch, 1969), La Parole de la Délie (à propos de Maurice Scève, 1974), et Michel Deguy (1975), et d'un récit, Le Lecteur (1976). […] Lire la suite

FRAGMENT, littérature et musique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES, 
  • Daniel OSTER
  •  • 9 389 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Œuvres fragmentaires par hasard ou par décision »  : […] Les cent trente-six fragments d'Héraclite que nous connaissons tirent une grande part de leur éclat d'un désastre. « Tout cède et rien ne tient bon », dit le fragment cent trente-cinq (édition Marcel Conche). En confiant son livre à l'Artémision d'Éphèse, le plus vaste des temples d'Éphèse, dû en partie à la magnificence de Crésus, Héraclite avait compté sans Érostrate qui y mit le feu en 356 ava […] Lire la suite

ROMAN - Le roman français contemporain

  • Écrit par 
  • Dominique VIART
  •  • 8 085 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L’Histoire revisitée »  : […] C'est ce matériau désastreux, mixte de totalitarismes meurtriers, d'utopies dévoyées, de révolutions avortées qui obsède les œuvres de Sylvie Germain ( Le Livre des nuits , 1985 ; Nuit d'ambre , 1987 ; Jours de colère , 1989), dont la démesure lyrique est imprégnée de mysticisme et de légendaire ; celles plus sombres encore, mais plus ironiques aussi, d'Antoine Volodine et de quelques autres roma […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Aliette ARMEL, « QUIGNARD PASCAL (1948- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pascal-quignard/